« Autour des Ivoires du Moyen Âge. Collectionner, étudier, publier » – Sophie Juvin

 

Journée d’étude : « Autour des Ivoires du Moyen Âge. Collectionner, étudier, publier » dans le cadre des Rencontres du Musée de Cluny, Mardi 26 mars 2019, Auditorium de l’Institut finlandais, rue du Sommerard à Paris

Célébrer la séduction de la matière et la qualité d’un art, tel est l’objectif de cette journée d’étude, qui rend hommage aux collectionneurs et chercheurs.


 

     Cette journée d’étude sur les ivoires du Moyen Âge associant des chercheurs et des spécialistes européens fut organisée à l’occasion de la parution du somptueux catalogue Gli avori del Museo Nazionale del Bargello[1] de Florence. Un tel ouvrage était attendu depuis longtemps il représente le fruit de plusieurs années d’études approfondies sur l’ivoire, cette matière osseuse qui constitue les défenses d’éléphant ou encore celles du morse. L’ivoire est considéré comme étant un matériau rare et précieux par la société médiévale, utilisé aussi bien pour des objets liturgiques que profanes. Il révèle par son esthétique, la puissance des commanditaires. Nous observons une tradition quasi ininterrompue de sculpture sur ivoire, qui s’étend des empires romain et byzantin jusqu’à la fin du XIVe siècle. À partir de 1250, Paris devint le centre de production destiné à la dévotion privée[2].

Ce travail raffiné est exposé à travers les pages de ce catalogue, mais également tout au long de cette journée d’étude. Les prémices de ce projet ont émergé en 2011, pour débuter en mars 2015 où il fut décidé que l’historienne de l’art Danielle Gaborit-Chopin s’occuperait de la présentation des projets du catalogue. C’est ainsi que de nombreux professionnels ont travaillé ensemble sur l’étude de ces ivoires ; ils pouvaient en moyenne sur une période de deux/trois semaines étudier une soixantaine d’ivoires.

 

     Madame Ilaria Ciseri[3] a introduit la présentation du nouveau catalogue publié en fin d’année dernière. La collection du Musée du Bargello [4] a vu le jour grâce à l’initiative d’un collectionneur d’objets d’art français, Louis Carrand[5], au XIXe siècle ; elle s’enrichit durablement au XXe siècle. L’ouvrage richement illustré se compose de trois catalogues, regroupant deux cent cinquante-sept ivoires, deux cent vingt-six notices et douze chapitres, ordonnés selon un classement chronologique tempéré par un système de classement typologique.

     Benedetta Chiesi[6] et Danielle Gaborit-Chopin ont exposé les ivoires gothiques et des temps modernes des XIIIe-XVe siècles. Cette collection est la plus importante du catalogue, rassemblant soixante-sept pièces, venues d’Italie, de France ou encore d’Allemagne. Au cours de la deuxième moitié du XVe siècle, les thèmes de la fantaisie, de l’amour courtois et de la chevalerie sont représentés dans l’Art et notamment sur les ivoires. Au Moyen Âge, on utilisait soit de l’ivoire de morse, soit celui d’éléphant. Tout en retraçant l’Histoire des ivoires, elles ont montré et commenté quelques-unes des pièces essentielles de la collection par exemple l’Olifant offert par le roi de Norvège à Philippe III Le Hardi[7]. Mais également la Crosse d’Yves de Chartres[8] qui fut acquise par Carrant en 1842 ou bien encore la Tau[9], bâton composé de vingt-quatre losanges perlés, chacun illustré par une scène comme les arts libéraux.

     Madame Alessandra Squizzato[10] et Madame Francesca Tasso[11] ont complété la présentation du Gli avori del Museo Nazionale del Bargello, nous faisant connaître la collection du Trivulzio[12] de Milan. Les Trivulzio sont une famille nobiliaire qui a collectionné de nombreux objets, aujourd’hui elle a créé deux fondations et mit à disposition du public leurs archives. Les chercheurs y ont retrouvé beaucoup de documentation, de description et d’études sur les pièces, notamment du XVIIIe siècle grâce à deux frères de la famille. Cette collection contient trois-cents ivoires, récupérés entre le XVIIIe siècle et 1935 et fut acquise en 1940.

     Par la suite d’autres spécialistes sont intervenus sur l’ivoire du monde médiéval comme monsieur Paul Williamson[13]. Il a décrit le catalogue du Musée Victoria et Albert de Londres, Medieval Ivory carvings early Christian Romanesque[14]. La collection du musée est d’environ quatre-cents pièces qui vont du IVe siècle jusqu’en 1250. Il partagea avec l’auditoire son expérience, des clichés de pièces ainsi que le travail de son équipe de recherches. Il détailla également la collection Wyvern, Medieval and Renaissance sculpture and metalwork. Cette dernière réunit des objets européens, africains, byzantins, comprenant cinq cents pièces, telles que celles de la Vierge et le Christ en ambre.

