« Magiques Licornes au musée de Cluny » – Alexia Bry

 

La licorne est une bête aux origines millénaires, mentionnée et décrite dans les textes d’auteurs de l’Antiquité tels Aristote, évoquant une créature à une seule corne (unicornis). Pour nous, la licorne est un animal mythique qui doit sa création au Moyen Âge et dont la renommée s’étend jusqu’à nos jours, où elle est devenue un objet commercial aux couleurs arc-en-ciel. L’exposition « Magiques Licornes » qui se tient au Musée national du Moyen Âge depuis le 14 juillet 2018 et qui a fermé ses portes le 25 février 2019 exprime deux buts : le premier est de montrer au visiteur l’image de la licorne au XVe et au XVIe siècle et le second est de présenter le thème de la licorne de la fin du XIXe siècle à nos jours.

 

______________________________________________________________________________

C’est à partir du XIIe siècle que l’on retrouve des illustrations de licornes dans les bestiaires. L’animal est représenté avec un corps rappelant celui du cheval ou de la chèvre avec une grande corne frontale : cette dernière est en fait une dent de narval. [1] À partir du XIIIe siècle, la licorne, devenant de plus en plus présente, est citée dans la littérature, dans les écrits scientifiques, religieux et allégoriques.

 

Fig.1. Dits moraux pour faire tapisserie, Paris, Bibliothèque nationale de France, Français 24461, f.67.

Naissance du mythe de la licorne : l’exposition commence ainsi. Le visiteur apprend que les princes du XVIe siècle collectionnaient des dents de narval car prises pour des cornes de licornes. En plus d’une dent de narval[2] présentée dans sa totalité, de nombreuses images de manuscrits illustrent la licorne. Cette dernière peut symboliser un animal purificateur : songeons à l’image de la licorne trempant sa corne dans une fontaine à laquelle les animaux viennent s’abreuver.

Dans l’iconographie religieuse, nous retrouvons l’image de la bonne et de la mauvaise licorne. Elle peut être assimilée au Christ, car pure et sans péché. On la retrouve dans des illustrations d’Annonciation, ainsi que dans des tapisseries, peintures et enluminures.[3] Songeons à l’aquamanile présenté : la licorne n’a pas été choisie par hasard, car elle purifie l’eau pour se laver les mains lors des actions liturgiques. Quant à la mauvaise licorne, c’est un animal menaçant. Nous pouvons penser à l’illustration de saint Antoine qui est assailli par un lion et une licorne.[4]

Le symbole de la licorne est également à mettre en rapport avec la femme : comme l’animal est symbole de pureté, il devient le symbole de la chasteté par excellence. Ceci peut donc expliquer l’association que l’on retrouve entre la licorne et la figure de la Vierge.

 

Fig. 2. La Dame à la licorne : A mon seul désir, Paris, musée de Cluny, musée national du Moyen Âge, Cl.10834.

La seconde partie de l’exposition se trouve dans la salle exposant la tenture de la Dame à la licorne, accueillit au musée de Cluny en 1882. [5] Sur chaque œuvre, nous pouvons voir, sur un fond rouge semé de fleurs et d’animaux, une dame encadrée par des animaux porteurs d’armoiries : un lion et une licorne.[6] Chaque tapisserie représente un sens : le Toucher, le Goût, l’Odorat, l’Ouïe, la Vue. La dernière œuvre est intitulée À Mon Seul Désir, grâce aux mots brodés sur le pavillon bleu à flammes d’or au centre de la tapisserie.

 

Si la licorne est, de nos jours, un véritable phénomène contemporain, elle influença également le XIXe et le XXe siècle. Le visiteur a ainsi l’opportunité d’admirer des costumes du Ballet de la Dame à la licorne de Jean Cocteau. La salle se focalise sur la licorne contemporaine avec des œuvres de l’art contemporain. Une peau de licorne en laine et porcelaine orne le sol au centre de la salle[7] ; au fond, l’on retrouve la tenture de la Dame à la licorne, mais une tenture floue, où les formes et les couleurs se fondent. Il s’agit de l’œuvre de Claude Rutault[8]. On est bien loin de la licorne médiévale ; la licorne contemporaine fait rêver, elle aguiche l’artiste et stimule son imagination.

 

Pour conclure, la licorne n’a pas fini de faire parler d’elle. L’exposition « Magiques Licornes » est intimiste, petite par sa taille, mais grande par sa composition et illustre la place de la licorne en parvenant à transmettre au visiteur toute la symbolique qui l’entoure.

La licorne est bien plus qu’un quadrupède cornu. C’est un symbole de pureté auquel on prêtait des pouvoirs fascinants. Elle a inspiré les artistes médiévaux et l’on retrouve ainsi l’animal sur des enluminures, sur des objets liturgiques ou encore brodés sur des tapisseries.

Enfin, la licorne est, de nos jours, un véritable phénomène. L’animal semble intemporel, car il suscite toujours l’intérêt des créateurs du monde entier. « Magiques Licornes » nous démontre cette universalité sans pour autant s’attarder sur la licorne commerciale. La société homosexuelle l’a d’ailleurs choisie comme symbole de reconnaissance à la fin du XXe siècle. La popularité de l’animal apparaît sans limites.

 

Alexia Bry (M1 Histoire)

 

______________________________________________________________________________

Album de l’exposition : Élisabeth Taburet-Delahaye, Béatrice de Chancel-Bardelot, La Dame à la licorne, Paris, Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2018, 113 p.

______________________________________________________________________________

 

Notes :

[1] Élisabeth Taburet-Delahaye, Béatrice de Chancel-Bardelot, La Dame à la licorne, Paris, Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2018, p.89.

[2] Corne de narval provenant du trésor de l’abbaye de Saint-Denis. Paris, Musée de Cluny (Musée national du Moyen Âge), Cl. 20202.

[3] E. Taburet-Delahaye, B. de Chancel-Bardelot, La Dame à la licorne. op.cit., p. 91.

[4]Manuscrit enluminé par Evrard d’Espinques, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, ms Français 6448, f.45v.

[5] E. Taburet-Delahaye, B. de Chancel-Bardelot, La Dame à la licorne. op.cit., p. 15.

[6] Ibidem, p.23.

[7] Nicolas Buffe, atelier P. Gouillot, Aubusson, Centre de recherche sur les arts du feu et de la terre, Limoges, Peau de licorne, laine et porcelaine, 2010. Aubusson, Cité internationale de la Tapisserie, 2011.1.1. 0.

[8] Claude Rutault et les ateliers du Mobilier national, Beavais, La Dame à la licorne, 2016-2018. Paris, collection du Mobilier national.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search