” Démanteler la Jungle sous l’objectif de la presse française” – Élisa Snoussi

C’est peut-être face à la mer que l’on ressent le mieux l’essence de ces êtres qui imprègnent la mémoire de l’exil. La Manche, ultime traversée vers l’Angleterre, précipite dans l’abîme les destins de ceux qui se risquent à l’odyssée migratoire. Les vies de trente et une personnes se sont éteintes en mer mercredi 24 novembre 2021 ; le quotidien Libération titrait le jour suivant, « Naufrage de migrants – à Calais, une tragédie sans pareille » (figure 1[1]).

 

Figure 1 : Une de Libération du 25/11/2021

 

La Jungle, entre disparition et résurgence

Alors que se désagrègent les ruines de ce qui fut appelée « la Jungle de Calais », les barbelés, les dispositifs de surveillance et quelques inscriptions, dont les murs se font les derniers legs, inscrivent dans le paysage les stigmates de son histoire plurielle (figure 2). De fait, plusieurs jungles, tour à tour démantelées et reformées entre 2002 et 2016[2], ponctuent le récit des migrations à Calais. « Les squats, les jungles et les camps se multiplient, apparaissant et disparaissant au gré des interventions policières et des volontés d’annonce politique des divers élus locaux et nationaux[3] ». Car la Jungle ne figure guère sur une carte, elle est par essence le « lieu même de l’exil, c’est-à-dire le lieu de l’absence de lieu, le non-lieu, le nulle part[4] » écrit Georges Perec dans son ouvrage consacré à Ellis Island.

Figure 2 : Mur de la Jungle de Calais
(Photograhie : Elisa Snoussi, 27/10/2021)

Cette négation matérielle et morale des espaces exiliques se conçoit dans l’imaginaire ambivalent que cultive la Jungle au sein des consciences. L’usage médiatique du terme révèle les nouveaux topoï de l’exil contemporain : campements, accumulation de tentes délabrées, sols boueux et visages hagards déterminent l’iconicité de la Jungle. Dérivé du mot pachtoune[5] « djangal », signifiant « la forêt, le bois », la jungle désigne les interstices boisés et hostiles dans lesquels (sur)vivent ces populations immobilisées à la frontière. À contre-courant de l’imagerie sauvage et exotique dont elle est empreinte, la Jungle dévoile, par la réappropriation de ses espaces, un monde de solidarités. Pour l’écrivaine Veronika Boutinova, la jungle se forme « lorsque les réfugiés s’installent sur une aire sans constructions préalables » ; enfin, « lorsque les migrateurs commencent à construire des abris composites sur ces terres, ils deviennent des bidonvilles[6] », conclut-elle.

À partir de 2015, la Jungle de Calais acquiert une physionomie hybride ; bidonville et camps d’État cohabitent en un même lieu, localisé à 7 kilomètres du centre-ville. L’ampleur démographique de la Jungle, dont la population atteint près de 10 000 personnes en 2016, s’appréhende à travers le contexte de la « crise migratoire[7] » survenue à partir de 2014. Dès l’année 2011, l’instabilité politique du monde arabe, « les innombrables conflits sanglants qui s’y sont déroulés dans les dernières décennies, de l’Afghanistan au Mali en passant par le Liban, la Syrie, l’Irak, la Libye, le Yémen, le Soudan, le Nigeria ou la Somalie[8] » ont eu pour conséquence l’arrivée massive de migrants venus d’Afrique et du Moyen-Orient.

Face à l’afflux massif de réfugiés dans la Jungle, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve procède au démantèlement de la zone sud du bidonville en février 2016. Plus tard, le démantèlement intégral de la Jungle est décrété en réponse à la manifestation du 2 septembre 2016, durant laquelle les sociétés de transport et les organisations patronales et syndicales ont réclamé la fermeture du camp. Le déblaiement final, réalisé en octobre 2016, révèle « un important dispositif de communication (…) mis en place par les autorités préfectorales, qui se traduit par la diffusion de communiqués et l’invitation des journalistes à des conférences de presse. En amont du démantèlement, des opérations de communication visent à en démontrer le caractère humanitaire[9] ».

Dès lors, la Jungle acquiert une visibilité sans précédent dans la presse écrite qui en exploite sa puissance symbolique. Sous le flux d’images, la Jungle se meut progressivement en un « espace précaire aux limites instables[10] », comme le souligne Michel Agier.

