“Caravage à Rome, amis & ennemis” – Maurine Roy

Du 21 septembre 2018 au 28 janvier 2019, le musée Jacquemart-André présente l’exposition « Caravage à Rome, amis & ennemis », conçue par Francesca Cappalletti, commissaire d’exposition et professeur d’histoire de l’art moderne à l’université de Ferrare, membre du comité scientifique de l’Institut d’études de la Renaissance et Pierre Curie, commissaire associé de l’exposition et conservateur en chef du patrimoine au musée Jacquemart-André, spécialiste de peinture italienne et espagnole du XVIIe siècle, assistés de Milly Passigli, directrice déléguée de la programmation, Agnès Wolff, directrice de la production culturelle, Éléonore Lacaille et Federica Fruttero, responsables des expositions pour le musée Jacquemart-André, Amélie Carrière et Aude Chaufourier, régisseuses pour le musée Jacquemart-André, Hubert le Gall, scénographe.

Cette exposition est coproduite par l’Institut de France et par le musée Jacquemart-André avec le soutien de Culturespace et des musées italiens, le Palazzo Barberini, la Galleria Borghese et les Musei Capitolini à Rome, la Pinacoteca di Brera de Milan, les Musei di Strada Nuova à Gênes et enfin le Museo Civico Ala Ponzone de Crémone.

Mettre en lumière le génie du clair-obscur fut le pari osé du musée Jacquemart-André en cette rentrée 2018. Cette exposition présente le parcours de cet artiste et plus particulièrement sa période romaine de 1592 à 1606, faisant ainsi référence à une époque de foisonnement culturel et d’effervescence artistique. Depuis 1965, aucune rétrospective n’avait été faite mais c’était sans compter la détermination de la commissaire de l’exposition, Francesca Capalletti, qui non seulement réalise l’exploit de regrouper en un même endroit une dizaine de toiles du grand maître mais permet ainsi d’avoir un autre regard sur l’artiste mettant ainsi en avant ses rapports avec ses contemporains italiens et le style qu’il a pu acquérir là-bas.

L’exposition peut être divisée en plusieurs phases : ses années romaines au début du XVIIe siècle, mettant en avant l’activité des ateliers des grands maîtres, dans lesquels Caravage né Caravaggio fait ses premières années. La question des collectionneurs et du mécénat à Rome est elle aussi abordée. Les salles suivantes mettent en miroir Caravage et ses contemporains par sections thématiques : la musique et la nature morte, la représentation du nu, la méditation, la passion du Christ. Après avoir présenté les soutiens de Caravage, l’exposition s’attachera à confronter ses ennemis et rivaux présents sur la scène artistique romaine à l’époque. En effet, Caravage, qui refusait l’imitation et qui fut pourtant copié malgré lui au point que l’on doute parfois de l’authentification de certains de ses tableaux, s’est parfois opposé à ses contemporains, à l’occasion de discussions mais aussi de règlements de comptes. L’exposition s’achève sur l’épisode de la bagarre de 1606, au cours de laquelle Caravage tue Ranuccio Tomassoni, et sur les derniers jours de l’artiste à Rome. Condamné à mort à la suite de cet évènement, Caravage est contraint à l’exil et meurt assassiné en 1610, sans avoir pu regagner sa patrie, Rome. Funeste destin.

Comme l’explique Francesca Cappalletti, mener une telle exposition nécessite de la diplomatie et de la persévérance. La commissaire met en valeur l’originalité du projet en insistant tout au long de cette exposition sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’une énième monographie du Caravage, mais d’une exposition qui se concentrerait sur ses années romaines (1592-1606) et sur la concurrence et les liens avec ses contemporains. Le pari semble réussi, car les toiles ici présentées montrent une véritable cohérence et un but scientifique. Les toiles du grand maître pouvant parfois excéder de grandes dimensions et être très difficile à transporter, laissent cependant le visiteur coi devant Le Joueur de luth fraîchement restauré ou bien encore La Madeleine en Extase appartenant à un particulier et jamais exposé au public.

fig. 1 : Michelangelo Merisi, dit Caravage, Judith décapitant Holopherne, 1598, huile sur toile, 145×195 cm Gallerie Nazionali di Arte Antica di Roma, Palazzo Barberini, Rome, © Gallerie Nazionali di Arte Antica di Roma. Palazzo Barberini Foto di Mauro Coen

Comme une mise en abyme, l’exposition se divise donc en huit sections thématiques. Le titre de la première section – « Le théâtre des têtes coupées » frappe fort dans le style caravagesque en présentant d’emblée Judith décapitant Holopherne (fig.1). En choisissant de placer cette œuvre mondialement connue du Caravage, le musée insuffle la violence de l’iconographie de Caravage dès le départ, violence renforcée par les tons de rouge faisant référence au XVIIe siècle italien choisi par Hubert le Gall le scénographe de l’exposition. Comme en écho aux cours de dessins, l’exposition s’ouvre ensuite sur le thème de la musique et de la nature morte.

fig.2 : Michelangelo Merisi, dit Caravage, Le Joueur de luth, 1595-1596, huile sur toile, 94 x 119 cm Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg © The State Hermitage Museum / photo by Pavel Demidov

On y retrouve le Joueur de Luth (fig.2), ancien locataire du musée de l’Ermitage ainsi que des tableaux d’autres peintres contemporains comme la Douleur d’Aminte peint par Bartolomeo Cavarozzi (1590-1625). Le dialogue entre les œuvres est frappant et je pense qu’une des volontés de cette exposition est d’amener le spectateur à réfléchir sur les circulations entre les artistes et les liens qui les relient tant dans les thèmes toujours très proches les uns des autres comme du point de vue de l’exécution.

fig.3 : Michelangelo Merisi, dit Caravage Le Jeune Saint Jean-Baptiste au bélier, 1602, huile sur toile, 129 × 94 cm, Musei Capitolini, Pinacoteca Capitolina, Rome – Archivio Fotografico dei Musei Capitolini ©

On retrouve ensuite la section 3 dédiée à « Peindre d’après un modèle vivant », où on peut admirer le Jeune Saint Jean-Baptiste au bélier (fig.3) ou bien un tableau de Giovanni Baglione (1566-1653), L’Amour sacré et L’Amour profane. Les parallèles continuent avec la quatrième section dédiée aux artistes contemporains du Caravage, amis et ennemis reprenant ainsi le titre de l’exposition. Cette fois-ci, Annibal Carrache (1550-1609), Roncalli (1552-1626), Federico Zuccari (1539-1609) dialoguent avec le grand maître et leur influence est encore plus marquante en voyant les tableaux qui reprennent les mêmes thèmes bibliques comme L’Adoration des Bergers d’Annibal Carrache appartenant à sa période romaine ou bien encore La Résurrection du Christ de Baglione qui a subi les critiques entre autres du Caravage.

fig.4 : Michelangelo Merisi, dit Caravage,Saint Jérôme,1605-1606,huile sur toile,116 x 153 cm,Galleria Borghese, Rome © Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo – Galleria Borghese

Tableau essentiel pour comprendre la maturité de Caravage, dont l’influence a été déterminante pour le caravagisme, le Saint Jérôme (fig.4), conservé à la Galerie Borghese trône dans la section 5.

Le thème du temps qui passe, de la vieillesse a été exploité par Caravage tout au long de sa carrière mais ce que le visiteur ignore, c’est que bon nombre de ses disciples ont eux aussi exploité ce thème comme le témoigne les tableaux de Bartolomeo Manfredi, Jusepe de Ribera, Francesco (dit Cecco) del Caravaggio, le Spadarino et Saraceni, auxquels on peut ajouter Orazio Borgianni.

fig.5 : Michelangelo Merisi, dit Caravage, Madeleine en extase dite « Madeleine Klain », 1606, huile sur toile, 106,5 x 91 cm, Collection particulière, Rome

Sont ensuite présentées peut être un peu tardivement dans l’exposition, les visages à Rome connus au début du siècle avec bien sûr le portrait du Caravage peint par un anonyme, en première place. Le visiteur peut ainsi admirer le long d’une grande frise chronologique de portraits des peintres et artistes qui ont joué un rôle décisif dans la vie artistique à Rome à l’époque.

fig.6 : Michelangelo Merisi, dit Caravage, Ecce Homo, vers 1605, huile sur toile, 128 x 103 cm, Musei di Strada Nuova – Palazzo Bianco, Gênes © Musei di Strada Nuova, Genova

Enfin, une dernière section consacrée à la Passion du Christ, thématique chère dans le corpus des artistes à Rome au XVIIe siècle. Sans doute la section la plus émouvante de l’exposition, La Marie-Madeleine en extase dite Madeleine Klain (fig.5) dialogue avec le tableau Ecce Homo (fig.6), objet d’un concours artistique ayant eu lieu à cette époque opposant Caravage aux peintres Cigoli et Passignano. Cette partie revient sur des périodes plus sombres ponctuées de conflits, de rixes dans la vie du Caravage. Le traitement des sujets religieux de manière dramatique se ressent à travers les œuvres de ses contemporains également.

fig.7 : Michelangelo Merisi, dit Caravage, Le Souper à Emmaüs, 1605-1606, huile sur toile, 141 x 175 cm Pinacoteca di Brera, Milan © Pinacoteca di Brera

La dernière salle clôt le parcours du Caravage à Rome en évoquant de manière subtile sa fuite hors des murs de Rome. En choisissant de placer l’œuvre Le Souper à Emmaüs (fig.7) en dernier, les commissaires de l’exposition lancent ainsi une occasion unique pour le visiteur de pouvoir voir l’œuvre plus près encore, de discerner toutes les nuances et les subtilités du pinceau du Caravage.

Le propos de l’exposition voulue par Francesca Cappalletti et Pierre Curie est lisible et compréhensible. Leur souhait était de démontrer l’évolution du maître selon les sphères artistiques et les personnalités qu’il a pu rencontrer. Caravage est arrivé de son petit village de Milan « Caravage » en tant que Michelangelo Merisi et c’est à Rome qu’il devient LE Caravage. Ce sont ses relations conflictuelles et amicales qui l’ont construit, qui ont produit son style caravagesque. Novices en histoire de l’art ou adeptes de l’art du Caravage, cette exposition n’en est pas moins un des rendez-vous majeurs de cet automne 2018 et permet de faire découvrir ou redécouvrir l’art de celui qui a beaucoup plus à offrir que le clair-obscur.

Maurine Roy (Master 1 histoire de l’art)

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Francesca Capalletti, Maria Cristina Terzaghi et Pierre Curie (dir.), Caravage à Rome, amis & ennemis, cat. expo., (Paris, 2018-2019), Paris, Fonds Mercator, 2018, 199 pages.

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.