Nouvelle-Calédonie : une marche vers l’indépendance bien difficile – Gaspard Watremez

Inscrite depuis 1946 sur la « Liste des territoires non-autonomes » élaborée en 1946 par l’ONU pour favoriser l’autonomie des territoires coloniaux, la Nouvelle-Calédonie se cherche une place d’adulte alors qu’elle se trouve située au milieu des géants de ce monde. À la croisée des routes commerciales de l’Asie du Sud-Est, sa situation géographique est un privilège stratégique pour la France qui perdrait beaucoup à lui accorder une autonomie fragile. En s’échappant de la coupe de la métropole, la Nouvelle-Calédonie, elle, prend le risque de de ne pas tirer profit de ses ressources en nickel ou de la richesse de sa Zone Économique Exclusive (Castex, 2018).

 

Nouvelle-Calédonie : carte de localisation (Source : Groupe Nouméa Port)

Nouvelle-Calédonie et métropole, des relations contrariées

La mainmise de la France sur la Nouvelle-Calédonie depuis 1853 a toujours suscité chez les autochtones de vives réactions. L’établissement d’un bagne en 1864 ou l’extraction du nickel initiée en 1874 n’ont pas été vecteurs d’apaisement pour la population kanake. C’est ainsi qu’en 1878 et 1917 se déclenchent des révoltes sanglantes, éléments manifestes du refus de l’administration française ou de l’effort de guerre demandé aux populations autochtones. En effet quelques 900 Kanaks sont mobilisés en 1916 au sein du Bataillon des tirailleurs du Pacifique, en plus des 1200 Caldoches, les Européens nés dans l’archipel. De surcroit, la population de l’île subit au quotidien la diminution des relations commerciales et la pénurie persistante de nombreux produits. La Première Guerre mondiale et la dépression des années 1930 minent l’économie de la Nouvelle-Calédonie, qui devient une terre d’émigration. Alors 23 499 en 1901, on ne compte plus que 18 500 Européens sur l’île en 1945. Bien qu’effectif dans une certaine mesure, le métissage entre les différents groupes ethniques reste mal perçu par nombre d’Européens et de Kanaks.

En 1940, le général de Gaulle recrée le Bataillon du Pacifique qui s’illustre dans de nombreux combats comme à Bir-Hakeim ou El-Alamein en 1942. À la suite de l’attaque de Pearl Harbor du 7 décembre 1941, la Nouvelle-Calédonie devient le centre du commandement interallié dans le Pacifique et une de ses principales bases arrière. Entre 1942 et 1946, plus d’un million d’Américains séjournent dans la colonie. De nombreux ouvriers kanaks quittent leurs patrons pour les salaires plus rémunérateurs des entreprises américaines. De plus, la population découvre un mode de vie et un état d’esprit alors inconnus jusque-là, à travers le jazz, l’alimentation, ou encore la modernité des équipements industriels. Tout l’archipel s’imprègne du mythe américain.

En 1984 la « résistance » à la présence française s’organise davantage et se renforce à travers la création du Front de Libération Nationale Kanak Socialiste (FLNKS) qui durcit son action au moyen de diverses émeutes ou des pillages de résidences de Caldoches. C’est dans ce contexte anxiogène pour les Kanaks comme pour les Européens que l’Etat tente tant bien que mal de mener à bien son action sur l’île. À la suite d’énièmes évènements sanglants, un premier referendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie se tient le 13 septembre 1987, à l’initiative du gouvernement de Jacques Chirac. À la question « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à l’indépendance ou demeure au sein de la République Française ? », 98,3% des votants se prononcent pour le maintien dans le giron français, résultat favorisé par l’appel au boycott du camp indépendantiste.

Le vendredi 22 avril 1988 marque un basculement dans le destin de la Nouvelle-Calédonie, dont les effets se font sentir encore aujourd’hui. Deux jours avant le premier tour de l’élection présidentielle, trois Kanaks se rendent à la brigade de gendarmerie de Fayaoué, sur l’île d’Ouvéa, semble-t-il pour amorcer un échange courtois. Quand l’un d’entre eux sort un couteau pour s’en prendre physiquement aux militaires, trente indépendantistes jusque-là embusqués aux alentours prennent d’assaut la caserne, au sein de laquelle était également cantonné un peloton de gendarmerie mobile. Quatre gendarmes sont tués et vingt-six autres sont faits prisonniers. Des locaux révèlent la position de la grotte où ils ont été emmenés. 270 militaires y parviennent et l’encerclent à compter du 26 avril. La négociation avec Paris se montre délicate. Le leader des indépendantistes, Alphonse Dianou, souhaite que l’on parle de leur lutte. Il exige la présence de journalistes, tandis que le gouvernement leur a interdit l’accès à l’île. Le 3 mai, François Mitterrand ordonne l’assaut, en recommandant de limiter les pertes humaines parmi les ravisseurs. L’« opération Victor » est finalement lancée le 5 mai par un groupe de 80 militaires composé de membres du GIGN, du commando Hubert ou du 11e Choc. Après une journée d’affrontements, les ravisseurs se rendent. Ils déplorent 19 morts dans leurs rangs. Côté français, deux parachutistes sont tués et tous les otages saufs (Picard, 2010).