 

Prélude

Le démantèlement de la Jungle est un événement irréductiblement lié à l’image ; la multiplication des reportages, unes et photographies dévoile une véritable iconographie autour de ses espaces. Mais ces images dessinent un paysage globalisé et standardisé de la Jungle : les ruines du campement et les détritus qui en jonchent le sol, les hordes de migrants et la présence accrue des policiers déterminent l’iconographie de ce lieu précaire. Ces répétitions visuelles se fondent sur le principe du framing médiatique qui « repose sur des opérations de sélection de certains aspects d’une question afin de les rendre plus saillants[11]».

Figure 3 : Le Figaro, 1er mars 2016

Figure 4 : Libération, 25 octobre 2016, p. 16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On observe, à travers la couverture médiatique des quotidiens Le Figaro et Libération, l’utilisation de frames basés sur la représentation du déblaiement du camp (figure 3[12]) et sur l’attente des réfugiés (figure 4[13]). Dès lors, l’imagerie de la Jungle se caractérise par une homogénéité de ses archives qui peuvent être classées en « catégories cohérentes d’images-types[14] ». Néanmoins, « il n’y a pas de véritable icône[15] » photographique du démantèlement de la Jungle comme le remarque Florian Ebner. L’uniformité des images et le principe de framing sur lequel elles se fondent ont obstrué le mécanisme inhérent à la formation d’une image-icône.

 

Stéréotypage et invisibilisation

 Nous vivons de plus en plus dans un monde virtualisé, désincarné, et donc gouverné par l’imaginaire. (…) La question migratoire, par exemple, existe d’abord sur le terrain de l’imaginaire, dans les phénomènes de construction et de déconstruction de cette figure du migrant. (Alain Damasio)[16]

Les images du démantèlement dissimulent plus qu’elles n’enseignent sur la condition et le vécu des réfugiés. Cette surconsommation des images se traduit visuellement par une marchandisation du corps migrant « qu’il devient possible de trier, ranger, parquer[17] » au sein de différents registres iconographiques.

Le journal Libération réalise un reportage photographique de l’évacuation de la Jungle le 25 octobre 2016. Ces images dévoilent une esthétique documentaire indéniable ; l’objectif se resserre sur les visages et tend à capturer, dans le mouvement, la présence de ceux qui ont façonné la Jungle (figure 5[18]). Néanmoins, les regards sont absents à l’instar de ce portrait d’homme quasi sculptural dont les yeux sont dissimulés sous l’épaisseur du bonnet (figure 6[19]). À l’arrière-plan, les visages paraissent se dissoudre graduellement sous l’effet de la foule. Parfois, les individus s’intègrent à l’environnement dans lequel ils évoluent, ils font corps avec les architectures hybrides du camp : la Jungle semble progressivement se substituer à la figure de l’exilé (figure 7[20]). Car ces corps sont « toujours exposés à disparaître[21] » comme l’écrit Georges Didi-Huberman.

Figure 5 : Libération, 25 octobre 2016, p.17

Figure 6 : Libération, 25 octobre 2016, p.17  (détail)

Figure 7 : Libération, 12 octobre 2016, p. 10

Les images du démantèlement capturent « l’anonymat d’une foule en fuite[22] » : corps entassés, fugitifs et insaisissables dont les visages s’effacent sous le tumulte comme en témoigne cette photographie datée du 25 octobre 2016 (ill. 8[23]). Ces figures « zombifiées » semblent se fondre dans l’accumulation des valises dont le motif renvoie à l’héritage visuel de la photographie d’exil (ill. 9[24]). Dès lors, ils forment une masse indistincte d’individus « sans visages[25] » qui ont perdu tous les symboles vivants de leur identité[26]. Ne subsiste que la matière plastique de ces corps errants (ill. 10[27]). Les files sont compressées et barricadées (ill. 11[28]) mais également distanciées et restreintes (ill. 12[29]) sur certaines photographies. L’alignement de ces corps bousculés et contraints révèle le double enfermement dont ils font l’objet : l’image matérialise le repli corporel et psychique inhérent à la condition de réfugié.

Figure 8 : Libération, 25 octobre 2016, p. 16

Figure 9 : Robert Capa, Réfugiés marchant sur la route entre Barcelone et la frontière franco-espagnole, janvier 1939

Figure 10 : Libération, 24 octobre 2016, p. 3.

Figure 11 : Libération, 28 octobre 2016, p. 20

Figure 12 : Le Figaro, 22 février 2016, p. 13

Un monde en disparition

Notre monde ne fabrique plus de ruines mais des décombres, et, dès qu’il le peut, il envoie un bulldozer qui balaye tout pour laisser la place à l’oubli. Les ruines gênent, elles incommodent.[30]

Figure 13 : Le Figaro, 1er novembre 2016, p. 2

Les ruines conservent le souvenir de la Jungle dans son identité topographique et symbolique. Elles révèlent les derniers vestiges de ce qui fut un véritable « brouillon de ville[31] » à la lisière des mondes globalisés. La trace du passage des migrants à Calais est cependant très vite dissimulée après le démantèlement final de la Jungle : grues et pelleteuses investissent le paysage désagrégé du camp (figure 13[32]). De fait, « les chemins qu’ils empruntent (les réfugiés) sont souvent recouverts après leur passage, tandis que disparaissent les lieux par lesquels ils ont transité[33] » comme le remarque Delphine Diaz. Une multitude de photographies illustrent le déblaiement de la Jungle par les autorités publiques ; débris, amas de terre et carcasses de baraques sont immortalisés sous l’objectif des photographes.

Figure 14 : Le Figaro, 1er mars 2016, p. 8

Figure 15 : Le Figaro, 25 novembre 2016, p. 10

L’usage du motif de la ruine pour rendre compte des événements à Calais s’observe dès le démantèlement partiel du mois de février 2016 (figure 14[34]). Le quotidien Le Figaro privilégie la capture de ces ruines en perdition à l’inverse du journal Libération qui focalise son attention sur le sort des réfugiés. À travers l’exhibition intentionnelle du déblaiement des décombres se dessine un paysage déshumanisé et insalubre. L’absence de figuration humaine renforce le caractère hostile de la Jungle perçue comme un monde en marge. Dès lors, la mise en spectacle du démantèlement de la Jungle dévoile le caractère hygiéniste de l’opération (figure 15[35]) : purifier les sols, déblayer le surplus et « raser » les espaces pour maintenir un contrôle sur la Jungle et apaiser l’opinion publique. Ces images construisent « une partition entre deux grandes catégories mondiales sans cesse réifiées : d’une part, un monde propre, sain et visible ; d’autre part, ses restes, obscurs, malades et invisibles[36]». Progressivement, ces éléments périssables se substituent à la présence des réfugiés créant de facto un « glissement de la condition des sujets à celle des objets[37] » ; le « corps déchet » de l’exilé est matérialisé par la présence des décombres.

Figure 16 : Le Figaro, 27 octobre 2016, p. 12

La dimension poétique de la ruine est également exploitée par la presse comme l’atteste cette photographie du journal Le Figaro datée du 27 octobre 2016 (figure 16[38]). Cette image tend à esthétiser le démantèlement, capturant les ondes de fumée qui émanent des tentes et insufflant de facto une forme de sublimité dans le chaos. Il s’agit d’images baroques et apocalyptiques qui viennent renforcer le caractère sublime de la ruine en décomposition. De fait, la destruction de la Jungle, « impressionnante et photogénique », constitue « le spectacle fascinant d’une situation violente[39] » éminemment exploité par la presse.

Dès le mois de janvier 2017, la Jungle est entièrement vidée de ses abris ; les travaux dits de « renaturation » visant à la création d’un site naturel se concrétisent. Toutefois, l’histoire des migrations à Calais perdure ; des micros-jungles tentent de subsister face au démantèlement systématique et permanent appliqué par l’État.

Le démantèlement de la Jungle illustre la prédominance du support médiatique dans l’élaboration d’une chronique politique et historique continue. Mais l’imagerie médiatique comporte ses dérives : la surenchère des photographies ôte parfois toute singularité au message visuel et didactique créant de facto un déséquilibre entre l’image et la réalité historique ; un « monde repu, presque étouffé, de marchandise imaginaire s’est construit[40] ». Cette marchandisation du phénomène migratoire s’accompagne d’une standardisation des images opérée par le phénomène de framing diffusant des doublons au sein de la couverture médiatique. Dès lors, de véritables registres iconographiques sont déterminés sur la base de ces images qui se construisent à partir de motifs visuels spécifiques. Ce constat, opéré à partir des images des quotidiens Libération et Le Figaro se répercute dans le traitement réalisé par les journaux internationaux qui usent des mêmes motifs et thématiques.

 

Elisa Snoussi, Master 2 Histoire de l’Art


Bibliographie

  • AGIER, Michel, Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, coll. « La bibliothèque des savoirs », 2008.
  • AGIER, Michel ; BOUAGGA, Yasmine ; GALISSON, Maël ; HANAPPE, Cyrille ; PETTE, Mathilde ; WANNESSON, Philippe ; TREPANIER, Madeleine ; BARRE, Céline ; LAMBERT, Nicolas ; PRESTIANNI, Sara ; SAISON, Julien, La jungle de Calais : les migrants, la frontière et le camp, 1ère édition., Paris, PUF, 2018.
  • AGIER, Michel, Le couloir des exilés : être étranger dans un monde commun, Édition du croquant., 2011.
  • CABANES, Bruno, Un siècle de réfugiés : photographier l’exil, Paris, Seuil, 2019.
  • Centre Pompidou Paris, Retour à Calais, Paris, 2020.
  • CHEROUX, Clément, Diplopie : l’image photographique à l’ère des médias globalisés essai sur le 11 septembre 2001, Cherbourg, le Point du jour, 2009.
  • DIAZ, Delphine, En exil : les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2021.
  • DIDI-HUBERMAN, Georges, Peuples exposés, peuples figurants, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « L’œil de l’histoire ; 4 », 2012.
  • DIDI-HUBERMAN, Georges, Images malgré tout, Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », 2003.
  • GYGAX, Raphael ; RERA, Nathan, White violence : on domination, displacement and populism Marc Bauer [exposition, Clermont-Ferrand, FRAC Auvergne, 6 mars-9 mai 2021, Londres, Drawing room, 12 septembre-17 novembre 2019, Bexhill, Pavillon de La Warr, 1er février-18 décembre 2020], Clermont-Ferrand, FRAC Auvergne, 2021.
  • LEQUETTE, Samuel et LE VERGOS, Delphine (eds.), Décamper, Paris, La Découverte, 2016.
  • MAALOUF, Amin, Le naufrage des civilisations, Paris, Librairie générale française (coll. « Le livre de poche »), 2020.
  • PEREC, Georges, Ellis Island, Paris, POL (coll. « #formatpoche »), 2019.
  • PEREZ-REVERTE, Arturo ; MASPERO, François, Le peintre de batailles : roman, Paris, Éd. du Seuil, 2007.
  • ʿAdnān Ītil ; FATTAL, Simone, Voyage, guerre, exil, Paris, l’Échoppe, 2020.


[1] Libération, 25 novembre 2021, p. 10 (sur la page suivante, photographie de Gonzalo Fuentes diffusée par Reuters). Europresse.

[2] L’histoire des « jungles » à Calais et dans le littoral de la Manche perdure, mais ces dernières sont systématiquement démantelées par les autorités pour endiguer la formation d’un bidonville « géant » tel que ce fut le cas en 2015. La présente étude traitera du démantèlement de 2016 opéré entre février et octobre.

[3] M. Agier et al., La jungle de Calais : les migrants, la frontière et le camp, 1re édition. Paris, PUF, 2018, p. 61.

[4] G. Perec, Ellis Island, Paris, POL, 2019, p. 60.

[5] Les Pachtounes sont un peuple d’origine iranienne dispersé entre l’Afghanistan et le Pakistan.

[6] Samuel Lequette et Delphine Le Vergos (eds.), Décamper, Paris, La Découverte, 2016, p. 52.

[7] L’expression « crise migratoire » est issue du langage politico-médiatique pour désigner l’intensification des flux migratoires en Europe à partir de 2014 comme le rappelle Delphine Diaz dans son ouvrage En exil : les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe à nos jours, Paris, Gallimard (coll. « Folio »), 2021.

[8] A. Maalouf, Le naufrage des civilisations, Paris, Librairie générale française, 2020, p. 280.

[9] M. Agier et al., La jungle de Calais, op. cit, p. 173.

[10] Agier Michel, Le couloir des exilés : être étranger dans un monde commun, Édition du croquant., 2011, p. 9.

[11] R. Gygax et N. Réra, White violence : on domination, displacement and populism Marc Bauer [exposition, Clermont-Ferrand, FRAC Auvergne, 6 mars-9 mai 2021, Londres, Drawing room, 12 septembre-17 novembre 2019, Bexhill, Pavillon de La Warr, 1er février-18 décembre 2020], Clermont-Ferrand, FRAC Auvergne, 2021, p. 7.

[12] Le Figaro, 1er mars 2016, p. 8 (photographie de Laurent Dubrule diffusée par l’European Pressphoto Agency). Europresse.

[13] Libération, 25 octobre 2016, p. 16 (photographies d’Aimée Thirion et Cyril Zannettacci pour Libération). Europresse.

[14] C. Chéroux, Diplopie : l’image photographique à l’ère des médias globalisés essai sur le 11 septembre 2001, Cherbourg, le Point du jour, 2009, p. 22.

[15] Mathilde Serrell et Philippe Azoury, Centre Pompidou Paris, Retour à Calais, Paris, 2020, 50 minutes 36. https://www.centrepompidou.fr/fr/ressources/media/gh611BJ

[16] J. Bisson, « Kafka, Orwell, Damasio… voyage en dystopie », LE UN des libraires, 17 juin 2021, p. 8

[17] Samuel Lequette et Delphine Le Vergos (eds.), Décamper, op. cit, p. 123.

[18] Libération, 25 octobre 2016, p. 17 (photographies d’Aimée Thirion et Cyril Zannettacci pour Libération). Europresse.

[19] Libération, 25 octobre 2016, p. 17 (photographies d’Aimée Thirion et Cyril Zannettacci pour Libération). Europresse.

[20] Libération, 12 octobre 2016, p. 10 (photographie d’Aimée Thirion pour Libération). Europresse.

[21] G. Didi-Huberman, Peuples exposés, peuples figurants, op. cit, p. 11.

[22] B. Cabanes, Un siècle de réfugiés, op. cit, p. 60.

[23] Libération, 25 octobre 2016, p. 16 (photographies d’Aimée Thirion et Cyril Zannettacci pour Libération). Europresse.

[24] Robert Capa, Réfugiés marchant sur la route entre Barcelone et la frontière franco-espagnole, janvier 1939, International Center of Photography, Magnum Photos. https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/photographie/robert-capa-a-bram-souvenirs-d-exil-des-refugies-espagnols_3288579.html

[25] G. Didi-Huberman, Peuples exposés, peuples figurants, Paris, Les éditions de Minuit (coll. “L’œil de l’histoire ; 4”), 2012, p. 16.

[26] Ī. ʿAdnān et S. Fattal, Voyage, guerre, exil, Paris, l’Échoppe, 2020, p. 18-19.

[27] Libération, 24 octobre 2016, p. 3 (photographie d’Emilio Morenatti pour AP Images). Europresse.

[28] Libération, 28 octobre 2016, p. 20 (photographie d’Aimée Thirion pour Libération). Europresse.

[29] Le Figaro, 22 février 2016, p. 13 (photographie de Sébastien Soriano pour Le Figaro). Europresse.

[30] A. Pérez-Reverte et F. Maspero, Le peintre de batailles : roman, Paris, Éd. du Seuil, 2007, p. 140.

[31] Samuel Lequette et Delphine Le Vergos (eds.), Décamper, op. cit, p. 5.

[32] Le Figaro, 1er novembre 2016, p. 2 (photographie de Philippe Huguen diffusée par l’AFP et de François Bouchon pour Le Figaro). Europresse.

[33] D. Diaz, En exil, op. cit, p. 19.

[34] Le Figaro, 1er mars 2016, p. 8 (photographie de Laurent Dubrule diffusée par l’European Pressphoto Agency), Europresse.

[35] Le Figaro, 25 novembre 2016, p. 10 (photographie de Jack Taylor diffusée par l’AFP et Getty Images).

[36] M. Agier, Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 2008, p. 14.

[37] Samuel Lequette et Delphine Le Vergos (eds.), Décamper, op. cit, p. 123.

[38] Le Figaro, 27 octobre 2016, p. 12 (photographie de Philippe Wojazer diffusée par Reuters). Europresse.

[39] M. Agier et al., La Jungle de Calais, op. cit, p. 175.

[40] G. Didi-Huberman, Images malgré tout, Paris, Minuit, 2003, p. 91.


Texte édité par Eugénie Perez (M2 Histoire de l’Art), membre du comité de lecture Investigatio


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mastersfdl (10 juin 2022). ” Démanteler la Jungle sous l’objectif de la presse française” – Élisa Snoussi. Investigatio. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra7i


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search