Punk Design – Rebecca Touati

Punk Design

 

Nombreuses sont les études traitant de la philosophie punk. Mais celles relatives à l’esthétique  du mouvement sont plus rares et pourtant non moins intéressantes. C’est donc avec enthousiasme que je découvre l’article en ligne d’Ismael Lopez Medel, professeur de communication à la Central Connecticut State University, datant du 22 août 2014. Intitulé « Punk Design, Jamie Reid and the Sex Pistols » et paru dans la revue espagnole Creatividad y Sociedad, cette publication se propose d’analyser l’art punk, d’étudier ses liens avec le domaine musical. Elle permet d’alimenter mon travail de mémoire portant sur Le collage dans le mouvement punk (1976-1980).


  Cet article débute par un bref résumé qui tente de définir le mouvement punk d’une manière globale. Le professeur le désigne comme un phénomène culturel des années 1976 à 1980 qui débute dans le domaine musical puis qui progressivement, s’étend à différents niveaux ; social, culturel, musical et artistique. Il utilise une citation du chanteur Johnny Rotten, du groupe des Sex Pistols, qui résume bien l’état d’esprit des punks : « Le punk ne doit pas rendre les gens heureux, c’est une attaque». En effet, lors de leur premier concert en novembre 1975, Johnny Rotten insulte son public et lui crache dessus. Par conséquent, la virulence est le pilier de ce mouvement basé sur la protestation, la rébellion, la transgression, la défiance de l’ordre établi (définition que l’on retrouve dans The Magazine créé par Gillian McCain et Legs McNeil).

  D’autre part, l’auteur souligne l’aspect faussement spontané, simple et irréfléchi de l’esthétique punk, qui serait en réalité le résultat d’une stratégie judicieusement mise en place. Ainsi, le visuel des affiches, flyers, pochettes de disques, fanzines, s’inscrivent dans une démarche de provocation. Les tabous sont levés, notamment à travers la pornographie, le statut de la femme, le mélange des genres féminins et masculins, les symboles de la royauté, la société de consommation. Ces derniers amènent le spectateur à réfléchir sur le monde qui l’entoure. Dès lors, c’est d’un regard lucide que les punks mettent en place une esthétique propice au scandale. C’est pourquoi s’établit un lien indissociable entre la musique et la création plastique. En outre, les paroles provoquantes et le rythme désarticulé des chansons punks influent directement sur le visuel des collages (technique artistique de référence pour le mouvement).

Par ailleurs, les Sex Pistols, groupe emblématique du punk en Angleterre, occupe une place majeure au sein de l’article. C’est à travers lui que l’esthétique punk naît. Il façonne l’attitude, perfectionne la musique et popularise le style vestimentaire. Ainsi, une déferlante de visuels leur est dédiée. Leurs pochettes d’albums réalisées par le graphiste Jamie Reid, deviennent de véritables œuvres d’art. Au cours de l’article, Ismael Lopez Medel relève l’aspect populaire de ces couvertures musicales, qui : « comptent parmi le top dix des listes de couvertures d’albums d’après Musical magazines ». Jamie Reid fait donc partie des artistes punks les plus représentatifs du mouvement.

Ensuite, le professeur en communication articule son propos autour d’une question, qui est la suivante : « Quel est le rôle de la créativité dans le mouvement punk, dans une perspective historique ? ». Comme pour la musique, l’esthétique punk se dresse contre la société. Elle est anarchiste, libertaire, violente et s’adresse à une classe prolétaire. Les collages, comme il le précise, sont associés à la culture urbaine. Cette technique manuelle fait écho au précepte punk du Do it yourself, qui signifie « fais-le toi-même ».

Cet art populaire se caractérise par une certaine facilité d’exécution et le rejet d’une typographie traditionnelle. Comme l’auteur le souligne, elle s’inspire des dadas et des futuristes. Pour mettre en lumière son propos, il fait référence à une citation d’un historien du design graphique, Steven Heller : « une expression brute de la frustration de la jeunesse ».

C’est à travers la création du célèbre graphiste anglais Jamie Reid qu’Ismael Lopez Medel souhaite analyser l’esthétique punk. Il se fait connaître en 1977 en réalisant les visuels des pochettes d’album des Sex Pistols. L’article s’intitule The Father of Punk design : Jamie Reid et traite du rôle de la création visuelle dans le processus de destruction et de détournement des codes. Il prend l’exemple de la célèbre pochette d’album des Sex Pistols, God Save The Queen, qui date de 1977. Le graphiste reprend une image du photographe Cecil Beaton et la transforme par le collage. Il s’agit d’une célèbre photographie de la reine d’Angleterre. Sur ses yeux est collé une bande de papier découpée où est inscrit « God Save The Queen » qui signifie « Que Dieu protège la Reine ». Il utilise donc l’ironie et la provocation. Ce recyclage d’images populaires caractérise les collages punks.

