« Rodin : rencontres » – Camille Nicole

L’Aumônerie de l’École du Louvre organise un cycle annuel de conférences ayant pour fil rouge la rencontre entre deux artistes. Celles-ci offrent aux étudiants de l’École du Louvre et ceux d’autres facultés et universités l’opportunité de découvrir ou de redécouvrir les différentes étapes de ces rencontres artistiques, parfois déterminantes, sources de joie, ou de peine. Elles sont aussi l’occasion de faire la connaissance de professionnels du domaine de l’Histoire de l’Art, ayant eux-mêmes rédigé des ouvrages sur les sujets des conférences proposées.

Le mardi 9 octobre 2018, dans l’amphithéâtre Cézanne, les étudiants ont eu le plaisir d’entendre les propos de Madame Antoinette Le Normand-Romain, conservatrice générale du patrimoine pour la première conférence du cycle.

La responsable de l’Aumônerie de l’École du Louvre a ouvert la conférence en introduisant Madame Le Normand-Romain, conservatrice générale du patrimoine, spécialisée dans la sculpture du xixème et début du xxème siècle, notamment l’Œuvre d’Auguste Rodin. Ayant débuté comme conservatrice des musées nationaux en 1974, elle est devenue pensionnaire à l’Académie de France à Rome entre 1975 et 1976, et a ensuite exercé l’activité de conservatrice des sculptures du musée d’Orsay, à la création duquel elle a participé, pendant dix-sept ans. Elle a en parallèle tenu le rôle de responsables des sculptures du musée Rodin, et a finalement été nommée directrice générale de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) en juin 2006, place qu’elle aura tenue jusqu’en 2016.

Son exposé a duré une heure, de 18h30 à 19h30, et portait sur la rencontre décisive entre Auguste Rodin et Camille Claudel, muse, inspiratrice, et amante. Si elle n’a pas manqué d’évoquer le contexte de leur rencontre en 1882, Madame Le Normand-Romain s’est ensuite concentrée sur leur relation passionnelle et tumultueuse, semée de disputes et de séparations, de ses débuts à sa fin, mais considérée comme une source d’inspiration pour les deux artistes.

 

La rencontre entre Auguste Rodin et Camille Claudel : un professeur et son élève

Une rencontre peut parfois être un élément déterminant dans la carrière d’un artiste. Elle est surtout primordiale dans l’instauration de son processus créatif. Madame Le Normand-Romain rappelle ici qu’avoir un regard sur ces rencontres peut permettre d’apprendre de nouveaux aspects des formes et des pratiques artistiques de l’artiste.

C’est le cas pour celles d’Auguste Rodin (1840-1917), dont la vie fut marquée par deux rencontres, la première ayant entrainé la seconde. Vers 1880, il fait tout d’abord la connaissance d’Alfred Boucher (1850-1934), dont l’art se caractérise par le rejet de la sculpture officielle. Les deux artistes deviennent proches, et la confiance s’installe. Alors que Boucher obtient le prix du Salon en 1882, il confie à Rodin la direction de son atelier pour jeunes femmes, rue Notre-Dame-des-Champs à Paris. C’est dans cet atelier qu’il rencontre pour la toute première fois Camille Claudel (1864-1943).

Rodin s’éprend très vite d’elle, admirant son talent pour la sculpture et son assurance. Cette passion rapide se reflète dans quelques-unes de ses œuvres. C’est l’exemple de L’Éternel Printemps, exécuté vers 1884. « L’union lyrique » entre l’homme et la femme fait écho à l’amour grandissant entre les deux artistes, d’après Madame Le Normand-Romain. Inspirés tous deux par la Renaissance italienne, leur complicité commence à être visible dans leurs productions respectives.

 

Le contrat

Seulement, Camille Claudel ne conçoit pas cette relation de la même manière que Rodin. Elle considère qu’elle évolue trop rapidement, et qu’elle devient trop envahissante. C’est pour cette raison qu’elle part en Angleterre en 1886, dans l’espoir d’y voir un peu plus clair. Rodin tente de la rejoindre en vain, Camille Claudel refusant de le recevoir. Après une longue réflexion, elle revient en France, avec une idée en tête, celle de lui faire signer un « contrat ».

Était-ce un jeu, ou un document sérieux ? Antoinette Le Normand-Romain se le demande encore, ayant mieux compris la personnalité complexe de Camille Claudel à travers l’étude de sa vie et de ses œuvres. Dans ce contrat, qu’il finit par signer, Rodin s’engage à n’avoir qu’une seule élève, Camille Claudel bien évidemment. Il est impossible de savoir s’il s’agissait d’un acte de jalousie. Elle refusait la concurrence, et celle qui s’opérait au sein de l’atelier en faisait partie.

Dans le contrat, il est également stipulé que Rodin promet de lui offrir une figure en marbre, et des photographies d’elle, afin de la faire connaître dans le monde de l’art.

 

Galatée, symbole d’une fusion artistique et amoureuse

Le marbre ayant pour titre Galatée, produit par les mains de Rodin en 1887, serait la figure en marbre promise dans le contrat écrit par Camille Claudel, et s’inspirerait vraisemblablement d’une de ses terres cuites, La Jeune fille à la gerbe, réalisée la même année que Galatée. Cette dernière est caractéristique des productions de Rodin, par son aspect non fini et la position de la main de la jeune femme, repliée à son épaule. La Jeune fille à la gerbe emprunte elle aussi certains éléments emblématiques du sculpteur, lui-même inspiré de celui de Michel-Ange, notamment dans la reprise du geste du bras de Galatée. Les similitudes entre les deux rondes-bosses, à savoir cette gestuelle, la position assise de trois quarts, l’aspect non fini et l’élégance du port de tête de la jeune femme, démontrent que Rodin aurait pris pour modèle la terre cuite de Camille Claudel pour exécuter Galatée. Elle serait alors « un hommage à l’artiste et à la femme qu’il aime », selon les termes d’Antoinette Le Normand-Romain. La conservatrice va d’ailleurs plus loin dans le catalogue de l’exposition Camille Claudel & Rodin : la rencontre de deux destins, à la rédaction duquel elle a participé, en déclarant que Galatée, « traversée par un souffle passionné »[1], est le résultat de la volonté et de l’inspiration de sa muse. L’œuvre de Rodin serait un hommage à la fois à l’artiste, mais également à la femme qu’il aime.

Malheureusement, le marbre est la cause d’une dispute. Ce dernier et La Jeune fille à la gerbe auraient dû « symboliser l’union d’un couple »[2], du fait de leur ressemblance, de leur contexte de création et de leur unique lieu de conservation (l’atelier de Rodin), mais ils ont fini par être séparés, entrant dans deux collections particulières différentes. Galatée devient la propriété d’Eugeria Errazuriz, collectionneuse d’origine chilienne, connaissance du couple de diplomates Morla-Vicurã, dont Rodin avait fait le portrait de leur fille Luisa. Jalouse, Camille Claudel se serait sans doute disputée avec Rodin pour cette raison.

 

Une relation qui demeure prolifique, malgré l’adversité

Malgré cet événement, Camille Claudel est davantage présente dans l’atelier de Rodin. Alors qu’il lui confit le modelage des pieds et des mains de certaines figures de la Porte de l’Enfer, elle travaille seule sur un des groupes sculptés les plus importants de sa carrière, Sakountala, réalisé en 1888. Il représente la princesse hindoue Sakountala, se penchant amoureusement vers son amant le roi Dushyanta. La tête baissée, le bras tombant et le contrapposto de la princesse reprennent certaines spécificités de l’Œuvre de Rodin, et témoignent de la place importante qu’il occupe dans sa vie.

L’inspiration n’est pas à sens unique, puisque Rodin se sert lui aussi des productions de son amante comme base de ses propres sculptures, comme il l’a fait pour sa Galatée, à l’instar du groupe L’Éternelle Idole (vers 1890-1893), figurant le rapprochement d’un homme et d’une femme. L’étreinte amoureuse entre les deux personnages n’est pas sans rappeler celle de Sakountala et de Dushyanta, s’abandonnant dans les bras l’un de l’autre. Mais concernant l’œuvre de Rodin, c’est l’homme qui s’appuie sur la femme et non l’inverse. D’ailleurs, il embrasse le ventre de celle-ci. Selon Madame Le Normand-Romain, il s’agirait d’une allusion à la grossesse avortée de Camille Claudel. À nouveau, ce groupe sculpté est un double hommage de la part de Rodin à la femme qui a porté son enfant et à l’artiste.

La Valse de Camille Claudel est sans doute la création qui résume le mieux le bonheur que les deux artistes ont pu connaître, malgré les disputes. Exposée au Salon de 1893, elle reprend les thèmes fusionnels qui ponctuent les deux œuvres précédentes, les deux êtres sont emportés dans le tourbillon de la valse, accentué par le rythme des drapés.

 

La rupture

L’œuvre Clotho de Camille Claudel, datant de 1893, marque la rupture de celle-ci avec Rodin, et ouvre la deuxième période de sa carrière. Elle est la dernière œuvre réalisée dans l’atelier du sculpteur, juste avant leur séparation. Clotho est la plus jeune des trois Parques, qui décidaient de la destinée humaine. La confusion entre le fil de la vie et sa chevelure qu’on ne peut distinguer accentue la vieillesse et la misère de la figure.

C’est avec cette représentation qu’elle se détache réellement de Rodin, en présentant un rapport avec la vieillesse différent de celui de son ancien amant. En effet, elle utilise ce sujet mythologique pour mettre en avant l’aspect repoussant de la vieillesse. A contrario, Rodin montre la vieillesse de la façon la plus sincère possible, et ne voit pas cette étape de la vie comme étant repoussante. C’est le cas pour son bronze Celle qui fut la Belle Heaulmière, exécuté en 1888, qui est en fait un prétexte au défi de figurer la chair flétrie de la vieille femme, de la manière la plus réaliste et détaillée qui soit.

 

Camille Claudel, toujours présente dans l’esprit de Rodin

L’importance de Camille Claudel dans la vie de Rodin demeure intacte après leur rupture. Elle est encore pour lui une muse et une vectrice de création.

Selon Antoinette Le Normand-Romain, son marbre La Pensée aurait été réalisé sous l’influence de Camille Claudel. Inachevé, il aurait dû présenter un corps tout entier. Mais le hasard a fait qu’il n’a sculpté que la tête du personnage, laissant le bloc qui le soutient vierge. Ce choix artistique serait une réponse à la tête de Sakountala isolée, constituant le Psaume de Camille Claudel, datant de 1889-1893. Cette tête est devenue par la suite un objet de décoration, posée sur un socle. Rodin n’aurait-il pas voulu évoquer la même chose en faisant du bloc de marbre un piédestal pour la tête de son personnage ? C’est cette hypothèse que la conservatrice n’a pas hésité à avancer.

Il existe plein d’autres exemples qui témoignent de la part indispensable que Camille Claudel continuait à tenir dans la carrière de Rodin, malgré leur rupture.

 

Les dernières preuves d’amour

L’Âge mûr de Camille Claudel est sans doute le plus beau résumé de la relation entre celle-ci et Rodin. Bien qu’elle s’en soit éloignée, elle a toutefois continué à évoquer ce qui fut la passion la plus fusionnelle de sa vie à travers ses œuvres. C’est le cas ici. Un homme (sûrement Rodin) semble hésiter entre la vieillesse, symbolisée par Clotho, et la jeunesse, qui pourrait être une allusion à Camille Claudel elle-même. Dans la version en bronze de 1899, Rodin se dirige finalement vers la vieillesse. Mais selon les termes de Madame Le Normand-Romain, son âme s’envole lorsqu’il se sépare de la jeunesse, renonçant implicitement à son ancienne compagne. Cette œuvre dévoile la nature de leur amour : même s’ils étaient toujours amoureux, ils ont choisi de demeurer séparés. Mais leur rapprochement se manifestait par leur influence mutuelle.

En 1913, Camille Claudel est internée à l’asile de Montfavet. Rodin, pour lui rendre un dernier hommage, décide de faire fondre son Œuvre dont un de ses plâtres, Torse de femme accroupie, datant de 1885, qui montre encore une fois l’influence qu’a pu avoir Rodin sur sa façon de sculpter. D’après la conservatrice, elle se serait intéressée au thème de la figure partielle, emblématique de l’art de Rodin. Mais pour ce plâtre, le non finito ne serait pas voulu. Néanmoins, peut-être est-ce à cause de cet aspect inachevé que Rodin a choisi de faire fondre cette œuvre.

 

Conclusion

Antoinette Le Normand-Romain clôt son exposé par l’établissement d’un parallèle entre la relation de Rodin et Camille Claudel et celle du sculpteur Antoine Bourdelle (1861-1929) et son épouse et muse, Cléopâtre. Bourdelle était le maître de quatre-cents élèves, dont Cléopâtre, qui était son élève préférée. Il la rencontre en 1905, et tombe immédiatement amoureux d’elle. Malheureusement, l’artiste était alors déjà marié avec Stéphanie. Il décide de cohabiter avec les deux femmes, et quelques-unes de ses œuvres sont le résultat d’une telle fusion. Le portrait Pénélope de 1909, par exemple, présente le corps de Stéphanie, mais son visage est bien celui de Cléopâtre. Bourdelle se sépare finalement de son épouse, et se lie à Cléopâtre, qui devient sa seule et unique muse, jusqu’à la naissance de leur fille Rhodia. À sa mort et grâce à Cléopâtre et sa fille, s’ouvre le musée Bourdelle en 1949, réunissant les œuvres de son défunt mari. À nouveau, la relation que le sculpteur a entretenue avec sa maîtresse puis son épouse est à l’origine de sa réussite et de plusieurs de ses productions. Elle a même permis sa reconnaissance posthume.

Tout au long de son exposé, Madame Le Normand-Romain est parvenue à interroger son auditoire sur les véritables conséquences qu’une rencontre peut avoir sur une carrière artistique. En donnant des exemples précis, il était plus facile de s’imaginer les nombreuses influences qu’ont pu avoir les deux artistes l’un sur l’autre, d’un point de vue formel, artistique et symbolique. De surcroît, en ouvrant ses propos sur un autre couple, la conservatrice prouve l’importance d’une muse et/ou d’une amante dans le processus créatif d’un artiste, et ici d’un sculpteur. Les exemples foisonnent, et il aurait été impossible de tous les citer. C’est pourquoi évoquer un sculpteur contemporain à Rodin et Camille Claudel était fort judicieux.

Entre relation amoureuse et artistique, amour passionnel ou toxique, création et destruction, le lien qui s’épanouit entre deux artistes peut conduire à l’exécution d’une Œuvre prolifique, enrichie par son contexte.

Camille Nicole (Master 2 Histoire de l’art)

 

______________________________________________________________________________

Présentation du cycle de conférence “Rodin : rencontres”

______________________________________________________________________________

[1] Lacasse, Yves, Le Normand-Romain, Antoinette (dir.), Camille Claudel & Rodin : la rencontre de deux destins [cat.exp. Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, avec la collaboration de Paris, Musée Rodin, 26 mai – 11 sept. 2005], Paris, Hazan, Musée Rodin, 2005, p. 100.

[2] Ibid., p. 103.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search