Edme Bouchardon – Anne-Sophie Lemichel

 

Edme Bouchardon, une idée du beau

L’exposition Edme Bouchardon, une idée du beau, qui se tient du 14 septembre au 5 décembre 2016 au musée du Louvre, a été réalisée par Guilhem Scherf, conservateur général du département des sculptures, et par Juliette Trey, conservatrice au département des arts graphiques, et a été organisée avec le Getty Museum de Los Angeles où elle se tiendra par la suite (10 janvier-2 avril 2017). Cette exposition est la première jamais réalisée de cette ampleur sur Bouchardon.

Né en 1698 à Chaumont, Edme Bouchardon baigne déjà dans un milieu artistique puisque son père est lui-même sculpteur. A 24 ans il devient l’élève de Guillaume Coustou et remporte le premier prix de sculpture à l’Académie royale de peinture et de sculpture, ce qui lui permet de séjourner à Rome de 1723 à 1732. A son retour en France il est agréé à l’Académie royale et devient sculpteur du Roi. C’est également un dessinateur hors-pair, ce qui lui vaut d’être nommé dessinateur de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1737. Huit ans plus tard il est reçu membre de l’Académie royale mais n’enseignera réellement qu’un seul mois. Au cours de sa carrière il reçut des commandes prestigieuses telles que plusieurs statues pour le chœur de l’église Saint-Sulpice, la réalisation de la fontaine de Grenelle, la sculpture de L’Amour se faisant un arc de la massue d’Hercule, qui est une commande royale et lui vaudra une grande renommée, et le projet du monument équestre de Louis XV. Il réalisa également à la sanguine la série des Cris de Paris, gravée ensuite par le comte de Caylus, et qui le fera connaître en tant que dessinateur. Il s’éteint à Paris en 1762 à 64 ans.

Cette exposition s’attache à présenter l’œuvre d’Edme Bouchardon sous tous ses aspects. Sur un total d’environ 270 œuvres, les dessins sont très nombreux et offrent un large panel de l’art de Bouchardon. Il s’agit d’esquisses, d’études préparatoires pour des sculptures, d’œuvres indépendantes aussi,  la quasi-totalité des dessins est réalisée à la sanguine. Il réalisa principalement des études de corps, des académies, mais aussi des portraits et quelques vues d’architectures. On découvre également son œuvre gravée, essentiellement pour des illustrations de livres. La sculpture occupe bien évidemment une place prépondérante dans cette exposition. Le visiteur appréhende ainsi les différents aspects de l’art sculpté de Bouchardon, de la copie de statues antiques aux sculptures religieuses et mythologiques, en passant par les portraits sculptés et l’art des fontaines.  Les commissaires d’expositions se sont ainsi attachés à traduire les différents facettes que revêt l’œuvre de cet artiste à mi-chemin entre la référence antique et un naturalisme très poussé.

Le visiteur commence l’exposition par une série de portraits de l’artiste, certains réalisés par Bouchardon, d’autres par deux de ses contemporains. C’est par la suite une présentation essentiellement chronologique de son œuvre qui se fait par thèmes avec tout d’abord son travail dans le cadre de son séjour de neuf ans à Rome. L’œuvre-phare de cette période est incontestablement la copie du Faune endormi, tirée d’un original grec et qui trône au cœur de la salle. Ses dessins illustrent son travail de copie des antiques mais aussi des grands maîtres tels que le Bernin. En poursuivant la visite, des portraits sculptés sont présentés, qui montrent le grand souci de naturalisme et de véracité dans la représentation de personnages. Parallèlement, on découvre les académies de Bouchardon qui traduisent là aussi sa recherche de réalisme. Plus surprenant, l’artiste a dessiné les faces de deux médailles, ce qui montre là encore sa très grande minutie dans le travail du dessin. Cette production est liée à son appartenance à l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres. Après ses illustrations gravées et la série des Cris de Paris, qui dépeint des personnages dans l’exercice de leur métier, c’est tout le projet pour la fontaine de Grenelle qui est détaillé : de nombreuses réductions des allégories et autres figures qui composent la fontaine sont ici présentées dans différents matériaux tels que la terre cuite, le plâtre et le bronze et permet au visiteur de comprendre tout le travail en amont qui a été fait pour sa conception. L’exposition se poursuit avec la présentation d’œuvres profanes, essentiellement des dessins, avant de déboucher sur sa production religieuse sculptée pour le chœur de l’église Saint-Sulpice, composée d’un Christ appuyé sur la Croix et d’une Vierge Marie. Puis l’une des œuvres majeures de l’artiste est présentée au public : il s’agit de L’Amour se faisant un arc de la massue d’Hercule, œuvre dont se dégage une impression de grande douceur, et dont un détail est représenté sur l’affiche de l’exposition. Enfin celle-ci se clôt avec la présentation des études préparatoires pour le projet du monument équestre de Louis XV, réalisé avec la technique de la fonte à la cire perdue, et malheureusement détruit durant la Révolution française.

