« LE RASOIR NE PASSERA POINT SUR SA TÊTE » – Aude Favier

   « LE RASOIR NE PASSERA POINT SUR SA TÊTE » (Nombres VI, 5)

Étudier des figures bibliques au sein d’un mémoire de recherche en Histoire médiévale, est indispensable mais relève également du défi. Ces personnalités sont fondatrices pour comprendre la pensée politique et religieuse du Moyen-âge mais leur étude semble parfois ardue à cause de la transversalité entre les disciplines que sont l’histoire et la théologie. Au cœur d’un examen traitant du motif de la lutte contre le lion du VIIe au XIIe siècles, il semble nécessaire de s’arrêter sur les deux figures à faire face à l’animal. Ainsi David et Samson ont retenu notre attention. Les deux héros sont fréquemment utilisés tant dans les textes que dans les images médiévales. Au regard de nos premières constatations de notre travail, une première analyse des symboles que revêt le motif nous a conduit à considérer les deux héros bibliques comme des préfigurations du Christ. Néanmoins ce thème de la lutte contre le fauve ne recouvre pas uniquement cette interprétation christique et se voit utilisée pour d’autres types de représentation, tel que celle du prince.

David est couramment considéré comme un modèle pour les rois par les penseurs carolingiens grâce à ses nombreuses qualités (fidèle à Dieu, psalmiste, juste législateur, victorieux, pénitent[1]). Samson quant à lui a un statut particulier au sein des Ecritures, il est juge d’Israël mais également un élu de Dieu par sa fonction de nazir. Le naziréat est la consécration à Dieu par des vœux de courte ou longue durée.[2]

Au cours de cet article nous désirons présenter une source qui a été d’une grande importance dans notre travail. Cette source est une chronique carolingienne écrite par un certain Erchanbert. Celle-ci établit un lien entre la figure du Nazir et la tradition de la longue chevelure des souverains mérovingiens. Ce texte pourrait alors nous permettre de rapprocher la figure de Samson de celle du monarque.

En effet, le statut biblique du nazir ne se trouve pas abondement cité mais se rencontre en de rares passages et concentre une valeur symbolique de la narration. Certains personnages de l’Ancien Testament sont présentés comme étant des nazirs. C’est le cas de Joseph auquel le titre de nazir est attribué. (Genèse XLIX, 26[3] ; Deutéronome XXXIII, 16[4] et Lamentations IV, 7[5]). On retrouve aussi cette fonction pour le roi Saül en I Samuel I, 24-28[6]. Plus communément, on peut observer dans le nazireat une volonté de distinction d’un homme par rapport aux autres. Samson comme Joseph sont mis en avant, l’un parmi la tribu de Dan[7], l’autre parmi ses frères à cause de cette consécration à Dieu[8].

Samson est souvent donné à titre d’exemplum dans de nombreux textes de différentes natures[9]. L’utilisation de son naziréat dans les textes va de pair avec les représentations iconographiques du combat contre le lion. La force caractéristique du nazir est l’élément essentiel dont usent les clercs, les poètes mérovingiens et carolingiens. L’intérêt de cette force, caractéristique du personnage, permettait aux princes de s’identifier aux héros la détenant. L’élément significatif concernant Samson est que son naziréat repose sur le vœu principal de cette fonction énoncé en Nombres VI et en Juges XIII : « le rasoir ne passera pas sur sa tête » [10] et est reprise également en Juges XIII, 5, où les deux éléments que sont la chevelure et la fonction de nazir sont mis en relation. L’importance de la longueur de la chevelure est reprise aussi en Juges XVI, 17. Le Livre de Jérémie VII, 29[11]laisse supposer que le port d’une longue chevelure pour les nazirs avait cours jusqu’à la fin du VIIe siècle. En plus d’être longue cette chevelure doit être libre[12]. La chevelure du héros biblique revêt une symbolique forte. Le héros indo-européen Gilgamesh[13] possédait, lui-aussi, une chevelure conséquente. Celle-ci devenait alors un attribut à la fois des héros mais aussi de certains guerriers. Tacite, en parlant des Germains, explique que « dès qu’ils sont parvenue à l’âge d’homme, ils laissent pousser cheveux et barbe et c’est seulement après avoir tué un ennemi qu’ils déposent un aspect pris par un vœu et consacré à la vertu[14] ».

Dans la Bible on rencontre à de nombreuses reprises le nazireat, mais celui-ci n’est pas exprimé nécessairement au sein des Ecritures par le terme même de cheveux mais bien souvent par l’allusion à la tête. Les auteurs du Moyen-Âge s’intéressent à la chevelure du nazir et plus précisément à celle de Samson.

Un consensus assez formel se profile et l’intérêt pour le naziréat semble être mis en relation avec le Nouveau Testament et donc avec une conception cléricale. Celle-ci se fonde sur les petits Prophètes en particulier Amos qui évoque un lien entre le nazir et le prophète.[15]

 Néanmoins les textes parlant du naziréat sont assez peu nombreux durant les VIIe, VIIIe et IXe siècles. L’un d’entre eux a retenu davantage notre attention. Il s’agit d’un Breviarium écrit par un moine prénommé Erchambert[16]. Ce court texte se trouve compilé dans le manuscrit de Saint-Gall et fait allusion aux « antiquitus Nazaraei »[17]. Cette histoire concise débute à la mort du roi Faramund[18], cité aussi dans le Liber Francorum[19], et mentionne avec insistance les fondateurs des deux dynasties mérovingienne et carolingienne : Clovis et Pépin[20]. Le dessein de l’auteur est de relier ces deux lignées et d’inscrire celle des Carolingiens dans la continuité des mérovingiens.

 Le passage qui mentionne le naziréat se situe dans le récit de l’élévation au trône d’un des derniers Mérovingiens Chilpéric. Celui-ci était moine, et a été sorti de son monastère pour accéder à la dignité royale. Ce clerc qui portait le nom de Daniel a été choisit parmi la souche Mérovingienne grâce à sa longue chevelure le rapprochant selon ce texte aux antiques nazirs. L’auteur l’identifie comme Chilpéric III, dernier roi mérovingien que Pépin et Carloman vont aller chercher dans son couvent[21].

 Le moine souabe et Notker le bègue insistent sur cette assimilation entre les nazirs et les rois mérovingiens. En effet Chilpéric/Daniel est mis sur le trône par les Maires du Palais pour donner un semblant de continuité de la dynastie mérovingienne. Le texte daté du IXe siècle fait donc le rapprochement entre la royauté mérovingienne et le naziréat. Ce passage est une reprise du chapitre 52 du Livre de l’Histoire des Francs, qui narre l’épisode : « les Francs établirent sur le trône un certain Daniel, un clerc qui s’était laissé pousser les cheveux et qu’ils nommèrent Chilpéric »[22]. L’élévation au trône de ce moine s’inscrit dans cette période de troubles du VIIIe siècle où les candidats au trône mérovingien sont rares. Cette mesure créative est prise pour assurer la continuité dynastique et permet aux Maires du Palais de conserver la mainmise sur la politique du territoire. Le dessein de l’auteur est d’unir les deux lignées et d’inscrire les carolingiens dans la continuité de la dynastie mérovingienne.

La précision portant sur les cheveux paraît alors importante. Dans les deux textes il est signifié que ce n’est que par la présence d’une chevelure abondante que l’homme peut être élevé à la dignité royale. Ainsi la non présence ou la coupe de cet emblème justifie la perte du pouvoir, et le lien avec la figure de Samson est évident. En perdant sa chevelure le héros biblique perd la force surhumaine que lui avait octroyé Dieu[23], le roi quant à lui perd aussi le signe de son élection et donc son pouvoir.

Aude FAVIER

M2 – Histoire

[1] ALIBERT (D.). « Figure du David Carolingien » in Apocryphités : Histoire d’un concept transversal aux religions du Livre : en hommage à Pierre Geottrain. MIMOUNI (S-C.) (Dir.), Turnhout, Brepols, 2002, 333 p., pp.203-227.

[2] Tous ces vœux du Nazir se retrouve dans la Bible dans le Livre des Nombres au chapitre VI.

[3] Genèse XLIX, 26 : « Benedictiones patris tui confortatae sunt benedictionibus patrum ejus, donec veniret desiderium collium aeternorum: fiant in capite Joseph, et in vertice Nazaraei inter fratres suos. »

[4] Deuteronome XXXIII, 16 : « Et de frugibus terrae, et de plenitudine ejus. Benedictio illius qui apparuit in rubo, veniat super caput Joseph, et super verticem nazaraei inter fratres suos. »

[5] Lamentations IV, 7 : « Candidiores Nazaraei ejus nive, nitidiores lacte, rubicundiores ebore antiquo, sapphiro pulchriores ».

[6] En I Samuel 1, la consécration n’est pas clairement signifié par l’emploi du mot « nazir » mais l’enfant est consacré au seigneur : « Et adduxit eum secum, postquam ablactaverat, in vitulis tribus, et tribus modiis farinae, et amphora vini, et adduxit eum ad domum Domini in Silo. Puer autem erat adhuc infantulus et immolaverunt vitulum, et obtulerunt puerum Heli.  Et ait Anna: Obsecro mi domine, vivit anima tua domine: ego sum illa mulier, quae steti coram te hic orans Dominus. Pro puero isto oravi, et dedit mihi Dominus petitionem meam, quam postulavi eum. Idcirco et ego commodavi eum Domino cunctis diebus, quibus fuerit commodatus Domino. Et adoraverunt ibi Dominum. »

[7] Juges XIII, 2-6 : « Erat autem quidam vir de Saraa, et de stirpe Dan, nomine Manue, habens uxorem sterilem. Cui apparuit angelus Domini, et dixit ad eam: Sterilis es et absque liberis: sed concipies, et paries filium: cave ergo ne bibas vinum ac siceram, nec immundum quidquam comedas: quia concipies, et paries filium, cujus non tanget caput novacula: erit enim nazaraeus Dei ab infantia sua ».

