« Paris Romantique, 1815-1848 » – Agnès Heude

 

À la suite de l’exposition à succès « Paris 1900, la Ville spectacle », le Petit Palais ainsi que le musée de la Vie romantique proposent au public l’exposition « Paris romantique, 1815-1848 » du 22 mai au 15 septembre 2019. Cette exposition nous plonge dans le Paris du début du XIXème siècle : les années romantiques. Lors de cette période (1815-1848) Paris vit au rythme des troubles politiques, des transformations sociétales ou encore des grands travaux. Le Petit Palais nous fait donc découvrir la capitale sous un autre jour, assez méconnu du grand public.

—-

 

1. George Arnald, Paris vu de Montmartre, 1822, Huile sur toile, Paris, Musée Carnavalet

     Dès le début du XIXème siècle, Napoléon rêve Paris comme une mégalopole, comme la capitale politique de l’Empire. Ses ambitions prennent fin après la défaite de Waterloo en juin 1815. Néanmoins, Paris reste la capitale européenne voire mondiale de l’art, de la musique, de la science mais aussi des plaisirs et de la mode. C’est une ville qui attire les artistes du monde entier comme Rossini, Litz ou encore Chopin pour ne citer qu’eux.

     Cette exposition est comme une promenade dans les différents quartiers de Paris ; à chaque quartier un thème sera présenté.

 

2. Ary Scheffer, La princesse Marie d’Orléans, 1837, Chantilly, Musée Condé.

     La visite débute avec la présentation des intérieurs des salons du Palais des Tuileries. Le visiteur rencontre alors quelques personnalités marquantes de ce début de siècle et qui ont influencé la mode de l’époque, comme la duchesse de Berry ou encore Marie d’Orléans, fille de Louis-Philippe. Dans cette première salle, les banquets sont aussi mis en valeur avec différentes représentations sur toile dont une d’Eugène Viollet-le-Duc.

 

     Après une balade au Palais-Royal où des costumes d’époque et des objets de luxe sont mis en lumière, le visiteur découvre le Louvre de l’époque. Dans cette salle, les œuvres sont présentées telles qu’elles étaient lors des années romantiques. Les œuvres, différentes de style, sont positionnées côte à côte. Nous retrouvons des œuvres de Delacroix (Le Christ au jardin des oliviers), d’Ary Scheffer (Saint Augustin et Sainte Monique) ou encore de Claude-Marie Dubufe (Édouard Dubufe et sa femme).

3. Attribué à Bavozet frères et sœurs, Pendule Notre-Dame, vers 1835, Paris, Musée Carnavalet

     Par la suite, la salle suivante est consacrée à Notre-Dame de Paris. Bien sûr, le visiteur y trouve des exemplaires de l’œuvre de Victor Hugo. En outre, cette salle est dédiée au goût pour le Moyen-âge qui s’est développé à cette époque. Le vieux Paris devient alors le lieu idéal. D’ailleurs même les artistes étrangers se prennent de passion pour cette période médiévale.

     Puis le visiteur entre dans la cinquième salle dédiée à l’année 1830 et les Trois Glorieuses de juillet. Paris est au cœur d’une révolution politique. Cela a des conséquences sur l’art qui vit aussi une certaine révolution avec le renouveau romantique dont le compositeur Berlioz est un bon représentant.

 

     Par la suite, le visiteur découvre le quartier latin et la fameuse grisette mise en valeur dans la littérature romantique. Lors de la période romantique beaucoup d’auteurs d’intéressent aux petites gens qui font Paris.

     Enfin l’exposition se termine avec l’année 1848, une autre année révolutionnaire. Le règne de Louis-Philippe est une désillusion pour les français qui portaient beaucoup d’espoir en ce roi « bourgeois ». L’année 1848 rime aussi avec la fin de la période romantique et le début d’une nouvelle ère avec la Deuxième République et le Second Empire.

 

     Pour conclure, l’exposition « Paris Romantique 1815-1848 » est bien une promenade au cœur de Paris lors des années romantiques. La scénographie et le jeu des lumières sont faits de telle sorte que le visiteur a l’impression de passer une journée entière à Paris. D’un doux matin dans les salons du Palais des Tuileries à une soirée mouvementée aux bruyants grands boulevards. Lors de cette promenade nous rencontrons les personnalités marquantes des années romantiques.

 

Agnès Heude (Master 2 Histoire)

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Jean-Marie Bruson (dir.), Paris romantique, 1815-1848, cat. expo. (Paris, 2019), Paris, Paris Musées, 2019, 511 pages.

______________________________________________________________________________


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search