Cy Twombly – Victoire Fabre

Exposition Cy Twombly au Centre Pompidou

du 30 novembre 2016 au 24 avril 2017

« Une mémoire se dit, une jouissance se célèbre » écrit Philippe Sollers dans « Les épiphanies à Cy Twombly » (in L’Eloge de l’Infini), c’est en effet ce que nous retrouvons lorsque l’on pénètre dans cette troisième rétrospective organisée par le Centre Pompidou pour l’artiste américain Cy Twombly. Cet artiste discret né à Lexington en Virginie en 1928 et mort en 2011 à Rome, est un représentant de l’expressionnisme abstrait américain original, poétique, et proposant une œuvre entre passé et modernité.

L’exposition présente un ensemble complet d’œuvres, réunissant cent quarante peintures, dessins, sculptures mais aussi photographies. Les œuvres sont organisées par séries, cycles, et respectent la chronologie. Ceci offrant une rétrospective épurée, simple, bien amenée où l’on saisit toute l’intensité de l’œuvre et l’inaccessibilité de l’artiste. L’exposition est pleine de mystères et de découvertes. La première salle présente les caractéristiques essentielles de la carrière de Twombly, avec des œuvres qui reflètent son travail très expressionniste, de l’influence new-yorkaise et du Black Mountain College. En effet, on retrouve ce goût pour le primitif, ainsi que l’intérêt pour une gestuelle très prononcée à travers la série des peintures industrielles Sans titre de 1951 de Lexington. La série des peintures blanches (réalisée à Lexington en 1959) témoigne de l’importance méditerranéenne qui couvre l’ensemble de son travail. Cette série rappelle les murs blancs marocains qu’il avait vus lors de son premier séjour en Europe et en Afrique du Nord en compagnie de son ami Robert Rauschenberg (1925-2008), qui l’avait alors beaucoup inspiré.  Cette première salle est annonciatrice d’une œuvre à la fois contemplative et originale. A travers les salles composées d’œuvres monumentales, nous allons retrouver une certaine ambigüité  sur des réflexions entre passé et modernité, entre abstraction et poésie. La célébration de l’Histoire se fait imposante quand plusieurs salles se rencontrent. Achille pleurant la mort de Patrocle (1962, Paris, musée national d’art Moderne) est mis en lumière face à sa propre vengeance (The Vengeance of Achille, 1962, Kunsthaus, Zurich) et la série des Neufs discours sur Commode (1963, Bilbao, Guggenheim) s’exprime puissamment entre eux par une explosion de couleurs. En ce sens, la présence historique de deux grandes personnalités très fortes montre l’intérêt de Cy Twombly pour la Rome antique, mais aussi la Grèce, de ses mythes et  légendes, ainsi que la référence à Homère (Fifty Days at Iliam : Shades of Achilles, Patroclus, and Hector, 1978, Fondation Cy Twombly).

L’œuvre difficile et indéchiffrable de Cy Twombly est une production très littéraire notamment à travers la célébration des dieux antiques comme Apollon et Vénus, et en reprenant les titres de chefs-d’œuvre  des maîtres classiques, Raphaël et Nicolas Poussin, où l’abstraction se définit par l’écriture et l’emploi du graffiti (School of Athens, 1961, Menil Collection, Houston). L’exposition résume une œuvre qui évoque la question de notre rapport au passé, d’une jouissance à travers l’écriture. Cy Twombly, très souvent qualifié d’homme du passé, est montré dans cette rétrospective comme un homme vraisemblablement moderne, car il est présenté en maître du graffiti, technique qui l’a toujours caractérisé.  Par la suite, cette mise au point de toute l’œuvre de l’artiste jamais faite depuis sa mort en 2011,  fait une belle démonstration du graffiti mais aussi de la coulure, qui le définit techniquement (Blooming, 2001-2008, Collection Particulière).

