Taboo, la série britannique à l’ambition gagnante – Pauline Jagoury

Taboo, la série britannique à l’ambition gagnante

Le 7 janvier 2017 sur la chaine britannique BBC one et le 10 sur sa cousine américaine FFX était diffusée pour la première fois la tant attendue série dramatique Taboo. Idée originale de l’acteur anglais Tom Hardy, de son père le scénariste et auteur Edward « Chips » Hardy et de Steven Knight (scénariste et producteur à qui nous devons entre autres la série Peaky Blinders ou encore le concept du jeu télévisé Qui veut gagner des millions ?), cette série se découpe en huit épisodes d’une cinquantaine de minutes chacun. Ce format long réussit à diviser l’intrigue narrative en chapitres où le personnage principal, James Keziah Delaney (interprété par Tom Hardy lui-même), semble vaquer d’intrigue en intrigue tel un Sherlock Holmes ou un Arsène Lupin.

Pourtant, l’intrigue n’est pas policière à proprement parler et s’appuie plutôt sur les ressorts classiques du roman Gothique : mystère, fantastique, violence, morbidité,  contestation de la philosophie des Lumières. C’est dans le Londres de 1814 que James Delaney, disparu et présumé mort durant le naufrage d’un bateau négrier, réapparait après dix années passées en Afrique. En possession de diamants acquis illégalement et décidé à reprendre le flambeau de son père récemment décédé, il refuse de vendre ce qu’il reste de l’héritage familial à la Compagnie Britannique des Indes Orientales  – c’est à dire une bande de terre située à la frontière entre le Canada et le nord-ouest des Etats-Unis, Nootka – et décide de bâtir son propre empire de négoce et de transport. Cependant ce synopsis reste trop simpliste en vue de la complexité de (des ?) l’intrigue, aussi épaisse que le brouillard des rues de la Londres pré-victorienne où déambulent les personnages. Une fois passés les premiers épisodes faits de pistes narratives à demi installées et de lenteurs scénaristiques, ce qui pouvait paraître pour un total flou artistique donne une certaine crédibilité à la série. Majoritairement porté par le charisme extraordinaire de Tom Hardy et par une reconstitution historique sinon fantaisiste tout du moins originale, Taboo s’échappe hors de toute catégorie générique et de tout temps. Le terme « entre-deux » convient parfaitement à l’épopée obscure de ce personnage sorti de nulle part et pourtant au cœur de tout. Taboo dérange car ne ressemble à rien.

Début du XIXe siècle, James Keziah Delaney revient d’Afrique les poches remplies de diamants bruts. C’est l’époque des colonies européennes : le royaume d’Angleterre impose son autorité aux quatre coins du monde, de l’Afrique noire à l’Océanie en passant par l’Asie. Seules les treize colonies Américaines ont arraché leur indépendance en 1776. La Compagnie des Indes Orientales, entreprise commerciale la plus puissante de son époque et qui acquiert des fonctions militaires et administratives régaliennes dans l’administration de l’immense territoire indien au fil du temps, se trouve mêlée aux rivalités entre la Couronne d’Angleterre et les Etats-Unis d’Amérique compte tenu de sa nationalité britannique. Cet espace mondial qu’est l’empire colonial britannique influence de toutes parts les intrigues de Taboo, et rappelle nos sociétés cosmopolites contemporaines.

Deux pendants historiques sont montrés à l’écran : d’une part le cabinet de George IV, au décor exotique outrancier (peaux de bêtes telles que le zèbre, le lion…) – la vision que l’Angleterre se faisait de l’Afrique noire et l’incluait dans ses mœurs – ; de l’autre, James Delaney fraîchement revenu d’une décennie en terres autochtones où son corps et ses manières occidentales sont autant l’un que l’autre marqués au fer de l’exil. Il exhibe un corps tatoué et scarifié de multiples symboles épaississant le mystère autour de cet aventurier qui incarnent. Le fantasme de l’ailleurs et les marques de l’ailleurs. Ce sont sans doute les incantations qu’il rapporte de son voyage en terres africaines qui donnent à la série sa dimension fantastique : le voyageur casse-cou revenu d’entre les morts possède également une facette de sorcier. De quoi brouiller le script, il n’est cependant rien de plus charmant que la bizarrerie de la chose rendue à l’écran. Le charisme de l’homme fait de lui un électron autour duquel gravite le pire de la société londonienne : sa si jeune et si vénale comédienne de belle-mère Lorna ; Atticus l’assassin des bas-fonds et informateur ainsi que son gang de malfrats ; Brace son loyal majordome ; Godfrey le drag queen infiltré au sein de la Compagnie des Indes Orientales et amoureux de James depuis toujours ; Helga la gérante d’un bordel et femme d’affaires intraitable suivie de ses prostituées et autres hommes de main ; le docteur Cholmondeley, bien plus fasciné par l’alchimie que par la médecine traditionnelle ; Zilpha, sa demi-sœur avec qui il entretient une relation aussi torturée qu’incestueuse.