     Madame Sarah Guérin[15] a présenté quant à elle la collection Calouste Gulbenkian[16], conservée à Lisbonne. Cette chercheuse étudia une dizaine d’ivoires gothiques, comme le triptyque de la mort de la Vierge datant de 1325-1350. Au cours de ses recherches, elle garda à l’esprit deux objectifs, à savoir connaître et comprendre chaque ivoire, définir leur localisation, leur datation et leur regroupement typologique. Mais aussi elle s’attacha à l’ensemble de ces ivoires comme une collection.

 

     Cette première partie de découverte sur l’ivoire médiéval venait de s’achever, pour laisser place à un second volet, rythmé autour des collections publiques et privées.

     Madame Simonetta Castronovo[17] et monsieur Michel Tomasi[18] présentèrent la Collezioni del Museo civico d’arte antica di Torino : avori medievali. En 2014 fut publié un catalogue d’émaux de Limoges, avec une partie sur l’histoire des collections, des objets, ainsi que de la production des ivoires de l’Italie du Sud et de Flandre, datant de la fin de l’Antiquité jusqu’à la fin du Moyen Âge, tel le diptyque avec les scènes de la Vie du Christ et de la Vierge. Pour mieux analyser les ivoires, les chercheurs ont collaboré avec des chimistes, afin de déterminer à la fois de quel animal elles proviennent, mais également d’authentifier les faux. La collection du Musée compte deux cent soixante-quinze ivoires, dont quatre-vingts à quatre-vingt-dix sont du Moyen Âge.

     Pour finir cette partie, Moritz Woelk[19] et Manuela Beer[20] présentèrent le catalogue du Musée Schnütgen de Cologne[21], comprenant deux cent soixante œuvres. Citons comme exemple le Peigne de Saint-Héribert, datant de 850-900[22].

 

     C’est ainsi que ce colloque européen sur l’ivoire rassembla des sommités dans le domaine, nous faisant partager leur quotidien et leurs connaissances. Ils révèlent au grand public autant la richesse de leur profession que celui du fruit de leurs recherches sur l’ivoire. Ils commentent, décrivent, analysent voir comparent les œuvres entre elles pour mieux appréhender les mentalités et les techniques des sociétés antérieures. Les différents catalogues invitent chacun à comprendre cette mystérieuse substance et à découvrir de quelles manières les hommes ont pu réaliser de véritables chefs d’œuvres. Ils représentent aujourd’hui des trésors incontournables de l’histoire de l’Art.

Sophie Juvin

______________________________________________________________________________

 

Notes :

[1] Ilaria Ciseri (éd.), Gli avori del Museo Nazionale del Bargello, Milan, Officina Libraria, 2018, 493 p.

[2] « The Crucifixion and the Maries at the Sepulchre », 2017, Victoria and Albert Collection, Londres (https://collections.vam.ac.uk/, consulté le 5 mai 2019).

[3] Historienne de l’art, devenu en 2009 conservatrice du musée national du Bargello à Florence.

[4] Voir pl.1 dans Ilaria Ciseri (éd.), Gli avori del Museo Nazionale del Bargello, op. cit., annexes, p.175-177.

[5] Louis Carrant (1827-1888), collectionneur d’objets d’art. Pour plus d’informations, voir ibidem, p. 22-25.

[6] Historienne de l’art médiéval, elle étudia à l’université de Florence.

[7] Voir pl.2 dans ibidem, p. 116-117.

[8] Voir pl.3 dans ibidem, p. 121.

[9] Voir pl.4 dans ibidem, p. 143-145.

[10] Historienne de l’art, chargée de recherche en muséologie, en critique artistique et en restauration d’œuvres d’art à l’Université Catholique du Sacré Coeur à Milan.

[11] Conservatrice au château Sforzesco de Milan.

[12] Alessandra Squizzato et Francesca Tasso (éd.), Gli avori Trivulzio. Arte, studio e collezionismo antiquario fra XVIII e XX secolo, Padoue, Il Poligrafo, 2017, 319 p.

[13] Conservateur en 1988 du Victoria and Albert Museum, Londres, spécialiste de la sculpture médiévale.

[14] Paul Williamson, Medieval Ivory carvings early Christian Romanesque, Londres, Victoria et Albert Publishing, 2010, 480 p.

[15] Professeur d’histoire de l’art à l’université de Pennsylvanie, Montréal.

[16] Sarah Guerin, Gothic ivories : Calouste Gulbenkian collection, Londres, Scala, 2015, 127 p.

[17] Médiéviste italienne, spécialisée en histoire de l’art, conservatrice au Museo civico d’arte antica de Turin.

[18] Professeur d’histoire de l’art à l’université de Lausanne, il fut maitre de recherches à Paris-Sorbonne, il a enseigné aussi à l’Ecole du Louvre, ainsi qu’à l’EHESS.

[19] Historien de l’art, conservateur au Musée Schnütgen de Cologne.

[20] Conservatrice en 2004 au Musée Schnütgen.

[21] Manuela Beer et Moritz Woelk (éd.), Museum Schnütgen in Cologne : A survey of the collection, Munich-Cologne, Hirmer-Museum Schnütgen, 2018, 432 p.

[22] Voir pl.5 dans Annexes, Musée Schnütgen (http://www.museum-schnuetgen.de/), coll. Charlemagne et son ère.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search