« Alphonse Mucha » – Laëtitia Faure

L’exposition Mucha se tient au musée du Luxembourg du 12 septembre 2018 au 27 janvier 2019. Tomoko Sato, conservateur de la Fondation Mucha, à Prague, la dirige en tant que commissaire d’exposition. L’Atelier Maciej Fiszer en a réalisé la scénographie, tandis que l’atelier KS s’est occupé du graphisme. L’éclairage a été installé par ABRAXAS CONCEPT. L’exposition a été organisée par la Rmn-Grand Palais, en coproduction avec Arthemisia et la collaboration de la fondation Mucha, Prague.

Alphonse Mucha est réputé pour ses affiches aux lignes sinueuses mêlant ensemble des motifs floraux et des jeunes femmes au charme aguicheur, ainsi qu’une remarquable gamme de tons pastel. Il est considéré comme un des précurseurs du mouvement émergeant : l’Art Nouveau. Mais Alphonse Mucha ne s’est pas uniquement illustré dans le domaine lithographique. Il marque en effet son temps par ses multiples talents pour la peinture, la sculpture, la photographie et la décoration d’intérieur. Il est par ailleurs un professeur fort apprécié et très admiré de ses disciples. Les critiques américaines le qualifient même de « plus grand artiste décoratif du monde ». Cependant, son pays natal, la Bosnie-Herzégovine, fait preuve de volonté de mise en avant de sa culture dans le but d’unifier tous les peuples slaves en un même giron. Il entreprend alors des cycles de peintures racontant l’histoire bosniaque, dans un esprit militant et idéaliste. Autour de 1900-1910, son œuvre se détache des avant-gardes européennes pour se transformer en un art figuratif et épique. La volonté d’union des peuples slaves se détache de son cycle L’Epopée slave (1912-1926), composé de vingt toiles monumentales. Cette exposition met donc en lumière toute la complexité de l’artiste, balancé entre une vision sociale et philosophique.

La première salle, relativement sombre, de couleur violette, a pour titre « Un bohémien à Paris ». Elle présente la formation artistique d’Alphonse Mucha et son arrivée à Paris, parti de sa Bohème natale. Il y rencontre les grands artistes de l’époque, et notamment Paul Gauguin, qui expose ses toiles tahitiennes, et avec qui il partage bientôt un atelier. Entre ces deux hommes s’instaure une durable amitié. Mais sa carrière débute réellement lors de sa rencontre avec la grande tragédienne Sarah Bernhardt, pour laquelle il réalise une première affiche, la représentant dans le costume de Gismonda. Celle-ci, enthousiasmée par l’œuvre, l’engage à devenir son affichiste personnel. On la voit ainsi dans les rôles de Médée ou de Lorenzaccio, sublimée par le talent de Mucha. Ses grands motifs végétaux et ses lignes ornementales remportent un immense succès auprès du public. L’éclairage de la pièce, qui contraste avec l’obscurité générale, permet de mettre en valeur les affiches tout en prenant garde à ne pas les exposer à une lumière trop brutale, qui pourrait les abîmer.

Mais Mucha n’a pas réalisé que des illustrations pour affiches : on le voit s’exercer sur différents supports et pour diverses commandes. C’est le thème de la deuxième salle, qui revient sur « Un inventeur d’images populaires ». La création du « style Mucha » y est montrée en détail, se déployant sur des formats faciles à écouler, ce qui permet une large diffusion des motifs privilégiés par Mucha, et de faire connaître à grande échelle les caractéristiques de cet « art nouveau ». L’exposition expose ainsi des boîtes de biscuits, des flacons de parfum et un emballage de bouteille de champagne, tous décorés par l’artiste. Mais Mucha ne s’est pas contenté de petits formats : il excelle également dans les panneaux décoratifs, des affiches dépourvues de textes, ayant pour but unique la décoration.

Il n’en oublie pas pour autant la publicité, et signe un contrat d’exclusivité avec l’imprimeur parisien Champenois, s’assurant une rémunération mensuelle. La partie publicitaire de l’œuvre de Mucha est présentée dans une pièce de couleur bleu clair, faisant peut-être écho aux murs des grands magasins de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, souvent peints de couleurs vives. Les affiches publicitaires et les boîtes de biscuits sont ainsi symboliquement replacées dans leur contexte de vente. Elles attirent encore le public, mais qui n’est plus constitué de clients venus s’approvisionner en confiseries, mais de visiteurs avides de connaissances et de plaisirs visuels.

Ceux-ci passent logiquement dans la troisième salle, qui voit Mucha à la rencontre du public et s’affirmant dans le mouvement Art Nouveau, qui déferle sur toutes les grandes villes européennes. En 1900, il est devenu un maître de l’affiche et le décorateur non seulement le plus recherché, mais aussi le plus copié de Paris. Il est véritablement établi comme un artiste « cosmopolite ». C’est justement le titre de la salle. Mucha est sollicité par un riche commerçant, Georges Fouquet, pour peindre les façades et l’intérieur de sa boutique. Il sème alors sur toute la surface ses jeunes femmes aux charmes attirants, ses compositions florales et ses lignes sinueuses typiques de son styles et caractéristiques de l’Art Nouveau. Pour en rester à l’année 1900, on se souvient que Paris accueille cette année-là l’Exposition universelle. Et c’est évidemment Alphonse Mucha qui décore le pavillon de la Bosnie-Herzégovine, région slave annexée par l’Autriche-Hongrie depuis 1878. Cette commande ne doit donc rien au hasard, et représente un véritable enjeu politique de la part de l’Empire austro-hongrois. Les décors du pavillons plaisent tant à l’empereur que Mucha est nommé membre de l’ordre de François-Joseph Ier. Mais cette décoration, loin de l’assurer intérieurement, vient contredire ses propres convictions. En revanche, elle provoque en lui la volonté de réunir en un cycle pictural les grands épisodes de l’histoire des peuples slaves, en mettent en lumière les liens qui les unissent et leur lutte commune contre l’oppression. Afin de trouver les financements qui lui permettraient de concrétiser ce projet, il effectue cinq voyages aux Etats-Unis, de 1904 à 1909. Il rencontre enfin Charles Crane, un industriel de Chicago, qui accepte de le financer. La salle, couleur café, sert de réceptacle aux travaux effectués par Mucha pour l’Exposition universelle, ainsi que pour la boutique de Georges Fouquet, dont plusieurs croquis sont exposés. Un des murs de la pièce donne un aperçu du décor du pavillon bosniaque. Au fond de la salle, une sorte de chapelle en demi-sphère présente les projets de costumes, signés Mucha bien entendu, pour de pièces de Shakespeare.

Un couloir, où est exposée le long du mur une photographie montrant l’artiste dans son atelier, conduit le visiteur dans une salle de plan allongé, plongée dans une obscurité presque totale. Ceci tient à deux raisons précises. En premier lieu, le fait que cette salle expose aux yeux du public tout un ensemble de dessins réalisés au pastel demande un faible éclairage pour ne pas détériorer les œuvres. En un second lieu, cette partie revient sur le caractère mystique des productions de Mucha, illustré par les pastels, et donc la couleur bleu nuit de la pièce favorise la méditation et l’évocation des états d’âme de l’artiste. Mais comment Alphonse Mucha est-il tombé dans un tel mysticisme ? Tout a commencé avec sa rencontre, à l’automne 1894, de l’auteur suédois August Strindberg, ami de Paul Gauguin, et profondément attiré par l’occultisme et la théosophie. Il est par ailleurs un grand mystique. De leurs longues heures de discussions philosophiques amènent Mucha à croire en des « forces mystérieuses » qui guideraient la vie de chaque individu. En 1898, il devient membre du Grand Orient de France, la loge maçonnique la plus ancienne et la plus importante d’Europe continentale. Il est sûr de promouvoir ainsi « l’amélioration de l’humanité » en prônant les trois « pierres angulaires » de la condition humaine : la Beauté, la Vérité et l’Amour. Ses œuvres sont profondément marquées par cette pensée maçonnique, et la plus démonstrative de ce mysticisme est l’illustration des paroles du Notre Père, commentées dans le Pater, ouvrage publié en 1899, qui se donne pour but d’apprendre aux générations futures la manière d’atteindre la vérité universelle. Cette salle résume donc l’influence de la franc-maçonnerie sur la vie sociale et artistique de la fin du XIXe siècle.

La suivante nous invite à suivre Mucha dans son voyage sur ses terres natales en 1910, où il peut enfin mettre ses pinceaux au service de sa patrie. Son œuvre qui caractérise cette période est le grand cycle de l’Épopée slave, réunissant vingt épisodes de l’histoire des peuples slaves, et ayant pour objectif principal de fonder une union des cultures slaves en une lutte commune contre la barbarie et l’asservissement. Pour réaliser ce projet colossal, Mucha lit beaucoup, consulte des savants et voyages en Croatie, en Serbie, en Russie, en Bulgarie, au Monténégro, en Pologne et en Grèce. Il passe ses séjours dans ces nations remplies de cultures slaves à dessiner, photographier et à étudier les coutumes et traditions propres à chaque pays. La salle, intitulée « Mucha le patriote », s’arrête ainsi sur la réalisation de cette Epopée slave et sur le renouveau de l’identité nationale tchèque, qui souhaite se démarquer de l’influence austro-hongroise. Les murs peints en gris clair tranchent avec les tons pastel des croquis, tout en faisant écho aux nombreuses photographies prises par l’artiste lors de ses voyages, immortalisant des minorités culturelles et des traditions menacées de disparition. Un immense écran au centre de la pièce fait dérouler les vingt panneaux constituant l’ensemble de Mucha.

Le principal souci de notre artiste est donc de contribuer à sa manière à l’unité spirituelle de ses compatriotes slaves. C’est le sujet de la dernière partie de l’exposition. Forte est sa conviction que l’art est un moyen fondamental pour aider les peuples à s’unir pour faire avancer l’humanité, en diffusant des idées philosophiques les amenant à maintenir la paix. Car il est important de signaler que le traité de Versailles, signé, rappelons-le, en 1919, laisse en suspens les problèmes territoriaux qui génèrent des conflits entre les peuples slaves ayant acquis récemment leur indépendance. Mucha réalise alors des œuvres rendant hommage à ses compatriotes morts pendant la Première Guerre mondiale, et insufflant des idées de paix et recueillement. L’heure n’est plus aux affrontements militaires, mais à l’union des Slaves, voire de toutes les nations du monde autour des corps des parents morts durant ce terrible conflit. Les murs rouges de la salle font référence au sang versé par des millions d’hommes et de femmes durant ce terrible conflit mondial. La philosophie et la volonté de paix de Mucha passent également par un autre support, le vitrail, remettant ainsi en avant le sentiment religieux, capable de soulager les peines dues aux traumatismes de la guerre. Mais la période qui s’ouvre annonce le désordre et la quasi-disparition de cette « union slave ». En 1938, la Tchécoslovaquie perd d’importantes régions frontalières, annexées par l’Allemagne, la Pologne et la Hongrie. Et le 15 mars 1939, Prague doit se soumettre à la domination allemande. Vingt ans seulement après avoir gagné son indépendance, la patrie de Mucha doit de nouveau la sacrifier. Du fait de sa forte personnalité et de son appartenance à la franc-maçonnerie, ce dernier est un des premiers à être arrêté par la Gestapo. Atteint d’une pneumonie, il décède à Prague le 14 juillet 1939, dix jours avant son 79e anniversaire. Lui, le soldat qui guerroyait contre les conflits et qui mettait toute son âme à participer à la fondation d’une unité slave, tombe sous les coups d’épée de la guerre et de la division. C’est sur cette triste page de l’histoire et de l’histoire de l’art que se referme le livre de l’exposition.

 

L’exposition Mucha du musée du Luxembourg cherche donc à montrer cet artiste, surtout connu pour ses affiches de Sarah Bernhardt, sous un angle différent, en mettant en lumière les multiples facettes de cet homme d’art polyvalent et sans cesse partagé dans ces propres convictions. Elle met l’accent en particulier sur son attirance pour les forces occultes et sur son profond désir d’unifier tous les peuples slaves dans un ensemble commun de valeurs morales et de cultures. Les œuvres de l’artiste présentées et les commentaires placés à l’entrée de chacune des salles permettent de le montrer sous un point de vue non soupçonné et d’apprendre à mieux le connaître. Cette exposition constitue donc un brillant hommage à un artiste à la fois fameux et mystérieux, presque 80 ans après sa disparition.

 

Laëtitia Faure (Master 1 Histoire de l’art)

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Tomoko Sato (dir.), Mucha, cat. expo. (Paris, 2018-2019), Paris, Musée du Luxembourg-Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2018, 247 pages.

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.