Royan, le sacrifice d’une ville – Gaspard Watremez

Avec l’avènement de la « drôle de guerre », nombre de Français qui fuient les régions du Nord et de l’Est s’installent à Royan, la « perle de l’Atlantique » des années 1930. À partir du 24 juin 1940, la ville est occupée et devient un élément prépondérant du mur de l’Atlantique dans le Sud-Ouest (Binot, 1994).

Érigée initialement pour s’opposer à un débarquement, la forteresse royannaise est renforcée de 1943 à 1944 pour résister à une attaque terrestre. C’est pourquoi, en septembre 1944, à la suite du débarquement allié, les troupes allemandes du Sud-Ouest, harcelées par les FFI[1], se retranchent dans la région, prêtes à s’enfermer dans ce que l’on appelle les poches de l’Atlantique.

 

1. La constitution de la poche de Royan

Le 15 août 1944, l’opération Anvil Dragoon voit 350 000 Français, Anglais, Américains et Canadiens débarquer dans le Var et les Alpes-Maritimes. Malgré un décalage de deux mois avec le débarquement de Normandie, l’opération se veut combinée avec ce dernier afin de prendre en étau les Allemands à l’ouest et en Bourgogne. Toulon et Marseille sont libérées du joug allemand les 17 et 18 août 1944. Le 28 août, c’est au tour de Bordeaux d’être libéré par les maquisards de l’Armée Secrète et des FTP[2] de Dordogne sud, commandés par le colonel Henri Adeline. Toutefois, La Rochelle, Rochefort et Royan restent aux mains de l’ennemi. À la suite de cet évènement, le colonel Adeline obtient le commandement des 12 000 hommes qui composent les groupements FFI du sud-ouest. Ils s’opposent aux Allemands devant Royan du 7 au 12 septembre 1944. À cette date, un groupement s’empare de Rochefort, ce qui rompt la liaison entre les forces allemandes de Royan et de La Rochelle. Voyant leur situation se dégrader, les Allemands se replient au cœur de Royan et les troupes françaises prennent position sur une ligne formée entre Talmont-sur-Gironde et la Seudre, formant ainsi la poche de Royan. Le 18 septembre, le général de Gaulle demande personnellement au colonel Adeline de réduire les poches de Royan et de la pointe de Grave.

 

Fig.1: La poche de Royan au 12 septembre 1944 – (Source: ADELINE Henri, 1948)

En octobre 1944, le front de Royan est tenu par 8000 hommes répartis en cinq groupements qui ont vocation à bloquer les Allemands dans la poche jusqu’à ce qu’une offensive soit décidée par le commandement. À l’intérieur de la poche, la population civile comme les troupes allemandes doivent se résoudre à attendre l’attaque décisive. Celle-ci est d’ores et déjà facilitée en amont par l’activité des résistants royannais qui fournissent de précieux renseignements aux forces situées en périphérie de la ville.

Pour les Allemands, la défense de la côte sud est primordiale. Contrôler la poche leur permet d’interdire aux alliés l’utilisation des ports de la Gironde. Ce segment du littoral est composé d’une suite de petites criques séparées par des promontoires sur lesquels sont installés des ouvrages de défense allemands. Le front nord est constitué de la rive gauche de la Seudre transformée en champ de mines par les Allemands afin de prévenir toute attaque de blindés.

Début octobre 1944 l’amiral allemand Michahelles prend le commandement de la poche et de ses 5000 hommes. À défaut d’aviation ou de blindés, les forces allemandes peuvent compter sur leur équipement d’infanterie mais surtout sur leur artillerie, disposant de plus d’une centaine de canons de gros calibres.

 

2. Le bombardement du 5 janvier 1945

Les éléments semblent propices à une attaque alliée, en réalité attendue par les deux camps. Les FFI se voient enfin ordonner de réduire les positions allemandes au cours d’une opération nommée « Indépendance », prévue pour le 25 décembre 1944. Mais les renforts de la 1ère DFL[3] arrivant du front alsacien vers la mi-décembre sont rappelés de toute urgence en raison de la contre-offensive allemande dans les Ardennes et sont contraints de rebrousser chemin, annulant ainsi l’offensive planifiée initialement.

Dans la nuit du 4 au 5 janvier 1945, alors que la ville se trouve calme et endormie, les habitants sont réveillés par des bruits de moteur inhabituels. On observe alors un certain nombre de fusées rouges qui éclairent le ciel. Soudainement, vers 4 heures 10, commence une première vague de bombardements de 20 minutes par une escadre aérienne composée de 350 avions anglais, dont 341 bombardiers lourds quadrimoteurs Avro « Lancaster ». À 5 heures 20, une autre vague de bombardiers fond sur Royan et achève de détruire la ville. Ce sont au total plus de 1500 tonnes de bombes qui détruisent les bâtiments et déciment la population civile. On compte 500 morts et 400 blessés alors que seulement 35 victimes sont dénombrées chez les Allemands (Ballanger ; Genet, 2000). De plus, aucun bâtiment militaire n’a été touché.

 

Royan après le bombardement de la nuit du 4 au 5 janvier 1945
(Crédit photo: DR)

 

Au matin du 5 janvier 1945, les Royannais se trouvent sans secours aucun et démunis, au milieu d’un amas de ruines. Les Allemands se préparent à une attaque imminente de la ville de la part des FFI. C’est pourquoi ils attendent pendant deux jours avant de consentir à demander du secours au commandement français. Le 8 janvier 1945, une trêve est conclue entre le colonel Adeline et l’amiral Michahelles, qui autorise l’entrée des secours extérieurs. Le personnel médical entre dans Royan, apportant vivres et vêtements pour les plus sinistrés. Les décombres obstruent presque complètement les rues et la circulation en est rendue quasiment impossible. Les blessés sont évacués autant que faire se peut vers les hôpitaux de la périphérie. A compter du 17 janvier, les personnes non contraintes par les Allemands de rester pour des motifs divers sont évacuées. Cependant, malgré l’horreur de la situation, une partie de la population refuse de partir et plusieurs trains quittent Royan sans passager. À ce moment les résistants se montrèrent ainsi déterminés à poursuivre leur combat clandestin.

 

3. La libération de la ville

A compter du 5 janvier 1945, la situation se montre paradoxale. En effet, les FFI assiègent une ville qui n’existe plus, protégée par des défenses restées intactes. Mais ces décombres continuent de représenter un enjeu dans le cadre de la libération totale du territoire français. A l’est, les combats sont presque terminés et permettent à des unités de l’armée française de venir renforcer les FFI devant Royan.

Le général de Larminat se voit confier le commandement de plus de 30 000 hommes qu’il répartit dans deux unités : la division Gironde (23 000 hommes) et la brigade Oléron (7 000 hommes). Ce fidèle du général de Gaulle tire la légitimité de cette nomination dans les missions réalisées au profit de la France Libre. Chef d’état-major du général Caillaut, commandant l’armée du Levant au moment de la déclaration de guerre, il a par la suite occupé diverses responsabilités au sein des FFL[4], commandant notamment la 1ère brigade FFL en Lybie. Il prend le commandement de la 1ère DFL en janvier 1943 puis est nommé en juin 1943 chef d’état-major général des FFL. Il participe enfin au débarquement de Provence d’août 1944 en tant que commandant du 2e corps d’armée.

Les offensives terrestres sont appuyées par voies maritime et aérienne, l’objectif étant de détruire les ouvrages et batteries lourdes de Royan et interdire tout mouvement ennemi entre La Rochelle, Royan et la Pointe de Grave. L’opération pour la reconquête de Royan, nommée « Vénérable », est conçue en trois mouvements distincts. Dans un premier temps, le 14 avril 1945 est lancée une première offensive sur plusieurs communes limitrophes de Royan, qui sont prises à 18 heures. Au cours de cette journée, les bombardiers B-17 et B-24 de la 8e Air Force, renforcés par des appareils de la 3e escadre française de chasse, larguent plus de 3000 tonnes de bombes. Le 15 avril, de nouveau appuyées par 1300 avions, les forces alliées prennent Saint-Georges-de-Didonne et Royan. A ce moment ne subsistent plus que les positions de la presqu’île d’Arvert, située au nord-ouest de Royan. Au petit matin du 16 avril, les divers groupements de la brigade Oléron lancent la troisième phase de l’opération, de Royan à la pointe de Grave. Les autorités françaises engagent des pourparlers et le 18 avril 1945 les dernières troupes allemandes qui combattent encore se rendent dans la Pointe de la Coubre.

