La propagande Salazariste – Jeanne Malaquias

Antonio de Oliveira Salazar, né en 1889 et décédé en 1970, était un homme politique et économiste portugais. Dictateur de 1932 jusqu’à un accident vasculaire cérébral en 1968. Sa dictature fait partie des régimes autoritaires européens qui marquèrent le continent tout au long du xxème siècle.

Nommé, dans un premier temps, ministre des Finances en 1928 sous la dictature militaire, il est ensuite Président du Conseil en 1932. Il réussit à asseoir en seulement une année son pouvoir autoritaire et nationaliste. Pour cela il a su user d’outils législatifs efficaces. En mars 1933 Salazar rédige une nouvelle Constitution, porteuse des principes de son Portugal idéal : l’Estado Novo. Avec cet État Nouveau, Salazar avait pour objectif de « mettre de l’ordre dans le pays », ce à l’échelle économique mais aussi en restaurant des valeurs fondamentales perdues lors de la Première République (de 1911 à 1926). Il souhaite construire un État fort, où s’inscrivent de solides valeurs familiales, où l’éducation de la jeunesse intègre particulièrement le patriotisme, et qui affirme la position indispensable du chef qui dirige son pays dans la bonne direction.

Nous verrons avec notre document soumis à l’étude comment la dictature de Salazar propage ses valeurs conservatrices, en occultant complètement une situation sociale réprimée avec violence.

 

La Leçon de Salazar
(Source : www.lelivrescolaire.fr)

 

Le document est une carte postale, issue d’une série éditée en 1938 et destinée notamment à une diffusion dans les écoles.

Deux textes accompagnent l’illustration de cette carte : le premier est placé sur une bannière qui domine l’image avec l’inscription : « A lição de Salazar ». Un titre qui annonce une volonté didactique, exemplaire, prodiguée directement par Salazar qui conserve son rôle professoral. En effet, avant de devenir Premier Ministre, il était universitaire à l’Université de Coimbra.

Le deuxième texte est inscrit dans un cadre aux couleurs assorties : « Deus, Pàtria, Famìlia : a trilogia da educação nacional ». Cette devise salazariste proclame la trilogie au cœur du régime, valeurs illustrées ici.

 

La Famille

En premier lieu : « Famìlia » : la scène choisie ici est un moment familial, où sont représentés tous les membres qui doivent composer une famille parfaitement traditionnelle. On y voit le père, la mère, et les enfants qui sont un garçon et une fille. L’équilibre est idéal. Ils semblent également incarner l’idéal de cette famille conservatrice dans leur rôle au sein de la famille et par extension, de la société. Le père a le rôle de l’homme fort, travailleur. Il est ici un paysan, condition la plus répandue à cette époque où le Portugal est encore un pays extrêmement rural. On le devine grâce à la bêche qu’il porte et les autres outils accrochés près de la porte. La mère elle, est représentée à l’intérieur du foyer de la cheminée, prise sur le vif, en train de cuisiner. Elle s’occupe donc du foyer, du cœur de la maison. Les enfants eux, incarnent déjà par jeu une version enfantine du rôle qu’ils devront endosser en grandissant. La fillette joue à la poupée, ses jouets sont les éléments qui composent parfaitement un foyer miniature, la préparant au rôle de ménagère. Le garçon semble avoir un livre à la main, il serait alors l’unique représentation d’une instruction scolaire. Si l’on se réfère au titre « Lição » leçon, ce livre en est le seul élément.

C’est donc bien une répartition des places parfaitement traditionnelle au sein de la famille. Ces valeurs conservatrices sont à la fondation de l’Estado Novo, Salazar les inscrit dans sa Constitution de 1933, article 11 : « L’État assure la constitution et la défense de la famille, comme la source de conservation et de développement de la race, comme la base première de l’éducation, de la discipline, et de l’harmonie sociale. »

Mais cette image idéalisée qui doit faire rêver la jeunesse portugaise est bien éloignée de la réalité. Le pays reste très pauvre, et le régime de Salazar s’attache plutôt à museler et à restreindre les droites et l’influence politique des paysans pauvres. Ils sont progressivement privés de droit d’action contre les riches propriétaires terriens, soutenus et avantagés par le pouvoir. Ils perdent également le droit de vote, puisqu’une loi imposait un concours pour obtenir ce droit, concours qui requérait d’avoir des connaissances politiques et historiques.

 

La Religion

Ensuite, « Deus », une autre valeur fondamentale de l’Estado Novo : la religion catholique. On observe au centre de l’image un grand crucifix en bois, posé sur le buffet. Il domine la pièce à vivre et paraît être au cœur d’un autel. Il est encadré par deux vases identiques, arborant les couleurs symboliques du Portugal. Un cierge brille devant ce crucifix. En effet, restaurer la puissance de l’Église catholique était un des objectifs de Salazar. Il occupa dans sa jeunesse une place importante au sein du Centre Catholique, un mouvement religieux créé en 1917 pour promouvoir la christianisation de la vie politique nationale. Cependant, en accédant au pouvoir, il préféra maintenir l’Église en dehors de tout rôle politique et lui rendre son rôle social. Cette carte postale illustre clairement cette volonté, en l’implantant directement dans un imaginaire collectif, auquel le public visé – les enfants – peut se référer tout au long de son éducation et développement. Salazar scellera finalement son ambition par le Concordat de 1940, signé au Vatican, où il donne un contrôle total et exclusif de l’enseignement religieux dans les écoles publiques à l’Église. Ce Concordat annule la loi de Séparation de l’Église et de l’État instaurée par la Première République de 1911.

 

La Patrie

Enfin, la « Pàtria » : étonnamment, le seul élément explicitement attaché à la notion de patrie est un drapeau portugais, qui se trouve au loin, mais visible pour nous par l’ouverture de la fenêtre. Il est au centre de l’illustration ce qui lui confère une place discrète mais essentielle. D’une façon plus élaborée, la Patrie peut être incarnée par cette famille portugaise. C’est elle qui forme la Patrie et en incarne l’image valeureuse.

Tous ces éléments sont réunis pour incarner la vie idéale de la famille idéale voulue et visée par Salazar. Ils sont mis en scène pour attiser l’envie et faire rêver le peuple qui a eu peu accès à l’instruction et en particulier à la jeunesse du pays.

Les couleurs sont chatoyantes, le soleil baigne la pièce tout entière d’une lumière chaude et rassurante. Leur quotidien n’apparaît pas comme fastueux mais il est abondant grâce aux travaux de la terre. La modestie est également une valeur, qui se dessine ici en filigrane, très chère à Salazar. Lui-même se représentait comme un modèle exemplaire de cette modestie. Son image était toujours dépouillée, ordinaire, contrastant avec celle des autres dictateurs européens. Il n’apparaît presque jamais en figure de grand orateur, seul, face à une foule qui l’acclame. Dans ses portraits officiels et officieux, il porte toujours un costume simple, utilitaire, gardant l’apparence d’un docteur en économie, et non pas celle d’un chef militaire comme l’étaient Hitler et Mussolini.

Cette carte postale concentre les valeurs de ce dictateur, et est un exemple parfait de la propagande qui fut diffusée par le pouvoir durant la dictature, destinée à influencer la jeunesse et le peuple, en offrant une image faussée d’une réalité tout autre.

 

Jeanne Malaquias – Master 1 Lettres et Humanisme


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mastersfdl (13 juillet 2023). La propagande Salazariste – Jeanne Malaquias. Investigatio. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra95


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search