Louis Faurer (1916-2001) – Agnès Vergnes

« Louis Faurer (1916-2001) » – Fondation Cartier-Bresson

 Du 9 septembre au 18 décembre 2016

La Fondation Cartier-Bresson propose une rétrospective de Louis Faurer, photographe américain quelque peu oublié du grand public mais loué par ses confrères[1].  Susan Kismaric précise qu’il a été un « photographe pour photographes[2] », que ceux-ci « l’admiraient pour la pureté de son regard, comparable à celui que Faurer trouvait dans le travail de Walker Evans, dans cette “utilisation poétique des faits”[3]. » Robert Frank fait partie de ses admirateurs et fut son ami ; il l’hébergea, ils partagèrent la même chambre noire. Il en dresse, en quelques mots, le portrait : « Louis était très intelligent, très en colère, et animé d’une énorme passion pour les gens. » Il précise qu’il pouvait les observer « pendant des heures et, une fois rentré, me raconter des histoires à propos d’eux[4] ».

L’exposition a été conçue par Agnès Sire, directrice de la Fondation, en collaboration avec l’Estate Louis Faurer, la galerie Howard Greenberg et Deborah Bell Photographs et coproduite avec le Centro José Guerrero à Grenade. Elle comprend une centaine d’images du travail personnel de Louis Faurer et une unique photographie de mode, venant en contrepoint évoquer son travail de commande pour des magazines.

Louis Faurer est un adepte de la street photography. Ce type de photographie peut être ainsi défini :  il se pratique dans des lieux publics tels que les rues, squares, plages, grands magasins, met l’accent sur l’humain ou les signes de la présence humaine, joue de l’interaction entre l’homme et son environnement et capte des moments éphémères, souvent des fragments du quotidien. La ville de New York a été son principal thème d’inspiration, de la fin des années 1940 au milieu des années 1950, tout particulièrement le quartier de Times Square, où il se rendait inlassablement. Dans un texte décrivant sa carrière, il témoigne« New York m’a enchanté et étonné. Partout, il y avait des choses à découvrir[5] ». Il précise : « J’ai photographié presque chaque jour, et la lumière hypnotique du crépuscule me conduisait dans Times Square[6] ».

C’est un observateur sensible à la personnalité, à l’originalité, à la fragilité de ceux qu’il croise. Luc Desbenoit note : « Dans ses cadrages, il isole souvent des individus fragiles, baroques, gonflés d’ego ou vaincus, tombés à terre et réduits à la mendicité sur les trottoirs. Ses clichés ne se contentent pas de les décrire. Ils semblent traverser les apparences des gens pour mettre à nu leurs singularités mentales, leurs névroses, leurs troubles, leurs failles, et leurs forces, comme s’ils se confiaient sur le divan d’un psychanalyste[7]. »

L’artiste photographie un gamin maigre, l’air perdu, semblant vouloir s’enlacer lui-même ; un homme en costume, poings fermés, regard dans le vide, tout près de basculer dans le flot des voitures qui traversent l’arrière-plan ; une jeune femme au visage attentif et triste parlant avec un homme qui semble ne rien vouloir entendre ; une femme dont le maquillage dégouline, un œil au beurre noir, traces de coups et de mascara mêlés… Chacun de ces personnages pourrait être l’amorce d’une nouvelle, d’un récit cinématographique. Agnès Sire écrit :

« Concerné par ce qu’il voit, il nous fait partager ses doutes, sélectionne les êtres anonymes croisés dans la banalité du trottoir : ils ont été arrachés à la mélancolie ambiante, au film noir qui s’y déroule, à la détresse envahissante qui semble être le lot de sa vie. D’une profonde honnêteté, rejetant l’outrance ou l’obscénité d’une scène trop violente, Louis Faurer se projette sciemment dans ceux qu’il photographie ; il s’y reconnaît bien souvent, c’est le sens de sa démarche. Il croise ainsi son double, apparaît même dans le cadre, en réflexions. Chacune de ses images est un défi au silence et à l’indifférence, le leur, le sien[8]. »

Dans d’autres images, le photographe joue des ombres, des reflets, des vitrines, de la superposition, de l’occultation. Il mêle des éléments disparates, brouille nos repères et crée des clichés troublants et mystérieux. Louis Faurer est un de ces photographes qui ont la volonté de déconstruire le regard[9]. Excellent tireur, il sut expérimenter les  sous-expositions, les superpositions de négatifs. Il sut aussi utiliser les flous, travailler sur le grain, rendre l’atmosphère  nocturne, des  tonalités  très    contrastées.[10]

L’exposition de la Fondation Cartier-Bresson, d’une grande sobriété, permet une mise en lumière d’un photographe mal connu et pourtant important dans la photographie de l’après-guerre. Il y a une dizaine d’années, la Bibliothèque nationale de France présentait l’exposition Seventies. Le choc de la photographie américaine, une riche sélection issue de ses collections qui montrait les questionnements de l’époque, la liberté des artistes, la volonté de s’éloigner de la « belle image » et de chercher d’autres types d’écriture[11]. Louis Faurer faisait partie des photographes présentés, et était mis en résonance avec des artistes bien plus célèbres tel Lee Friedlander. Dans le catalogue, la place qu’il occupe dans l’histoire de la photographie était aussi soulignée : « Son aptitude à créer une atmosphère, à rendre visibles les êtres les plus banals, sa spontanéité, son souci de coller au réel sans autre médiation que celle de son appareil, expliquent son influence sur toute une génération de photographes qui travailleront dans le même esprit[12]. » Walter Hopps résume, d’une formule lapidaire, ce constat : « la photographie américaine des années 1950 appartenait incontestablement à Louis Faurer[13] ».