Au fil des épisodes se constitue une équipe de talentueux laissés-pour-compte, de marginaux fascinés par l’autorité, la ruse et la vision démesurée de notre anti-héros. Tous ont à ses yeux une ou plusieurs utilités nécessaires au déroulement d’un plan bien plus large : la réplique « I have a use for you » (« Je sais comment te rendre utile »), toujours dans la bouche de James Delaney, devient un leitmotiv constitutif de l’identité de Taboo mais aussi de l’autorité naturelle et magnétique dont le protagoniste fait preuve. Chaque personnage a en effet son utilité précise, comme les pions d’un jeu d’échecs. Le personnage de James Delaney est de ceux que l’on ne dupe pas : chaque partie de son plan (rejoindre la fameuse Nootka) est finement élaborée, que cela soit dans l’urgence ou non. Nulle ne sait si des forces supérieures guident et aident de manière paranormale notre anti-héros – il semblerait, à priori, que oui – ou si seule la folie le guide dans sa quête. Mais de quelle quête parle-t-on ? De nouveau, le mystère demeure. Le fait de conserver cette parcelle de terre que la Compagnie des Indes Orientales mais aussi la Couronne d’Angleterre et les Etats-Unis lui envient par sa position militairement et économiquement stratégique semblait être un acte de respect du défunt père ; il n’en est rien. James Delaney arbore la casquette du marchand désireux de faire fructifier son Eden lointain mais aussi de l’homme en quête de sa propre identité : Nootka est aussi le berceau de sa mère, une indienne mariée de force à Sir Delaney Senior.

Alors que les premiers épisodes se focalisent sur James lui-même (et plus particulièrement sur le mystère constitutif du personnage), l’aspect communautaire apparait pour donner à cette première saison un sens bien défini : la formation d’un équipage, d’une communauté de colons se préparant au grand départ vers Nootka, le territoire américain dont James en est l’héritier. On peut y voir une métaphore de ce qui fut la création des Etats-Unis d’Amérique : des contestataires à la Couronne d’Angleterre, des biens et moins biens nés désireux de se forger un destin vers le nouveau monde. N’a de sens que la présente-absente Nootka, « le monde de ma mère » comme la nomme James. C’est le monde qu’il n’a jamais connu et qu’il désire jusqu’à, dédaigneux, nommer la vieille Londres « le monde de mon père », aussi morte que celui-ci.

Rythme inégal pour cette production à l’ambition payante. Série historique, mystique, morbide, policière et d’aventures, Taboo peine à instaurer une cohésion scénaristique tant les genres et les intrigues qui leurs sont propres à chacun s’entremêlent et rendent confus la trame narrative. Ce climat de confusion une fois assimilé par les téléspectateurs les plus téméraires, la machine est lancée: on se laisse embarquer par le charme magnétique de ce James Delaney, dont on veut tout connaître; on s’entiche de ses compagnons de voyage et par leur folie qui lui est proportionnelle; on (re)découvre une Londres tiraillée entre les frasques de son roi, les intérêts de la monstrueuse et tentaculaire Compagnie des Indes Orientales et la lutte à mort contre le fils indigne, les Etats-Unis d’Amérique. Taboo est de celles qui plaisent aux regards cinéphiles avisés : sans son décor spatio-temporel respectueux de l’époque et son esthétique aussi ténébreuse qu’envoûtante, la complexité du propos nous aurait tous perdus quelque part au fond de la Tamise. Le mot « tabou », étymologiquement parlant, désigne ce qui est « frappé d’interdit par un caractère sacré ou impur déterminé par une tradition magico-religieuse des peuples d’Océanie » selon le Journal d’une expédition faite dans la mer Pacifique, du Capitaine James Cook. Le charme de cette série y est donc amplement défini : entre l’art de frôler la catastrophe du « sans queue ni tête » et la complaisance que les personnages principaux éprouvent dans la folie, Taboo renverse le monde comme les codes du petit-écran pour une fusion des genres exquise.

Pauline Jagoury

M2 – Lettres modernes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *