Les grands cerfs de Claudie Hunziger – Lucie Theobald

Le roman Les Grands Cerfs de Claudie Hunzinger, paru aux éditions Grasset en août 2019, reçoit le prix Décembre la même année. Il s’agit d’un roman qui déplore la disparition de la vie sauvage. Pamina, la narratrice, s’est retirée avec son mari Nils loin du monde, dans une vieille métairie qu’on appelle les Hautes-Huttes. Elle appelle cette retraite à la campagne son « exil poétique ». C’est une manière pour eux de refuser le capitalisme et de renouer un lien profond avec la nature. Pamina découvre que des cerfs viennent trouver refuge sur son terrain. Elle va donc, peu à peu, en restant des heures à l’affut, guidée par Léo, un photographe animalier, découvrir le monde mystérieux et caché des grands cerfs.

Le récit est à la première personne. La forme peut s’assimiler à celle d’un journal intime, mais sans date. L’ouvrage est constitué de petits chapitres, de taille variable, entre une et cinq pages, non numérotés. La narratrice raconte sa quête pour mieux comprendre la nature et le monde des cerfs en particulier, et par là-même donner une voix à la nature, et livrer sa vision du monde. L’œuvre n’est pas à proprement parler autobiographique, puisque le nom de la narratrice est différent de celui de l’autrice. Cependant, Claudie Hunzinger met beaucoup d’elle dans son œuvre. Le roman est partagé entre émerveillement inaltérable pour la nature et tristesse de voir ce monde se consumer à petit feu. Comment cette quête désenchantée du monde sauvage révèle-t-elle une vision du monde caractérisée par un effacement des délimitations habituelles ? Nous étudierons d’abord l’émerveillement de la narratrice pour la nature sauvage, initiée par Léo. Puis nous verrons son désenchantement dû à la destruction de ce monde qu’elle découvre et les acteurs de cette destruction. Enfin, nous étudierons la vision du monde globale qu’elle livre à travers ce récit.

 

1. Un récit initiatique : la découverte de la forêt initiée par Léo

 

a. Une démarche scientifique

Ce roman est un récit initiatique particulier, celui d’une romancière, d’un certain âge, qui écrit sur la nature qui l’entoure, ici les Vosges. Elle se plonge dans la vie des grands cerfs qui passent régulièrement sur son terrain, où ils se savent en sécurité, à l’abri du monde et surtout des chasseurs qui les traquent. Elle cherche en fait à écrire un roman à tonalité mixte, à la fois poétique et scientifique. Elle affirme : « Des précisions. Des faits. Tout scientifiquement exact ». A la lecture, on découvre à la fois un travail de recherche et d’observation scientifique d’identification des espèces qui l’entourent, notamment lors d’un passage où elle nourrit des oiseaux de graines de tournesol et qu’elle explique comment elle a réussi à les identifier progressivement, en les observant par la fenêtre et en recherchant sur internet et dans les ouvrages scientifiques leurs noms savants. Il y a également un passage sur les papillons qui s’intéresse de près à la diversité des espèces.

Mais ce qui prime évidemment c’est le travail d’observation et de recherche sur les grands cerfs. Les heures passées à l’affût, et les découvertes partagées sur l’observation des urines, des empreintes, des fumées (selles de cerfs) sont racontées minutieusement. On découvre la migration des cerfs dans la montagne en fonction de la saison, la description de la saison des amours et des parades nuptiales. On apprend aussi comment poussent les bois d’un cerf, ces branchages osseux qui les couronnent et font toute leur noblesse. Ainsi le bois pousse au printemps et pendant tout l’été, recouvert de « velours », c’est-à-dire d’un fin pelage destiné à protéger le bois pendant sa croissance. La vitesse de croissance est de plusieurs centimètres par jour, ce qui est extrêmement rapide. « En une semaine, les cerfs ont allongé de dix centimètres » (p140). Ensuite, à l’automne, le velours éclate lorsque le cerf frotte ses bois sur l’écorce des arbres. La peau tombe en lambeaux, sanglante. L’os apparaît, et le bois peut enfin servir à sa fonction principale, c’est-à-dire à combattre les rivaux lors de la saison des amours. Les cors et les empois augmentent chaque année, de manière symétrique, ce qui permet de déterminer l’âge d’un cerf.

b. Une démarche poétique (influence du De rerum Natura de Lucrèce)

Seulement, Claudie Hunzinger ne souhaite pas écrire un ouvrage scientifique, mais bien un roman. Elle mêle donc le poétique et le scientifique, le mythe et la science. « La science pour méthode, mais avec l’aide de Vénus, son aide sensible, amoureuse, passionnée » (p.96). Elle n’hésite pas à convoquer différents mythes pour évoquer les cerfs. Elle cherche ici à la fois une connaissance matérielle, factuelle, et une connaissance symbolique. Elle ne considère pas les cerfs comme un vulgaire objet d’étude. Elle les personnifie sans cesse, voire les déifie : « Il faut être un peu un dieu, capable de tous les déguisements, pour échapper aux chasseurs comme savait le faire Wow » (p.112-113). La personnification passe d’abord par le fait de leur donner un nom à chacun, savoir les reconnaître dans leur unicité. Puis les parallèles entre l’homme, et même particulièrement la femme et l’animal sont très fréquents : par exemple, la rumination du cerf est comparée à la lecture, l’assimilation lente d’une nourriture, qu’elle soit intellectuelle ou substantielle. On saisit une allusion à Lucrèce, qui permet de comparer le roman au De Rerum Natura. Il s’agit d’un long poème sur la nature, dans une société troublée où le seul repos semble être celui de la nature. Le parallèle avec l’œuvre de Claudie Hunzinger est très fort, et on reconnaît l’influence de Lucrèce dans son œuvre :

 Ce poème très ancien et toujours devant nous, ce poème vraiment futur, prédisant notre fin, ce poème qui traînait dans le lit avec des brindilles de foin, je me suis tellement roulée dessus avec Nils qu’il est entré dans mes os.

c. Léo comme guide

L’initiation se fait toujours avec un maître. Ici, c’est le personnage de Léo, photographe animalier passionné des cerfs, qui initie Pamina à l’affut et à la découverte des cerfs. Il lui apprend le matériel et les techniques, pour pouvoir observer les cerfs. Il leur a donné à chacun leur nom. Dans l’œil de Pamina, sa fascination pour les cerfs a quelque chose de viscéral, mais demeure malgré cela indéchiffrable :

Celui qui m’avait ouvert un monde farouche et sauvage, tout en restant lui-même barricadé, secret. Il me fascinait toujours autant, tel un sorcier qui savait ramper dans la neige, disparaître en coup de vent, se fondre dans la nuit, sous mon nez. (p.178)

Dans plusieurs chapitres, il prend le relais de la narratrice pour raconter comment il a découvert et compris chacun des cerfs, pour se faire accepter par eux et capturer leur image :

Toutes mes sorties ont ensuite été motivées par Wow. Il est le cerf de ma vie. Il faisait partie de mon monde, et je crois que je faisais partie du sien car il m’a identifié deux ou trois fois sans fuir. (p.153)

Il est une figure solitaire et ambigüe, qui préfère guetter dans les affûts que de passer du temps avec sa propre famille :

A qui avouait-il que, coulé dans les broussailles, il avait soif de ces attentes hors de lui, tendues hors de lui, qui se fuyaient, soif de soudain s’agrandir, d’être un humain augmenté d’un corps animal ? Devenir homme-cerf ? (p.169).

Cette fascination pour les cerfs n’a pas pour unique objet de comprendre et d’analyser les cerfs, mais réellement de faire corps avec eux, de faire partie des leurs. Et c’est à cette appartenance, cette nouvelle identité, qu’il va initier Pamina. Et cependant, alors même que cette découverte du monde sauvage aurait pu être un émerveillement, elle est vite désenchantée quand la narratrice constate que ce monde sauvage est en train de s’éteindre. La déception est d’autant plus grande que même Léo, qu’elle pensait défenseur de ces cerfs qu’il adore, finit par prendre la défense des chasseurs.

