La Mode au Moyen Age – Marie Galpin

La Mode au Moyen âge

Tour Jean-Sans-Peur

            Du 11 mai 2016 au 15 janvier 2017 l’exposition « La Mode au Moyen Âge » se tient à la tour Jean-Sans-Peur. En marge de l’exposition, une série de conférences a été organisée et a débuté le 8 juin par une intervention de Nadège Gauffre Fayolle, la commissaire d’exposition, sur le chaperon, un intemporel de la mode médiévale. La série se poursuivit ensuite avec un sujet sur la mode enfantine (Danièle Alexandre-Bidon, 14 septembre), le costume médiéval au cinéma (Yohann Chanoir, 5 octobre), la couleur des vêtements (Michel Pastoureau, 16 novembre), et enfin le métier de tailleur (Nadège Gauffre Fayolle), le 7 décembre.

Au travers de panneaux explicatifs et de reproductions de costumes, l’exposition s’applique à présenter les différents enjeux du vêtement au Moyen Âge. Évolutions de la silhouette, philosophie de l’habillement et pratiques vestimentaires spécifiques sont présentées dans la première salle.  Dans la seconde, sont énumérés les aspects plus techniques du costume médiéval : y sont décrits les ateliers des tailleurs, les matériaux utilisés et les méthodes de traitement des vêtements des élégants.

  Du XIe siècle au XIIIe siècle, la mode connaît peu d’évolutions. Hommes et femmes revêtent des tuniques amples, plus ou moins longues en fonction de l’époque, du sexe et de la catégorie sociale de l’individu. Cette tunique, le bliaud, quasi unisexe reste la base de l’habillement médiéval jusqu’au XIVe siècle.

Les hommes et les femmes n’ont cependant pas le même costume. Pour des raisons morales, le costume féminin les recouvre de la tête aux pieds : seules les mains et le visage sont visibles. Les cheveux doivent absolument rester cachés sous un voile.

Quelques variations épisodiques peuvent être remarquées çà et là. Vers 1200, le bliaud (féminin et masculin) s’ajuste autour du buste grâce à des lanières qui tendent le tissu, une pratique qui ne dure qu’un siècle avant que le vêtement ne redevienne ample. Par périodes, les bliauds développent des manches plus ou moins longues, ajustées ou larges, mais ces particularités restent mineures et la forme du vêtement ne connaît pas de réelle « révolution » avant le début du XIVe siècle.

   C’est donc aux alentours de 1300 que naît la mode telle que nous la concevons aujourd’hui. On voit la naissance de ce qu’on pourrait appeler un canon de beauté : la silhouette fine et élancée est fortement appréciée, et les vêtements des deux sexes sont conçus pour magnifier ce nouveau canon.  L’esthétique recherchée est la même pour les hommes et les femmes mais les moyens mis en place pour l’atteindre sont différents : les garde-robes masculines et féminines prennent des chemins entièrement différents.  Le vêtement dépasse alors sa simple vocation utilitaire : hommes et femmes cherchent à « paraître ».

   La présentation de cette nouvelle mode commence par la description du nouveau costume masculin, illustré par la reproduction du pourpoint, celui-ci est le petit dernier de la garde-robe masculine.  Ce vêtement, très ajusté, boutonné sur le devant, et ne couvrant pas les jambes, était à l’origine une pièce d’habillement militaire, le gambison. Il s’agissait d’un vêtement matelassé porté sous l’armure afin de protéger le torse et les hanches des chocs trop violents du corps contre l’armure.

Le pourpoint contribue à modifier la silhouette masculine : il marque fortement la taille et la poitrine est rembourrée pour paraître bombée, ce qui accentue la cambrure.

Par ailleurs, avec ce vêtement court, les hommes portent des chausses, recouvrant les jambes, qui sont attachées au pourpoint par des aiguillettes.

L’exposition décrit les différentes évolutions du costume masculin au gré des changements de mode. La poitrine n’est plus à l’honneur au XVéme siècle : le rembourrage des pourpoints migre alors vers les épaules pour accentuer la carrure et affiner la taille par contraste. Les boutons sont remplacés par un laçage laissant apparaître la chemise. Les jambes des chausses sont allongées et cousues ensemble pour s’adapter aux pourpoints qui, de plus en plus courts, ne couvrent plus les fesses. Cette période voit aussi l’apparition de la braguette.

Pour allonger la silhouette, les hommes portent parfois des chausses semellées, qui recouvrent le pied et éliminent la séparation entre la jambe et le pied, le cou est mis en valeur et allongé par un col montant ou en corolle.

   La partie concernant la nouvelle mode féminine est elle aussi illustrée d’une reproduction, cette fois-ci complète. Ce costume est composé d’une robe longue, à la taille haute et cintrée. La poitrine est mise en valeur par un décolleté, souvent couvert d’une légère gaze. La taille haute permet de donner un aspect plus élancé à la silhouette en rétrécissant le buste. Cette silhouette est aussi accentuée par une traîne dont la longueur ne cessera d’augmenter au cours des décennies, inquiétant certains religieux qui trouvent cet allongement des extrémités peu naturel. C’est la première fois dans l’histoire médiévale que le corps féminin est mis en valeur, exposé, de cette façon. La coiffe est aussi un élément important de la garde-robe féminine. Nous avons tous en tête le hénin, cette haute coiffe tronconique surmontée d’un voile, emblématique de cette période et qui cherchait à agrandir la personne. Bien d’autres types de coiffes ont cependant marqué la mode féminine, un espace leur est d’ailleurs dédié, plus tard dans l’exposition.

