“On ne naît pas femme : on le devient…”: The Life of a Sentence. La traduction d’une phrase n’aura jamais fait couler autant d’encre – Manon Tobia

“On ne naît pas femme : on le devient…”: The Life of a Sentence est une collection d’essais, rédigés par différents universitaires —philosophes, traducteurs, critiques littéraires et historiens—, édités par Bonnie Mann, professeure de philosophie à l’Université d’Oregon, et Martina Ferrari, doctorante dans cette même université, et publiés en 2017 aux éditions Oxford University Press. Cet ouvrage retrace l’histoire de la plus célèbre phrase écrite par Simone de Beauvoir. C’est, en quelque sorte, sa biographie. Car d’après Bonnie Mann, s’il y a bien une phrase qui mérite qu’on lui dédie une biographie, c’est bien celle-ci, cette phrase :

“qui a inspiré des générations de femmes dans leur quête de liberté, qui a mené une vie si vibrante, extraordinaire et importante, qui a traversé les continents, les langues et les générations et a initié des changements tant personnels que politiques partout où elle a voyagé” (Mann and Ferrari, 2017 : 1).

 

1. Le contexte de l’ouvrage.

 

Un événement tout particulier, événement tant attendu dans le monde universitaire, est à l’origine de ce projet, à savoir la parution en 2009 de la nouvelle traduction anglaise du Deuxième Sexe, écrite par deux linguistes américaines installées en France : Constance Borde et Sheila Malovany-Chevallier. Seconde traduction qui se faisait désirer depuis un moment. La première, publiée en 1953, était non seulement considérée comme “scandaleusement médiocre” (Mann and Ferrari, 2017 : 1) par les spécialistes beauvoiriens —des parties entières coupées, ignorées, la syntaxe et le style modifiés, altérant la nature philosophique du texte original, et donc la pensée de Beauvoir—, la seule traduction anglaise disponible durant près de soixante ans. Les spécialistes de Beauvoir n’ont cependant pas manqué d’interpeller l’éditeur sur la nécessité d’une traduction universitaire. Et, enfin décidé à publier une nouvelle traduction, il considéra qu’en raison de la réception historique de l’œuvre une version universitaire était inappropriée. En effet, Le Deuxième Sexe, contrairement aux travaux universitaires classiques, a été lu par des centaines de milliers de femmes à travers le monde, bien au-delà du monde universitaire. Traduit en cent-vingt-et-une langues, il s’est vendu à des millions d’exemplaires depuis sa parution jusqu’à aujourd’hui.

 

2. Une nouvelle traduction controversée.

 

La seconde traduction, cette fois-ci complète, n’échappe pas non plus à la controverse parmi les spécialistes, et a (ré)ouvert un débat plus large sur l’interprétation du texte fondateur. En juin 2011 lors de la 19ème Conférence Internationale de la Simone de Beauvoir Society à Eugene, dans l’Oregon, intitulée “Simone de Beauvoir : Interprétations et Traductions au XXIème siècle”, la traduction de la fameuse phrase proposée par les deux linguistes s’est retrouvée au cœur d’un débat houleux. La différence entre ces deux traductions est mince mais n’est pas sans importance. En 1953, H.M Parshley traduit “On ne naît pas femme : on le devient” Par : “One is not born, but rather becomes, a woman.”, alors que Borde et Malovany-Chevallier traduisent par : “One is not born, but rather becomes, woman”. Elles ont choisi de supprimer l’article indéfini “a” devant “woman”, et ont notamment expliqué ce choix dans cet ouvrage, dans un essai intitulé The Life of A Sentence : Translation as a Lived Experience. Elles expliquent s’être référées aux différents usages du mot FEMME par Simone de Beauvoir, et particulièrement à l’usage qui définit la femme comme “une institution, un concept, la féminité telle qu’elle est déterminée et définie par la société, la culture, et l’histoire” (Mann and Ferrari, 2017 : 2). Elles considèrent donc avoir su saisir l’intention de Simone de Beauvoir en traduisant par une formulation qui renvoie à l’état ou à la condition FEMME —telle que définie par la société— en anglais, c’est-à-dire en utilisant l’article zéro. Il s’agit donc de comprendre pourquoi ce choix est si controversé, et donc de dégager les différents enjeux, philosophiques et historiques notamment, de celui-ci.