 

2. Un rapport au monde désenchanté à cause de la catastrophe écologique

 

a. Le capitalisme

Pamina et son mari Nils ont choisi de fuir la société des hommes car elle ne leur convient pas. Il s’agit d’une « décision poétique », une résistance contre les absurdités capitalistes. Cette vie au ralenti dans la montagne est simple et assez pauvre, en tout cas à contre-courant de la vie de leurs contemporains. Il ne s’agit pas non plus d’une vie totalement en autarcie et coupée du monde, puisque certains amis viennent leur rendre visite. Une amie de Pamina même organise une rencontre avec ses étudiants qui viennent découvrir cette vie à part, connectée à la nature et à la littérature, pendant quelques jours. Ce refuge est une porte qui mène à la vie sauvage, où les hommes deviennent bêtes et les bêtes s’humanisent, où la littérature n’est que le prolongement de l’œuvre de la nature.

b. Le monde de la chasse et de l’Office National des Forêts (ONF)

La peinture de la chasse au cerf est sombre. Chacun des cerfs qui sont abattus autour de chez elle avait un nom, une histoire qu’elle connaissait. Elle n’ignore pas les justifications des chasseurs pour agir de la sorte, mais ne peut y voir autre chose que de la cruauté. Mais les chasseurs sont presque les seuls à s’intéresser à la vie sauvage. Simplement il s’agit de connaître pour tuer. La narratrice accompagne l’ONF et les chasseurs en voiture lors du comptage du gibier. Dans ces quelques pages, la plume est incisive. Les horaires froids s’enchaînent, il n’y a qu’une énumération froide des espèces répertoriées, comme pour montrer la dureté du cœur de ces chasseurs : « 22 heures : 2 chevreuils. 22h03 : 2 cerfs, 1 biche. 22h08 : 2 chevreuils. » (p.128). Cependant une distinction se fait entre l’ONF, organisme d’Etat qui cherche à préserver la forêt, et la chasse, qui vise à réguler l’espèce. La distinction se fait par le personnage de Léo qui, comme le découvre Pamina à la fin du roman, vend ses photos de cerfs pour illustrer le site d’une boucherie de gibier alimentée par les chasseurs. C’est une immense déception pour Pamina, qui ressent cette découverte comme une trahison. Mais Léo considère que les chasseurs ne sont pas à blâmer, et même s’il n’a pas d’appétit particulier pour la chasse, il est admiratif de ces hommes. L’ONF, lui, est coupable aux yeux des deux personnages d’une tuerie de masse.

c. Le déclin de la nature

Le roman a une tonalité très amère. Les espèces ont disparu, les cerfs sont massacrés, les constructions ont tué la forêt. Et la nouvelle génération ne connaîtra jamais ce qu’elle a connu :

Comment la jeunesse, qui n’avait pas appris à écouter les oiseaux, pourrait-elle regretter leur musique ? Pareil pour les papillons. Ils ne seraient aux yeux des nouveaux enfants rien de plus que les minuscules dinosaures volants du monde qui avait précédé le leur. (p.171)

Les dernières pages du roman sont particulièrement défaitistes : « Ces fragments disaient : tout est cassé. La sortie du Paradis s’accompagne d’une casse générale » (p.192). La société a frappé la nature sauvage de plein fouet. Malgré cela, le roman essaie d’éveiller les consciences et de crier à la Nature : « Sauve-toi ! », comme Pamina voudrait le crier à Apollon, à la toute fin du roman. Mais il y a une sorte d’échec, perceptible à travers l’emploi du conditionnel passé qui exprime l’irréel, ce qui ne se produit pas en réalité : « J’aurais voulu lui crier ».

 

3. Un roman engagé : donner une voix à la nature

 

a. Donner une voix aux proies : les femmes

On rencontre plusieurs femmes marquantes au fil des pages des Grands Cerfs. On trouve une entrevue avec Fabienne Jacob, autrice, qui raconte pourquoi elle écrit. Lors de cette entrevue, la narratrice et Fabienne apprennent la mort d’Oksana Chatchko, femen et peintre d’icônes. Elles vont cueillir des fleurs pour en faire des bouquets, des couronnes, afin de lui rendre hommage. C’est une séquence pleine d’émotion, où les blessures de l’enfance des deux femmes ressurgissent au contact des fleurs et de la mort : « Mais qu’est-ce qu’elles ont les fleurs à être aussi génitales ? Et qu’est-ce qu’on les filles à vouloir se sauver des mères en écrivant ? ». Femmes et cerfs ont beaucoup en commun, et en particulier le statut de proies : « Je découvrais, étonnée, à quel bord j’appartenais. À celui des proies. Étrangeté amplifiée par le genre qui m’incarnait, comme si depuis toujours le féminin et l’animal allaient ensemble.» Les femmes sont semblables aux cerfs, et vice versa, quand Pamina compare les cerfs, attachés dans la chambre froide de la boucherie à qui Léo vend ses photos, aux femmes de Barbe-Bleue. Il n’y a pas d’unicité du genre humain, mais bien un lien particulier entre le féminin et la nature.