De plus, le langage de la séduction ne fait pas partie de l’esthétique punk. Les pochettes d’albums ne s’inscrivent pas dans une démarche commerciale car elles sont conçues en dehors du mode de production capitaliste ayant recours à l’exploitation de main-d’œuvre des salariés. Elles sont subversives puisqu’elles sont réalisées à la main puis reproduites en série dans des structures alternatives. Jamie Reid est l’un des premiers punks à mettre en place ce système de production.

C’est pour cela qu’Ismael Lopez Medel met en valeur des éléments clés de la vie du célèbre graphiste qui s’impose comme le pionnier de l’art visuel punk. Il mentionne la création de ses premiers posters anonymes, simples et clairs, qui s’inspirent du Do it yourself ainsi que sa collaboration avec Malcolm Maclaren (manager du groupe des Sex Pistols). Ses œuvres possèdent   des caractéristiques communes. Par exemple, la modification de la couleur par une image solarisée est souvent utilisée, les éléments visuels sont photocopiés, les typographies sont prises dans divers journaux. Du point de vue stylistique, l’irrégularité, les couleurs criardes, urbaines et provocantes font parties intégrantes de l’œuvre de Jamie Reid.

La publication mentionne les propos d’un professeur de l’histoire du design, Jeremy Aynsely, concernant « le père du design punk » : « Jamie est reconnu comme le directeur artistique du mouvement punk anglais. Le punk a lieu avant l’avènement de la typographie digitale et donc ce n’est pas du design assisté par ordinateur mais du fait-main. Le collage punk marque de par son énergie et son opposition face aux représentations traditionnelles un changement de génération dans la sensibilité. C’est un pilier important pour le design graphique des vingt prochaines années. »

Ismael Lopez Medel présente la typographie comme l’élément central du renouveau visuel. Avec des lettres découpées dans différents journaux et assemblées de manière maladroite, l’art punk se moque de la presse populaire. Il appuie son idée sur une citation de Malcolm MacLaren : « Nous utilisons le journal The Times pour beaucoup de nos compositions. Elles ne sont jamais claires. Nous ne voulons pas d’une typographie impeccable. Nous avons besoin d’un style brut, comparable au fait-main, pas clair mais irrégulier ». L’usage de la photocopie est de rigueur. Ils scannent des images dans les journaux et les placent de manière désordonnée. Ils veulent montrer une réalité brute, sans artifices, qui reflète la dureté de la vie à laquelle est confrontée la jeunesse punk. Durant les années Thatcher, la classe prolétaire n’a pas de perspective d’avenir et c’est dans ce climat pessimiste et rude que cette esthétique tire sa force. Ismael Lopez Medel évoque également le choix des couleurs. De nombreux collages sont réalisés en noir et blanc. Il s’appuie sur l’exemple des premières affiches réalisées par Jamie Reid à travers sa maison d’édition Suburban Press, créée au début des années 1970. Au cours de la publication, un parallèle est dressé entre les collages du graphiste des Sex Pistols et les affiches ; compositions simples, lignes désordonnées, utilisation du caractère gras. L’article s’appuie sur l’oeuvre Pretty Vacant du graphiste, qui devient en 1977, le poster des Sex Pistols, à l’occasion de la sortie de leur single phare Pretty Vacant. Sur l’affiche sont découpés deux bus où chacun d’eux portent une inscription : « Nowhere » et « Boredom ». Cela se traduit par « nulle part » et « ennui ». Leur fonction est subvertie, finalement, ils n’amènent pas à une destination précise. Le graphiste met l’accent sur le sentiment de vide et de chaos que les punks peuvent ressentir. Son poster délivre un message visuel fort et en prise directe avec la réalité.

Les punks portent un regard lucide sur le monde à travers des idéologies qui se diffusent par le biais de la création. Elles se résument par une passion pour la laideur, à la différence des pochettes d’albums commerciales qui présentent des couvertures plaisantes et valorisantes, glorifiant le statut social de l’artiste. Le mouvement punk est un mouvement marginal qui rejette toutes formes de conventions et de lois. Selon Ismael Lopez Medel, le goût pour la laideur n’est autre qu’une forme de nihilisme déguisé dans le but de faire face au conformisme. Il caractérise le langage visuel punk comme naïf de part une réécriture complète d’une syntaxe alliée à une typographie hachée. La discordance et la confusion valent bien mieux aux yeux des punks que la simplicité et la continuité visuelle.

Pour conclure, cet article m’a permis de comprendre l’importance de la stratégie mise en place par les punks afin de contrer l’ordre établi. Il est organisé de manière claire et met en lumière les acteurs importants du mouvement en Angleterre. Dans l’historiographie du punk, il occupe une place non négligeable car il contribue à formuler une hypothèse sur le fait que l’héritage visuel du groupe des Sex Pistols est plus influent que celui laissé par leur musique, leur attitude et leur personnalité. J’ai choisi cet article car il est assez complet et questionne aussi bien la musique, le contexte politique, culturel que la créativité punk. L’attention toute particulière que la publication attache à la typographie punk sera reprise sérieusement dans mon mémoire.

Rebecca Touati

M2 – Histoire de l’art

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *