“Les impressionnistes à Londres : Artistes français en exil, 1870-1904” – Vincent Granier-Villetelle

Au Petit-Palais, s’est tenue, du 21 juin au 14 octobre 2018, une exposition consacrée aux artistes français exilés à Londres de 1870 à 1904. Organisée en partenariat avec la Tate Britain, l’exposition regroupait 140 œuvres puisées dans les collections des musées français, américains et britanniques. Elle raconte l’histoire des artistes français, qui poussés par la ruine économique et la quête de nouveaux mécènes, cherchèrent refuge à Londres. Cependant, la rencontre entre ces exilés et la capitale britannique obligea ces derniers à appréhender leur travail sous un angle nouveau afin de s’adapter au marché d’art londonien et au goût britannique.

Camille Pissarro (1830-1903). Le Pont de Charing Cross, Londres, 1890. Huile sur toile. Washington, National Gallery of Art.

 

     La mise en exposition suit un parcours chronologique. En effet, dès ses premiers pas, le visiteur plonge dans une salle rouge consacrée aux stigmates de la guerre et de la Commune. La scénographie met en valeur une œuvre du néerlandais Siebe Johannes ten Cate, qui peignit en 1883, depuis le Carrousel, les ruines du palais des Tuileries. Puis, au fil du parcours, on devient témoin du quotidien des Français pendant la guerre avec notamment le tableau de Gustave Doré : Sœur de la charité sauvant un enfant. Épisode du siège de Paris. Vient ensuite une œuvre évoquant le rationnement de la population et le bombardement de Paris, mis en scène par Henry Dupray et René Gilbert. Cependant, en raison de l’affluence, il est parfois difficile d’approcher certaines œuvres. Toutefois, en fin de galerie, on peut apercevoir le fameux tableau de Meissonnier : Le siège de Paris qui célèbre l’héroïsme des défenseurs de Paris face aux troupes prussiennes.

Ensuite, dans une salle immersive, le visiteur « franchit » la Manche, par l’intermédiaire d’un écran incurvé, sur lequel est animé : Marine, effet de nuit de Monet. Il est ensuite plongé dans l’effervescence d’une gare londonienne grâce à des bornes d’écoutes. Dans une salle intitulée « Le cercle des futurs Impressionnistes », on découvre les premières œuvres de Monet en terre anglaise qui, de 1870 à 1871, peignit six vues des parcs londoniens telles que Hyde Park et Green Park. Ainsi que celles de Pissaro comme : Fox Hill, Upper Norwood, Dulwich College, des dessins de Dalou, des vues de la Tamise et de la cathédrale Saint-Paul par Daubigny.

 

     Dans les salles suivantes, on quitte l’impressionnisme pour la sculpture de Jean-Baptiste Carpeaux. Avec la chute du Second Empire et la diminution des commandes, il dû séjourner de mars à décembre 1871 dans le but de trouver de nouveaux clients. Il parvint ainsi à vendre des œuvres en marbre qu’il adapta au goût de ses clients. Hormis de brefs séjours pour suivre ventes et commandes, Carpeaux ne passa guère de temps à Londres. On peut apprécier ses bustes de Monsieur et Madame Turner ainsi que son autoportrait.

La salle suivante est nommée « James Tissot, l’anglophile ». De son vrai nom Jacques-Joseph Tissot, fils de marchand de drap, son goût pour les tissus transparait dans son œuvre. Installé dès 1861 à Londres, il rencontra un immense succès avec l’adaptation de sa production à un public adepte de scènes de genre. En effet, Tissot représenta la vie des salons londoniens avec la rigueur de l’étiquette victorienne. Sa superbe toile Bal sur le Pont, mêlant ambiance navale et événement mondain, rend parfaitement compte de son œuvre. Néanmoins, on peut se demander si Tissot a sa place dans une exposition consacrée à l’impressionnisme.

 

     L’exposition se poursuit avec Alphonse Legros. Établi à Londres dès 1863, il épousa une Anglaise avant d’adopter la nationalité britannique. Parmi les œuvres exposées, on peut apercevoir : Le Rétameur que j’ai beaucoup apprécié. Cette toile présente un ouvrier, au milieu de ses chaudrons, concentré sur sa tâche.

Puis on rencontre le travail de Jules Dalou spécialiste du modelage et ami de Legros. Il avait la particularité d’être un des proscrits de la Commune. Cependant, Dalou rencontra un vif succès à Londres puisqu’à partir de 1872 il exposa ses œuvres à la Royal Academy. Était exposé entre autres le Buste de George Howard et Paysanne française allaitant. Finalement gracié en mai 1879, il revint en France et ne repartit jamais à Londres.

 

     Le visiteur est ensuite conduit vers une petite salle nommée « Portraits croisés » où sont réunis les portraits échangés entre artistes français exilés à Londres. On peut observer un large éventail de tableaux mais aussi de sculptures comme le buste de Legros par Dalou. Les commissaires avaient pour intention de mettre en lumière les réseaux de solidarité entre artistes français exilés.

Dans la dernière partie de l’exposition, on retrouve des peintres impressionnistes. D’abord avec une salle intitulée Pissarro et Sisley, retour à Londres. Pissaro revint souvent à Londres après 1871 où il rencontra enfin le succès. Pendant ses séjours londoniens, il peignit le Jardin de Kew, Kew Green et Le Pont de Charing Cross. Enfin on retrouve Monet, qui malgré son premier échec, revint à Londres en 1899. Pendant son séjour, il délaissa les parcs londoniens pour l’atmosphère humide et polluée des alentours du parlement britannique. La visite s’achève avec les peintures de Derain qui rendit hommage à Monet en choisissant les mêmes motifs et les mêmes bâtiments londoniens mais avec des couleurs fauves. Encore une fois, on est très éloigné de l’impressionnisme.

 

     Les impressionnistes à Londres : Artistes français en exil, 1870-1904 offre un large éventail d’œuvres. La scénographie de chaque salle est soignée en particulier grâce aux panneaux didactiques qui donnent, pour chaque artiste, des éléments biographiques et qui, de plus, les situent dans le contexte de l’époque. En revanche, on peut regretter que contrairement à son titre, l’exposition ne fusse pas exclusivement consacrée aux impressionnistes. Elle aurait pu simplement s’intituler Artistes français en exil à Londres.

 

Vincent Granier-Villetelle (M1 Histoire)

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Caroline Corbeau-Parsons (dir.), Les impressionnistes à Londres : artistes français en exil, 1870-1904, cat. expo. (Londres-Paris, 2017-2018), Paris, Paris musées, 2017, 271 pages.

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search