« THE PENCIL OF CULTURE » – Sandra Guinot

« THE PENCIL OF CULTURE »

Exposition au salon d’honneur du Grand Palais (du 10 au 13 novembre 2016)

« Il était nécessaire d’inventer une structure qui dirait à la fois notre conception de la photographie et la façon dont nous avions travaillé au cours de ces années. C’est ainsi qu’est apparue l’idée du Pencil of Culture. »

Clément Chéroux

À l’occasion de la 20e édition de Paris Photo, qui s’est tenue du 10 au 13 novembre 2016, le Centre Pompidou a choisi de présenter « The Pencil of Culture. Dix ans d’acquisitions de photographies au Centre Pompidou ». Cette exposition retrace, sur la dernière décennie, la politique d’acquisition du Musée National d’Art Moderne en matière de photographie. Clément Chéroux, commissaire de l’exposition, nous rapporte que le plan d’enrichissement des collections qu’il a mis en place est le fruit de questionnements quotidiens sur son métier. « Quelle place accorder aux chefs-d’œuvre, au vernaculaire, aux scènes locales, à la parité ou aux minorités ? Comment concilier les logiques propres à la photographie avec celle de l’histoire de l’art[1] ? »

Réalisée en collaboration avec Karolina Ziebinska Lewandowska, conservatrice au cabinet de la photographie du Musée National d’Art Moderne, cette exposition répond en partie à ces questions grâce à la centaine d’œuvres présentées. En effet, depuis une dizaine d’années, le projet d’enrichissement des collections photographiques du Centre Pompidou s’est construit sur un principe dialectique. Selon les mots de Clément Chéroux, « le champ photographique exacerbe les antagonismes. Il n’a de cesse d’être écartelé ou mis en tension. Il est un foyer permanent de contradictions. Or, tout porte à croire qu’il existe un lieu – “un point suprême” aurait dit André Breton – où ces contraires cessent d’être perçus contradictoirement[2] ».

« The Pencil of Culture » met en avant l’étendue du spectre photographique évoqué précédemment. Alors que les expositions photographiques se concentrent généralement sur de grands noms, celle-ci permet d’explorer les marges de la photographie, avec notamment des artistes peu répertoriés par le marché de l’art. Ainsi des photographies historiques, comme « La Jeune Fille à la fleur, Manifestation contre la guerre au Vietnam[3] » (1967) de Marc Riboud, côtoient des œuvres contemporaines d’artistes photographes, comme « Selfie 18 de la série Selfie » (2014) de Aneta Grzeszykowska.

Cette exposition n’est pas écrite de manière chronologique ou en utilisant la hiérarchie des genres habituelle. Au contraire, elle est construite comme un ensemble d’œuvres dont l’interprétation est activée par leurs associations les unes aux autres. Ce sont ces associations qui permettent de dire quelque chose de nouveau sur leurs époques, leurs traitements. Elle est conçue en treize sections comme autant de « marqueurs de culture » qui témoignent de façons de créer, de penser. Parmi elles, citons « Sculptures improbables », « Mise en scène », « L’exigence du genre » ou encore « Ne pas oublier ».

L’exposition met en avant à la fois la collection constituée par le musée Pompidou, mais aussi le fonctionnement de sa politique d’acquisition. C’est en 1981 que le Musée National d’Art Moderne se dote du Cabinet de la photographie. Aujourd’hui, la collection photographique du Centre Pompidou est l’une des plus importantes d’Europe. Riche de 40 000 épreuves, elle constitue l’un des rares ensembles aptes à présenter une histoire complète de la photographie moderne et contemporaine. La politique d’acquisition active du musée a permis d’inscrire en une décennie 11 841 œuvres photographiques à son inventaire.

Cette exposition a permis de soulever des problématiques importantes, comme la question de la globalisation, mise en avant par l’expertise de Ziebinska-Lewandowska, qui s’est tournée vers de nouvelles aires géographiques comme l’Europe de l’Est et l’Afrique du Sud. Cependant, le questionnement majeur soulevé par cette exposition est de savoir s’il existe différents moyens de penser le développement d’une collection institutionnelle. La mise en place d’une politique d’acquisition telle que celle du Cabinet de la photographie permet de prouver que la cohabitation entre des œuvres d’une grande diversité est possible. Mais les commissaires de l’exposition ne se sont pas arrêtés à ce constat. Ils ont réalisé une enquête, publiée à la fin du catalogue d’exposition, autour de la question « Comment aujourd’hui constitue-t-on une collection dans une institution pluridisciplinaire disposant d’un département de photographies[4] ? » Ce sondage intitulé « Faire collection » a été mené auprès d’une vingtaine de spécialistes internationaux.

Le résultat montre la diversité des opinions des spécialistes sur ce sujet. Par exemple, au sujet de la question « Qu’est-ce qu’on fait dans un marché de l’art globalisé, achète-t-on un peu de tout ou se focalise-t-on sur certaines scènes ? », les avis sont très variés. Pour Clément Chéroux : « Il n’y a pas de vérité dans la constitution d’une collection. Je suis très attaché, pour ma part, à l’idée de “tension”, entre le local et le global par exemple. S’il y a un médium qui, par nature, joue de cette tension, c’est bien la photographie. C’est pourquoi la question de la photographie vernaculaire, qui n’est “pas d’art”, reste importante pour une institution comme le Centre Pompidou[5]. »

L’exposition emprunte son titre au premier livre de l’histoire de la photographie, The Pencil of Nature écrit par William Henry Fox Talbot en 1844, sûrement pour indiquer qu’aujourd’hui la photographie n’est plus seulement une « empreinte directe de la nature ». Elle est devenue un « marqueur de culture », c’est-à-dire un médium capable de transmettre une émotion, une empreinte des gestes de l’artiste mais aussi une trace d’actes, qu’ils soient sociaux, politiques ou culturel. « The Pencil of Culture » constitue un bilan, presque un manifeste qui illustre une époque marquée par le médium photographique et qui permet de se poser des questions sur la manière dont on fait collection aujourd’hui.

« The Pencil of Culture. Dix ans d’acquisitions
de photographies au Centre Pompidou ».
Du 10 au 13 novembre. Grand Palais,
avenue Winston-Churchill, Paris VIIIe.

Sandra Guinot

M1 – Histoire de l’art

Bibliographie :

CHEROUX Clément et ZIEBINSKA-LEWANDOWSKA Karolina, The Pencil of Culture. 10 ans d’acquisition de photographies au centre Pompidou, Paris / Trézélan, Centre Pompidou / Filigranes, 2016, 208 p.

 

« Clément Chéroux, le Troisième œil », interview de Clément Chéroux pour AMA, 3 novembre 2016 [en ligne]. https://fr.artmediaagency.com/127062/127062/

Dossier de presse « The Pencil of Culture. 10 ans d’acquisitions de Photographies au centre Pompidou ».

Site de Paris Photo, rubrique programme. http://www.parisphoto.com/fr/paris/programme/2016/the-pencil-of-culture

[1] Citation de Clément Chéroux, chef du cabinet de la photographie du Centre Pompidou, issue de l’introduction du catalogue d’exposition The Pencil of Culture. 10 ans d’acquisition de photographies au centre Pompidou, Paris / Trézélan, Centre Pompidou / Filigranes, 2016, p. 6-7.

[2] Ibid, p. 7.

[3] Washington, États-Unis, 21 octobre 1967.

[4] Question tirée du Sondage, « Faire exposition », The Pencil of Culture. 10 ans d’acquisition de photographies au centre Pompidou, Paris / Trézélan, Centre Pompidou / Filigranes, 2016. p. 148.

[5] Clément Chéroux, le Troisième œil, interview de Clément Chéroux pour AMA, 3 novembre 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *