Les Temps Mérovingiens – Nathalie Honnay

Les Temps Mérovingiens

au musée de Cluny, Paris

L’exposition Les Temps Mérovingiens qui se tient au musée de Cluny à Paris depuis le 26 octobre 2016 et ce jusqu’au 13 février 2017 offre une large vision quant à cette dynastie à mi chemin entre l’Antiquité et le Moyen-Âge. Le commissariat est assuré par Isabelle Bardiès- Fronty (Conservateur en chef du musée de Cluny), Charlotte Denoël (Conservateur et chef du service des manuscrits médiévaux de la BNF) et Inès Villela-Petit (Conservateur au département des Monnaies, Médailles et Antiques de la BNF).

Dénigrés par leurs successeurs carolingiens, les Mérovingiens sont pourtant essentiels dans l’histoire culturelle et artistique française. Ils sont issus de la dynastie qui régna sur une très grande partie de la France et de la Belgique actuelle, ainsi que sur une partie de l’Allemagne et de la Suisse. Cette lignée est issue des peuples de Francs saliens qui étaient établis au Ve siècle en Belgique. L’histoire des Mérovingiens est marquée par l’émergence d’une forte culture chrétienne parmi l’aristocratie, l’implantation progressive de l’Église dans leur territoire et une certaine reprise économique survenant après l’effondrement de l’Empire romain.

L’exposition s’attache à montrer, en toute dualité, cette dynastie marquée par la naissance de grands royaumes dont le royaume franc en mettant en exergue le christianisme et les traditions païennes.

Elle prend place dans le Frigidarium du musée de Cluny, principal espace d’exposition du musée, un clin d’œil à l’héritage antique de cette dynastie du haut Moyen-âge.

Frigidarium du musée de Cluny, Paris, Novembre 2016

Photo personnelle


A travers plus de 150 objets présentés ici – parchemins, boucles de ceinture, pièces de monnaies, manuscrits enluminés, orfèvrerie, trône et autres stèles funéraires – le musée de Cluny en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de France a voulu expliquer l’ère mérovingienne. Celle-ci est née de l’effondrement de l’Empire romain et fut marquée par l’implantation du christianisme à travers des grandes figures telles que Clovis ou Childéric.

L’exposition est pensée de manière linéaire, de la naissance de cette dynastie, en passant par sa montée en puissance, son apogée, puis sa chute. Trois siècles sont ainsi dépeints, le but étant de montrer que cette période, allant du Ve au VIIIe siècle, fut une époque d’intense production artistique et intellectuelle comme en atteste l’éclectisme des objets présents.

Des œuvres majeures sont exposées telles que la Chasuble de la reine Bathilde datant de la deuxième moitié du VIIe siècle ou encore le trône dit de Dagobert.

 

 

Trône dit de Dagobert, fin VIIIe-IXe siècle ? Proviendrait du Trésor de Saint-Denis. BNF.

Photo personnelle.

 

Chasuble de la reine Bathilde, VIIe siècle, Toile de lin et broderie de soie. Provient de l’église Saint-André à Chelles.

Photo personnelle.

D’autres objets tous plus précieux et rares les uns que les autres se succèdent. Le Trésor de la tombe de Childéric est exposé pour illustré le coté aristocratique de cette dynastie, puis apparaissent des feuillets de diptyques en ivoire du consul Flavius Felix datant de 428 pour démontrer l’héritage romain. Apparait aussi sous les projecteurs du frigidarium du musée de Cluny une baignoire en porphyre provenant des thermes publics de Rome et ayant servi, d’après la légende de Dagobert, de cuve pour son tombeau. Elle provient de l’abbaye de Saint-Denis. Cette dualité antique et chrétienne est bien présente. Mais d’autres objets parsèment le parcours du visiteur et l’invite à comprendre le mode de vie des Mérovingiens. Ainsi, la sépulture d’un jeune garçon nous est présentée. Découverte en 2002, cette sépulture composée d’objets en fer, alliage cuivreux, or, terre cuite, bois de cerf et cuir provient du nord-est de la Gaule et daterait des environs de 600. De plus, le visiteur pourra comprendre que la renaissance carolingienne est en continuité et non en rupture avec l’art mérovingien. La fin de l’exposition s’attache à présenter ce lien entre les deux dynasties. Il s’agit d’une exposition qui se veut interactive. En effet, une vidéo explicative des coutumes funéraires et des dernières découvertes archéologiques sur la période est diffusée au fond de l’exposition dans un renfoncement du frigidarium.

L’exposition est bien pensée, accessible à tous et didactique. Les petits objets sont placés sous des vitrines illuminées tandis que les objets volumineux tels que les sarcophages ou encore les statues et colonnes sont mis en avant sur des estrades. L’éclairage est tamisé afin d’avoir une relation aux œuvres plus intimiste.

Un seul bémol apparait, l’écriture sur les panneaux censés expliquer le contexte et les évolutions stylistiques de l’époque sont très peu visibles. Etant écrits en doré sur fond marron et éclairés par des spots, la lecture en est difficile, voire impossible. De plus, les cartels sont parfois placés de telles façons que la lecture en devient, elle aussi, inconfortable. Nous pouvons malheureusement souligner des erreurs de montages quant à certains cartels qui ne correspondent pas à l’objet présenté.

Cette volonté de faire une exposition sur les Mérovingiens intervient dans un contexte qui semble favorable au Moyen Âge. L’année dernière, la grande exposition au musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg sur le millénaire de la cathédrale ou encore celle sur saint Louis à la Conciergerie prouvent que la popularité des arts médiévaux ne fait que croître.

Nathalie Honnay

M1 Histoire de l’art

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *