Spectaculaire Second Empire – Louise-Amélie Saunier

Spectaculaire Second Empire

au Musée d’Orsay (27 septembre 2016 – 15 janvier 2017)

A l’occasion de ses trente ans, le musée d’Orsay invite les visiteurs à découvrir l’exposition Spectaculaire Second Empire, fruit du travail des commissaires Yves Badetz, Paul Perrin, Marie-Paule Vial, Guy Cogeval et du scénographe Hubert Le Gall. La dernière exposition nationale consacrée au Second Empire avait eu lieu au Grand Palais en 1979. Les commissaires de l’exposition Spectaculaire Second Empire ont souhaité réévaluer ce pan de l’histoire de France à la lumière des dernières études menées et offrir « un voyage dans le temps »[1] aux visiteurs. Ils expliquent avoir pris le parti de montrer une certaine société du Second Empire, celle qui a eu les moyens de la commande artistique et a donné son image à cette période.[2]

Marie-Paule Vial résume ainsi le propos de l’exposition : « L’idée est de faire pénétrer le visiteur dans l’univers du Second Empire en mêlant peintures, sculptures, dessins, objets d’art et bijoux, le tout organisé par grandes thématiques. »[3] Spectaculaire Second Empire présente en effet une grande variété d’œuvres, dispersées dans treize salles. Chacune d’elles comporte un texte mural donnant les clefs de compréhension de chaque thème phare, les cartels apportant des informations plus précises sur telle ou telle œuvre.

Les premiers espaces de l’exposition se concentrent sur le couple impérial, leur politique de représentation et de légitimation du pouvoir. Les visiteurs peuvent admirer les deux portraits emblématiques d’Eugénie et de Napoléon III, peints d’après Winterhalter, mais également des productions de la manufacture de Sèvres et des photographies mettant en avant le couple impérial. La première salle présente la couronne et le diadème de l’impératrice, élaborés par Alexandre-Gabriel Lemonnier, et mis en valeur par une vitrine centrale. Le propos des salles trois et quatre est davantage centré sur l’urbanisation, l’architecture et l’intérieur des résidences impériales.

La cinquième salle, très justement intitulée « Portraits d’une société », offre un large panorama de l’art du portrait sous le Second Empire grâce à des tableaux mais aussi quelques sculptures et de nombreuses photographies. L’importance du médium photographique est ainsi soulignée, notamment avec les photos-cartes de visite de Disdéri. Les portraits peints rendent compte de la diversité des expressions artistiques à cette période, les œuvres de Winterhalter, Ingres et Tissot côtoyant celles de Manet, Courbet et Degas.

Les salles suivantes montrent l’éclectisme des styles sous le Second Empire et les nombreuses références aux siècles précédents dans les arts décoratifs. L’exposition consacre un espace entier à l’évocation de la maison pompéienne du prince Jérôme-Napoléon.

Les visiteurs sont ensuite entrainés au cœur des divertissements du Second Empire : fêtes impériales, théâtres et opérettes. Un mur est consacré à la présentation de bijoux, permettant de découvrir la richesse des matériaux, la diversité des formes et le savoir-faire des joailliers comme Mellerio. De nombreuses affiches de spectacles sont placardées au mur ainsi que des plans et coupes du futur opéra Garnier. La présence de quelques sculptures (Carpeaux, Carrier-Belleuse) évite la monotonie. Un enregistrement sonore donne un aperçu d’un spectacle de l’époque.

La salle onze opère une transition en abordant à la fois les nouveaux loisirs comme le canotage et les nouvelles manières de peindre à travers des toiles de Boudin et Monet.

Dans un couloir, quelques caricatures drolatiques de Daumier montrent comment le Salon pouvait être perçu par les contemporains. Puis le visiteur d’aujourd’hui pénètre l’espace d’exposition consacré au Salon. Comme le souligne le texte explicatif, les commissaires ont pris le parti de présenter les œuvres comme à l’époque, avec un accrochage dense. Les tableaux les plus emblématiques sont néanmoins mis en avant, le mur du fond étant consacré au Déjeuner sur l’herbe de Manet. Les textes insistent sur l’importance du Salon dans la vie artistique du XIXe siècle et de l’apparition du Salon des Refusés en 1863 sous l’impulsion de Napoléon III.

La dernière salle consacrée aux Expositions universelles achève en apothéose ce parcours au Second Empire. L’accent est mis davantage sur les diverses productions présentées aux expositions que sur les bâtiments qui les abritaient. Des œuvres monumentales, notamment du mobilier, côtoient de délicates porcelaines et faïences. L’exposition souligne ainsi une dernière fois le foisonnement des goûts et techniques de cette période.

La scénographie retranscrit ce foisonnement propre au Second Empire, parfois littéralement. Le grand nombre d’œuvres présentées entraîne dans certaines salles une saturation de l’espace. Quelques pans de murs concentrent beaucoup de cadres de façon peu aérée (les décors éphémères de Léon Leymonnerye dans la troisième salle par exemple). Il est parfois difficile de ne pas gêner les autres visiteurs lors de la lecture de certains textes d’introduction lorsque ceux-ci sont proches des œuvres. Quelques cartels sont placés trop bas ou trop loin par rapport aux œuvres. La présence régulière de bancs est appréciable, d’autant plus que ceux-ci ne gênent pas la circulation. Les changements de couleur des murs et des sols guident inconsciemment les visiteurs, leur signifiant un changement de thème et de salle. Par exemple, le rouge impérial introduit dans l’exposition tandis que les murs supportant des scènes de bord de l’eau sont peints en bleu (salle onze).

Spectaculaire Second Empire fait honneur à son titre en présentant une grande variété d’œuvres dans une scénographie soignée mais à la circulation parfois malaisée. On pourrait regretter l’absence de costumes d’époque, dont les robes à crinoline qui retranscrivent si bien ce Second Empire. Cependant l’exposition prend soin de montrer la multitude et la richesse des supports artistiques qui caractérisent cette période et émerveilleront les visiteurs.

Le catalogue reprend les sujets abordés dans les salles et leur apporte un éclairage supplémentaire, les différentes parties suivant un enchaînement logique et clair. Le musée d’Orsay propose également de nombreuses activités autour de cette exposition : films, concerts, conférences et même bals costumés.

Louise-Amélie Saunier

ICP – M1 Histoire de l’Art

D’après Franz-Xaver Winterhalter, Eugénie, impératrice des Français, 1855, huile sur toile, 241 x 154 cm, Versailles, Musée national des Châteaux de Versailles et de Trianon.

[1] Parti-pris de l’exposition Spectaculaire Second Empire https://www.youtube.com/watch?v=1BXqAaldVBQ

[2] Id.

[3] « Une euphorie matérialiste et un culte des apparences sans précédent » in Spectaculaire Second Empire 1852-1870, Issy-les-Moulineaux, Beaux-Arts, p. 4.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *