“Eblouissante Venise !” – Noémie Salgues

Affiche de l’exposition, Giovanni Antonio Canal, Vue du Palazzo Ducale vers la Riva degli Schiavoni (détail), vers 1740, Milan, Pinacoteca del Castello Sforzesco. ©RMN grand palais

Depuis le 26 septembre 2018 et jusqu’au 21 janvier 2019, la programmation culturelle du Grand Palais fait honneur à la Sérénissime à travers son exposition “Éblouissante Venise ! Venise, l’art et l’Europe au XVIIIe siècle”.

L’événement est, pour la première fois à Paris, l’occasion de mettre en lumière la grande Republica di Venezia en ses derniers temps, oscillant entre abondance et décadence. Placée sous le commissariat de Catherine Loisel, l’exposition rassemble un peu plus de 200 pièces – tableaux, dessins, sculptures, objets d’arts, mobilier, costumes, instruments de musique, maquettes – invitant à une immersion totale dans la Venise du XVIIIe siècle.

Réalisé en collaboration avec la Fondazione Musei Civici di Venezia, cet hommage à la cité vénitienne mêle toutes les formes artistiques ; peinture, sculpture, opéra et théâtre participent à l’exaltation de Venise à une époque qui était jusqu’alors laissée pour compte par les institutions muséales qui la jugeaient peu digne d’intérêt en raison de sa décrépitude. La cité des Doges, en dépit des crises qu’elle traverse, continue de briller par l’extrême vitalité de ses festivités. La création artistique vénitienne séduit par-delà les frontières et la cité répand dans les cours européennes sa diaspora, avant que 1797 ne sonne son glas face aux armées napoléoniennes.

L’expression de ce paradoxal âge d’or de Venise, tantôt éclatant tantôt déclinant, a été confiée à la metteuse en scène et créatrice de décors de théâtre Macha Makeïeff. La scénographie de l’exposition se fait alors soutien du propos scientifique et spectacle dans le même temps ; recoins labyrinthiques, animaux naturalisés et théâtre ponctuent l’itinéraire du visiteur.

Ainsi, le parti pris de l’exposition est celui d’une découverte non pas de Venise, mais bien de l’art de vivre à Venise. Pour se faire, le propos est divisé en trois temps. C’est d’abord l’évocation de la vie au quotidien, jusqu’aux environs de 1760, que s’attachent à retranscrire les premières salles de l’exposition. Durant cette période Venise parvient à maintenir sa puissance en mer, d’où elle tire sa richesse. La République est fastueuse et les cérémonies, grandiloquentes, sont des temps privilégiés de la cité. La veduta – genre pictural lié à la représentation d’un paysage urbain –, à laquelle s’adonnent Gianantonio Canaletto et Francesco Guardi, transcrit fidèlement la splendeur de ces événements officiels grâce à l’emploi de la camera scura.

La salle suivante, qui relève davantage du corridor, est celle de la musique à Venise. Du fait de l’atmosphère tamisée et de l’étroitesse du passage, une certaine proximité avec des artistes tels qu’Antonio Vivaldi, Farinelli ou Rosalba Carriera est instaurée. L’excellence de la cité s’exprime à travers tous les champs, et notamment dans le raffinement atteint dans la conception de ses instruments. Complétant cet art du divertissement pour l’étendre à l’art du spectacle, des marionnettes aux traits de personnages emblématiques du théâtre italien toisent le visiteur depuis la paroi opposée.

Francesco Guardi, Il Ridotto, palazzo Dandolo a San Moise, Museo del Settecento Veneziano – Ca’Rezzonico, 2018 © Archivio Fotografico – Fondazione Musei Civici di Venezia.

Le couloir débouche ensuite sur un espace au centre duquel trônent des costumes. La circulation, rendue quelque peu floue du fait de la présence d’un cartel de médiation à la droite immédiate de la salle, s’organise autour de ces pièces vestimentaires. Pour les accompagner, petits objets de la vie courante (éventail, lunettes, etc.), mobilier et sculptures décoratives sont disposés tout autour. Cette salle est l’occasion pour le visiteur d’avoir une vision d’ensemble de la société vénitienne, toutes ces pièces prenant finalement vie dans Le Ridotto de Francesco Guardi (fig. 1). Dès lors, un portrait plus trouble de la ville commence à poindre ; la Venise éclatante semble masquer une Venise beaucoup plus secrète, plus intime et plus émancipée de toute règle.

 

Antonio Corradini, Allégorie de la Foi, ou femme voilée, Paris, musée du Louvre, Photo (C) RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski

La salle suivante, consacrée aux Beaux-Arts, clôture ce premier panorama des arts dans la ville même de Venise. Plus particulièrement, ce sont les peintures et sculptures des Piazzetta, Tiepolo et Corradini ainsi que leur apport aux décorations de palais qui sont ici mises en lumière. L’Allégorie de la Foi, ou femme voilée (fig. 2) est l’occasion de rappeler au curieux, même le moins aguerri, ces œuvres connues dans l’inconscient collectif.

 

 

Une envolée de robes signée d’Isabelle de Borchgrave interpelle le visiteur dans l’escalier géant. Photo © Olivier Olgan

Après une migration vers l’étage supérieur offrant dans le grand escalier la vue onirique de robes en papier de la confection d (fig. 3), le deuxième temps s’ouvre sous nos pas : c’est le moment de la diaspora vénitienne. Les artistes évoqués précédemment ressurgissent à nouveau, mais cette fois-ci dans un contexte élargi. Piazzette et arcades insufflent à l’espace une résonnance vénitienne ; pourtant, ce sont bien les cours de France, d’Espagne, d’Angleterre et des pays germaniques qui sont à l’honneur. Venise, étape incontournable du Grand Tour, s’exporte désormais et parvient à faire rayonner son art à l’échelle européenne : une véritable émulation artistique se fait sentir.

L’exposition touchant bientôt à sa fin les dernières salles sont, en résonnance, celle des dernières heures de Venise. Dans les vingt dernières années du XVIIIe siècle, il est déjà trop tard : la noblesse dirigeante est vérolée. Ruinée, viciée, inapte au maintien de son attractivité commerciale et de son pouvoir, mais également charmée par les idées transalpines, Venise est de plus en plus menacée par les ambitions de Napoléon Bonaparte. Le dessein de ces dernières salles est celui de mettre en exergue le mythe de Venise : tout ce qui a permis à la Serenissimà Republica di Venezia de briller et tout ce par quoi elle pourra continuer de vivre dans l’imaginaire collectif malgré sa disparition. Pietro Longhi en tête, les artistes sont évidemment ceux qui permettent la diffusion de cette imagerie si foisonnante afin que personnages masqués, saltimbanques, spectacles de rue et Arlequin continuent de vivre comme au temps de la Dominante.

Afin de rendre compte de la diversité de cet art de vivre de manière la plus totale, des événements autour de l’exposition sont proposés. L’événement n’est pas seulement une exposition ; c’est une exposition-spectacle. Le récit scientifique est étoffé par la venue de musiciens, chanteurs, acteurs chaque mercredi soir, pour une expérience inédite. Prenant place au milieu des œuvres d’art ces artistes contemporains imprègnent l’espace de vie, redonnant ainsi un souffle nouveau à ce temps flamboyant révolu de Venise.

Noémie Salgues (Master 1 Histoire de l’art)

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Catherine Loisel (dir.), Éblouissante Venise : Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle, cat. expo. (Paris-Venise, 2018-2019), Paris, Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2018, 255 pages.

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.