La Chute de Camus : questionnement spirituel ou découverte de l’absurde – Clara Baulier

La Chute de Camus : questionnement spirituel ou découverte de l’absurde

Albert Camus est sans aucun doute un des plus grands artistes de son temps, puisqu’ il se considérait comme tel : un artiste plus qu’un philosophe. Il a su, avec les mots, faire ressortir les maux de la société de l’après-guerre, l’espoir des Hommes : celui d’une nouvelle société. De toutes ses œuvres, nous connaissons bien sur La Peste, comme étant la plus célèbre, mais ce roman n’est pas celui qui a théorisé le plus clairement ce mal-être, la vie ou l’absurde selon Camus. En effet, nous pouvons plus justement parler de La Chute comme le récit, ou plutôt la confession, d’un homme hanté par cette nausée, ce « mal-confort » humain et spirituel, hanté par la faute et désireux de l’absolution ; un homme qui n’est pourtant pas assimilable à Camus, mais qui est plutôt un outil de l’auteur philosophe. Cet homme dépeint dans La Chute, Jean-Baptiste Clamence, a commis une faute qui lui coûtera tout au long de sa vie : l’inaction, la passivité et même la fuite face à une femme se noyant dans la Seine. Dès lors, le personnage ne sera plus jamais le même.
Dans ce roman, Clamence parle à un autre personnage croisé dans un bar à Amsterdam, dans un monologue qui s’assimile plus à une confession qu’à une discussion. L’ancien avocat qu’est Clamence joue le jeu du prophète, du « juge-pénitent », comme il le dit, cherchant des interlocuteurs à même d’écouter son discours, sa confession. En tant que « juge », donc, il fait son procès, peignant sa vie au fil des années, au fil de ses désirs, de ses espoirs et de ses actions, pour effectivement chuter tout au long de ce monologue au plus profond de son être, et dans le plus profond des mal-êtres.

Dans ce récit qu’il fait, il n’y a pas qu’une chute (celle de cette femme dans la Seine, qu’il a laissé se noyer), de la même manière qu’il n’y a pas qu’un seul Clamence : le récit regorge de doubles et de sens cachés ; le lecteur s’égare à mesure que le récit progresse. D’ailleurs, l’auteur pose les questions, comme une sorte d’introduction à La Chute : « Où commence la confession, où l’accusation ? Celui qui parle dans ce livre fait-il son procès, ou celui de son temps ? Est-il un cas particulier, ou l’homme du jour ? Une seule vérité en tout cas, dans ce jeu de glaces étudié : la douleur, et ce qu’elle promet ». Voilà exactement les questions posées par ce récit, questions que le lecteur se pose face à cette confession ; tous les termes essentiels de l’œuvre et essentiels à l’œuvre se retrouvent dans ces quelques phrases. La Chute en elle-même est complexe et plurielle, elle est à la mesure des problématiques humaines et de notre interprétation.

Le personnage de Clamence n’est pas un personnage simple, il est à l’image de tous les autres Hommes, d’où ce jeu de miroir ingénieux mis en place par Camus. En tentant de déjouer le mensonge de la vie spirituelle, de la vie en général, et de l’idée qu’il s’en est fait, il tombe dans la désillusion : la vie n’a pas de sens en soi, ou du moins il nous est inconnu. Quel est le sens de la vie, après avoir commis cette faute, après s’être rendu compte qu’il n’est plus en cohérence avec ce qu’il pensait être acquis ? Telle est la question de Clamence, et c’est ici que réside sa douleur dont parle Camus au début ; et c’est d’ailleurs la douleur de tous les Hommes lucides qui ont tenté de trouver un sens au monde qui les entoure, une explication. Ainsi débute la chute, le récit, lui-même formé en chute, racontant une chute : une chute physique et morale, mais aussi et surtout humaine et spirituelle.

Clamence devient le miroir de l’humanité, de tous les hommes qui ne sont plus innocents, qui ont fauté de quelque manière que ce soit, qui n’adhèrent plus aux principes qu’ils défendent : leur vie devient un mensonge. Le personnage est en décalage total face aux valeurs qui étaient anciennement les siennes. Alors, la seule solution reste la confession, l’affrontement de cette vérité, comme un accès à la liberté ; mais c’est une liberté douloureuse, car elle fait peur. Sans la confession, et donc sans l’acceptation de ce décalage, de cette absurdité, finalement, on reste esclave du mensonge de la vie ; esclave de sa condition humaine, de ces valeurs qui ne nous correspondent plus et que l’on s’obstine à conserver.

Mais alors, quel est le sens de sa vie ? C’est ici que l’on retrouve l’absurde selon Camus : le sens de la vie des Hommes se résume à des habitudes ; il y a une absence du sens profond de la vie. Au fond, la vie n’a pas de sens, c’est ici la réponse que trouve celui qui cherche des réponses. L’absurde, c’est cette différence, ce décalage profond entre ce qu’attend l’Homme de la vie, l’idée qu’il en a, et ce qu’il réalise à mesure qu’il y avance, qu’il vit des expériences. Jean-Baptiste Clamence se pose ces questions, car il a réalisé que tous les Hommes étaient fautifs, qu’ils ont tous déjà fauté. Son expérience lui a prouvé qu’il était en décalage avec ses valeurs, avec ce qu’il pensait de la vie, ce qu’il en croyait être son sens. La seule certitude de l’Homme, dans ce monde, est sa finitude : il sait qu’il est voué à mourir. Sinon, toutes les autres questions restent sans réponses.

C’est ce qui crée le retentissement du livre : c’est qu’il s’adresse à tous ; le héros qui est à la fois personne, et dans le même temps, il est tout le monde. Clamence n’est pas une projection de l’esprit de Camus, il est une image de l’interrogation de tout Homme face au monde, face à ses fautes, face à sa vie. A la fin, il déclare à son interlocuteur qu’« heureusement », ce dernier vit avec ces interrogations : qu’il s’en est sorti comme ça ; il n’a pas encore trouvé les réponses. « Heureusement », car il n’a pas réalisé l’absurdité de sa condition, sa désillusion ; en ne cherchant pas cette vérité, en vivant dans le déni des vraies questions de la vie, il n’a pas chuté : c’est trop ironique. Clamence, lui, a découvert cette absurdité, ce mensonge que tous les Hommes construisent ; c’est pourquoi il sombre peu à peu : il chute. L’Homme, pour se sauver, se complet dans le mensonge et dans l’illusion, et ne se pose pas les vraies questions. Camus peint-il la société de son temps, celle qui se complet dans l’idéal d’une nouvelle société à fonder après la guerre,  d’un nouvel Homme ? « Une seule vérité en tout cas, dans ce jeu de glaces étudié : la douleur, et ce qu’elle promet » ; la douleur serait donc au bout de tout cheminement, de tout questionnement de l’Homme, comme une promesse.

Clara Baulier

M1-Lettres modernes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *