“Naissance de la sculpture gothique” – Naomi Rieu-Helft

Figure 1. Page de couverture du catalogue d’exposition : BERNE (Damien), PLAGNIEUX (Philippe), Naissance de la sculpture gothique. Saint-Denis, Paris, Chartres 1135-1150, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux Grand Palais, 2018

L’exposition « Naissance de la sculpture gothique. Saint-Denis, Paris, Chartres 1135-1150 » se déroule du 10 octobre au 7 janvier 2019 au musée de Cluny, 28 rue Sommerard à Paris (75005). Elle est présentée par deux commissaires, Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’École nationale des Chartes et à l’Université Paris I-Sorbonne ainsi que Damien Berne, archiviste et paléographe.

Cette exposition est la première à traiter de la naissance de la sculpture gothique tant il s’agit d’un sujet difficile à étudier hors du monument. Or, à travers cette visite, il est possible de comprendre les rapports entre les différentes architectures de l’époque gothique. Celles-ci mettent en avant l’apparition de la sculpture gothique en Île-de-France lors de la première moitié du XIIe siècle (1135-1150). Du fait de certaines influences antiques et byzantines, cet art, qui est surnommé « art des cathédrales », prend petit à petit la place de l’art roman. À travers les différentes salles du musée, l’évolution de la sculpture est mise en scène via diverses sources architecturales, manuscrites, sculpturales ainsi que par des vitraux. Dès lors, deux questions s’imposent aux visiteurs. Pourquoi cet art est-il surnommé « art cathédrale » ? En quoi les différentes architectures de Chartres, de Paris ou de Saint-Denis sont-elles des reflets de l’histoire politique, économique, sociale, culturelle de la période ?

Nous pouvons constater trois orientations principales qui ont subi l’influence de l’iconographie avec notamment les enluminures dans la sculpture présentée lors de cette exposition : les chapiteaux, les statues-colonnes et les façades, le portail royal de la cathédrale de la ville de Chartres ainsi que la façade occidentale de l’abbatiale de Saint Denis ou les statues-colonnes par exemple le groupe exposé représentant des prophètes comme Moïse. Ainsi, nous allons comprendre la naissance de ce nouveau style et d’une nouvelle manière de penser l’image à travers le travail de la pierre.

Il apparaît ainsi que l’art roman disparaît au profit d’un nouvel art. L’art roman est un art peu représenté en Île-de-France. On ne le retrouve dans l’espace d’Île-de-France que dans quelque bâtiments encore existant aujourd’hui tel que l’Abbaye de Saint-Germain-des-Prés, l’Église Saint-Germain-l’Auxerrois de Paris ou l’Église Saint-Pierre de Montmartre. La sculpture romane d’Île-de-France autour de 1100 se définit par deux principes. Le premier est le fait de traiter simplement des représentations d’êtres animés ou bien des scènes religieuses. Le second est la représentation d’une diversité de mêmes formes notamment des losanges, des chevrons ou encore des spirales. On remarque aussi l’influence de certains motifs anglais comme les végétaux où les rinceaux ressemblent à des palmettes arrondies, par exemple un chapiteau double mettant en scène des sirènes oiseaux dans les rinceaux provenant du cloître de l’abbaye de Saint-Denis. L’exposition commence dans les premières salles par la présentation de chapiteaux tels que ceux représentant les signes du zodiaque du poisson ou du taureau présenté comme un exemple de l’évolution de la sculpture dans les monuments comme les églises. Par ce type de sculpture, nous pouvons découvrir l’art roman mais aussi les modifications qu’il a connues au cours du XIIe siècle. En effet, le panorama architectural change à partir de 1130 et l’art roman qui était jusqu’alors peu présent en Île-de-France semble s’y imposer. Auparavant, on le retrouve surtout dans des monuments ou des sculptures dans le Midi ou en Italie par exemple.

L’art roman et l’art gothique ont été traités de manière autonome tout au long de l’exposition. Il faut noter que dans les différentes salles de l’exposition, on présente l’étude des enluminures romanes à travers, par exemple, des illustrations issues de la Bible de Chartres[1] ou de carnets de croquis que l’on peut voir dans l’exposition pour montrer cette évolution de la sculpture. Ces dernières ont évolué vers un nouveau style en particulier à Paris au XIIe siècle. En effet, pour comprendre la première sculpture gothique il faut tout d’abord comprendre l’iconographie des manuscrits de l’époque. L’enluminure peut ainsi être l’illustration de cette iconographie. Il nous est également expliqué que l’enluminure romane en Île-de-France du XIIe siècle (1080-1140) ne connaît pas de révolution dans son approche formelle par rapport à la période précédente aux alentours de 1100 dans les manuscrits enluminés en Île-de-France. La plupart des manuscrits de cette période sont produits dans des scriptoria à Saint-Maur-des-Fossés et Saint-Germain-des-Prés par exemple. Au XIIe siècle on voit apparaître de nouvelles influences comme à Saint-Denis où Suger aurait passé commande de livre à des enlumineurs extérieurs au monastère. La fondation de l’abbaye de Saint-Victor par Guillaume de Champeaux vers 1109 nous fournit un autre exemple de ce phénomène. On aperçoit des dessins d’enluminures qui se distinguent par leur palette vive et diversifiée. De plus, un répertoire ornemental à domination végétale est particulièrement représenté dans les enluminures du style chartrain qu’on retrouve également dans la capitale. Ce style commun qui émerge à travers ces représentations papier se manifeste également dans les sculptures telles que celles de l’avant-nef de Saint Denis. On comprend en effet qu’une nouvelle façon de bâtir émerge en Île-de-France à partir des années 1130. De ce point de vue, le premier point d’évolution est illustré par l’exposition de chapiteaux et de colonnettes qui, par leur emplacement au cœur de la structure architecturale, sont représentatifs des nouvelles transformations qui émergent en cette période. Il en est de même pour les colonnettes qui deviennent de plus en plus ouvragées. Ensuite, la sculpture figurée ne va plus être représentée à l’intérieur des églises mais va prendre place petit à petit sur les façades comme on le voit avec les portails de Saint-Denis ou bien de Notre-Dame de Chartres. Ce phénomène, amorcé au début du XIIe siècle, va atteindre son apogée au cours des années 1130-1140 dans l’architecture romane mais aussi dans celle du premier art gothique vers 1135. Au lieu de recouvrir une part plus ou moins importante des surfaces murales, la sculpture se concentre en Île-de-France directement dans les portails où les figures envahissent tous les éléments de la structure. Une illustration de ce changement est la statue-colonne. Elle est considérée d’après le catalogue de l’exposition Naissance de la Sculpture gothique : Saint Denis, Paris, Chartres 1135-1150 comme « la manifestation la plus explicite entre pensée et matière » [2] du travail de la pierre. On va apercevoir par exemple des sculptures représentant des apôtres et des prophètes qu’on va dire étant des « piliers de l’Église » [3] à travers les statues-colonnes par exemple. Cette évolution va faire partie des grands exemples qui représentent ce nouvel art du XIIe – XIIIe siècle qui est l’art gothique.

L’art gothique apparaît avec les nouvelles architectures. C’est avec l’invention du portail à statues-colonnes que l’on voit vraiment ce changement dans le travail de la pierre. Ainsi, l’avant-nef de Saint-Denis et le portail de la cathédrale de Chartres sont les exemples pris dans l’exposition pour illustrer ces nouveautés. Ces deux premiers portails et en particulier les portails à statues-colonnes de Saint-Denis sont probablement à l’origine de cette nouvelle formule de représentations iconographiques. En effet, les portails sont une partie importante de l’architecture de la façade par leur décor sculpté.

Enfin, le développement de l’art gothique ainsi que du portail à statues-colonnes était déterminé en partie par l’émergence de Paris comme capitale politique du royaume car elle est au centre de l’évolution artistique qui permet de nouveaux moyens d’expression.

Il y a donc une nouvelle interprétation de la sculpture qu’on renomme parfois « art cathédrale » car il est utilisé principalement lors de la construction de ce type de bâtiment à l’époque. Durant toute l’exposition, on comprend l’interrogation des commissaires sur l’importance du lien mais également de la distinction entre sculpture romane et sculpture gothique.

Avec la naissance de la sculpture gothique, on peut expliquer l’idée de toute cette exposition, c’est-à-dire la naissance d’une nouvelle manière de penser l’espace. De plus, le domaine royal et ses marges étaient une sorte de laboratoire d’un nouvel art de bâtir, ce sont bien souvent des expériences associées de la première sculpture gothique que l’on compare aux créations romanes de l’époque

On peut donc dire en parcourant les salles que les sculpteurs d’Île-de-France ont développé des moyens d’expression propres, éventuellement emprunté au centre de production voisin. Qu’il s’agisse de l’invention de la statue-colonne ou de la mutation des programmes iconographiques, la naissance de la sculpture gothique n’est pas qu’une question de style, c’est aussi la traduction dans la pierre d’une nouvelle manière de penser qui par son côté « monumental » va être reconnue par la suite en tant qu’« art cathédrale ».

Naomi Rieu-Helft, Master 1 Histoire

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Damien Berne, Philippe Plagnieux (dir.), Naissance de la Sculpture gothique : Saint Denis, Paris, Chartres 1135-1150, catalogue d’exposition (Paris 2018), Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux Grand Palais, 2018, 271 pages

______________________________________________________________________________

[1] Manuscrit Latin 55

[2] BERNE (Damien), PLAGNIEUX (Philippe), Naissance de la Sculpture gothique : Saint Denis, Paris, Chartres 1135-1150, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux Grand Palais, 2018, p. 16.

[3] Idem. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search