« Cinq sens. Un écho à la Dame à la Licorne » – Naomi Rieu-Helft

 

L’exposition intitulée « Cinq sens. Un écho à la Dame à la Licorne » se déroule du 23 mars 2019 au 20 août 2019 au musée de Cluny, 28 rue Sommerard à Paris (75005). Il s’agit d’une exposition temporaire présentant une cinquantaine d’œuvres.

______________________________________________________________________________

 

Fig. 1. Affiche de l’exposition.

     Au Moyen Âge, chaque sens, du toucher à la vue, a sa fonction, spirituelle comme matérielle. Cette exposition présente un certain nombre d’œuvres pour apporter un regard nouveau sur l’art médiéval. En premier lieu, il faut noter que les traités médiévaux qui étudient les cinq sens et les hiérarchisent, du plus corporel au plus noble, sont nombreux.

     En parcourant les différentes salles de l’exposition le visiteur découvre ainsi des œuvres allant des tapisseries aux enluminures ainsi que des sculptures ou des pièces d’orfèvrerie qui représentent les différents sens et leurs symboles. Grâce à la diversité des collections du musée de Cluny, on peut par exemple observer une valve de miroir datée de la première moitié du XIVe siècle représentant une scène du célèbre mythe médiéval Tristan et Iseult lorsque les deux amoureux se retrouvent dans le verger. Cet objet très détaillé peut être associé au sens de la vue. Pour une représentation de l’ouïe, l’œuvre que l’on peut retenir est celle de l’Ange musicien. Cette sculpture autrichienne datée du XVe siècle et est une illustration de l’art de la musique. Le sens du goût est notamment mis en scène dans l’exposition à travers la plaque d’une châsse venant d’un encadrement où est représenté le repas chez Simon. Elle a été réalisée à Limoges au milieu du XIIIe siècle.

     Enfin, au bout de ce circuit, on peut découvrir ou redécouvrir les six célèbres tapisseries de la Dame à la licorne. Elles ont été tissées autour de 1500 sur un fond rouge avec pour décor sur le thème de la nature. Toutes ces tentures ont une caractéristique commune, celle de représenter une flore abondante et un bestiaire où l’on retrouve des singes, des chiens, des lapins ou encore des hérons. De plus, on trouve une licorne qui est soit actrice sois spectatrice de la scène qui s’y déroule. Elle est systématiquement accompagnée d’un lion et porte sur chaque scène les armoiries de la famille Le Viste, mécène de l’œuvre. Ces tapisseries ont par la suite été acquises en 1882 puis restaurées en juillet 2018. Considérées comme un grand chef d’œuvre occidental de l’époque médiévale, elles sont une allégorie des différents sens : Le toucher, Le goût, L’odorat, L’ouïe, La vue. La sixième tapisserie intitulée À mon seul désir est une représentation plus particulière. Elle met en image une sorte de « sixième sens ». Ainsi beaucoup de chercheurs comme Albert Franck Kendrick, Jean-Pierre Jourdan ou encore Jean-Patrice Boudet ont émis des hypothèses sur sa signification. Il pourrait s’agir d’une représentation de l’amour et de l’amour courtois, existant depuis le XIIe siècle dans la littérature médiévale. Cela pourrait également être une représentation codée de l’amour mettant l’accent sur le lien de vassalité qui lie le chevalier à la dame qu’il sert. Enfin, il pourrait désigner un exemple d’illustration du « libre-arbitre ».

 

     Cette grande variété d’œuvres présentées dans cette exposition témoigne de l’importance accordée aux sens au Moyen Âge et amène les visiteurs à se questionner : Comment et pourquoi représente-t-on ces cinq sens dans l’art médiéval ? Quelles sont les fonctions et les enjeux de ces représentations dans la société médiévale ?

      Nous pouvons constater durant notre visite deux orientations sur la manière et les objectifs poursuivis par les représentations des cinq sens à l’époque médiévale. Nous allons également essayer de comprendre comment ces œuvres d’art médiévales vont permettre d’illustrer une nouvelle façon d’envisager l’humain au Moyen Age en insistant sur ses sentiments, ses ressentis et sa spiritualité.

     La question des cinq sens au Moyen Âge et dans les périodes suivantes suscite toujours de vifs débats tel que celui exposé dans le livre de Olga Duhl, Jean-Marie Fritz intitulé Les cinq sens entre Moyen Âge et Renaissance : enjeux épistémologiques et esthétiques [1] publié en 2016 ou Les cinq sens de la ville, du Moyen Âge à nos jours [2] de Robert Beck, Ulrike Krampl et Emmanuelle Retaillaud-Bajac publié en 2013. Cette question est aussi étudiée en sciences humaines et en anthropologie, par l’étude des émotions et des affects.

 

       En parcourant l’exposition et en observant les diverses œuvres présentées, on comprend petit à petit l’enjeu des sens au Moyen Age et la nouvelle manière de réfléchir sur leurs conséquences dans la société à travers l’art et la littérature.

     Les sens, sensi en latin, sont la faculté d’éprouver des sensations et de les interpréter. Depuis l’Antiquité, on classe les sens de façon hiérarchique. Au nombre de cinq, ils sont classés dans un système légué au Moyen Age par Aristote dans son De anima. Pour lui et pour les savants qui s’inspirent de son raisonnement, les sens jouent un rôle dans le couple corps/âme dont hérite également l’anthropologie médiévale. Ils vont être en relation avec l’âme qui détient cinq facultés comme le sens commun ou l’imagination qui assure notre perception. On va les classer afin de comprendre dans quelle mesure les sens vont permettre aux hommes d’avoir la faculté d’appréhender le matériel ou l’immatériel. Par exemple Thomas d’Aquin explique dans son commentaire du De anima la hiérarchie des sens développée dans ce texte. Il va montrer que le sens de la vue est le sens le plus « haut » c’est-à-dire le plus spirituel tandis que le toucher, le sens le plus « bas ». Chez les humains le sens est plus développé que chez les autres animaux et il joue un rôle important de soutien de l’intellect [3]. La hiérarchie des sens reproduit ainsi les degrés de connaissance que chacun d’eux permet d’atteindre.

 

      Au Moyen Age, les cinq sens n’étant pas seulement le propre de l’homme, mais plus largement, du vivant, il existe une manière de les penser aussi par rapport au reste de la Création, en particulier les animaux, et de déterminer ainsi leur valeur. Ainsi Neckam un religieux et encyclopédiste du XII-XIIIe siècle nous donne une première définition des cinq sens dans le second livre de son encyclopédie avec le chapitre De l’homme [4]. Pour lui, ils doivent avoir un savoir spéculaire c’est-à-dire symbolique qui s’ajuste à la nécessité divine. Il les rattache aux quatre éléments : le feu, l’air, l’eau et la terre et articule ainsi la conception des cinq sens avec la structure élémentaire du monde. Il présente l’homme comme un « arbre à l’envers » [5] afin de souligner d’emblée la dualité de l’âme et du corps : les cheveux symboles des pensées sont, dit-il, les racines qui doivent lui rappeler son origine céleste. Puis il affirme que l’homme est un être composite. Le toucher, tactus, est soumis à la terre. Il n’a pas d’organe de référence, puisque la sensation tactile est dans l’ensemble du corps, toutefois dit Neckam, l’organe le plus proche de ce sens serait la paume de la main. La vue, visum, est le sens le plus noble, à partir duquel se définissent tous les autres. Il représente l’élément du feu qui occupe la place la plus haute dans le ciel. Le second sens noble, l’ouïe, auditus, est quant à lui aérien, occupant parmi les sens la place seconde en hauteur, comme l’air est le second élément après le feu. En revanche l’odorat, olfactus, et le goût, gustus, sont, comme le toucher des sens moins « purs », du fait qu’ils présentent une structure mélangée. L’odorat et le goût sont en partie aérienne, en partie liquide.

     Il y a donc différentes manières de comprendre ces cinq sens, ce qui explique leur présence dans les différents écrits et arts du Moyen Âge visible dans l’exposition. Par exemple, la sculpture l’Ange musicien est datée du XVe siècle et est une illustration du sens de l’ouïe. Tous les genres littéraires tels que la poésie, le roman, le théâtre s’y intéressent, de façon sérieuse ou parodique. Le registre allégorique fonde sa poétique sur les correspondances entre monde sensible et intelligible. Quant aux arts, la vue et l’ouïe engendrent à elles seules respectivement les arts figurés avec la sculpture par exemple ou la musique.

     Pour les moralistes et les théologiens les cinq sens sont ambivalents. Ils sont aussi le point de départ d’une perception qui peut mener à Dieu. Ils permettent de penser aux différents champs de l’activité humaine. Les Pères de l’Eglise comme Origène, Grégoire de Nysse, saint Bernard de Clairvaux ont repris cette interprétation pour comprendre les enjeux de ces sensations. D’après eux, il y a cinq sens spirituels qui permettent d’élever l’homme à la conscience métaphysique c’est-à-dire à la connaissance du monde, des choses et à l’amour de Dieu qui existent « au-delà » et indépendamment de l’expérience sensible et quotidienne. Il existe cependant un domaine artistique où la culture cléricale et la culture laïque se rejoignent : la tapisserie.

 

     C’est en arrivant vers la fin de l’exposition que nous découvrons cet art avec les grandes tapisseries de La Dame à licorne. Elles illustrent l’évolution de la manière de penser l’art et la littérature courtoise et nous montre l’influence de ce qu’on nomme comme étant le « sixième sens ». C’est ce sixième sens, siège de passion et du désir, mais aussi de l’âme, de la vie morale et du libre arbitre, qui pousse la jeune femme de la tapisserie de Cluny à déposer son collier et à renoncer aux illusions générées par les cinq autres sens. Le geste de la dame de la sixième tapisserie de Cluny qui dépose le collier qu’elle portait sur les cinq autres tentures semble bien exprimer un renoncement. Selon Jean Patrice Boudet, professeur d’histoire médiévale à l’Université d’Orléans, la pièce de conclusion de la série de la Dame à la licorne est une allégorie du cœur, tel qu’il est conçu par le Doctrinal aux simples gens rédigé par un auteur anonyme mais qu’on sait proche de Jean Gerson. La conception de Jean Gerson exprime mieux encore cette idée du sixième sens.

     Les différentes œuvres présentes illustrent donc la vision médiévale des cinq sens et son évolution au fil du temps. C’est cette évolution qui a permis aux hommes de l’époque de réfléchir sur eux-mêmes. Il apparaît ainsi une nouvelle théorie sur les sens désignée comme le « sixième sens ». Cette idée est développée dès l’époque médiévale notamment par Jean Gerson. Elle se situe dans le cœur et concerne le registre de l’amour et du ressenti plus profond c’est-à-dire spirituel qui va ainsi définir la société de cette époque. L’importance de ces sens est d’autant plus visible à la fin du Moyen Age grâce à la littérature courtoise. Cette exposition ne permet donc pas seulement de réfléchir sur les sens et la manière de les représenter à l’époque médiévale ou d’essayer de comprendre comment ces œuvres d’art médiévales traduisent la société médiévale. Il s’agit également de montrer une nouvelle manière de penser beaucoup plus orientée sur le sentiment, les sensations, l’humain et sa spiritualité et qui perdurera après le Moyen Age.

 

Naomi Rieu-Helft (M1 Histoire)

 

______________________________________________________________________________

Notes : 

[1] Olga Duhl et Jean-Marie Fritz, Les cinq sens entre Moyen Âge et Renaissance : enjeux épistémologiques et esthétiques, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2016, 186 p.

[2] Robert Beck, Ulrike Krampl, Emmanuel Retaillaud-Bajac, Les cinq sens de la ville, du Moyen Âge à nos jours, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2013, 398 p.

[3] Sentencia Libri De anima, II, XXII, Opera Omnia, éd. Léonine, XLV. 1, Rome-Paris, 1984, p. 159.

[4] De Naturis rerum, II, 152

[5] Ibidem. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search