« Vases grecs : images, corpus, collections » – Louise Berginc

L’imagerie des vases grecs captivent par une iconographie détaillée au rendu méticuleux mais également par des compositions vivantes et variées. Ces vases sont l’objet central d’études de l’histoire de l’art antique et cela depuis le XVIIIe siècle, même s’ils ne sont connus massivement que depuis quelques siècles. Encore aujourd’hui ils font l’étude de recherche poussée mais également de colloques et de journées d’études, afin de discuter de l’avancée et des problématiques posées par les travaux des archéologues et historiens.

     Ainsi, le 2 novembre 2018 s’est tenu à l’Institut National d’Histoire de l’Art à Paris, la deuxième séance d’un séminaire portant sur les images, les corpus et les collections de vases grecs. Elle avait pour thème l’histoire des publications et des collections des vases grecs jusqu’à aujourd’hui, et était animée par Cécile Colonna (INHA), François Lissarague (EHESS) ainsi que Martine Denoyelle (INHA). Ces mêmes spécialistes ainsi qu’Alain Schnapp (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) avaient discuté le mois précédent sur la multitude de représentations des céramiques, l’agencement de leur iconographie ainsi que la manière historiographique d’approcher les œuvres. Au cours de ce séminaire en compagnie des intervenants, trois lignes directrices ont émergé : le parcours historique de l’image des vases antiques, la place des travaux de John Beazley et Edmond Pottier ainsi que l’intérêt pour la recherche et le partage du savoir de la mise en ligne de bases de données sur ce thème.

 

Les vases grecs : les images de l’Antiquité

     Marqueurs culturels importants, les vases n’ont de cesse de susciter l’admiration et l’intérêt des visiteurs des grandes collections muséales. Son iconographie d’une richesse exceptionnelle rythmée par une figuration en rouge, noir et parfois blanc en font des objets précieux aux yeux du public mais également des chercheurs. En effet, l’étude de la céramique grecque permet aux archéologues et historiens de répondre aux questions des centres de productions, des ateliers ou d’une géographie historique des styles. Elle permet aussi d’établir des chronologies relatives et témoigne de la richesse des échanges économiques, par sa large diffusion. L’iconographie des céramiques est d’autant plus indispensable pour la connaissance du monde grec : elle renseigne sur la vie quotidienne des Grecs anciens ainsi que dans les habitants des colonies du sud de l’Italie, en Sicile et en Asie Mineure. La céramique a donc une importance considérable dans le domaine de l’archéologie et de l’histoire de la Grèce antique. De plus en plus exposée et étudiée, elle est devenue une source d’informations à part entière.

Ces différentes approches expliquent l’enthousiasme autour de ces vases et pourquoi ils ont suscité autant d’attention et ont été reproduits sous forme de croquis et de photographies, mais également pourquoi ils ont été réunis en séries au sein des collections privées et publiques, et publiés en corpus de plus en plus raisonnés dans la littérature scientifique. Des collections physiques tout comme des collections de représentations ont été entreprises tout au long de l’histoire. Ainsi, des recueils comprenant des milliers de feuillets, ayant pour but de présenter sous forme de livres d’images et de reproductions d’œuvres, le savoir universel des hommes sur l’Antiquité et sur l’histoire, entre autres, ont reçu le nom de Museo cartaceo, « musée de papier ». De même, grâce au bénédictin Bernard de Montfaucon (1655-1741) un corpus d’images de grande ampleur a été rassemblé sous forme de volumes intitulés L’Antiquité expliquée et représentée en 1719. Ces 1 120 planches gravées représentant 30 000 à 40 000 objets sont un exemple flagrant des recueils figurés d’antiquités que les collectionneurs et antiquaires des XVIIe et XVIIIe siècles ont choisi de rassembler. Ces travaux et corpus ont continué à fleurir, jusqu’à devenir des travaux scientifiques de plus en plus raisonnés.

 

John Beazley et Edmond Pottier, du papier au numérique

Deux grands chercheurs ont permis la mise en valeur des vases grecs et de leurs images ainsi qu’une avancée considérable dans la compréhension de ces objets archéologiques. Si quelques collectionneurs et antiquaires avaient déjà entrepris des publications, rendant ainsi visible un nombre considérable d’œuvres antiques sous forme de « musée de papier », John Beazley et Edmond Pottier ont contribué de manière déterminante à l’étude de la céramique grecque.

John Beazley (1885–1970) historien de l’art et archéologue britannique a constitué une énorme documentation tout au long de sa carrière pour ses recherches sur l’étude de la céramique grecque. Beazley est le premier à avoir fourni le moyen d’appréhender globalement une production souvent anonyme, du point de vue de son développement stylistique. Il s’inspire des méthodes appliquées par certains critiques d’art afin d’identifier un style particulier à travers l’étude comparée de détails, en partant du principe que les vases grecs sont l’œuvre de plusieurs artistes distincts possédant chacun leur style propre. Pour identifier les caractéristiques stylistiques des vases, Beazley notera leur forme, leur taille ou encore leurs motifs, grâce à l’emploi de la photographie et les dessins aux relevés minutieux. Cette approche lui permet d’attribuer les vases à des peintres connus aujourd’hui par un large public.

Une base de données mise en ligne la première fois en 1998 a été établie à partir de cette documentation, constituée de 100 000 notices, 150 000 images et photographies mais également de dessins de la main de Beazley lui-même. Elle devient un outil essentiel dans le monde de la recherche, permettant ainsi un travail renouvelé et une nouvelle approche des œuvres. Les archives photographiques, acquises par l’Université d’Oxford en 1964, sont devenues depuis des années une ressource incontournable pour les spécialistes d’antiquité classique du monde entier. Ce site (http://www.beazley.ox.ac.uk/index.htm) est un outil de travail exhaustif, proposant de nombreuses options de recherche : par mots-clés et par liens.

Edmond Pottier (1855-1934), conservateur du département des antiquités orientales et de la céramique antique du Musée du Louvre entre 1910 et 1924, entame une autre grande entreprise du XXe siècle dans le monde de la recherche sur la céramique en mettant au point le Corpus Vasorum Antiquorum (CVA). L’objectif du CVA était de présenter tous les vases des grandes collections européennes selon leur région de production, ainsi que de rassembler dans une publication tous les vases antiques dans les musées publics et les collections particulières avec une courte description de chaque objet accompagnée d’une photographie. Dans cette entreprise de publication, Pottier met au point l’éclairage photographique pour les objets archéologiques ainsi que le détourage des vases. Aujourd’hui, le CVA compte 300 volumes, actualisé par la mise en ligne sous forme de bases de données (http://www.cvaonline.org/). Cette version numérique du CVA offre la possibilité aux chercheurs de consulter directement les fascicules, sans avoir à se déplacer en bibliothèque.

 

Histoire, art, recherche et numérique

Ce séminaire, à travers le cas de l’image des vases grecs et de l’histoire de leur étude, a soulevé des questions sur la place de l’informatique et du numérique dans le monde de la recherche longtemps prédisposé au papier, ainsi qu’à la place du savoir et de son partage dans un monde toujours plus informatisé. En effet, la recherche historique et archéologique est en train de se transformer sous l’effet des nouvelles techniques informatiques. Internet a bouleversé la vie quotidienne ainsi que les pratiques dans le monde de la recherche. L’accès au réseau a ouvert de nombreuses portes au savoir, en mettant notamment en valeur des collections désormais disponibles sur les réseaux. Ainsi, le développement considérable qu’a connu internet a conduit à une croissance du nombre de documents mis en ligne.  De plus en plus d’institutions muséales, des bibliothèques, et des universités ont numérisé tout ou une partie des représentations de leurs collections qui deviennent accessibles à distance. Internet met à disposition des chercheurs de nombreux outils numériques permettant de mener des recherches et de valoriser les travaux résultants. Outil mais également moyen de préservation, la mise en ligne et la numérisation permet au public et aux chercheurs d’avoir un accès au savoir par sa consultation virtuelle sans pour autant l’endommager. Grâce aux outils informatiques toujours plus nombreux, les chercheurs peuvent plus facilement réunir de corpus et les traiter. Avec internet et la prolifération de l’information, le chercheur a toujours plus de facilité à organiser les ressources, les étudier et les approcher avec un regard critique. Des outils indispensables aux chercheurs ont fait leur apparition, facilitant l’utilisation et la création de nouveaux outils numériques adéquats à leurs besoins et à la transmission du savoir. La numérisation des archives et la mise en ligne des collections permettent aux chercheurs et aux publics curieux d’avoir accès plus facilement et plus rapidement aux supports conservés dans le monde entier. Ainsi l’open access permet de mettre en valeur les travaux de l’historien en le publiant en ligne et en le rendant accessible aux internautes.

De même que le CVA a été indexé ou bien la base de données Beazley, d’autres techniques documentaires modifient la publication et la recherche des vases. L’extension des banques de données informatisées amène les chercheurs à préciser de façon rigoureuse et homogène leur démarche descriptive et analytique. Cette extension des banques et des archives photographiques accélère l’accès aux documents et le traitement des images.

Le Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC) est également un autre outil essentiel mis en ligne, consacré à l’iconographie des mythes. Au départ un dictionnaire publié en huit volumes avec des suppléments, formé de doubles tomes, l’un pour le texte et l’un pour les planches à la richesse photographique, il est désormais consultable en ressources numériques (http://www.limc-france.fr).

Enfin la base AGORHA permet de consulter en ligne des bases de données patrimoniales et de recherche en histoire de l’art et archéologie produites par l’Institut national de l’histoire de l’art (INHA) et ses partenaires.

Louise Berginc – Master 2 Histoire de l’Art

______________________________________________________________________________

Présentation du séminaire sur le site de l’INHA

______________________________________________________________________________


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.