Son rapport à la ville de Rome, à l’archéologie est très bien représenté tout au long du parcours. On comprend l’importance de se souvenir, que le passé ne doit pas s’oublier. L’exposition et l’œuvre de Twombly sont un véritable témoignage au sens large de l’Histoire de l’Art. C’est un chemin initiatique sur l’art abstrait nous rappelant toute une littérature classique. A travers ses œuvres, Cy Twombly nous offre un récit de l’Antiquité et un hommage aux artistes italiens et à Nicolas Poussin que le Centre Pompidou n’a pas oublié de faire apparaitre. Il déploie dans son œuvre toute une littérature et développe  une peinture-écriture. Il s’agit d’une « poésie visuelle » fragmentée, présentée au Centre Pompidou qui se rapporte à notre humanité et à son infinie. Ce sont des œuvres qui sont difficiles à comprendre, c’est une réflexion sur le visible, le lisible, et l’écriture qui nous ait proposé chez Cy Twombly.

C’est donc une démonstration très imposante présentée par le Centre Pompidou même si nous pouvons ressentir l’absence de certaines œuvres majeures comme la série des Ferragosto ou le Triomphe de Galatée (1961, Rome, The Menil Collection, Houston), ou l’évocation du décor du Louvre réalisé en 2010. Le parcours de l’exposition est assez classique. Toute la première partie est composée de salles plutôt petites où dans chacune d’elles se retrouve des séries de photographies entourées par ces peintures monumentales. Puis au milieu de l’exposition, de multiples sculptures sont regroupées entre elles avant de retrouver des séries et des cycles de peintures encore plus monumentaux où les salles s’agrandissent davantage. C’est un parcours classique qui respecte bien la chronologie de l’œuvre de Cy Twombly.  Cette rétrospective est la troisième organisée par le Centre Pompidou. En 1988, l’exposition présentait une scénographie assez similaire à celle de 2016 avec de grandes salles pour mieux démontrer la monumentalité de ses œuvres, et tout en mélangeant peintures et sculptures. Cette année le commissaire a préféré rassembler les sculptures au milieu du parcours pour, peut–être, mieux souligner le fait que l’artiste n’était pas seulement peintre et dessinateur. A cette époque l’artiste était au milieu de sa carrière et le Centre Pompidou rassemblait une œuvre complète de sa production jusqu’à 1988. En 2004, le Centre Pompidou propose une exposition autour des dessins de Cy Twombly avec le même commissaire Jonas Storsve. La présentation des dessins de l’artiste fut une manière de montrer le cœur de son travail. Cette rétrospective avait d’ailleurs fait le tour de plusieurs grandes villes (Paris, Munich, Saint-Pétersbourg, Londres). En 2016, cette exposition-hommage fut compliquée à organiser car l’idée était de rassembler ce qui avait été montré en 1988, en 2004, et pendant la deuxième partie de sa carrière.

L’artiste célèbre donc passé et modernité qui lui avait permit de se distinguer de ses contemporains expressionnistes. Le rapport que l’artiste entretient avec la tradition s’exprime par un aspect charnel présent tout d’abord à travers la matière, et de ces couleurs vives, presque rougeoyantes qui éclatent sur la toile. Mais ce n’est pas l’expression de soi qu’il cherche à mettre en œuvre dans ses travaux, il s’agit plus d’une tension, très sensuelle, où l’on rencontre toute cette littérature qui a fait vivre l’artiste et sa création. Ce rapport à la tradition est également très lié aux origines de la culture méditerranéenne. Il a davantage approfondit ces thématiques, là où lui et ses contemporains étaient fascinés par les grottes préhistoriques, Cy Twombly a souhaité chercher encore plus loin les origines de nos traditions en développant un aspect moderne de la Grèce et de la Rome antique. Chose qu’il réussit à la perfection lorsque le Louvre lui commande le décor peint, The Ceiling, pour la salle des Bronzes grecs. Cy Twombly reprend donc la peinture d’Histoire de façon sensuelle et charnelle, il est porteur d’une œuvre sensible et intelligible, et restera un artiste inclassable et mystérieux.

Cy Twombly, c’est une manière originale de penser notre passé. Jonas Storsve, le commissaire de l’exposition confie à la radio Rfi « Je pense qu’il a d’abord déconstruit la peinture pour ensuite la reconstruire. » ; cette déclaration résume parfaitement l’œuvre de Twombly, et montre bien le projet réussit de cette  troisième rétrospective.

Victoire Fabre

M1 – Histoire de l’art


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *