Cryptes de France – Marion Jouan

Cryptes de France, hôtel d’Ourscamp (19 octobre 2016 – 15 janvier 2017)

         À l’occasion du cinquantième anniversaire du classement aux Monuments Historiques de l’hôtel d’Ourscamp, l’Association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris historique présente l’exposition Cryptes de France du 19 octobre 2016 au 15 janvier 2017. Investissant la pièce principale du cellier médiéval de l’édifice, cette installation réunit des photographies réalisées par Jean-François Amelot pour illustrer l’ouvrage Les cryptes en France : pour une approche archéologique (IVe-XIIe siècles)[1] de Christian Sapin paru en 2014. Sous des angles divers, ces clichés reproduisent de nombreux exemples français de cryptes – ces espaces construits sous les églises – enterrées ou non, généralement destinées à abriter la sépulture d’un ou de plusieurs personnages saints.

L’hôtel d’Ourscamp

         Situé au sud du quarter historique du Marais, l’hôtel d’Ourscamp, dit aussi maison de l’Ours ou maison de Marsande, est l’un des rares témoignages d’architecture médiévale conservés à Paris. En 1248, une communauté cistercienne dépendant de l’abbaye Notre-Dame d’Ourscamp (désormais commune de Chiry-Ourscamp, au nord-est de l’Oise) reçoit en donation une petite parcelle de terrain sur la rive droite de la Seine et y fait construire une maison de ville. Rapidement, des moines s’y installent et y entreposent des marchandises acheminées depuis leur abbaye afin de les revendre aux habitants de la capitale. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, le bâtiment est presque entièrement reconstruit et subit d’importantes modifications au cours des siècles suivants. Après la Révolution française de 1789, les possessions du clergé sont confisquées par l’État : l’hôtel d’Ourscamp est vendu à des particuliers et abrite successivement plusieurs petits commerces.

         Mais au début du XXe siècle, le Conseil municipal de Paris établit une liste d’îlots jugés insalubres et projette de grands travaux d’urbanisme pour améliorer leurs conditions d’hygiène. Au début des années 1960, l’îlot n°16, dans le quartier Saint-Gervais, échappe de justesse à la démolition à la suite d’une forte mobilisation citoyenne. La municipalité s’engage à faire restaurer la plupart des constructions anciennes, à l’exception de l’hôtel d’Ourscamp, en trop mauvais état. Fondée peu de temps auparavant, l’association Paris historique propose de prendre en charge la réhabilitation de l’édifice et d’y installer son siège.

         Au rez-de-chaussée du bâtiment, un étroit escalier en pierre mène au cellier, un espace quadrangulaire de style gothique daté du XIIIe siècle. Divisée en trois vaisseaux de quatre travées, la pièce est couverte de voûtes quadripartites identiques. Leurs arcs retombent sur des culots placés à mi-hauteur du mur, et sur six petits piliers massifs au fût lisse et chapiteau sculpté de motifs géométriques.

L’exposition Cryptes de France

         L’exposition Cryptes de France y dévoile 62 clichés de Jean-François Amelot, artiste français spécialisé dans la photographie d’architecture et de sculpture médiévales. Réparties dans toute la pièce, les images sont imprimées en couleurs sur des surfaces en plastique souple de divers formats (à la manière de certains kakémonos[2]), accrochées aux parois des murs et des piliers, suspendues au plafond ou posées sur le sol en terre battue. N’indiquant aucun chemin particulier à suivre, la scénographie laisse le visiteur libre de ses déplacements. Cependant, les travaux de restauration réalisés par des bénévoles de l’association Paris historique[3] sont encore en cours : des blocs de pierre, gravats, poutres en bois et divers outils gênent la circulation au sein du cellier et cachent parfois même les photographies exposées. Aussi, l’éclairage de l’espace est assez faible et peu homogène, ne permettant pas au visiteur d’apprécier correctement les prises de vue.

         Ces œuvres reproduisent des cryptes originaires de toutes les régions de France métropolitaine — à l’exception de la Corse — datées du IVe au XIIe siècles. Les édifices les plus connus y sont célébrés, comme la cathédrale Notre-Dame de Chartres, la basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand et l’abbatiale Saint-Victor de Marseille. Cependant des bâtiments plus méconnus y sont aussi dévoilés, tels que l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul d’Alluy, l’église Sainte-Quitterie d’Aire-sur-l’Adour et l’église Saint-Patrice de Saint-Parize-le-Châtel.

         Les prises de vue sont variées, offrent des plans larges décrivant la structure et l’aménagement de ces espaces, mais également des plans serrés détaillant les tombeaux qu’ils renferment, et leur décor peint, gravé et sculpté. Ainsi, on y observe la coexistence d’une grande diversité de types architecturaux et de formules iconographiques. Sur la plupart des photographies est mentionnée la ville dans laquelle se situe la crypte mais ces informations sont très souvent incomplètes, erronées ou manquantes — une dizaine d’œuvres étant dépourvues de toute annotation. Aussi, l’absence du nom de l’église représentée, de sa datation et de sa localisation ne permet pas au visiteur d’établir une appréciation raisonnée des différents exemples exposés. Quelques clichés sont accompagnés de brefs textes explicatifs mais il aurait été appréciable qu’ils soient complétés de vues d’ensemble et de plans des constructions.

L’ouvrage Les cryptes en France : pour une approche archéologique (IVe-XIIe siècle)

         Publié en 2014, l’ouvrage Les cryptes de France : pour une approche archéologique (IVe-XIIe siècles) est le résultat d’un travail de longue durée réalisé par Christian Sapin. Ce dernier, archéologue et historien de l’art français, est également directeur de recherche au CNRS[4] et auteur de nombreux articles et livres de référence. À travers plus de 300 pages, il tente de faire redécouvrir les cryptes et celliers des églises de France en dépassant les préjugés qui les entourent.

         L’étude est divisée en deux grandes sections. La première partie établit un classement chronologique des structures et de leurs fonctions. D’après l’étymologie du terme, les cryptes sont initialement destinées à servir de refuge aux ermites et de dépôt aux corps et reliques des personnages saints. Les premiers exemples apparaissant en France entre les IVe et VIe siècles seraient inspirés des mausolées de basiliques byzantines et de « cryptes d’autel » d’églises paléochrétiennes d’Orient et de région méditerranéenne. Progressivement, elles acquièrent une dimension sacrée et deviennent des éléments essentiels de l’architecture et de la liturgie des édifices religieux. Ces espaces se développent et plusieurs grands types coexistent du VIe au XIe siècles XX. Puis l’auteur s’intéresse à la conception de la crypte au cours des XIe et XIIe siècles  XX: « l’église dans l’église ». À cette période, les corps et reliques tendent à être déportés au sein des parties principales de l’édifice. La construction des cryptes décline, mais les progrès techniques permettent l’élaboration de types nouveaux destinés à d’autres pratiques dévotionnelles. Il faut attendre le XIXe siècle pour qu’on constate un certain regain d’intérêt envers ces espaces souterrains, désormais utilisés lors de rassemblements traditionnels. La seconde partie dresse l’inventaire de 372 sites répertoriés selon leur datation, localisation, statut et usage, ainsi que leurs principales caractéristiques architecturales et ornementales.

         À travers cet ouvrage, Christian Sapin établit une synthèse raisonnée des plus anciens celliers et cryptes de France. Par une approche aussi bien archéologique qu’anthropologique, il démontre que leur évolution, bien qu’assez lente comparée à celle des églises, est aussi complexe que diversifiée. Près de 400 sites y sont richement documentés, comparés et illustrés par de nombreuses photographies, cartes, plans et reconstitutions.

            La présentation de l’exposition Cryptes de France au sein d’un espace souterrain permet au visiteur de replacer les œuvres dans leur contexte et d’en imaginer l’atmosphère plus facilement. Cependant, l’installation souffre d’un certain anachronisme : la datation des cryptes photographiées n’excède pas le XIIe siècle alors que le cellier de l’hôtel d’Ourscamp présente des éléments typiques du gothique classique se développant au XIIIe siècle. L’absence d’indications sur les prises de vue et le manque de cohérence de la scénographie ne participent pas à la mise en valeur des œuvres et du propos porté par l’exposition. Enfin, le lien entre les photographies et l’ouvrage Les cryptes en France : pour une approche archéologique (IVe-XIIe siècles) n’est pas mentionné et très peu de moyens de communication ont été mis en place autour de l’événement.

Marion Jouan

M1 Histoire de l’art

[1] SAPIN Christian, Les cryptes en France : pour une approche archéologique (IVe-XIIe siècles), Paris (France), Éditions Picard, 2014

[2] Un kakémono est un support d’affichage en papier, carton ou plastique, généralement suspendu verticalement ou soutenu par un pied-portant et utilisé à des fins d’information ou de publicité. Le terme est inspiré du mot japonais kakemono  désignant une calligraphie, peinture ou broderie sur soie ou sur papier, pouvant être en enroulée autour d’un bâton et destinée à être accrochée contre une paroi.

[3] Association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Paris historique : association loi de 1901 (à but non lucratif), fondée en en 1963 par Michel Raude et reconnue d’utilité publique en 2015.

[4] CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.