« La plume ou le sabre » – Vincent Granier-Villetelle

 

1. Nadar, Portrait de Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac, 1870.

Né en 1806, dans une famille de gentilshommes verriers, Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac, fut un des journalistes les plus talentueux et respecté du Second Empire. Jeune, il défendait les idées républicaines contre la monarchie : « Électeurs de France, les rois s’en vont (…) l’ampoule de Reims est desséchée » [1]. Comme critique, il fit ses premières armes dans le Journal politique et littéraire de Toulouse avant de partir à Paris pour achever ses études de droit.

—————————————————————————————————

Les campagnes de diffamation

     Arrivé à Paris en 1832, il rencontra Victor Hugo, qui, impressionné par l’enthousiasme de Cassagnac, l’introduit au Journal des Débats. Reconnaissant, le jeune gascon entreprit une campagne contre le grand rival d’Hugo, Alexandre Dumas. Avec un malin plaisir, il pointa dans une suite d’articles, les inspirations et les plagiats de celui-ci. Ainsi peut-on lire dans le Journal des Débats : « Nous devons reconnaître à M. Dumas un merveilleux talent pour s’approprier l’idée d’autrui »[2] ou encore « la scène qui sert à commencer l’action de Henri III (…) est prise entièrement de Schiller »[3]. La polémique et la réponse tardive de Dumas permirent à Cassagnac d’accéder à la notoriété.

     Après avoir quitté les Débats, Cassagnac rallia La Presse où, en charge de la partie théâtre, il prit soin d’attaquer l’œuvre de Racine, considéré alors comme un modèle du genre : « Racine est peut-être un écrivain valaque, chinois ou bas-breton mais il ne sait rien de la langue française ». C’est ainsi que dans ses articles, Cassagnac analyse avec minutie les défauts de Racine : « le scénario de cette tragédie est conçu et disposé avec une telle absence de toute réflexion, que l’exécution de la pièce, prise au pied de la lettre est impossible » [4]. Ces entreprises de démolition successives conférèrent à Granier de Cassagnac une notoriété nationale.

 

La plume de Louis-Napoléon

     Retiré dans le Gers en 1848, Cassagnac fut témoin de la fascination qu’exerçait le nom de Napoléon sur les paysans : « La foi des campagnes n’a en ce moment que deux objets, Dieu et le Prince »[5]. Ainsi depuis le Gers, il soutient, la candidature de Louis-Napoléon. Remarqué par le nouveau président, il revint à Paris pour travailler au Constitutionnel du docteur Véron. Lors de la crise entre l’assemblée et le président, il écrivit, entre mai et avril 1850, une série de six articles intitulés La Solution. Le succès qui s’en suivit lui ouvrit les portes de l’Élysée.

     Devenu proche de Louis-Napoléon, Cassagnac va continuer ses articles et sabrer avec sa plume ceux qui s’opposent au prince-président. En reconnaissance de ces services, on le nomma candidat officiel dans le Gers. Élu triomphalement avec 24 132 voix (25 149 votants), Cassagnac représenta son département natal pendant plus de dix-huit ans. En outre, il cumulera à sa charge de député, le poste de Conseiller général du département et de maire de la commune de Plaisance.

            Sur le plan financier et littéraire, cette époque marque l’apogée de sa carrière. Ses liens étroits avec l’empereur font de lui un des relais dans la presse des idées napoléoniennes. En 1852, il entre au journal Le Pays avant de prendre le contrôle de La Nation et de créer Le Réveil. De plus, chaque année au Corps législatif, il participe à la rédaction de l’adresse tandis que dans l’hémicycle il se révèle comme un des ténors des bonapartistes.

           

Le défenseur de l’Empire

     Cependant, sa fidélité et sa fermeté à la constitution de 1852 le poussèrent à prendre des positions radicales. Ainsi, lors du vote sur la liberté de la presse, il fit partie des sept élus qui votèrent contre : « Vous n’êtes que sept » crièrent les députés, il répondit « Ce sont les sept sages de la Grèce ». Après la chute de l’Empire, il se réfugia à Bruxelles, puis, revenu en France, il fut arrêté avant d’être exilé quelque temps en Espagne. Réélu en 1876 à la Chambre, il demeura fidèle aux Bonaparte et fit l’objet d’une étroite surveillance par le pouvoir[6].

     Enfin, dans la soirée du 30 janvier 1880, Bernard-Adolphe s’éteignit dans son château gersois du Couloumé. Mais il survécut en la personne de son fils Paul, à qui il transmit ses convictions bonapartistes et ses talents de polémistes.

 

Vincent Granier-Villetelle (Master 1 Histoire)

______________________________________________________________________________

Bibliographie :

William Evan Duval, Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac and right-wing Bonapartism under the Second Empire, 1860-1870, these, University of California, 1973.

Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac, Souvenirs du Second Empire, 3 vol., Paris, E. Dentu, 1879-1882.

Gilbert Sourbadière, Un polémiste du XIXe siècle : Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac, mémoire de maîtrise, Jacques Godechot (dir.), Faculté des Lettres de Toulouse-Le Mirail, 1973.

 

______________________________________________________________________________

Notes :

[1] Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac, Aux électeurs de France, Toulouse, Impr. de J. M. Corne, 1831, p. 14.

[2] Le Journal des Débats, 1er novembre 1833.

[3] Ibid.

[4] La Presse, 10 juin 1838.

[5] Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac, Souvenirs du second Empire, op. cit., p. 13.

[6] Archives de la Préfecture de Police.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search