En ce qui concerne la scénographie, les grands thèmes sont divisés grâce aux couleurs des panneaux muraux sur lesquels sont accrochés les dessins. On peut ainsi dénombrer six grands thèmes : l’apprentissage à Rome et les dessins de médailles ; les portraits, études de têtes et illustrations de livres ; le projet pour la fontaine de Grenelle et les œuvres profanes ; l’art religieux et funéraire ; la sculpture mythologique de l’Amour ; et enfin le projet de la statue équestre. Néanmoins le véritable travail de présentation réside dans la correspondance permanente qui est faite entre les dessins et les sculptures. Pour cela on peut retenir trois types de situations :

-dans la première, certains dessins, accrochés sur les murs, viennent illustrer l’ébauche de la sculpture présentée. En suivant les dessins le visiteur tourne en même temps autour de la sculpture. C’est le cas pour des portraits de certains de ses contemporains et plus particulièrement pour L’Amour, avec les dessins le présentant sous différents angles, suivant ainsi le chemin du spectateur ;

-dans la deuxième situation, dans le cadre du projet de la fontaine de Grenelle, un jeu de perspective se développe entre les œuvres sculptées et le travail de réflexion. Par exemple, des dessins représentants des bambins sont placés sur un support, et sur le mur situé derrière sont accrochés des bas-reliefs dans lesquels certaines de ces figures de bambins sont fidèlement reprises. Le spectateur fait ainsi directement le lien entre les supports et constate le cheminement de l’artiste, du dessin préparatoire au support sculpté ;

– enfin, dans la troisième situation, concernant la statue équestre qui a été détruite, et dont on pouvait voir des modèles réduits, trois éléments majeurs composaient ce monument : le cheval, le cavalier, et les cariatides. Les dessins accrochés sur les murs de la salle sont ainsi des dessins préparatoires de ces trois éléments qui permettent de suivre l’élaboration du monument et de se le représenter tel qu’il était.

Il faut également souligner la présence d’interfaces tactiles à plusieurs endroits. Devant la série des Cris de Paris, qui sont en réalité les œuvres gravées que le comte de Caylus a réalisé à partir des dessins de Bouchardon, un écran permet de voir chacune des œuvres à la sanguine de l’artiste et de les comparer directement aux estampes. Dans la salle des sujets profanes, une interface présente une courte vidéo qui explique toutes les étapes de la technique du dessin à la sanguine, largement privilégiée par l’artiste. Enfin dans la dernière salle de l’exposition, une vidéo de quelques minutes détaille la technique de la fonte à la cire perdue en l’appliquant au projet du monument équestre de Louis XV, lequel avait été par la suite placé sur la place de la Concorde. Ces interfaces permettent ainsi au visiteur d’approfondir les thèmes présentés et de rendre accessible à tous les techniques artistiques.

Edme Bouchardon a connu un grand succès de son vivant qui ne s’est pas démenti jusqu’à aujourd’hui. A travers cette exposition monographique d’envergure, qui instaure un dialogue continu entre dessin et sculpture, il s’agissait de rendre hommage à cet artiste minutieux  et hautement perfectionniste en présentant sa formation, les différentes facettes de son art et ses influences. Ce souci d’exactitude se retrouve dans les nombreuses recherches anatomiques de ses dessins et la multiplicité des angles de vue abordés pour atteindre ensuite un haut degré de naturalisme dans son art sculpté, sans oublier toutefois le modèle antique. Cette exposition à la fois très riche en œuvres, didactique et avec un vrai travail au niveau de la scénographie, permet de retracer la vie et le parcours artistique d’un des artistes les plus exceptionnel de son époque. Ainsi Cochin parlait de Bouchardon comme étant « le plus grand sculpteur et le meilleur dessinateur de son siècle ».

Anne-Sophie Lemichel

M1 Histoire de l’art

 

L’Amour se faisant un arc de la massue d’Hercule                                           

La fontaine de Grenelle


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *