“Hilma af Klint : Painting of the future” – Alice Chevrinais

Depuis le 12 octobre 2018 et jusqu’au 23 avril 2019, le mythique Musée Solomon R. Guggenheim de New York nous fait découvrir l’artiste Hilma af Klint dans une exposition intitulée Painting of the future.

Née à Stockholm le 26 octobre 1862, la jeune Hilma passe son enfance entre la capitale suédoise et les îles environnantes où elle découvre très tôt son amour pour la nature et son don pour le dessin. Elle décide dès ses 18 ans d’étudier à l’École Technique artistique de Stockholm, puis à l’Académie Royale des Beaux-Arts. À une époque où peu de femmes étaient reconnues à la fois dans le monde de l’art et dans celui des études supérieures, la jeune artiste obtient son diplôme avec les honneurs en 1887. Peintre respectée dès ses débuts, elle commence pourtant par une peinture très conformiste : nature mortes, portraits, paysages… loin des tableaux aujourd’hui exposés au Guggenheim. Elle rejoint ensuite un groupe de femmes artistes nommé De Fem (Les cinq) qui l’initie à l’ésotérisme. C’est grâce à son intérêt pour le mysticisme et la théosophie, en vogue à la fin du XIXe siècle, qu’elle commence en 1906 à peindre un art abstrait nouveau et avant-gardiste, qui fait d’elle une pionnière de ce genre encore aujourd’hui.

La série Altarbild, 1915, photographiée par George Etheredge pour le New York Times

Les organisateurs de l’exposition, Tracey Bashkoff, directeur des collections et conservateur, assisté de David Horowith, permettent à Af Klint de réaliser sa vision plus de soixante-dix ans après sa mort en 1944. En effet, si elle avait choisi de ne pas exposer ses œuvres les plus abstraites par peur de la réaction du public, elle avait pourtant imaginé, pour exposer ses œuvres, un temple en forme de spirale, où le visiteur vivrait une expérience spirituelle, sans fin ni début. Un temple de l’art moderne pas si différent de l’étonnant musée Solomon R. Guggenheim construit en 1959.

On découvre au Guggenheim ce regard moderne, abstrait, et indéniablement féminin, dès la première série abstraite de Af Klint, peinte entre 1906 et 1915. Intitulée Les dix plus grands, chaque tableau mesure environ 3 mètres de haut, et représente les différents âges de la vie. En remontant ensuite l’incroyable spirale du musée, on avance, en même de temps que l’artiste, vers des œuvres de plus en plus empruntes de spiritualisme, où se mélange lettres, symboles, signes astrologiques, figures géométriques ou encore formes étranges, le tout dans une palette de couleur incroyablement moderne.

La série The Primordial Chaos, 1906-1907

Une exposition qui, selon Roberta Smith, journaliste au New York Times, « pulvérise la notion du moderne abstrait en tant que création masculine »[1]. Hilma af Klint, artiste méconnue, se pose en précurseur des maitres du moderne que seront, quelques années après elle, Kandinsky, Malevitch et Mondrian. La rétrospective sur l’artiste suédoise apporte donc plus de lumière sur les femmes artistes et leurs œuvres, souvent oubliées par l’Histoire…

Alice Chevrinais (Master 1 Histoire)

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Tracey Bashkoff (dir.), Hilma af Klint : Painting of the future, catalogue d’exposition (New York, 2018-2019), New York, Guggenheim Museum Publications, 2018, 244 pages.

______________________________________________________________________________

[1] https://www.nytimes.com/2018/10/11/arts/design/hilma-af-klint-review-guggenheim.html?utm_medium=Email&utm_source=ExactTarget&utm_campaign=EX_HilmaQuotes_110918


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.