   Au fil des panneaux explicatifs, le visiteur découvre d’autres aspects du costume médiéval, plus méconnus : un chapitre est dédié aux sous-vêtements, un autre aux chapeaux, éléments très important du costume médiéval qui permettent, par exemple, de reconnaître une femme mariée (qui porte une coiffe pour dissimuler ses cheveux en signe de soumission à Dieu et à son époux), une jeune fille (aux cheveux sagement attachés), une veuve, une prostituée (qui elle, va tête nue, les cheveux détachés, on dit qu’elle est « en cheveux », expression qui a perduré jusqu’au XXéme siècle). Les pièces du vêtement sont toutes soigneusement décrites et expliquées. On découvre les différents décors du vêtement (broderies, plumes…), les manches, les boutons, les chaussures.

   Le XIVe siècle est aussi une période de faste et d’extravagance pour les noblesses d’Europe. Le costume devient petit à petit de plus en plus ostentatoire, plus luxueux, plus extravagant, s’attirant des critiques moqueuses ou outrées. Parfois, l’Église elle-même se dresse contre certaines pratiques vestimentaires spécifiques, telles que les poulaines à bouts longs et pointus (parfois même si allongées que la forme en était maintenue par des baleines), ou les coiffes à cornes appelées « temples », considérées comme immorales. Malgré ces critiques, les cours d’Europe rivalisent d’élégance, de richesse, notamment pour impressionner lors des rencontres diplomatiques. Cependant, malgré cette volonté de chaque cour d’être à la pointe de la mode, il est très difficile de connaître l’origine d’une pratique vestimentaire. Certains types de vêtements, cependant, n’ont eu de succès que dans des régions spécifiques d’Europe. C’est par exemple le cas de la robe à cerceaux, qui n’a eu de succès qu’en Espagne à la fin du XVe siècle.

   Dans ces cours luxueuses, les vêtements s’adaptent aussi à de nombreux divertissements. Bals, naissances, mariages, sont autant d’occasions pour les tailleurs de déployer leurs talents. Certains hôtes vont jusqu’à offrir les costumes de leurs invités, afin de les assortir. Il est aussi de bon ton d’offrir à sa cour, et à sa maisonnée, des pièces d’habillement pour les étrennes.

La pratique du déguisement se développe elle aussi. L’exposition nous présente ici plusieurs reproductions de masques de toile huilée peinte, ainsi qu’un costume « d’homme sauvage », sorte d’habit en fausse fourrure à base de fibres de lin et de cheveux assemblés par de la poix, qui était porté à l’occasion de divertissements. Ce type de costume était très inflammable et le roi de France Charles VI faillit périr brûlé vif en portant l’un d’eux.

   La seconde salle, plus petite, prend à cœur de nous présenter les coulisses de cette luxueuse garde-robes. On y explique les techniques de conservation et d’entretien des vêtements. Sont présentés ceux qui fabriquent les vêtements, en mettant en scène un atelier de tailleurs. L’exposition nous fait aussi découvrir les différents textiles utilisés à cette époque. En plus de panneaux explicatifs, il est proposé au visiteur de toucher des échantillons d’étoffes et d’essayer de deviner de quelle matière il s’agit.

   Cette exposition, bien qu’assez courte, est très dense. Les explications fournies sont claires et précises la plupart du temps. En effet cette densité de la présentation amène parfois une certaine confusion dans l’esprit du spectateur, notamment pour ce qui est des termes techniques, apparaissant parfois spontanément dans une explication, sans avoir été définis auparavant. De nombreux concepts et aspects de la mode médiévale nous sont présentés en peu de temps et de place, submergeant le spectateur dans un flot d’informations. En effet, la tour Jean-Sans-Peur présente peu de salles suffisamment grandes pour accueillir une exposition et parmi ces salles, la plupart sont déjà consacrées à l’exposition permanente. On pourrait dire que le manque de place empêche l’exposition de s’installer, et, de ce fait, l’empêche de prendre son temps pour absorber le visiteur dans son univers.

Cette exposition a aussi un aspect très ludique, avec ses reproductions de costumes, et sa mise en scène de l’atelier de tailleur au sous-sol. L’activité qui propose aux visiteurs de toucher les étoffes est aussi très bien intégrée à l’ensemble et permet un rapport différent au costume médiéval, puisque soudainement, il prend une valeur tangible.

Parallèlement à cette exposition, la tour Jean-Sans-Peur a invité la maison de couture On aura tout vu à présenter des créations librement inspirées de la mode médiévale dans une seconde exposition, « sensation médiévale », présentée au sommet de la tour. Il s’agit cependant d’une exposition entièrement différente et sans lien de chronologie avec l’exposition « la mode au Moyen Âge ». Ainsi, toutes deux peuvent être vues séparément et dans un ordre indifférent, en fonction des envies.

Marie Galpin

M1 Histoire de l’art


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search