« Nous les appelons Vikings » – Alexia Bry

En collaboration et coproduction avec le musée historique de Suède, Stockholm et MuseumsPartner en Autriche, sous la direction scientifique de Gunnar Andersson.

Broche en forme de boîte, bronze et argent. Découverte dans une tombe, Hemse, Annexhemman, Gotland, Suède, [SHM 4683]. Photo : Musée historique de Suède, Stockholm

L’apogée des Vikings, qui s’est déroulée il y a plus d’un millénaire, est marquée par les sagas et les légendes. Les Vikings et leurs histoires ont traversé les époques pour devenir aujourd’hui un peuple quasiment légendaire : songeons aux films, séries et jeux vidéo [1] portant sur le sujet. Cependant, ils sont bien plus que les guerriers païens, violents et sanguinaires qu’on imagine. Les nouvelles découvertes archéologiques, telles que tombes et bateaux ainsi que les lectures des sources écrites, nous permettent de nous dresser un nouveau portrait du Viking et de ses conditions de vie.

L’exposition Nous les appelons Vikings, qui se tient au Musée d’Histoire de Nantes depuis le 16 juin et qui a fermé ses portes le 18 novembre 2018, vise à faire connaître les nouvelles découvertes historiques en démystifiant les clichés que nous avons sur ce peuple.

L’exposition présente des artéfacts de la vie quotidienne des Vikings. Nous retrouvons des broches, bracelets, ustensiles de cuisine, amulettes, restes d’équipements en cuir… Le visiteur n’a qu’à fermer les yeux et laisser jouer son imagination pour voir apparaître devant lui un fermier ou une femme scandinave. De plus, l’exposition se veut interactive et propose au public des échantillons de tissus à toucher, ainsi que des reconstitutions de vêtements d’époque.

Crâne exhumé d’une tombe de Grötlingbo, sur l’île de Gotland en Suède [SHM 34401 / fid 425698], Photo : Christer Åhlin, Musée historique de suède, Stockholm.

Les dures conditions de vie sont mises en lumière : le visiteur a l’opportunité d’observer des crânes aux dents extrêmement usées témoignant des difficultés de la vie quotidienne, notamment de la malnutrition et des infections. D’après Gunnar Andersson, les hommes dépassaient rarement l’âge de quarante-cinq ans et les ossements que l’on retrouve sont abîmés, présentant des marques de durs travaux, notamment des traumatismes au niveau des vertèbres et des articulations. Les femmes vivaient rarement plus de trente ans, probablement à cause de complications liées aux grossesses [2]. Nous sommes bien loin de l’image du Viking grand, fort et viril qui peuple l’imaginaire contemporain.

La partie traitant des différents cultes est très riche. On aborde plus loin les rites funéraires puis l’artisanat nordique et enfin la navigation et les expéditions. Cette suite ne semble pas très logique ; pourquoi passer du monde spirituel à l’artisanat ? On peut regretter que l’artisanat et les expéditions n’aient pas été traités en même temps que la vie quotidienne et le développement des villes, pour que le visiteur puisse terminer sur le monde spirituel. Surtout que l’exposition commence par évoquer la christianisation des Vikings avant d’expliquer au visiteur comment était constitué le panthéon nordique.

Le visiteur a accès à de nombreuses informations concernant la christianisation, car c’est une période de bouleversements religieux avec l’apparition d’une nouvelle religion monothéiste au sein d’une Scandinavie jusque-là païenne. On peut voir une mise en parallèle entre les rites funéraires païens et chrétiens. Les chrétiens n’incinéraient pas leurs morts contrairement aux païens qui pouvaient le faire (pensons aux bateaux-tombes). La crémation a donc été bannie une fois le christianisme adopté en Scandinavie [3].

Sea Stallion reconstitution du langship Skuldelev 2.

Le monde des Vikings s’étendait d’est en ouest, du Dniepr au Groenland (et à l’Amérique du Nord), ainsi que du nord au sud jusqu’à la mer

Méditerranée et jusqu’aux côtes africaines [4]. Le visiteur a le loisir de découvrir les différentes étapes nécessaires à la construction d’un bateau, illustrées par des photographies montrant les répliques de bateaux reconstitués dans le fjord de Roskilde au Danemark (comme le Sea Stallion, construit en utilisant uniquement les techniques de l’époque et en se basant sur les vestiges du langskip Skuldelev 2). Les arts de la navigation sont expliqués, afin de faire comprendre comment les navigateurs ont pu naviguer sur les mers, océans et fleuves européens qui les ont même conduits jusqu’aux côtes américaines.

Pour conclure, l’exposition Nous les appelons les Vikings est riche. Un très grand nombre d’objets sont présentés : des ossements, bijoux, armes, pierres et tablettes runiques, figurines, ustensiles et outils… L’un des atouts est la muséographie : savamment mis en place, les nombreux artéfacts illustrent plusieurs thématiques et l’exposition cherche à nous montrer ainsi la vie des Vikings en abordant tous les sujets de leur vie quotidienne. Le dynamisme de cette ancienne société est mis en valeur sous tous les points de vue : rôle des hommes et des femmes, croyances, rites rythmant la vie quotidienne, contacts que les Scandinaves entretenaient avec le monde extérieur.

Casque de Viksø, retrouvé sur l’île de Seeland, Danemark.

Le but de l’exposition est en effet de donner le plus d’informations possible sur les Vikings tout en faisant disparaitre les clichés acquis au fil des dernières années. La dernière image que le visiteur a en quittant l’exposition est celle d’un casque à cornes… Mais les cornes ne sont qu’un jeu d’ombres et de lumière, car, jusqu’à la fin, l’exposition veut que le visiteur se débarrasse de ses idées préconçues. Le dernier tableau explicatif est donc sur les casques à cornes… qui n’existaient pas au temps des Vikings ! C’est bel et bien à cause de l’imaginaire collectif, et notamment du cinéma et de l’univers des jeux vidéo [5], que le mythe des guerriers coiffés d’un casque à cornes est arrivé jusqu’à nous… même si nous pouvons penser que les casques de Viksø de l’Âge de Bronze aient pu influencer ce mythe cornu.

 

Alexia Bry (Master 1 Histoire)

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Gunnar Andersson (dir.), Nous les appelons Vikings, catalogue d’exposition (Nantes, 2018), Nantes, Éditions du Château des ducs de Bretagne, 2018, 250 pages.

______________________________________________________________________________

[1] Film d’animation franco-danois Astérix et les Vikings de Stefan Fjeldmark et Jesper Møller, 2006, basé sur la bande dessinée Astérix et les Normands, de René Goscinny et Albert Uderzo, 1966 ; Vikings, série canado – irlandaise de Michael Hirst, 2013 ; The Elder Scrolls V : Skyrim jeu vidéo de Bethesda Game Studios, 2011.

[2] Andersson, Gunnar. Nous les appelons les Vikings. Traduit par Aude Thalman. Éditions du Château des ducs de Bretagne. Presses Universitaires de Rennes, 2018, p.43.

[3] Andersson, Gunnar, op.cit, p.148 à 150.

[4] Andersson, Gunnar, op.cit, p.191.

[5] Cf. note 1.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.