“Riccardo Helg, Frontes. Le facciate nell’architettura e nell’ urbanistica di Pompei e di Ercolano, 2018” – Inès Louvel

Riccardo Helg, membre depuis 2015 de l’équipe du DISCI (Dipartimento storia culture civiltà), a publié son ouvrage Frontes. Le facciate nell’architettura e nell’ urbanistica di Pompei e di Ercolano au printemps 2018, fruit de sa thèse terminée en 2008. Malgré les nombreux livres publiés depuis quelques décennies traitant de l’architecture privée, aucune étude complète n’avait été consacrée aux façades des maisons. R. Helg étudie ici un nouvel aspect de l’architecture domestique romaine.

L’éruption du Vésuve en 79 apr. J.-C. a interrompu et figé la transformation de l’habitat privé à Pompéi et Herculanum, alors en pleine phase de transition. La bonne conservation des élévations a permis à R. Helg d’étudier dans cette publication, la façade de quarante-huit domus à Pompéi et douze à Herculanum. Son discours suit un parcours diachronique : de l’époque tardo-samnite (IIe s. av. J.-C.) où le modèle de la maison à atrium prévaut jusqu’à la dernière phase où l’on observe un renouvellement des formes de l’habitat. Cette transformation fait écho à l’évolution de la société et notamment à la montée d’une classe moyenne qui tire profit du commerce. L’organisation interne de la maison change, impactant ainsi la façade et la physionomie urbaine. R. Helg démontre à la fois le rôle de la façade dans l’architecture de la maison mais également sa contribution au nouvel aspect de la ville. La façade est à la fois un élément de séparation de la sphère privée et l’espace public mais elle permet également de déterminer le statut social du propriétaire.

 

     Au premier chapitre de sa première partie, l’auteur revient sur cette nouvelle perspective d’étude et l’organisation du contenu de sa publication. Il retrace l’historique des fouilles, puis évoque la conservation et la restauration des façades à Pompéi et Herculanum. R. Helg se permet également d’évoquer un obstacle survenu lors de ses recherches. En effet, les méthodes de fouilles ont longtemps négligé la préservation des étages. À Pompéi, contrairement aux secteurs récemment fouillés, il manque une grande partie de l’élévation des maisons dans certaines zones. Au chapitre trois, il analyse les sources anciennes. Dans De Architectura de Vitruve, l’espace domestique est décrit mais peu d’informations sont données quant à l’aspect extérieur de la maison. L’auteur met donc en parallèle d’autres sources littéraires, épigraphiques et juridiques afin de définir dans un premier temps le vocabulaire lié à la façade. R. Helg explique au moyen de ces sources la transformation de l’espace domestique. Au chapitre suivant, chaque élément constituant la façade est étudié. L’auteur aborde l’entrée, les banquettes contre la façade, les boutiques, le toit, les maeniana (balcons), les fenêtres qui ouvrent davantage la maison vers l’extérieur, les portiques, les colonnes et pilastres en façade, la décoration extérieure et le revêtement.

 

     R. Helg étudie par la suite l’évolution de la façade de la maison à atrium jusqu’aux nouvelles formes de l’habitat des décennies précédant l’éruption. Dans les quartiers des classes moyennes, une partie de l’habitation est dorénavant consacrée à l’activité professionnelle. Il faut donc trouver de nouvelles solutions pour augmenter la surface habitable. L’une des principales est notamment l’ajout d’un étage. Cette construction modifie considérablement la façade et fait apparaître de nouveaux besoins comme la création de fenêtres éclairant et aérant mieux l’intérieur des pièces. Dans les riches quartiers, la modification de l’espace privé a été plus lente et ainsi les façades ont plus longtemps gardé leur aspect initial. Il faut également ajouter un autre facteur contribuant à cette modification du paysage urbain : le tremblement de terre de 62 apr. J.-C. a provoqué l’écroulement ou l’abandon d’édifices privés. Certains habitants ont ainsi pu développer la surface habitable de leur maison. Dans le dernier chapitre de cette partie, R. Helg soulève l’influence de l’édifice et de sa façade dans le paysage urbain. La modification des façades donne un nouvel aspect aux rues et à la ville. Son étude est divisée selon les différents types de rues. Pompéi a connu un fort développement économique et commercial dans les dernières décennies. Ainsi, dans beaucoup de rues principales, des boutiques sont disposées de chaque côté de la rue comme dans la via dell’ Abbondanza. Le paysage urbain se modifie considérablement. Des portiques sont notamment créés afin de protéger l’activité commerciale mais aussi de soutenir le premier étage de la maison. Dans les rues secondaires, les habitants ont souvent eu recours, surtout à Pompéi, à des maeniana en façade. R. Helg termine en évoquant les maisons donnant sur les ruelles.

 

     La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée au catalogue des soixante maisons. Pour chaque maison, il en fait dans un premier temps la description de la façade puis des éléments la constituant. Il la replace ensuite dans le contexte urbain. Enfin, R. Helg présente un résumé de l’histoire de l’édifice et la description du plan intérieur. Chaque maison est accompagnée d’un plan, d’un tableau contenant les dimensions des différents éléments de la façade, de photos des vestiges et de reconstitutions.

 

     Cette étude est richement documentée par les plans des villes et des maisons, des photos des façades conservées et de reconstitutions. De nombreux tableaux mettent également en comparaison différentes informations des façades comme les mesures des éléments la constituant. Une série de huit pages de planches sépare les deux parties et vient enrichir les illustrations du texte.

R. Helg ouvre ainsi la voie à une nouvelle approche de la recherche. Il redéfinit le rôle de la façade dans l’architecture de la maison romaine et le paysage urbain.

 

Inès Louvel (Master 1 d’histoire de l’art

______________________________________________________________________________

Ouvrage : Riccardo Helg, Frontes. Le facciate nell’architettura e nell’ urbanistica di Pompei e di Ercolano, Bologna, Bononia University Press, 2018, 339 pages.

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search