[8] Genèse XLIX, 26 : Loc. Cit.

[9] On la retrouve dans des lettres, des poèmes, des chroniques, des annales.

[10] Nombres VI, 5 : « Omni tempore separationis suae novacula non transibit per caput ejus usque ad completum diem, quo Domino consecratur. »

Juges XIII, 5 : « cujus non tanget caput novacula: erit enim nazaraeus Dei ab infantia sua »

[11] Jérémie VII, 29 : « Tonde capillum tuum » ; «  Coupes tes cheveux »

[12] Les textes bibliques ne mentionnent pas ce fait, mais n’indiquent pas non plus une coiffure particulière. A part en Juges XVI, 19 où Samson est coiffé de tresses, car il a demandé à Dalila de lui coiffer sa chevelure ainsi lors du troisième mensonge en Juges XVI, 13

[13] BOTTÉRO (Jean). L’Épopée de Gilgamesh. Le grand homme qui ne voulait pas mourir. L’Aube des peuples, Gallimard, Paris, 1992  p. 70 : « Il avait une chevelure de femme, aux boucles foisonnantes comme un champs d’épis. »

[14] Tacite. Germanie, PERRET (Jacques) (Trad.) (Ed.), Paris, 1949, p. 89, 31, «  ut primum adoleverint, crinem barbamque submittere, nec nisi hoste caeso exuere votiuum obligatumque virtuti oris habitum »

[15] Amos II, 11-12 : « Et suscitavi de filiis vestris in prophetas, et de juvenibus vestris nazaraeos. Numquid non ita est, filii Israel? dicit Dominus. Et propinabitis nazaraeis vinum, et prophetis mandabitis, dicentes: Ne prophetetis. »

[16] On ne sait quasiment rien sur Erchambert. L’auteur est inconnu. Sur son œuvre le  Breviarium, le seul renseignement qui nous est parvenu est qu’il a été continué par Notker le Bègue vers l’année 840 et finit au couronnement en 881 de Charles le Gros voir BRUNHÖLZL (Franz). Histoire de la littérature latine du Moyen-Age. T. I/II, Brépols, Paris, 1991.

[17] Erchambert, Breviarium, PERTZ (G.H.) (Ed.), MGH, Scriptores Rerum Sangallensium. II, Hannovre, 1800 : « Danielem quondam Clericum caesarie capitis crescente regem Franci constituunt, quem Chilpericum nuncupant ; quia deficiente prosapia  regum, illum quem propinquiorem Meroveis  invenire poterant statuerunt, quia Merovei, ut aiunt, sicut antiquitus Nazaraei, nullo capitis crine inciso erant ; regnavit annis 6. »

[18] Faramond est le premier roi mythique des francs et ancêtre des Mérovingiens voir RICHÉ (Pierre) et PÉRIN (Patrick). Dictionnaire des Francs – Les temps Mérovingiens, Bartillat, Paris, 1996, dont l’historicité est remise en cause en particulier par KURTH (Godefroid). Histoire poétique des Mérovingiens., Société Belge de Librairie, Bruxelles, 1898. Erchambert. Breviarium, Ibid. : « Mortuo quippe Faramundo rege, qui primus fuit rex super Francos etc… »

[19] Liber Historiae Francorum est un récit bref de l’histoire des Francs depuis leurs origines jusqu’au début du VIIIème siècle. Il contient un résumé des six premiers livres de Grégoire de Tours. Il est attesté deux versions : 727 et 737 ; ici c’est celui de Frédégaire qui nous intéresse : Frédégaire. Liber Historiae Francorum. KRUSCH (Bruno) (Ed.), MGH, Scriptores Rerum Merovingicarum., T. II, Hanovre, 1993: « Marchorimis quoque eis dedit hoc consilium, et elegerunt Faramundo, ipsius filio, et elevarunt eum regem super se crinitum. Tunc habere et leges coeperunt, quae eorum priores gentiles tractaverunt his nominibus. »

[20] Erchambert. Breviarium, Ibid. « Theodorichus rex, filius Chlodowei frater Chlodcharii, regnavit annis 19. Maior domus Bertharius. Quo occiso, Pepinus iunior, filius Ansegisili, veniens de Austrasiis successit in principatum maiorum domus ».

[21] Erchambert, Ibid. : « Danielem quondam clericum caesarie capitis crescente regem Franci constituunt quem Chilpericum nuncupant. »

[22] Frédégaire, Ibid.  52, p. 326 : «  Sequenti tempore Dagobertus rex, ergotans mortuus est ragnavit annis 5. Franci nimirum Danielem quondam Clericum, caesarie capitis crescente, eum in regnum stabiliuntatque Chilpericum nuncupant. »

[23] Juges XVI, 17 : « si rasum fuerit caput meum, recedet a me fortitudo mea, et deficiam, eroque sicut ceteri homines. ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search