Étudier un organe de presse – Eléonore Tissier

 

Étudier un organe de presse publié pendant l’entre deux-guerres : l’exemple de Marianne, hebdomadaire politico-littéraire (1932-1940) à travers l’analyse de son emploi de l’image photographique

 

            Dans le cadre de ce mémoire de recherche, j’étudie l’hebdomadaire politico-littéraire Marianne, publié de 1932 à 1940. Plus précisément, je m’intéresse à l’emploi qui a été fait de l’image photographique dans ses colonnes. Le sujet a été élaboré avec l’aide de ma directrice de mémoire, Mme Simoniello et de Mme Amao, assistante du cabinet de la photographie du Centre Pompidou, qui me proposèrent dans un premier temps d’étudier le caractère novateur et satyrique des photomontages en couverture. Or, à la lecture des différentes sources secondaires portant sur Marianne, j’ai été contrainte de redéfinir mon sujet. Deux ouvrages proposaient déjà un examen détaillé des photomontages. Je me suis donc concentrée sur la problématique suivante : Marianne, une identité visuelle définie par un emploi stratégique de l’image photographique.

            Pour établir cette dernière, il a fallu employer deux méthodes complémentaires. La première était d’effectuer un travail de dépouillement de l’hebdomadaire, certes conséquent mais tout à fait indispensable pour cette étude. Afin de mieux saisir les raisons d’être de l’image photographique dans Marianne, je m’attarderai dans un premier temps sur la deuxième méthode adoptée pour mener à bien mon mémoire et reviendrai ensuite sur le dépouillement pour l’expliquer plus en détails.

            Pour établir la problématique, il a donc fallu revenir sur les motifs ayant conduit à la création de l’hebdomadaire. Ils ont, en effet, été déterminants pour la suite de mes recherches dans la mesure où ils m’ont fait comprendre que l’usage de la photographie dans Marianne répondait à des exigences précises. En effet, l’hebdomadaire est créé sous l’impulsion de Gaston Gallimard pour rivaliser avec deux titres à succès que sont Candide, grand hebdomadaire parisien et littéraire (1924) et Gringoire, grand hebdomadaire parisien politique et littéraire (1928). Il souhaite les affronter sur le terrain politique car ces deux organes de presse, associés aux partis d’extrême droite, ne connaissent encore que très peu d’opposants. Ainsi, Marianne se revendique, dès sa création, contre Candide et Gringoire en proposant son soutien aux partis politiques de gauche. Gaston Gallimard entend renverser le monopole de ces deux titres de presse qui vont jusqu’à mobiliser des auteurs de sa maison d’édition. Le journal Marianne est alors créé pour « répondre aux besoins de la maison d’édition Gallimard »[1]. En procédant ainsi, il fidélise ses auteurs jusqu’alors mobilisés par Candide, associé à la maison d’édition adverse, la maison Fayard. La présence de la photographie dans Marianne réaffirme ce désir d’opposition car Gallimard entend offrir une tribune littéraire et politique aussi agréable à l’œil qu’elle ne l’est à l’esprit. À l’inverse de ses concurrents qui désapprouvent la présence du médium photographique dans leurs pages, Marianne propose des reportages photographiques réalisés par des photographes indépendants ou rattachés à des agences photographiques. Il se démarque en proposant des images qui donnent à voir l’information et lui assure une certaine authenticité. Le recours à l’image doit être donc vu comme une stratégie de la part de la maison Gallimard qui élève le prestige de Marianne, en s’assurant l’approbation des lecteurs français de plus en plus avides d’informations dites visuelles.

            Dans cette mesure, plusieurs questionnements ont été soulevés : comment penser l’image photographique dans Marianne ? Dans quelles mesures façonne-t-elle l’identité visuelle du journal ?

 

            Ces questionnements ont été élaborés à partir des sources portant sur Marianne. Elles sont essentielles dans la recherche car elles permettent de définir, parmi tout ce qui a été dit sur le sujet, les points qui restent à étudier. De ce fait, je me suis rendue compte que les écrits universitaires abordaient généralement l’hebdomadaire à travers des éléments précis sans pour autant prêter plus d’attention à l’emploi de l’image photographique. Ainsi, l’aspect littéraire et politique domine en grande partie. La politique est d’autant plus présente car le refus de militantisme du journal dans les controverses qui marquèrent son temps, une période où il était important de prendre position, a été source de nombreuses discussions. L’ensemble de ces points de vue relayent au second plan des questions tout aussi importantes, soient la situation de l’image photographique par rapport au texte et la mise en page, deux éléments déterminants dans l’appréhension d’un journal à cette époque. Par conséquent, il m’a semblé plus pertinent de penser Marianne dans un contexte plus général, dans lequel son identité visuelle à travers l’analyse de l’image photographique, serait mise en lumière.

            Le sujet génère plusieurs difficultés. La première d’entre elles, et disons la plus contraignante, est l’absence d’archives de l’hebdomadaire. Ces dernières ont été perdues lors de la destruction de ses locaux par l’armée nazie, entrée dans Paris en 1940. Le journal Marianne, qui critiquait le régime d’Hitler à travers des photomontages très virulents, a été censuré dès 1933 en Allemagne. De ce fait, Marianne faisait partie des titres de presse dont il fallait se débarrasser afin de consolider la propagande nazie. Pour contourner cette difficulté, il faut confronter des sources de différentes natures, telles que des autobiographies[2], des entretiens[3], des correspondances d’époque ou plus tardives. Elles offrent ainsi un témoignage de première main sur la conception du journal et ses objectifs. Or, elles sont parfois incomplètes. En outre, les contributeurs de l’hebdomadaire s’expriment souvent peu sur leurs expériences, préférant s’attarder plus longuement sur leur participation dans des titres de presse de plus grande envergure. De plus, les mentions sur l’emploi de la photographie sont rares et parfois évoquées à titre anecdotique. Il faut donc faire appel aux sources primaires qui permettent de restituer la production de Marianne dans le contexte de la presse de l’entre-deux-guerres. Parmi celles-ci, il faut compter les documents dactylographiés, conservés aux Archives Nationales, rassemblés dans un dossier Marianne[4]. Faisant le constat des changements de propriétaires, des contributeurs ou encore du nombre de tirages effectués, ces documents établis par le gouvernement comme moyen de surveillance des titres de presse français, redéfinissent les contours de Marianne. Il faut également revenir à d’autres journaux qui permettent d’avoir une idée de la manière dont l’hebdomadaire était perçu par ses contemporains. Par exemple, Presse-Publicité complimente les modifications apportées par le nouveau directorat du journal en 1937[5]. Il convient également de jeter des ponts entre Marianne et d’autres formules de la presse illustrée. Cela permet de proposer une définition plus restreinte de l’hebdomadaire, grâce à la fois à ce qu’il est (un journal d’information illustré) et à ce qu’il n’est pas (une revue illustrée). Ainsi, comparer Marianne à d’autres organes de presse, tels que Vu ou Regards, semble être une solution appropriée pour faire face aux différents manquements cités en amont.

            Enfin, cette approche de Marianne ne saurait être complète si un dépouillement ne se faisait pas en parallèle. Celui-ci est primordial car il permet de s’approprier l’hebdomadaire et de mieux comprendre son évolution durant ses années d’existence. Ainsi, il permet de voir que l’emploi de l’image photographique dans Marianne a été différent selon les exemplaires, les années et les directeurs. Par ailleurs, le dépouillement permet de questionner l’objet étudié, l’image, en l’analysant directement dans l’environnement dans lequel il se situe, ici les pages de l’hebdomadaire. A cette période où l’art de la mise en page se développe et où l’agencement des images permet de diffuser des messages, il est primordial de se concentrer sur cet aspect. Par conséquent, il est possible d’interroger le lien entre l’image et le texte, à savoir s’ils sont pensés l’un en regard de l’un et de l’autre ou s’ils sont, au contraire, indépendants. Cela permet également de souligner la participation de photographes de renom, tels que Germaine Krull, Emmanuel Sougez, Roger Schall et bien d’autres encore. Et, par extension, d’interroger la présence de leurs photographies : était-ce un pécule supplémentaire ? Un moyen pour eux de diffuser plus aisément leurs images artistiques et ainsi être reconnus plus facilement ?

            Interroger l’histoire de Marianne à travers son emploi de l’image photographique, apporte un éclairage nouveau sur les différents événements qui se sont produits durant l’entre-deux-guerres. Ainsi, étudier un organe de presse s’avère être une étape essentielle pour comprendre les enjeux de cette époque, qu’ils soient d’ordre politique, culturel ou sociétal.  Le sujet permet d’analyser plusieurs champs d’étude, tels que la photographie, la presse et la politique entre autres. Une diversité à laquelle il faut répondre par une bibliographie toute aussi variée. Cela semble d’autant plus important puisque la période étudiée témoigne d’un renouvellement des organes de presse, notamment à travers l’affirmation de la place de la photographie au sein de leurs colonnes. Ainsi, des innovations techniques et visuelles tout à fait avant-gardistes révèlent un usage moderne de la photographie, caractéristique de cette période, où l’image remplace progressivement le texte. Si l’emploi de l’image photographique n’est pas aussi audacieux que celui de Vu ou Regards, analyser l’exemple de Marianne offre un autre point de vue, certes plus traditionnel, pourtant le reflet d’une époque encore partagée entre les apports de la modernité et la difficulté à se défaire de certaines conventions. Ainsi, étudier le contre-pied de cette modernité permet de mieux comprendre sa réception mais également ses limites.

Elénore Tissier

M2 Histoire de l’art

[1] Helbert Catherine, La vie de Marianne : monographie de l’hebdomadaire Marianne (1932-1936), Th. de doctorat : Littérature française, Paris : Université Panthéon-Sorbonne, 2001, p1.

[2] Krull Germaine, La vie mène la danse, Paris : Textuel, 2015.

[3] berl Emmanuel, Modiano Patrick, Interrogatoire, Paris : Gallimard, 1976.

[4] Fonds Moscou, DG de la sûreté nationale, inventaire 200102016, art. 191., n°6984, dossier Marianne.

[5] « Le lancement de ce soir…en lisant les journaux de la semaine », Presse-Publicité, n°1, 14/03/1937, p. 5.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.