 

3. Deux lectures antagonistes.

 

Il y a donc deux “camps” qui se dégagent, camps qui opposent leurs arguments autour de deux grosses controverses concernant cette phrase. D’un côté, la pratique de la traduction ; de l’autre, la nature et le statut de la différence sexuelle. Controverses dont toute la complexité est présentée dans cette collection d’essais, où différents chercheurs questionnent ou défendent le choix de Borde et Malovany-Chevallier. Cela s’inscrit dans un contexte plus large de profonde dissension entre les spécialistes de Beauvoir quant à la lecture de son œuvre. D’un côté, ceux qui considèrent qu’il faut lire Simone de Beauvoir comme une phénoménologue ancrée dans la traduction existentialiste, de l’autre ceux qui considèrent qu’il faudrait plutôt la lire comme une social theorist —ou socio-constructiviste— qui n’aurait finalement été que peu influencée par l’engagement philosophique de sa génération. Pour ces derniers, Simone de Beauvoir serait à l’origine de la théorie du genre comme construction sociale, dont la fameuse phrase serait l’abrégé. Dans ce cas, la vulgarisation populaire “women are made, not born” prend tout son sens. Pour les phénoménologues, cependant, il s’agit d’une mauvaise interprétation de la philosophie beauvoirienne, et surtout d’une compréhension erronée de cette fameuse affirmation. Selon eux, DEVENIR (to become) une femme ne revient pas à dire qu’on FABRIQUE DES FEMMES (to be made into one), comme si elles n’étaient qu’un objet passif activé exclusivement par des forces sociales extérieures, donc dépourvu de libre-arbitre. Or, l’engagement phénoménologique et existentialiste de Simone de Beauvoir vient contredire cette idée. Devenir c’est justement “accepter sa condition sociale de façon au moins potentielle, spontanée, créative et libre” (Mann and Ferrari, 2017 : 3).

Évidemment, cet ouvrage ne se résume pas seulement à cette controverse, mais toutes les contributions s’articulent, de façon plus ou moins évidente, autour de celle-ci. Un des grands thèmes reste la traduction, et il nous permet de considérer le rôle que la traduction peut jouer dans l’interprétation d’une œuvre, d’une pensée. Ici, la traduction anglaise est la plus interrogée, mais les traductions allemandes et finnoises sont également abordées. L’ouvrage nous permet de nous plonger dans les enjeux de la traduction, notamment lorsqu’il s’agit de traduire une phrase qui, à elle seule, renferme toute l’ambiguïté de la pensée philosophique de Simone de Beauvoir. Ambiguïté qui se reflète dans ces deux interprétations antagonistes.

 

Manon Tobia – Master 1 Études anglophones


Bibliographie

  • BEAUVOIR Simone de, The Second Sex, traduction de Constance Borde et Sheila Malovany-Chevallier, Londres, Jonathan Cape, 2009.
  • BEAUVOIR Simone de, The Second Sex, traduction de Howard Madison Parshley, Londres, Jonathan Cape, 1953.
  • BEAUVOIR Simone de, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949.
  • MANN Bonnie ; FERRARI Martina, On Ne Naît Pas Femme : On Le Devient: The Life of a Sentence. Oxford University Press, 2017.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mastersfdl (20 juillet 2023). “On ne naît pas femme : on le devient…”: The Life of a Sentence. La traduction d’une phrase n’aura jamais fait couler autant d’encre – Manon Tobia. Investigatio. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra98


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search