“Fashioned from Nature” – Marie-Amélie Muriel

 

« Si nous savons de quoi sont faits nos vêtements et où ils sont produits, nous pouvons faire de meilleurs choix. »

Edwina Ehrman

 

      Depuis le 21 avril, le Victoria & Albert Museum affiche les liens qui unissent entre mode et nature. Avec le soutien de la Confédération européenne de Lin et de Chanvre – CELC, le directeur du musée, Tristram Hunt, et la commissaire de cette exposition, Edwina Ehrman, présentent un évènement engagé autant qu’esthétique. Pour citer le directeur, « Fashioned from Nature n’est pas seulement un hommage à la versatilité et à l’influence durable du monde naturel, mais aussi un rappel crucial et à propos pour chacun d’entre nous à reconsidérer le contenu de nos garde-robes. »[1]

Sur deux étages de murs blancs, l’exposition montre au long d’un parcours chrono-thématique comment la nature a fait la mode[2], dans ses matériaux comme dans ses formes et ses motifs. Le rez-de-chaussée raconte la mode anglaise depuis le XVIe siècle jusqu’au XIXe, au long des matériaux qui habillent alors l’Europe, et de leur processus d’industrialisation progressive de la mode. Le premier étage met en scène les XXe et XXIe siècles. C’est là que l’engagement rejoint l’Histoire. Non contente de souligner le travail de quelques créateurs contemporains fortement influencés par le monde naturel, à l’image de Christian Dior et d’Alexander McQueen, l’exposition cherche désormais à éveiller la conscience du public : quel est l’impact de la création textile sur l’environnement ? Quelles « solutions en cours de développement » [3] pour le minimiser ? Au public consommateur de réaliser alors qu’il est également acteur de ce changement souhaitable.

     Chronologiquement, Fashioned from Nature écrit en quatre chapitres l’histoire de la mode en Grande-Bretagne : 1600-1800, 1800-1900, 1900-1990, et 1990 à aujourd’hui. Il s’agit de proposer une « description de l’organisation de l’industrie de la mode, [de] l’élargissement de sa base de consommateurs et [de] sa croissance due à l’adoption de nouvelles technologies »[4]. Tout ceci complété par des études d’objets issus de la collection du V&A pour révéler les questions clés. Edwina Ehrman ajoute l’image à la parole grâce à des éléments audiovisuels (enregistrements audios de cris de baleines et de mouettes, interviews et vidéos de différents acteurs du monde de la mode) et des inscriptions murales (citations et statistiques) qui facilitent la compréhension d’une installation par ailleurs épurée.

Parlons même d’une scénographie clinique : nous déambulons dans un espace immaculé où des vitrines viennent donner à l’ensemble une allure de labo de la mode. L’escalier qui mène au premier étage débouche lui aussi sur une verrière. Et là, au-delà de créations résolument contemporaines signées Jean-Paul Gaultier par exemple, le visiteur devine l’architecture victorienne du Victoria & Albert Museum… Contraste garanti.

     La géopolitique aussi traverse l’histoire des modes fabriquées et portées en Angleterre entre 1600 et 1900. Si la France règne alors en maîtresse sur le goût pendant cette période, l’Angleterre entend rivaliser, et elle participe largement à l’industrialisation de la création textile en Europe et au-delà. Parce que « le soleil ne se couche jamais » sur l’Empire britannique, celui-ci favorise l’introduction en Occident de nouveaux matériaux, comme le cachemire, qui bouleversent progressivement le système de valeurs préétabli par la demande.

Robe de jour en mousseline décorée d’ailes de scarabée, 1868-1869, Londres, Victoria & Albert Museum © Victoria and Albert Museum, London

Les motifs se diversifient également : si le XVIe siècle imite les modèles naturels, le XIXe les stylise. En témoigne une robe en mousseline ornée de fougères en ailes de scarabée, datée de 1868-1869.

L’usage de fourrures et plumes animales dans la mode anglaise date du XIXe siècle. L’industrialisation croissante du textile a permis l’amélioration des traitements de la fourrure. Ainsi, de nouvelles formes peuvent apparaître, comme le manteau ou le manchon.

Dès 1824 naît à Londres une Société de Prévention contre la Cruauté animale (SPCA)[5]: Pour une Ethique dans le Traitement des Animaux (PETA) n’a rien inventé. Des mouvements similaires apparaissent en faveur de la flore, menacée par la demande croissante de production, par l’usage du caoutchouc, de teintures et de textiles artificiels, et par la pollution rapide de l’air et de l’eau. De cette prise de conscience collective naît un ensemble de lois ainsi qu’une réflexion sur la moralité nouvelle de l’industrie de la mode.

 

     Tandis que nous montons vers le XXe siècle, nous en apprenons davantage sur la diffusion de l’englishness, cette vie rurale si britannique qui se développe entre les deux guerres mondiales et qui s’intensifie dans les années cinquante. Le goût pour la campagne donne lieu au retour en grâce des tissus en laine, à commencer par le tweed, si bien modernisé par Dame Vivienne Westwood.

La génération suivante vient aussi contester la place de Paris comme capitale mondiale de la mode. La presse lance ces nouveaux leaders, impose leurs nouveaux visages : les mini-jupes de Mary Quant voisinent les pantalons en denim bleu signés Levi’s, et les robes en corolle de la Princesse Margaret, signées Christian Dior. Deux sacs à main côte-à-côte, l’un en cuir de crocodile, l’autre en plastique Tacel, illustrent l’éclectisme de la mode anglaise du XXe siècle, quand de nouvelles fibres synthétiques apparaissent, en même temps que grandissent les préoccupations environnementales. Quelle meilleure introduction à la création contemporaine !

     Dans les vitrines, des mannequins blancs comme les plafonds de plâtre arborent des t-shirts Katharine Hamnett sur lesquels des slogans appellent à la fin du gaspillage textile et à l’abandon des produits chimiques toxiques. Ils renvoient à la guerre ouverte menée contre le consumérisme de masse et, surtout, à l’émergence d’une génération de créateurs engagés et déterminés à faire changer les choses, à redorer le blason de la mode jugée superficielle, transitoire, esclavagiste et nocive pour l’environnement. Deux inscriptions murales nous apprennent qu’entre 2000 et 2014, la production mondiale de vêtements a doublé, et qu’un seul vêtement réalisé de nos jours peut contenir jusqu’à huit mille traces chimiques. Se révèle le paradoxe de l’industrie de la mode aujourd’hui : si elle a conscience de sa responsabilité dans la menace écologique actuelle, elle ne ralentit pour autant jamais sa production. La fast fashion portée par des enseignes comme Zara ou Primark répond au consumérisme occidental tandis que les écoles de stylisme sensibilisent leurs étudiants aux perspectives sociales, environnementales, culturelles et économiques de la création textile.

Comme en point d’orgue, la dernière vitrine de Fashioned from Nature rend hommage à cette nouvelle génération, qui cherche et découvre des solutions techniques. La London School of Fashion dévoile ainsi une robe en fibres artificielles tissées à partir de feuilles d’ananas, tandis qu’un ensemble Stella McCartney éclaire la volonté de transparence et de traçabilité de la styliste, figure de proue d’une haute-couture responsable.

Calvin Klein, Robe en bouteilles plastique recyclées portée par Emma Watson au MET Gala, 2016 © Matt Baron/REX/ Shutterstock

     Nous redescendons les marches, le regard pris par la robe noire et blanche que Calvin Klein réalisa pour Emma Watson lors du Met Gala 2016. Cette tenue de soirée, soie de bouteilles plastiques recyclées, magnifie l’invitation du Victoria & Albert Museum à « placer la nature et l’équité humaine au cœur de la conception de la mode », dont les « pratiques changent radicalement en intention et en apparence. »[6]

 

 

 

« Tout ce que je fais est connecté à la nature, d’une façon ou d’une autre. », Alexander McQueen

 

Marie-Amélie Muriel (Master 2 Histoire de l’Art)

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Edwina Ehrman (dir.), Fashioned from nature, cat. expo. (Londres, 2018-2019), Londres, V&A, 2018, 192 pages.

______________________________________________________________________________

[1] Edwina Ehrman (dir.), Fashioned from nature, cat. expo. (Londres, 2018-2019), Londres, V&A, 2018, p. 9.

[2] Cf. titre de l’exposition

[3] Edwina Ehrman (dir.), Fashioned from nature, op. cit., p. 11.

[4] Ibidem.

[5] SPCA : Society for the Prevention of Cruelty to Animals, in Edwina Ehrman (dir.), Fashioned from nature, op. cit., p. 62-105.

[6] Williams, Dilys, in Edwina Ehrman (dir.), Fashioned from nature, op. cit., p. 148-179.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search