Geste Baroque – Léa Peyruse

Geste Baroque

Collections de Salzbourg

Exposition dans la salle Mollien du musée du Louvre

20 octobre 2016 – 16 janvier 2017

Geste Baroque, Collections de Salzbourg est une exposition organisée en partenariat avec le Salzburg Museum, qui se déroule du 20 octobre 2016 au 16 janvier 2017 dans la salle Mollien du musée du Louvre.

Placée sous le commissariat de Regina Kaltenbrunner, conservatrice, responsable de la collection Rossacher au Salzburg Museum et de Xavier Salmon, conservateur général du patrimoine, directeur du département des Arts graphiques du musée du Louvre, cette petite exposition illustre de manière succincte par l’aménagement de deux salles, la diversité et l’exceptionnelle création issue du Sud de l’Allemagne.

Dans la préface du catalogue de l’exposition [1], le Dr Martin Hochleitner, directeur du Salzburg Museum, explique que « cette exposition a pour objectif de faire découvrir au public parisien les diverses manifestations du Baroque à Salzbourg, en Autriche et dans le sud de l’Allemagne, à l’aide de deux grandes lignes directrices : une première dédiée au Salzbourg baroque, à son paysage urbain et aux artistes qui lui sont liés ; une seconde visant à représenter le milieu artistique salzbourgeois ».

Avec exactement soixante-seize œuvres (dessins, peintures et sculptures) prêtées par les musées de Salzbourg, l’exposition nous guide à travers un parcours composé de cinq panneaux didactiques, illustrant ainsi diverses thématiques :

Les princes-archevêques de Salzbourg aux XVIIe et XVIIIe siècles et leurs dates de règne

À cette époque, Salzbourg est la capitale d’un Etat ecclésiastique, de ce fait,  elle est sous l’autorité d’un prince-archevêque, qui n’est pas un « prince de sang » mais un légat du Saint-Siège. Ce qui signifie aussi que la population est exclusivement catholique. Dans cette société très hiérarchisée, et sous l’impulsion de différents princes-archevêques, Salzbourg se métamorphose et cette évolution touche toutes les formes d’art.

 

Le goût du Bel Édifice

Les princes-archevêques sollicitent des artistes italiens tels que les architectes Vincenzo Scamozzi et Santino Solari puis des artistes allemands pour transformer la cité médiévale en une ville qui évoque les cités de la Renaissance italienne. Cette très forte influence italienne perdure jusqu’à la fin du XVIIe siècle et une esthétique plus germanique surgira en réaction à un italianisme trop présent. On retiendra les architectes Johann Bernhard Fischer von Erlach et Johann Lucas von Hildebrandt qui donnèrent à Salzbourg cette touche germanique.

 

Les grands chantiers

Entre pouvoir laïc et pouvoir religieux, de grands chantiers voient le jour afin de construire et d’embellir cette « Rome du Nord » qu’est Salzbourg, notamment celui de la cathédrale, construite et décorée par des artistes italiens. Ce n’est qu’avec l’architecte autrichien Fischer von Erlach que cette suprématie italienne déclina progressivement.

Peindre et sculpter à Salzbourg à l’époque baroque

L’exposition met en avant quatre artistes : Johann Michael Rottmayr et Martino Altomonte, qui sont considérés comme les fondateurs de la peinture baroque autrichienne ; Paul Troger, fresquiste réputé ; et Martin Johann Schmidt, dit Kremser Schmidt qui introduit une peinture plus épurée. A leur côté, le sculpteur, Johann Meinrad Guggenbichler, dont les œuvres religieuses ont un aspect carnavalesque avec des couleurs très vives et des attitudes dansantes.  Ainsi son Christ de douleur en bois sculpté [2], presque de taille humaine, dégage-t-il une théâtralité particulièrement exubérante.

 

Le Geste baroque

Telle une conclusion, l’exposition se termine sur un éloge de cette création germanique dont les œuvres « furent dès le XVIIIe siècle recherchées par les amateurs parce qu’elles illustraient un instant de création » [3]. Citons les nombreuses fresques du peintre Johann Georg Dieffenbrunner, dont nous pouvons admirer une très saisissante esquisse peinte jamais transposée en grand format : La Diffusion de la foi par l’ordre des Bénédictins [4], dont la complexité narrative tourbillonnante ne fait que ressortir la virtuosité de ce peintre.

L’exposition offre ainsi un aperçu de cette création baroque, à travers ses principaux artistes :

(Martino Altomonte, Ferdinand Sigmund Amende, Hans Conrad Asper, Johann Wolfgang Baumgartner, Nikolaus Engelbert Cetto, Johann Baptist Hagenauer, Johann Bernhard Fischer von Erlach, Michael Bernhard Mändl, Johann Michael Rottmayr, Johann Martin Schmidt dit Kremserschmidt, Paul Troger, Johann Lucas von Hildebrandt, Michael Zürn le Jeune note de bas de page) …  des peintres, des sculpteurs, des architectes … Une multitude de noms inconnus en France et qui, pourtant, illustre le développement de ce courant baroque germanique. L’exposition invite donc à découvrir des artistes dont la renommée n’est pas parvenue jusqu’en France.

Trônant au milieu de la première salle, on découvre le Couvercle de sarcophage en forme de squelette d’Hans Conrad Asper [5] c’est une œuvre très imposante, impressionnante de réalisme, mais finement ciselée, dont les points de vue et les angles multiples entrainent la fascination des spectateurs.

Hans Conrad Asper, Couvercle de sarcophage en forme de squelette, 1624. Marbre d‘Untersberg, 45 x 184 x 60 cm. Salzburg Museum © Musée de Salzbourg / Rupert Poschacher.

De même, la peinture majestueuse de Martin Johann Schmidt, dit Kremser Schmidt [6], Prière d’intercession de saint Pierre, saint Paul et saint Benoît auprès de la mère de Dieu avec l’Enfant Jésus laisse deviner un pinceau délicat qui fait ressortir l’aspect féérique d’une œuvre profondément religieuse.

Martin Johann Schmidt, dit Kremser Schmidt, Adieu des apôtres Pierre et Paul, vers 1777. Huile sur toile, 75,5 x 42 cm. Collections d’art de l’abbaye Saint-Pierre © Erzabtei St. Peter / Ulrich Ghezzi.

L’exposition se présente comme un condensé ciblé et par conséquent réduit de cette création baroque germanique ; un aperçu qui peut-être aurait eu le mérite d’être plus approfondi [7], avec une scénographie plus ambitieuse montrant toute la magnificence d’un courant voué à impressionner le spectateur avec ses décorations exubérantes et son côté pompeux mais dont l’exagération est parfaitement assumée et maitrisée.

Lea Peyruse-Boroffka

M1 – Histoire de l’art

[1] Geste baroque, Collections de Salzbourg, catalogue de l’exposition, sous la direction de Regina Kaltenbrunner et Xavier Salmon, coédition musée du Louvre éditions / Somogy éditions d’art, septembre 2016. 296 pages, 220 illustrations, 39€.

[2] Christ de douleur, vers 1703, bois sculpté, H. env. 150 cm, Bad Gastein, église paroissiale Saint-Pimin.

[3] Phrase issue du panneau didactique intitulé « Le geste baroque » de l’exposition.

[4] Johann Georg Dieffenbrunner (Mittenwald, 1718 – Augsbourg, 1785), La Diffusion de la foi par l’ordre des Bénédictins, années 1750, huile sur toile, H. 85,5 ; L. 71 cm, Salzbourg, Salzburg Museum, prêt permanent du Land de Salzbourg.

[5] Peintre et sculpteur, Zurich, 1588 ? – Constance, 1666.

[6] Grafenwörth, 1718 – Stein an der Donau, 1801.

[7] En complément de l’exposition, une série d’activités permettait de comprendre et d’appréhender de façon plus complète cet art baroque germanique : conférence, promenades musicales, un cycle de concerts intitulé Mozart à Salzbourg , ainsi que des visites commentées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *