Précieux Vélins – Claire Jouy

Précieux Vélins, trois siècles d’illustration naturaliste

au Muséum d’Histoire naturelle

Bien    L’exposition Précieux Vélins est présentée au Cabinet d’Histoire du Jardin des Plantes du 28 septembre 2016 au 13 janvier 2017. Au rythme d’un accrochage de cinquante œuvres différentes par mois, l’exposition dévoile, à travers cent-cinquante vélins, un échantillon des sept‑mille dessins scientifiques précieusement conservés dans cent-sept portefeuilles, dont soixante-quatre datant de l’Ancien Régime. L’imposante collection fait l’objet d’un classement en lien avec les connaissances des scientifiques pour l’histoire naturelle au début du XIXe siècle, séparant la botanique, l’ornithologie, la zoologie et la paléontologie. Les deux commissaires d’exposition, Pascale Heurtel, conservatrice et chef du service des collections de la bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle, et Michelle Lenoir, conservatrice et directrice honoraire de la bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle, ont pour objectif affiché de mettre la lumière cette remarquable production à caractères artistique et scientifique.

L’origine royale d’une collection documentaire

            Les vélins du Muséum sont des représentations naturalistes réalisées à la gouache et à l’aquarelle sur un support obtenu à partir de peau de veau mort-né, dont les dimensions sont restées sensiblement les mêmes depuis le XVIIe siècle, soit environ 46 sur 33 centimètres. Les vélins offrent une surface lisse d’une blancheur ivoire qui permet un dessin d’une extrême finesse propice à la représentation scientifique du monde animal comme du règne végétal.

            L’origine de cette production unique est à chercher dans l’intérêt pour la science du frère du roi Louis XIII (1601-1643), Gaston d’Orléans (1608-1660), grand passionné de jardins et collectionneur de plantes[1]. Dès les années 1630 et pendant une trentaine d’années, le Prince fait réaliser des vélins, principalement d’après les espèces de botanique qu’il possède dans son jardin du château de Blois. Rapidement, les oiseaux exotiques aux formes extravagantes et aux couleurs chatoyantes, exécutés d’après le modèle vivant ou d’après des individus naturalisés, ouvrent la production à la zoologie. À la mort de Gaston d’Orléans, la collection des sept-cent-vingt-sept vélins de Nicolas Robert[2] passe en la possession de son jeune neveu, Louis XIV (1638-1715). Grâce à l’intervention de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), la production se poursuit durant le règne du Roi-Soleil qui créé la Ménagerie de Versailles en 1663, témoignage de son intérêt pour l’histoire naturelle.

Trois siècles de vélins, entre objet de délectation visuelle et outil scientifique

            L’exposition prend place dans le Cabinet d’Histoire du Jardin des Plantes, ouvert en 2008 afin de présenter au public les collections de la bibliothèque du Muséum d’Histoire naturelle. Elle ouvre sur un vestibule qui permet au visiteur de découvrir la technique des vélins, le processus de création, le support et le format, ainsi que la mise en page des dessins. Les techniques de conservation et la réunion des vélins en portefeuilles sont également expliquées. Sur un pan de mur, les noms des artistes ayant produit des vélins depuis le XVIIe siècle, jusqu’au XXIe siècle, sont présents. Ainsi informé, le spectateur peut partir à la découverte des vélins dans les deux salles suivantes.

            Dans la première salle, le visiteur découvre l’origine de l’entreprise sous l’Ancien Régime, présentant uniquement les œuvres du pionnier de la technique, Nicolas Robert (1614-1685). Les vélins sont exposés dans des vitrines qui les protègent de toute détérioration. Les dessins de botanique et d’ornithologie se dévoilent et le visiteur peut constater la finesse extraordinaire du travail de l’artiste naturaliste sur un support d’apparence si fragile. Lors du second accrochage, un vélin représentant un ara rouge[3] montrait les possibilités de rendu du détail et le chatoiement des couleurs.

