L’amour dans Nadja (1928) d’André Breton : désir et magnétisme – Ludivine Millot

Dans Nadja, l’amour est envisagé dans un système d’attraction, de séduction et de révélation, d’abord entre Breton et les quelques figures féminines pour qui il se prend d’une brève passion dans la première partie du récit poétique ; puis, entre Breton et Nadja, dans la deuxième partie ; enfin, entre Breton et la femme qui se substitue à Nadja dans la troisième partie : « [l]e récit de Breton est […] un grand duo entre deux êtres qu’aimante l’amour[1] ». Partant de ce constat, on peut s’interroger sur le rôle de l’amour dans Nadja, la manière dont l’aimantation se manifeste entre les personnages, ce qui se trouve à son origine et ce qu’elle entraîne dans le récit poétique.

 

1. Le personnage désirant dans Nadja : de « témoin hagard » à agent actif

Le narrateur et les figures féminines s’attirent et se repoussent, selon les désirs et les déceptions de Breton, « “l’être pourvu de mana”, [le] magnétiseur[2] », qui exprime ce qu’il éprouve dans le récit poétique. Nadja « [serait] la description mouvante d’un sillage et d’une aimantation interpersonnelle[3] » : Breton, autoproclamé « témoin hagard[4] », apparait comme agent actif dès lors que les interférences humaines et sentimentales valorisent et excitent sa volonté, qui, quoique toujours autonome, se révèle entreprenante. Breton passe de narrateur passif, soumis aux aléas du hasard surréaliste, « jouet plus ou moins conscient de mobiles dérisoires[5] », à un être consistant, dont les désirs interviennent, interagissent dans le monde et l’influencent. Breton provoque sa chance et l’attire à lui. L’amour éveillerait donc le sujet à la souveraineté exercée sur autrui, sur lui-même et son environnement.

Ainsi, alors que Breton hésite à revoir Nadja, incapable de statuer sur la nature de l’affection qu’il lui porte, tenté de ne plus lui donner de nouvelle, il prend la décision de reprendre rendez-vous avec elle et de lui prêter assistance, ce qui va à l’encontre de la posture de « témoin hagard » qu’il prétend endosser au début du récit :

Il est impardonnable que je continue à la voir si je ne l’aime pas. Est-ce que je ne l’aime pas ? Je suis, tout en étant près d’elle, plus près des choses qui sont près d’elle. Dans l’état où elle est, elle va forcément avoir besoin de moi, de façon ou d’autre, tout à coup. Quoi qu’elle me demande, le lui refuser serait odieux tant elle est pure, libre de tout lien terrestre, tant elle tient peu, mais merveilleusement, à la vie[6].

Immédiatement après, alors qu’il ne l’a pas encore recontactée, Nadja apparait comme par magie au milieu des passants, sur le trottoir opposé à celui de Breton. Dans les deux cas, il y a bien magnétisme grâce à l’expression du désir, qui redonne du pouvoir au sujet.

 

2. L’expression du désir au service d’une libération individuelle

Selon Jean-Yves Tadier dans Le récit poétique (le récit poétique, un genre hybride en prose auquel appartient Nadja, emprunte au récit sa forme narrative et à la poésie « ses moyens d’action et ses effets[7] », donc ses procédés poétiques) le magnétisme exercé dans l’expression des désirs s’incarne dans un personnage littéraire qui :

[…] s’affranchit de toutes les servitudes du héros du roman, et se contente de donner le spectacle d’un homme qui, suivant le conseil du Premier Manifeste, « pratique la poésie » : ses récits n’ont pas d’autre sujet, leur héros narrateur pas d’autre fonction, que cette pratique et que cette libération[8].

On remarque que l’expression des désirs permet une altérité temporaire (avec autrui et avec soi-même, puisqu’il y a identification et reconnaissance des désirs) qui implique une libération. Les personnages seraient reliés, par intermittences, le temps de se rapprocher, de s’éloigner et de recommencer, par un courant électrique (ou champ magnétique) ; en effet, Breton « ne peint pas l’être, mais le passage à nouveau d’un courant électrique[9] ». Dans la mesure où ce courant s’exerce dans la sphère de l’interrelation humaine, et qu’il est plus ou moins maîtrisé par le sujet désirant – en dépit de ce que l’attraction suggère d’aliénant – le magnétisme serait libérateur, car exercé dans l’expression des désirs.

 

3. L’amour : une obsession subordonnée à la quête du surréel

Ce courant, ce magnétisme, se traduit par une mise en mouvement des personnages : « [l]es personnages sont […] des “objets qui provoquent le mouvement d’Eros[10]” », autrement dit un mouvement dont le moteur est la pulsion de vie[11] (ou le désir de conservation), qui s’exerce dans l’intériorité du narrateur, puis dans celle des personnages (espace mental), puis dans la déambulation à Paris (espace physique), retranscrit par l’écriture (espace textuel). Le personnage émettrait une pulsion dirigée vers l’autre, assimilée à une volonté motrice, dont l’origine et l’initiative échapperaient toutefois au personnage. La maîtrise parfaite du champ magnétique paraît dès lors compromise, sans pourtant entacher sa dimension libératrice.

En outre, si « [l]’amour est le thème central, l’obsession fondamentale[12] » de plusieurs récits surréalistes comme Nadja, cet amour aimanté n’est pas nécessairement l’objectif ultime du narrateur et des personnages du récit ; tout au moins n’est-il jamais explicitement présenté comme l’objet d’une quête ou d’une conquête, contrairement au surréel, qui semble primer sur tous les objets de désir ou de recherche (ce que démontre le Manifeste du surréaliste de 1924) et prédominer dans le volet thématique du récit (le surréel et sa conquête tissent un lien entre tous les autres thèmes et objets du récit, et justifient leur juxtaposition, leur imbrication, leur superposition, au sein d’un récit dynamique, qu’il motive d’ailleurs).

 

 

L’amour, dont le rôle est d’éveiller le sujet à sa souveraineté, obsède, sans pour autant être converti en objectif. Ce paradoxe autour de l’amour, pourvoyeur de souveraineté dans Nadja, généralement jugé aliénant, est permis par la déception que peut éprouver le sujet face à la femme qui répond à l’expression de son désir. L’amour, et plus largement l’altérité, sont constamment renouvelés, tant dans les expériences qui se succèdent avec Nadja que dans la succession des femmes admirées, car ils répondent au désir inassouvi du narrateur ; ce dernier les appelle et les attire en exprimant ses désirs, expression qui correspond au magnétisme, exercé par le sujet souverain entre lui et les figures féminines. Toutefois, l’amour et l’altérité, quoiqu’introduisant des personnages fascinants, le sont toujours moins qu’un phénomène qui ne relève d’aucune maîtrise humaine de soi et du réel ; le surréel auquel ils sont subordonnés.

 

Ludivine Millot – Master 1 Lettres et Humanisme


[1] Jean-Yves Tadier, Le récit poétique, Paris, Gallimard (Tel), 1993, p. 32.

[2] Ibid.

[3] Ibid., p. 33.

[4] André Breton, Nadja, Paris, Gallimard (Coll. Folio Plus), 1964, p. 20.

[5] Jean-Yves Tadier, op. cit., p. 33.

[6] André Breton, op. cit., p. 89.

[7] Jean-Yves Tadier, op. cit., p. 146.

[8] Ibid., p. 33.

[9] Ibid., p. 38.

[10] Ibid., p. 40.

[11] Sigmund Freud, « Au-delà du principe du plaisir », dans Œuvres complètes. Psychanalyse [1916-1920], n°2, vol. XV, 2002, Editions Puf, p. 315-316.

[12] Jean-Yves Tadier, op. cit., p. 27.


Bibliographie

  • BRETON André, Manifestes du surréalisme, Paris, Gallimard (Coll. Folio essais), 1985.
  • BRETON André, Nadja, Paris, Gallimard (Coll. Folio Plus), 1964.
  • FREUD Sigmund, « Au-delà du principe du plaisir », dans Œuvres complètes. Psychanalyse [1916-1920], n°2, vol. XV, 2002, Editions Puf, p. 277-338.
  • TADIER Jean-Yves, Le récit poétique, Paris, Gallimard (Tel), 1993.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mastersfdl (11 juillet 2023). L’amour dans Nadja (1928) d’André Breton : désir et magnétisme – Ludivine Millot. Investigatio. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra93


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search