“Winckelmann et l’oeuvre d’art” – Laura Chapelle Pacaud

Les années 2017-2018 correspondent au 300e anniversaire de la naissance et au 250e anniversaire de la mort de l’historien de l’art et archéologue Johann Joachim Winckelmann (1717-1768). L’Institut national d’histoire de l’art participe, à cette occasion, aux grands événements organisés dans toute l’Europe pour examiner à nouveaux frais son œuvre en programmant un colloque et une exposition dossier qui lui sont entièrement consacrés.

     À peine plus de trois siècles après la naissance de leur auteur, les considérations de Johann Joachim Winckelmann continuent de captiver les historiens de l’art. Ses termes de « noble simplicité et grandeur calme » désignant l’art grec, demeurent dans les mémoires de ceux qui lui succédant, perpétuent des travaux dont il fut le précurseur. Aussi, les 26 et 27 novembre 2018 derniers, l’Institut national d’histoire de l’art et le Centre allemand d’histoire de l’art de Paris, se sont associés pour organiser un colloque dédié au théoricien germanique. Intitulé Winckelmann et l’oeuvre d’art : matériaux et type, le colloque a réuni à l’hôtel Lully puis à la galerie Colbert, les plus grands spécialistes d’aujourd’hui. Après un mot de bienvenue de Thomas Kirchner, une introduction de Daniela Gallo et sous la direction de Cécile Colonna, les diverses interventions se sont succédées.

 

     Nous pouvons citer celles de Lorenzo Lattanzi à propos des Enjeux esthétiques et herméneutiques de l’oeuvre d’art dans le système winckelmannien des genres ; de Max Kunze sur La méthode paléographique-épigraphique de Winckelmann, entre tradition et innovation ; de Caroline Van Eck sur « The Cavaliere of the Candelara » entre restauration et matérialité dans le Musée de Piranèse ; celle d’Adolph Borbein à propos de L’histoire de l’art de Winckelmann, manuel pour la pratique artistique ; de Milovan Stanic sur Théorie et pratique dans les oeuvres de Quatremère de Quincy ; de Jeffrey Collins sur Les murs de Winckelmann : construire le sens d’un art disparu ; ou encore celle de Daniela Gallo sur Les genres de la sculpture dans la Geschichte des Kunst.

Au cours de l’événement, Alain Schnapp s’est particulièrement penché sur Le statut de l’objet entre Caylus et Winckelmann. Mettant en opposition les deux hommes illustres, le chercheur souligne comment bien que partageant une vision commune, ces derniers divergent dans leur approche de l’oeuvre d’art. Alors que Caylus insiste sur l’importance de la curiosité dans le processus créatif et analytique, Winckelmann met l’accent sur une conception ne se limitant pas à l’objet étudié, mais le replaçant dans un contexte général. En outre, les différents antiquaires qui les entourent jouent un rôle prédominant dans la conception globale des œuvres. Comme l’affirmait le collectionneur danois Ole Worm, « tout ce qui est dans le sol, un jour, nous en connaîtrons l’âge ». Oui, mais comment distinguer les choses lorsque nous ne disposons pas de ressources écrites nous permettant de les appréhender ?

 

     Comme le rôle de l’authenticité est fondamental, les auteurs de l’époque se tournent vers les moyens en leur possession pour dater des découvertes aussi énigmatiques qu’intrigantes. Typographie, épigraphie et numismatique sont autant d’outils dont se servent antiquaires et collectionneurs pour comprendre l’écoulement du temps sur les œuvres. C’est alors que l’apport de Francis Bacon, affirmant le principe de l’ordonnance temporelle, devient décisif. Comme « la notion de style est un des outils cardinaux de l’histoire de l’art » et la notion de « typologie est au cœur des pratiques antiquaires et archéologiques », Alain Schnapp met en lumière les divergences et les convergences qui unissent ou séparent ces deux notions clefs, à travers les ouvrages de Caylus, de Winckelmann et de leurs plus éclairés contemporains.

Claudia Mattos Avolese, quant à elle, s’est exprimée sur Le concept de l’allégorie chez Winckelmann et le paragone des arts. En effet, malgré la très riche bibliographie portant sur Winckelmann et le grand nombre d’études lui ayant été dédiées, peu de recherches ont porté sur le rôle de l’allégorie dans son œuvre, pourtant déterminante dans son approche de la production grecque. En effet, au cours du XVIIe siècle le concept même d’allégorie souffre d’un manque de considération grandissant et sous la plume de certains théoriciens néoclassiques, le terme devient porteur d’une connotation négative. Claudia Mattos Avolese revient ainsi sur l’approche de Winckelmann concernant l’allégorie, matière répondant à la théorie de la beauté proposée par l’auteur, langage permettant la richesse de plusieurs niveaux de lecture. Elle revient également sur le paragone – sur la comparaison entre les deux domaines de la peinture et de la littérature, puis de la peinture et de la sculpture – induit par Winckelmann.

 

     Cécile Colonna a pris la parole sur le thème du vase grec chez Winckelmann, considéré entre art décoratif et « merveille de l’art antique ». Citant son fameux ouvrage l’Histoire de l’art de l’antiquité, la chercheuse souligne deux grandes avancées que la pensée de l’époque doit à Winckelmann. D’une part, il fut le premier à identifier les vases comme grecs et non étrusques. D’autre part, il compara la ligne du trait de ces productions anciennes à celle d’artistes modernes, tels que Raphaël, donnant grandeur et importance à des vestiges archéologiques parfois peu considérés. Sans jamais omettre le support et la matérialité des céramiques grecques, il contribue à l’étude et à la théorisation du dessin antique en particulier.

Enfin, Jacqueline Lichtenstein s’est concentrée sur Poésie et sculpture : Winckelmann au XIXe siècle en France, revenant notamment sur les critiques que la théorie winckelmannienne du « beau idéal » essuie au cours de la période. En effet, les défenseurs d’une esthétique renouvelée accusent cette vision d’être « responsable de l’incapacité de la sculpture et de la poésie à devenir un art “moderne” contrairement à la peinture ».

Finalement, pour clore cette rencontre internationale autour de Johann Joachim Winckelmann, une visite de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, et en particulier de la salle Labrouste, a été organisée.

Laura Chapelle Pacaud (Master 2 Histoire de l’art)

 

______________________________________________________________________________

Présentation du colloque sur le site de l’INHA

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search