 

Les événements d’Ouvéa en 1988
(Source: Public Sénat, 2018)

Un sinueux chemin vers une indépendance incertaine

Ces décennies de défiance mutuelle amènent la classe politique à s’investir davantage dans ce sujet délicat. Le 8 mai 1988, François Mitterrand est réélu et le 26 juin de la même année sont signés les accords de Matignon par Jacques Lafleur, Caldoche, député et chef du RPR de Nouvelle-Calédonie et Jean-Marie Tjibaou, président du FLNKS. Ces accords garantissent une amnistie pour les protagonistes de la prise d’otage, ravisseurs et militaires, ainsi qu’une période de développement économique, institutionnel et sécuritaire de dix ans au terme de laquelle serait organisé un referendum pour l’autodétermination du peuple kanak. En août, l’accord d’Oudinot complète le précédent.

En 1998, l’État comme le camp indépendantiste réalisent que la situation de l’île ne permet pas d’envisager de manière crédible la question de l’indépendance. Ainsi, au terme de trois mois de négociations entre Matignon et les représentants du FLNKS, l’accord de Nouméa est-il signé le 5 mai 1998. Il permet de prolonger le délai de rééquilibrage social et économique nécessaire à une indépendance et repousse à 20 ans plus tard l’exercice du droit à l’autodétermination. Cet accord est ratifié par 72% des Néo-Calédoniens le 8 novembre de la même année. C’est dans le cadre de cet accord qu’est organisé un referendum sur l’indépendance de l’île en 2018. Si le résultat s’avère défavorable, il est prévu d’en organiser une deuxième puis un dernier le cas échéant.

Le 4 novembre 2018, la massive participation des 174 154 électeurs (plus de 80 %) confirme l’intérêt que portent les Néo-Calédoniens, dans toutes leurs composantes ethniques, au destin de leur île. Ils se prononcent à 56 % pour son maintien dans le giron de la France. L’État voit dans ce résultat un signe encourageant en vue d’une pacification entre les peuples mais si l’on observe les résultats à une plus grande échelle, on constate que les clivages et fractures persistent encore entre les différentes régions de l’île. Le deuxième referendum se tient le 4 novembre 2020, dans un contexte plus tendu pour les forces de l’ordre, qui ont fort à faire en matière de maintien de l’ordre public. Ceci n’empêche pas le « Non » de l’emporter encore une fois à 53,26 %, au terme d’un scrutin massivement honoré par les électeurs comme le prouve la participation de 85,64 %. Enfin, le 12 décembre 2021, les résidents de Nouvelle-Calédonie se prononcent pour la troisième fois sur son indépendance. Le « Non » l’emporte à 96,49 % mais ce chiffre est à mettre en perspective avec le taux d’abstention record (56,1%), explicable par l’appel au boycott des partis indépendantistes.

18 500 km2 au cœur de toutes les convoitises

En envisageant l’indépendance, le peuple kanak doit prendre en considération le contexte indopacifique dans son ensemble (Mohamed-Gaillard, 2022). Les non-indépendantistes en sont conscients et ont même axé la dernière campagne référendaire sur la menace chinoise afin de convaincre les électeurs des bienfaits de la coupe française. Par ailleurs l’alliance AUKUS, conclue le 15 septembre 2021 entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis ne fait que renforcer ce discours. Par cette dernière l’Australie tente en effet de limiter l’expansion de l’influence chinoise dans la zone indopacifique.

La Nouvelle-Calédonie est la véritable pierre angulaire de la présence Française dans cet espace du fait de sa zone économique exclusive (ZEE) qui représente 12% du domaine maritime total de la France ou encore de la présence permanente de 2000 militaires. Sa position géographique au large de l’Australie suscite grandement l’intérêt de la Chine, que rien ni personne n’empêcherait d’exploiter des ressources comme le nickel, le scandium ou l’yttrium. Au-delà du débat sur la légitimité des revendications kanakes, il apparait incontestable que ce peuple doit dépasser une vision locale des choses pour envisager la place de son territoire dans un environnement où gravitent les puissances les plus robustes et les plus audacieuses.

Gaspard Watremez – Master 1 Histoire


Bibliographie

  • CASTEX Patrick, Kanaky Nouvelle-Calédonie indépendante ?, Paris, L’Harmattan, 2018.
  • PICARD Alain, Ouvéa, quelle vérité ?, Paris, LBM, 2010.
  • MOHAMED-GAILLARD Sarah « Nouvelle-Calédonie : du referendum d’auto-détermination à la perspective indopacifique », Diplomatie, mai-juin 2022, n°115.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mastersfdl (7 juillet 2023). Nouvelle-Calédonie : une marche vers l’indépendance bien difficile – Gaspard Watremez. Investigatio. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ra91


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search