 

4. Une succession de controverses

La population royannaise est traumatisée dès les premiers bombardements. Elle cherche à comprendre comment, alors que l’issue du conflit semblait inéluctable, le commandement français, longtemps muré dans le silence, a laissé se produire cette démonstration de force sur leur ville. Qui plus est, leur mutisme a facilité la propagation de toutes les rumeurs à ce sujet. Il s’avère en réalité qu’une succession de dysfonctionnements et de négligences a conduit à ce drame. Le 10 décembre 1944 s’est tenue une réunion de préparation de l’opération « Indépendance » à Cognac entre le général Ralph Royce, commandant de la 1e Tactical Air Force, le général Corniglion-Molinier, commandant des Forces Aériennes de l’Atlantique et le colonel Adeline. Ces deux derniers s’y sont montrés favorables à affaiblir la poche de Royan mais en ciblant exclusivement les bâtiments militaires allemands qu’ils ont désignés. Ils affirment que l’évacuation des civils de la poche, débutée en octobre 1944, sera effective à compter du 15 décembre, ce qui est confirmé par un ordre de mission du 4 janvier 1945 évoquant une « ville occupée par des troupes allemandes seulement ». En réalité, les derniers trains évacuant la population civile fin novembre 1944 partent à vide. Ceci explique pourquoi 2000 civils sont encore présents dans Royan au 5 janvier (Ballanger ; Genet, 2000).

Bien que l’opération « Indépendance » soit ajournée, ce n’est pas le cas des opérations de soutien aérien, comme l’atteste un télégramme adressé le 23 décembre au général Doolittle, commandant de la 8e Air Force. Il était prévu que les autorités françaises soient informées des opérations de bombardement. Mais une panne de la ligne directe entre le commandement allié et le centre de transmission de Cognac oblige, le 4 janvier 1944, le cabinet du général Royce à faire parvenir au général Corniglion deux préavis de bombardement par messages chiffrés en début de soirée. Ils ne seront déchiffrés puis traduits qu’à 8 heures le lendemain matin.

Les opérations finales de libération de la poche de Royan furent l’occasion d’expérimenter les bombes au napalm, qui, malgré les 722 tonnes larguées et les incendies dont elles sont à l’origine, n’eurent qu’une efficacité relative dans l’anéantissement des troupes ennemies (Villatoux, 2023).

 

Royan libérée, le calvaire de ses habitants perdura avec le pillage des ruines par les hommes des FFI qu’ils ne purent empêcher, les soldats leur refusant l’accès aux habitations encore debout. Cet épisode douloureux, que l’on n’imagine pas ignoré du général de Larminat ou du colonel Adeline se fit avec la complicité des unités chargées de réprimer les abus de ce type et ne facilita pas le deuil des Royannais qui ont, plusieurs années durant, refusé de célébrer l’anniversaire de la libération de leur ville.

 

Gaspard Watremez – Master 2 Histoire


[1] Forces Françaises de l’Intérieur

[2] Francs-Tireurs et Partisans

[3] Division Française Libre

[4] Forces Françaises Libres


Bibliographie

  • BINOT Guy, Histoire de Royan et de la presqu’île d’Arvert, Royan, Le Croît vif, 1994.
  • BALLANGER Bernard; GENET Christian, Royan sous les bombes 5 janvier 1945, Royan, La Caillerie, 2000.
  • ADELINE Henri, La libération du Sud-Ouest Bordeaux-Royan-La Rochelle, Bordeaux, Baconnier, 1948.
  • VILLATOUX Marie-Catherine, « Royan sous les bombes et le napalm », in Le Fana de l’aviation, mars 2023, n°640, p.20-32.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mastersfdl (20 juillet 2023). Royan, le sacrifice d’une ville – Gaspard Watremez. Investigatio. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra99


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search