Histoires d’œils – Pacha Salomon

Histoires d’œils

Philippe Costamagna

Philippe Costamagna est « un œil ». Spécialiste de la peinture italienne du XVIe et conservateur du Musée des Beaux-Arts d’Ajaccio, il est également l’auteur d’une biographie de Pontormo. Dans ce livre, Histoires d’œils, paru en 2016 chez Grasset dans la collection « Le courage », il nous livre son expérience. Cet « œil » est capable d’établir la paternité d’un tableau, il exprime ce don page 250 : « On est devant l’œuvre. Paf, on a la révélation du nom de son auteur. Après, on ne fait que vérifier. » Mais, à travers les 12 chapitres et les 266 pages de l’ouvrage, on réalise que derrière ce « paf », coexistent une somme de talents, de connaissances historiques et scientifiques.

Un œil fait des découvertes, parfois de grandes découvertes. Il en suffit d’une dans une vie, Philippe Costamagna l’a faite. Un jour, accompagné d’un ami italien, spécialiste comme lui de la peinture italienne du XVIe siècle, il se rend au musée des Beaux-Arts de Nice où il rapporte que leurs yeux : « se sont arrêtés sur un Christ accroché au bout du couloir, aux pieds duquel tombait un rayon de soleil qui faisait reluire des ongles à la texture porcelainée que je reconnaîtrai en mille. (…) A la faveur de ce rayon de soleil providentiel s’était révélé le Christ en croix de Bronzino. » (ill.1)

Comment s’opère ce miracle ? Une formation ? Un gène ? Un talent ?  Un hasard ?   Une vision ? Peut-être un peu de tout cela plus un « je ne sais quoi ». L’œil est un voyageur.  Il se déplace sur tous les lieux de l’art, partout dans le monde, dans les musées, les universités, les églises, les bibliothèques, les photothèques. Il ne se contente pas de connaissances livresques, il contrôle les œuvres de visu. Il aime les découvertes, petites et grandes.

L’œil questionne la question. Il est prêt à tout remettre en question, à se laisser surprendre, à regarder chaque tableau en oubliant tout ce qui a déjà été dit, comme si rien n’était acquis, à mettre son esprit face à une feuille blanche. Il aime les jeux d’esprit, les jeux de mémoires.

L’œil est un regard complet.  Il fait appel à la fois à son cerveau, à sa mémoire et à ses sens. Il acquiert une méthode, suit un processus, pour catégoriser, classer des images, former des groupes, organiser des données. Mais dans le même temps il laisse le champ libre à ses intuitions, aux sensations. Lorsque l’œil éprouve un malaise, le tableau est peut- être une copie, un faux.  Il s’attache à connaître en profondeur les artistes et leur environnement. Il entre dans la personnalité de l’artiste, dans l’œuvre, au-delà de la science et de la technique.

L’œil croit en une approche systémique. Il remet l’œuvre en perspective dans un système. Il est à la fois historien d’art, et historien. Sur son territoire de spécialités, il connaît la peinture, les dessins, la politique, les enjeux religieux, l’état des connaissances scientifiques, tout ce qui concourt à la création artistique. L’œil s’intéresse autant aux grands maîtres qu’à leurs disciples et à leurs ateliers.

Au fil d’Histoires d’œils, nous comprenons la magie de ces années de travail en équipe, ou tout semble enchanteur, les lieux- La Villa I Tatti, la Fondation Longhi-  les mentors, les sujets de recherche, la communauté, la joie de vivre, etc.

Nous faisons des rencontres exceptionnelles : comme les deux premiers œils de l’histoire de l’art, Giovanni Morelli – qui mit au point une méthode d’attribution –  et Giovanni Battista Cavalcaselle ; ou comme  « la sainte trinité » des oeils ( p.71) trois personnalités remarquables, Bernard Berenson, Roberto  Longhi, et Federico Zeri, trois vies mouvementées qui ont légué un héritage incontournable aux nouvelles générations des oeils d’aujourd’hui.

Nous sommes guidés au milieu des tableaux et des peintres italiens, Andrea del Sarto, Pontormo, Rosso Fiorentino, Francesco Salviati, Foschi, Jacone, Bronzino, et tant d’autres. Nous découvrons de multiples points de vue sur leurs expressions artistiques, leurs techniques, leurs liens, leur place dans leur époque. Nous vivons les « histoires d’oeils », nous ressentons l’émotion produite par La Déposition de Pontormo (ill.2), nous comprenons le travail de production des catalogues, celui de la préparation des grandes expositions, les apports de la publication d’articles.

Nous percevons la finesse de l’approche intellectuelle que recouvrent des mots tels « connoisseurship », cette méthode d’investigation, ou « paragone » ce principe de comparaison systématique, et la satisfaction qu’ils doivent procurer à ceux qui la partagent.

Florence, Rome, Berlin, New York, Paris, Hong Kong sont les villes dont nous parcourons les musées, les photothèques, les églises, les colloques et les expositions, bref des lieux de culture. Nous échangeons avec des historiens, des experts, des amateurs éclairés, des galeristes, des marchands, des critiques, des collectionneurs, bref des amoureux de l’art.

Bref, un œil, c’est un mode de pensée, un mode de vie.

Bref, je crois que j’aimerai devenir un œil.

Pacha Salomon

M1 Histoire de l’art

Illustrations :

 

Ill.1 : Agnolo Allori, dit le Bronzino, La Crucifixion, 1540, Huile sur toile, 145 x 115 cm, Musée des Beaux-Arts de Nice (Photo de Muriel Anssens)

Ill.2 : Jacopo Pontormo, La Déposition, 1526-1528, huile sur bois, 313 x 192 cm, Eglise Santa Felicita, Florence


Agnolo Allori dit Le Bronzino

1503 1572

La crucifixion ( 1540)

Ville de Nice Musée des Beaux Arts

Photo Muriel Anssens

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *