“Jacques Attali, Histoires de la mer, 2017” – Lara Ladonne-Devillers

On ne raconte jamais l’histoire des hommes vue de la mer. Et c’est pourtant là que l’essentiel se joue. C’est en lien avec la mer que se sont faites l’essentiel des innovations ayant bouleversé les sociétés humaines. C’est par la mer que circulent, depuis des millénaires, idées et marchandises. C’est en s’assurant le contrôle des océans que les empires se sont hissés au sommet de leurs ambitions. C’est quand ils perdent le contrôle des mers qu’ils déclinent. A l’avenir, c’est encore par et grâce à la mer que surgiront les plus grandes superpuissances. L’importance de la mer devrait donc s’imposer à nous, d’autant plus qu’on commence à comprendre son rôle écologique fondamental et la gravité des menaces qui risquent de la condamner à brève échéance. Nous devrions tout mettre en oeuvre pour la protéger. Pourtant, il n’en est rien. Que peut-on faire ? D’abord, raconter l’histoire de la mer depuis les premiers instants de l’univers jusqu’à après-demain, prendre conscience de son rôle dans la perpétuation de la vie et dans l’histoire de l’humanité. De ne plus être à son égard dans une attitude de consommateur, mais de partenaire, respectueux et émerveillé (présentation de l’éditeur)

 

Polytechnicien, énarque et conseiller spécial du Président de la République François Mitterrand durant dix ans. Jacques Attali est l’auteur de 67 livres vendus à 7 millions d’exemplaires et traduits en 22 langues[1]. Il qualifie Histoires de la mer[2], son dernier ouvrage, d’Histoire globale, car il est transversal dans le temps et dans l’espace.

Avant même d’ouvrir ce livre, une question survient : pourquoi les « Histoires » et non pas « l’Histoire » de la mer ? Au fil des chapitres, la réponse paraît évidente : la mer était déjà présente avant l’aube de l’humanité. Formée il y a 4, 53 milliards d’années, la Terre n’était que magma. Il y a 4,44 milliards d’années, de l’eau tomba sur le sol terrestre et se mélangea avec les minéraux contenus dans la lave pour former de l’eau salée[3]. Depuis sa création, la mer occupe 71 % de la surface planétaire, soit plus de 361 millions de km2 et 1,33 milliard de m3. À l’origine, il n’y avait qu’un seul océan puis, avec les mouvements des plateaux continentaux, les océans et les mers se formèrent progressivement. La mer étant à l’origine de la vie sur Terre, c’est en son sein que la première cellule vivante a été formée[4]. Selon Jacques Attali, la mer ayant survécu à cinq extinctions de la vie sur Terre, il ne fait aucun doute qu’elle subsistera à la disparition de la race humaine. En effet, en négligeant la mer l’humanité est en train de s’autodétruire.

 

La mer dans l’Histoire

Quelle que soit la période, la mer joue un rôle clé dans l’histoire et offre la prospérité aux peuples qui savent la maîtriser. Les premiers Hommes sédentaires s’installèrent à proximité des littoraux, car pêcher était essentiel à leur survie. Au fil de l’histoire, la domination maritime est partagée ou exclusive, ainsi beaucoup de pays ont vu leur drapeau flotter au-dessus de la mer, mais aucun n’a su conserver durablement sa puissance. Elle est conditionnée par le maintien d’une marine de guerre et de commerce influente : « Qui contrôle la mer contrôle le commerce. Qui contrôle le commerce contrôle le Monde »[5]. L’Histoire de la mer fut également marquée par les innovations : du simple radeau, l’humanité a su créer des navires à voiles, puis des paquebots à vapeur, pour aboutir au cargo consommant du pétrole. Au fil des siècles, la puissance maritime se déplace : de l’antiquité jusqu’à 1492 elle fut centrée en Méditerranée. Puis avec la découverte de l’Amérique, le Monde devint Atlantique. Quand la Seconde Guerre mondiale prit fin, le monde devint Pacifique du fait de l’influence de la nouvelle super puissance maritime, les États Unis, et de l’influence grandissante des pays asiatiques.

 

La mer, un espace stratégique

Pour un pays, la maîtrise des grandes routes maritimes est capitale[6]. Il en est de même pour celle des détroits et des canaux qui sont actuellement les théâtres de conflits importants.

C’est en mer que se joue la défense d’un pays, déterminant sa capacité de projection navale et sous-marine. L’auteur suggère qu’au moment où les terroristes comprendront les enjeux de la mer, celle-ci sera le prochain théâtre du terrorisme. Notons que cela est déjà le cas avec la multiplication des cyber-attaques à l’encontre des infrastructures portuaires et des navires. On peut également considérer la piraterie contemporaine comme une forme de terrorisme maritime. Du point de vue économique, la mer est le second secteur d’activité humaine, après l’agroalimentaire[7]. La mer est indissociable du phénomène mondial de « conteneurisation ». Le paquebot étant le moyen de transport le plus rentable[8], le tonnage annuel mondial a été multiplié par 4,2[9] entre 1970 et 2017. Actuellement, les pays dominant le commerce sont ceux qui ont eu la clairvoyance d’installer des structures portuaires adéquates.

 

La mer, un espace menacé

La « pression humaine » bouleverse les équilibres physiques et chimiques de la planète[10]. La mer, en tant qu’espace de croissance, est surexploitée. Elle est confrontée à la pêche de masse : le volume annuel de pêche est passé de 20 millions de tonnes en 1950 à 95 millions en 2016[11]. Elle doit aussi faire face au pillage de ses ressources : les gisements de pétrole[12], d’or, de cuivre, d’argent, de zinc et d’autres matériaux rares servant à la fabrication des smartphones. De plus, la mer est très polluée. Son pH s’est acidifié du fait de la pollution atmosphérique et des écoulements chimiques issus de l’industrie et de l’agriculture. Ainsi, chaque année, 20 millions de tonnes de déchets sont rejetées dans les mers et les lacs. L’écosystème sous-marin est la première victime de cette pollution, car l’équilibre bimillénaire de la chaîne alimentaire sous-marine est remis en cause.

 

Une mer de libertés

L’auteur envisage la mer comme étant le lieu de l’aventure, de l’audace et du choix. La liberté peut être religieuse, chaque religion concevant la mer de façon différente[13]. Jung, quant à lui, la perçoit comme « l’inconscient dont la raison libère »[14]. La mer génère également une « liberté créatrice collective »[15], tout homme pouvant être inspiré par sa beauté, à l’image des artistes, des écrivains, des réalisateurs… Elle est aussi la route empruntée par les migrants pour fuir la famine, la dictature ou la guerre ; tel un mirage de la liberté. Selon Jacques Attali, aucune nation totalitaire ne peut devenir durablement maritime, si elle n’est pas complètement ouverte aux flux maritimes[16] ; la difficulté du choix explique leur posture indécise. En 1609, le hollandais Grotius prôna l’idée d’une mer appartenant à tous : la mare liberum[17]. En 1982, les règles concernant le mode de partage actuel de la mer furent établies lors de la Convention de Montego Bay [18]. Enfin, l’exploitation de la haute mer, constituant 64 % des océans, est interdite.

 

« La Mer est le lieu de toutes les richesses, de toutes les promesses, la Mer que l’humanité a commencé à détruire et qui détruira l’humanité ».

Cette phrase illustre à merveille l’importance de la mer pour l’humanité[19]. Bien qu’il ne soit pas le premier à soulever ces problématiques, Jacques Attali lance une « bouteille à la mer ». L’heure est à la prise de conscience et chaque chiffre évoqué est un choc pour le lecteur. Selon lui, l’avenir de chacun dépend de la capacité de tous à défendre les valeurs inspirées par la mer[20]. Ainsi, il nous appartient de mettre en œuvre des solutions concrètes. Dans le douzième chapitre, l’auteur expose les siennes[21] à l’échelle des entreprises, des états et de la communauté internationale. Entre solutions possibles et utopies, l’auteur nous fait rêver d’une humanité meilleure dont le cœur serait la mer.

Lara Ladonne-Devillers (Master 2 Histoire)

______________________________________________________________________________

Ouvrage : Jacques Attali, Histoires de la mer, Paris, Fayard, 2017, 343 pages.

______________________________________________________________________________

[1] Source : http://www.attali.com/biographie/

[2] Jacques Attali, Histoires de la mer, Paris, Fayard, 2017

[3] Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 22.

[4] « La mer est le vaste réservoir de la nature. C’est par la mer que le globe a pour ainsi dire commencé, et qui sait s’il ne finira par elle », Jules Verne, Vingt Mille Lieux sous les Mers, cité dans Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 17.

[5] Dès l’antiquité les hommes avaient compris l’importance de la domination maritime. Mais en 1595, Walter Raleigh fut le premier à énoncer clairement cette idée.

[6] Notons qu’avec la fonte des glaces, de nouvelles routes seront bientôt praticables. Ainsi, les rapports de force entre les pays évolueront beaucoup dans les années à venir.

[7] Secteur dont elle fait également partie.

[8] Le transport maritime est cent fois moins coûteux que le transport aérien et dix fois plus économique que le transport routier.

[9] Il est passé de 2,6 milliards de tonnes en 1970, à 11 milliards en 2017, voir Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 173.

[10] Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 269.

[11] 40% des stocks halieutiques sont classés comme surexploités. Pourtant la quantité de pêche actuelle suffit à peine à la consommation humaine, Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 198.

[12] 30% de la production mondiale de pétrole provient des gisements sous-marins.

[13] Développement de la perception par religion, Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 205-211.

[14] Carl Gustav Jung (1875-1961), médecin psychiatre suisse, développe cette idée dans son ouvrage Les archétypes de l’inconscient collectif publié en 1935.

[15] Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 212.

[16] Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 210.

[17] Idée que les routes maritimes et les ressources de la mer appartiennent à tous les pays. Grotius  (1583‐1645), fut un juriste hollandais. Il fait partie des pères fondateurs du droit international public.

[18] Cette convention établit les fondements du droit maritime international. Elle stipule qu’un pays a le droit d’exploiter les 200 miles marins au large de son territoire. Par la suite d’autres lois furent établies. Malgré tout certaines zones, telle l’Arctique, sont conflictuelles car elles ne sont pas encore légiférées.

[19] Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 11. Cette citation résume aussi les 300 pages de cet ouvrage.

[20] Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 310.

[21] Jacques Attali, Histoires de la mer, op. cit., p. 289-307.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sebastian dit :

    très intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search