C’était mon histoire. Celle d’une femme qui était passée du côté des bêtes sauvages. Pas celle d’un couple. D’une femme. (p108)

b. Engagement écologique

Le but avoué de Claudie Hunzinger dans son roman est d’« obtenir un soulèvement des consciences » (p.96). Sa description de la nature se fait dans le but d’amener le monde à une prise de conscience des dérives capitalistes, et de la nécessité de rebâtir une société respectueuse de la nature. Il s’agit en particulier, du point de vue de l’auteur, de prendre conscience du drame qu’est la chasse, et du fait qu’il n’est pas normal que des chasseurs puissent encore, par soif de sang, détruire la nature : « Il me semblait entendre s’élever de la terre un immense Office des morts. Que personne n’entendait ». Elle souligne également son sentiment d’amertume et de solitude dans ce monde qui décline.

c. Une vision du monde globale

Enfin, ce roman permet d’illustrer la vision du monde et d’elle-même qu’a la narratrice. On constate d’abord que la nature n’est pas une somme d’individus, mais un seul logos dont chaque être serait une partie : « De cela, j’ai toujours été convaincue, c’est ma litanie, il n’y a qu’un seul texte. Aucun logos au-dessus de nos têtes. Un seul texte, par terre, à nos pieds, partout ». Elle ne croit pas en Dieu, elle l’affirme clairement, mais elle croit en une déification de la nature, de l’homme et de la femme. Cette vision mène à une conception de l’identité très particulière. Plusieurs fois, son identité se mêle à celle des cerfs :

Je me suis couchée à même l’empreinte, sur mes jambes repliées. Je voulais ressentir la perte, vivre la perte, porter ma tête comme si toute sa montée osseuse, tout son travail de l’année passée, était devenu inutile. (p.116)

Il s’agit là d’une empathie extrême, où la narratrice rencontre l’autre, mais aussi devient l’autre. Cependant, même si l’imagination permet de se prendre pour un cerf, l’humanité reprend parfois le dessus :

Je me suis encore gratté le cou, j’ai tourné une oreille, une autre, pour écouter le versant animal. Mais, plus fort que moi, c’était le grondement de l’abîme qui se faisait entendre au loin en bruit de fond. L’angoisse humaine. C’est tout un art de ne plus y faire attention. (p.117)

Enfin, Claudie Hunzinger aime à établir un parallèle étroit entre l’évolution de la nature et celle du roman. Le roman est autant le récit de la nature que le récit d’un roman en construction : « Dehors, mirage d’une journée d’été brumeuse et bleue. A l’intérieur, mirage d’un texte qui se ramifiait » (p.147). La narratrice apprend pour écrire, écrit pour apprendre. Le plus important reste pour elle le parallèle intense entre le monde du dehors et le monde littéraire. Le récit de soi, ici, n’est pas une biographie à proprement parler, mais un récit de la nature et de la femme, car les deux identités se confondent.

Pour conclure, ce roman assez complexe traduit une quête de soi qui s’exprime dans la découverte de l’altérité. L’image de couverture de l’édition de poche, un tableau de Frida Kahlo intitulé Le Cerf Blessé, m’a paru tout à fait pertinente pour traduire les enjeux de ce roman : la nature attaquée par les chasseurs, et l’identité de la femme artiste qui se confond avec celle du cerf. On voit aussi que tous les arbres sont morts, ce qui représente assez bien la destruction de la nature, le désastre écologique.

 

Lucie Theobald – Master 1 Lettres et Humanisme


Bibliographie

  • HUNZINGER Claudie, Les grands cerfs, Paris, Grasset, 2019.
  • LUCRECE, De rerum natura, Liepzig : Holtze, 1866.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mastersfdl (18 juillet 2023). Les grands cerfs de Claudie Hunziger – Lucie Theobald. Investigatio. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra97


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search