« Trois pilotes, Une guerre » – Edouard Leon Bottarelli

Affiche de l’exposition

Du 31 octobre 2018 au 10 mars 2019, le musée de l’Air et de l’Espace présente une nouvelle exposition temporaire : Trois pilotes, Une guerre, Récits personnels d’Européens en 14-18, dernière commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale avant la réouverture de l’aérogare historique actuellement en travaux.

Réalisée en partenariat avec Militärhistorisches Museum der Bundeswehr de Berlin et le Royal Air Force Museum de Londres, cette exposition propose de redécouvrir la guerre aérienne à travers le parcours de trois aviateurs : un Français, un Allemand et un Britannique.

Il est de notre devoir d’honorer ces millions d’hommes qui ont perdu la vie durant ces quatre années d’une guerre mondiale dont le douloureux souvenir reste encore présent dans toutes les mémoires, d’autant plus que nous venons de célébrer le centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918. Un chiffre hautement symbolique d’une période qui semble si lointaine. Pourtant, le dernier Poilu Lazare Ponticelli, est mort il y a tout juste dix ans et à travers sa disparition nous avons pleuré la perte de notre dernier témoin d’une guerre qui, à l’échelle de l’histoire, reste un épisode récent.

Après des mois d’une guerre de mouvement, le conflit s’embourba dans une guerre de position et affecta irrémédiablement le moral des troupes. Vivant dans des conditions calamiteuses, le fantassin perd espoir. La guerre, qu’il pensait rapide, commence à s’éterniser et voilà qu’il passe Noël loin de sa famille alors que tant de ses camarades sont tombés pour ne plus jamais se relever. Il se découvre alors un nouvel élan de courage en s’enthousiasmant devant les exploits de ses compatriotes qui fendent la mer de nuages et volent à la conquête du ciel.

L’aviation, une invention qui avait fait grand bruit avant-guerre à travers les exploits de Louis Blériot et sa fantastique traversée de la Manche en 1909, ou encore de Roland Garros et sa traversée héroïque de la Méditerranée en 1913 ; et tant d’autres qui n’ont pas hésité à mettre leurs vies en danger dans l’espoir d’aller plus vite, plus loin, ou plus haut. Cependant, l’utilisation de l’aéroplane faisait encore de nombreux sceptiques parmi les officiers supérieurs et généraux. En 1910, le général Foch lui-même déclarait : « Tout ça, c’est du sport… L’aviation, pour l’Armée, c’est zéro ». Une défiance vite balayée par les résultats probants de l’aviation au combat qui, petit à petit, ont fait comprendre à l’État-major que la guerre ne se gagnera qu’avec la maitrise des airs. C’est alors que l’usage de l’aéroplane s’est diversifié avec l’apparition du réglage d’artillerie, des missions de bombardement, et enfin l’avènement de la chasse.

Si les autres branches de l’aviation se sont révélées essentielles pour la suite des combats, c’est bien la chasse qui mit l’aviateur au premier plan. On célèbre en Allemagne les prouesses de Manfred von Richthofen, le « Baron Rouge » ; tandis qu’en France, nous louons la figure légendaire de George Guynemer dont les actes de bravoure furent suivis avec assiduité et enthousiasme par tout un peuple qui s’extasiait devant ses exploits et pleura sa perte le 11 septembre 1917.

Le musée de l’Air propose une exposition détaillée sur le rôle qu’ont tenu les aviateurs durant ces quatre années de guerre, en s’appuyant sur la correspondance de trois d’entre eux : un Allemand, un Anglais et un Français. À travers les lettres envoyées à leurs proches, nous voyons la guerre telle que ces hommes l’ont vécue, nous permettant de rentrer dans leur intimité, de comprendre leurs joies et leurs craintes. Néanmoins, l’exposition ne se contente pas de nous dévoiler le quotidien de ces pilotes, elle nous apprend aussi, grâce à des explications claires et concises capables de satisfaire les curieux de tout âge, le rôle grandissant tenu par l’aviation au cours de la guerre. Grâce aux photographies d’archives et aux extraits de vidéos, nous sommes plongés un siècle en arrière, assis dans la nacelle du pilote et pouvons contempler de nos propres yeux le monde ce que les aviateurs ont pu voir jadis.

Par ailleurs, tout l’intérêt de cette exposition réside dans sa volonté de faire découvrir les différentes branches de l’aviation, notamment celles qui ne jouissaient pas de la même notoriété que la chasse, mais qui n’échappaient pas pour autant aux épreuves de la guerre aérienne. Ainsi est présenté l’avion de reconnaissance de l’observateur anglais Bernard Curtis Rice, qui était peu armé et très limité une fois engagé dans un combat aérien ; il n’hésitait pourtant pas à voler juste au-dessus des lignes en flirtant avec la mort. Ou encore l’avion du bombardier allemand Peter Falkenstein, dont la mission était de détruire une cible située très loin dans les lignes ennemies. Il était alors à la merci du chasseur plus agile et plus rapide que lui, comme Jean Chaput par exemple, qui avait quant à lui insisté pour intégrer une escadrille de chasse, après une première affectation au réglage du tir d’artillerie. Sa reconversion en tant que chasseur fut couronnée de succès, devenant par la suite un de nos plus glorieux As.

Pour la majorité d’entre nous, l’aviation – particulièrement pendant la Grande Guerre – se résume uniquement à la chasse. Cette exposition, à l’aide de ces exemples d’aviateurs représentant des branches différentes de l’aviation, cherche à démentir ce constat en réhabilitant les autres fonctions méconnues de l’aviation, ce dont nous pouvons nous réjouir.

Toutefois, le visiteur pourrait regretter la taille relativement modeste de cette exposition qui traite pourtant un sujet aussi vaste qu’intéressant. Le néophyte sera certes très heureux de découvrir à travers de courts exposés assez bien présentés, la formation des aviateurs, leurs conditions de vol ou encore la vie quotidienne au sein de l’escadrille ; mais le passionné en ressortira avec un goût d’inachevé car il aurait aimé s’immerger encore davantage dans le quotidien de ces chevaliers du ciel. Il risque donc d’être déçu par la rapidité avec laquelle il a parcouru cette exposition qu’il aurait volontiers voulu plus fournie en documents d’archives et en témoignages.

Edouard Leon Bottarelli (Master 1 Histoire)

 

______________________________________________________________________________

Le Musée de l’Air est gratuit pour toute personne ayant moins de 26 ans. L’exposition se situe dans le hall réservé aux avions de l’Entre-deux-guerres. Le visiteur peut notamment y observer une réplique de l’Oiseau blanc de Nungesser, « As » aux 43 victoires, avec lequel il a disparu lors de sa tentative de traversée de l’Atlantique en compagnie de François Coli.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.