Ses photographies sont celles d’un précurseur, d’un artiste qui explore de nouvelles pistes et ouvre
la voie à des auteurs, bien plus connus que lui aujourd’hui, tels Garry Winogrand pour sa capacité à capter l’énergie et l’agitation de la ville, Diane Arbus pour l’acuité du regard et l’attirance pour les fêlures humaines, Lee Friedlander pour le goût de la déconstruction et de l’obstruction. Autant de photographes auxquels se réfère John Szarkowski en 1967, alors responsable du département photographie du Museum of Modern Art de New York, en écrivant qu’une « nouvelle génération de photographes oriente l’approche documentaire vers des fins plus personnelles. Leur objectif n’est pas de réformer la vie mais de la connaître[14] ». Louis Faurer fait partie de ces artistes qui documentent le monde sans chercher une quelconque objectivité, avec une lancinante musique personnelle.

Agnès Vergnes

M2 – Histoire de l’art

Bibliographie

 

Dossier de presse « Louis Faurer » de la Fondation Henri Cartier-Bresson.

« Louis Faurer, rétrospective », L’œil de la photographie, 19 septembre 2016.

Anne Biroleau (dir.), 70’ La photographie américaine, Paris, Éditions Bibliothèque nationale de France, 2008, 328 p.

Luc Debesnoit, « À la Fondation Cartier-Bresson, Louis Faurer, génie visionnaire et oublié de la photographie », Télérama, 9 septembre 2016 [en ligne]. www.telerama.fr.

Claire Guillot, « Les 70’s américaines vues de France », Le Monde, 17 décembre 2008 [en ligne]. mobile.lemonde.fr

 

Martin Harrison, Louis Faurer, Paris, éd. Centre National de la Photographie, 1992, 144 p, collection Photopoche.

Sophie Hedtmann, « Seventies, le choc de la photographie américaine. Le jeu des 9 familles », Transatlantica,  5 août 2009 [en ligne]. https://transatlantica.revues.org/4310

Clémentine Mercier, « Louis Faurer, la rue à rudes épreuves », 2 octobre 2016 [en ligne]. http://next.liberation.fr.

Valérie Oddos, « Louis Faurer, photographe de la fragilité, à la Fondation Cartier-Bresson », 12 septembre 2016 [en ligne]. culturebox.franceetvinfo.fr.

Anne Wilkes Tucker, Louis Faurer, éd. Merrel et The Museum of Fine Arts, Londres, 2002, 208 p.

[1] William Eggleston, Robert Frank, Nan Goldin, Elliot Erwitt sont cités par Anne Wilkes Tucker in Anne Wilkes Tucker, Louis Faurer, Londres, Éditions Merrel / The Museum of Fine Arts, 2002, pp. 13-47, p 13. William Eggleston et Robert Frank sont également mentionnés par Clémentine Mercier, Louis Faurer, la rue à rudes épreuves, 2 octobre 2016 [en ligne]. http://next.liberation.fr.

[2] Dossier de presse de la Fondation Henri Cartier-Bresson, p. 9.

[3] Ibid.

[4] Luc Debesnoit, « À la Fondation Cartier-Bresson, Louis Faurer, génie visionnaire et oublié de la photographie », Télérama, 9 septembre 2016 [en ligne]. www.telerama.fr.

[5] Texte du 2 octobre 1979, publié à l’occasion de l’exposition Louis Faurer – Photographs from Philadelphia and New York 1937-1973, présentée du 10 mars au 23 avril 1981 à l’Art Gallery de l’université du Maryland, cité dans le dossier de presse, p. 5.

[6] Ibid.

[7] Luc Debesnoit, « À la Fondation Cartier-Bresson », art. cit.

[8] « Louis Faurer, rétrospective », L’œil de la photographie, 19 septembre 2016.

[9] Sophie Hedtmann, « Seventies, le choc de la photographie américaine. Le jeu des 9 familles », Transatlantica,  5 août 2009 [en ligne]. https://transatlantica.revues.org/4310

[10] Valérie Oddos, « Louis Faurer, photographe de la fragilité, à la Fondation Cartier-Bresson », 12 septembre 2016 [en ligne]. culturebox.franceetvinfo.fr.

[11] Claire Guillot, « Les 70’s américaines vues de France », Le Monde, 17 décembre 2008 [en ligne]. mobile.lemonde.fr

[12] Anne Biroleau (dir.), 70’ La photographie américaine, Paris, Éditions Bibliothèque nationale de France, 2008, p 297.

[13] Citation extraite du catalogue Louis Faurer – Photographs from Philadelphia and New York 1937-1973, présentée du 10 mars au 23 avril 1981 à l’Art Gallery de l’université du Maryland, in Martin Harrison, Louis Faurer, Paris, Éditions du Centre National de la Photographie, coll. « Photopoche », 1992, 144 p.

[14] Dossier de presse, p 9.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.