            La seconde salle est destinée à la collection des vélins du XVIIIe et XIXe siècles. Après l’installation des collections au Muséum d’Histoire naturelle en 1793, les vélins sont perçus comme de véritables outils de recherche. Leur diffusion commence véritablement au début du XIXe siècle grâce à l’édition d’ouvrages illustrés d’estampes. Ainsi, La Ménagerie du Muséum national d’histoire naturelle[4], publié entre 1800 et 1805, reproduit les vélins de zoologie de Nicolas Maréchal (1753-1803). Ces vélins réalisés entre 1793 et 1803 sont effectués d’après le modèle vivant directement sur les spécimens de la Ménagerie, comme la lionne de l’Atlas Constantine et ses lionceaux d’un mois[5] que l’on découvrit lors du deuxième accrochage, le vélin côtoyant la représentation gravée. Le dernier cartouche indique au spectateur qu’à la fin du XIXe siècle l’intérêt pour la collection décline au profit de nouveaux outils plus précis comme la photographie et que l’entreprise ne reprend, pour perpétuer la tradition, que dans les années 1990 grâce au mécénat, mais sans plus de précision ni vélin pour illustrer le propos.

Présenter l’art au service des sciences naturelles

            L’exposition Précieux Vélins est une ouverture à la collection des vélins pour le néophyte et un moment intense pour tout individu se sentant proche de l’art et du monde animal. L’exposition aborde les différentes problématiques liées à la production, la conservation, la diffusion et la fonction de cette collection située à mi-chemin entre art et science. La scénographie a su tirer parti d’un espace intimiste en couvrant les murs de rouge vermillon rehaussé d’éléments d’arabesques en bordure. L’atmosphère est feutrée et prend la forme d’un écrin qui met en valeur, par contraste, la couleur ivoire des vélins.

            Le public est informé que l’intégralité des folios est numérisée et disponible sur la base de donnée de la bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle[6]. Un exemplaire de la publication associée à l’exposition[7] peut être consulté dans le corridor. Cet ouvrage colossal, résultat de quinze années de travail, est constitué de chapitres chronologico-thématiques, suivis des planches des vélins les plus remarquables de la collection.

Précieux Vélins, entre hommage et porte ouverte à l’étude de la collection

            L’exposition rend hommage à une collection extraordinaire par son unité esthétique, malgré une production s’étalant sur trois siècles. Forts de leur qualité artistique indéniable et en dépit de leur perte d’utilité pour les sciences d’aujourd’hui, les vélins du Muséum peuvent être considérés comme des témoignages précieux d’espèces disparues, comme le Zèbre Couagga[8] rendu pérenne par Nicolas Maréchal et présent lors du premier accrochage. Le discours de l’exposition est une introduction qui laisse la possibilité de suivre des pistes de réflexions multiples, comme celle de la place des vélins dans le contexte de l’art animalier entre les XVIIe et XIXe siècles.

Claire Jouy

M1 Histoire de l’art

[1]Laissus Yves, Les vélins du Muséum : conférence donnée au Palais de la Découverte le 7 janvier 1967, Paris, Palais de la Découverte, 1967, p 5.

[2]Bultingaire Léon, « Les Origines de la collection des vélins du Museum et ses premiers peintres », Archives du Muséum, 6e série, 1926 (vol. 1), p 141.

[3]Robert Nicolas, Psittacus maximus alter Aldr / Corbeau d’Inde / L’Ara rouge, XVIIe siècle, gouache sur vélin, environ 46 x 33 cm, Paris, bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle, collection des vélins, portefeuille 80, folio 63.

[4]Cuvier Georges et Lacépède Étienne (de), La Ménagerie du Muséum national d’histoire naturelle ou les animaux vivants, peints d’après nature, sur vélin, par le citoyen Maréchal, peintre du Museum, Et gravés au Jardin des plantes avec l’agrément de l’administration, par le citoyen Miger, graveur, membre de la ci-devant Académie royale de peinture, Avec une note descriptive et historique pour chaque animal par les citoyens Lacépède et Cuvier, Membres de l’Institut, Paris, Miger, 1801, 129 p.

[5]Maréchal Nicolas, Lions nés le 18 brumaire an 9 dans la Ménagerie du Muséum ; représentés à l’âge d’un mois : allaités par leur mère, 1801, gouache sur vélin, environ 46 x 33 cm, Paris, bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle, collection des vélins, portefeuille 71, folio 46.

[6]URL: http://bibliotheques.mnhn.fr/medias/. Consulté le 4 janvier 2017.

[7]Heurtel Pascale et Lenoir Michelle (dir.), Les vélins du Muséum national d’histoire naturelle, Paris, Citadelles & Mazenod, Muséum national d’histoire naturelle, 2016, 624 p.

[8]Maréchal Nicolas, Zèbre Couagga, 1794, gouache sur vélin, environ 46 x 33 cm, Paris, bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle, collection des vélins, portefeuille 72, folio 93.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *