« Archives Nationales : Visite du Dépôt des cartes et plans » – Martin Humbert

 

Les Archives nationales, l’institution conservant tous les documents possibles parmi ceux produits par l’État français, donnent un accès libre, quoiqu’encadré, à toutes ces informations inestimables dans le cas de recherches scientifiques en histoire.

 

—————————————————————————————————

     Si le site principal des Archives nationales se trouve désormais à Pierrefitte-Sur-Seine, une bonne partie de ses collections est conservée dans le quartier du Marais de Paris. L’entrée commune est située au 11 rue des Quatre-Fils dans le troisième arrondissement. Les Archives nationales de Paris ont été ouvertes dans l’ancien hôtel de Soubise en 1808, et se sont progressivement étendues aux autres hôtels particuliers proches. Puis des bâtiments modernes ont été construits, dont le principal en 1988, disposant de vastes sous-sols.

     Les Archives nationales constituent donc en tant que tel un lieu de conservation du patrimoine national avec ses bâtiments historiques et son musée. Elles proposent toutefois bien plus aux visiteurs érudits, notamment par sa collection de documents datant de l’Ancien Régime. En outre, par une convention avec le ministère de la Défense, les archives de la Marine antérieures à 1789 y sont conservées. Une section particulière est dédiée aux cartes et plans ; il s’agit de celle que nous avons justement visitée dans le cadre du séminaire de master du professeur Villiers. Ce dernier, en compagnie des membres de la Société Française d’Histoire Maritime, nous a permis d’être accueillis par Mme la Conservatrice du dépôt des cartes et plans et par Mme Hélène Richard de l’Académie de Marine, inspectrice générale honoraire des Archives et bibliothèques de France. Je ferai ici le récit de ma visite et de mon expérience sur place, après avoir présenté le fond des cartes et plans.

 

   Si la plupart des documents « Archives nationales » sont accessibles sur simple présentation d’une carte de lecteur ou bien via consultation en ligne pour les documents qui bénéficient d’une numérisation, les cartes et plans font l’objet d’un traitement spécial. En effet, ces documents sont plus difficiles d’accès que ceux des autres fonds ; on ne peut les consulter que dans une salle spécifique, aux horaires bien définis (les mardis et jeudis entre 14 heures et 17 heures) et seulement sur réservation. C’est donc une section qui est le plus souvent consultée par des spécialistes, certains plans nécessitant même des autorisations spécifiques.

   Ces documents, à l’origine issus des différents fonds correspondant aux institutions qui les ont émises ou au sujet dont ils traitaient, ont été séparés des documents écrits et réunis dans leurs propres fonds pour des raisons matérielles. Les plans figurent donc dans la série N et les cartes dans la série NN. On note toutefois que la distinction entre les deux est parfois floue et que les deux séries sont constituées, elles aussi, surtout en fonction de leur provenance : les plans proviennent essentiellement d’archives et les cartes majoritairement d’anciennes collections données, saisies ou transférées par le ministère de l’Intérieur. Les fonds des cartes et plans ont de toute manière été grandement augmentés par l’ajout de nombreux documents en 1960 ; ces documents provenaient du fonds des bâtiments civils et palais nationaux. Les plans conservés aux archives de Paris sont tous datés de la période située entre 1501 et 1789.

     Tous les plans datant de l’Ancien Régime sont donc entreposés aux Archives nationales de Paris, qu’il s’agisse de plans d’architecture des différents édifices publics, de monuments et palais ou bien d’urbanisme. On y trouve également des atlas, des cartes marines ou d’autres documents relevant de la cartographie dans les séries CP, classés principalement en fonction de leur taille, mais aussi en fonction de leur type. On note que certaines cartes marines du XVIIIe et du XIXe siècle voire au-delà, provenant du service d’Hydrographie de la Marine ou de fonds divers sont également conservées à Paris.

 

     Dans le cadre de nos études en histoire maritime moderne dirigées par le professeur Patrick Villiers, nous – étudiants à l’Institut Catholique de Paris – avons été reçus aux Archives nationales à la section des cartes plans, en nous joignant à plusieurs membres de la SFHM pour une visite en groupe. Mme la Conservatrice de la section des cartes et plans nous a accueillis dans la salle de consultation située dans la partie ancienne des Archives. Elle nous a présenté toutes les modalités de conservation et consultation de ces fonds d’archives, telles que je les ai montrées plus haut. Mme  Richard nous a fait une présentation de la cartographie marine elle-même, ses procédés ainsi que son histoire. Cet exposé nous a conduits au thème précis de notre visite : les cartes marines.

     Naturellement, les cartes marines sont essentielles en histoire maritime, car elles sont indispensables à la navigation ; elles sont aussi très précieuses pour les cartographes et pour de nombreuses sciences liées de l’histoire. Par exemple, les historiens de l’art peuvent leur trouver une utilité, car bon nombre d’entre elles sont finement décorées ou incluent une forte composante artistique (et parfois même fictionnelle). De nombreuses cartes étaient ainsi présentées à notre attention à titre d’exemple. Ce fut l’occasion pour nos professeurs de nous parler de l’histoire des cartes marines. Nous apprîmes ainsi le rôle déterminant des marins portugais puis espagnols dans la conception de ces cartes, et leur fort développement aux XVe et XVIe siècles, via leurs précurseurs, les portulans, puis par l’apparition des cartes marines plus modernes notamment sous l’impulsion des marins ibériques, lesquels veillaient jalousement sur ces secrets pendant tout le début de l’époque moderne.

     Ces informations nous permirent d’apprendre qu’il existait d’importantes différences entre les cartes de chaque nation, chacune empruntant leurs propres routes et ayant leurs propres échelles et leurs valeurs pour lire et comprendre les cartes, données qui nous furent rapidement transmises afin de comparer nos exemples. De l’utilisation des blancs de la carte à des fins politiques ou artistiques jusqu’à la matière utilisée comme support (parchemin, papier, etc.), toutes ces données sont à prendre en compte dans le cadre d’une recherche historique.

 

    Le clou de la visite restait la consultation des cartes elles-mêmes. Nous avons pu en observer près d’une dizaine, la plupart datant du XVIIIe siècle et très bien conservées choisies par Mme  Richard et le Professeur Villiers. Détaillées, ces cartes présentaient déjà beaucoup de caractéristiques cartographiques modernes. Les cartes choisies représentaient les côtes d’Amérique du Nord. Elles étaient à usage de stratégie militaire. Outre le continent et ses côtes, c’est surtout la représentation de la mer qui ressort le plus en détail, indiquant les bancs de sable, les courants et récifs, les voies favorables à la navigation ou à éviter, connues des cartographes ou des marins de l’époque.

     Dans la série NN, on trouve également des cartes de bataille navale, dont une carte au grand format représentant la bataille de la Chesapeake, rencontre déterminante de la Guerre d’Indépendance américaine, sur laquelle les flottes et leurs formations étaient dessinées avec style. Notre professeur nous apprit justement que cette carte représentait incorrectement la bataille et le mouvement des flottes, présentant une stratégie non seulement différente du véritable déroulé de la bataille mais aussi totalement improbable en terme naval. Il nous a expliqué qu’un document historique ne faisait pas forcément une source exacte, mais que si la carte donnait une réalité fausse, le document était un témoignage du contexte. De la même façon, une autre carte présentée était issue de la collection personnelle du Roi Louis XVI et pouvait de fait nous renseigner sur ce dernier autant que sur son propre contenu.

 

     On peut donc dire que cette visite aux Archives nationales de Paris a su remplir un triple objectif : nous montrer, dans un environnement chargé d’histoire, des pièces anciennes dignes des plus grands musées ; nous apprendre à travers elles une remarquable leçon d’histoire maritime et de cartographie ; enfin, nous donner à voir des éléments de méthode qui ne manqueront pas de guider nos propres travaux.

     Cette méthodologie est celle de l’analyse au sein des archives. Nous savons désormais mieux quelles sont les différentes sources que nous pouvons trouver en ce lieu, mais aussi comment y accéder et comment les utiliser. Après cette visite, tous ceux qui parmi nous n’avaient pas déjà de carte de lecteur aux Archives nationales comprirent qu’ils en auraient sans doute rapidement besoin pour leur mémoire de master.

Martin Humbert (Master 1 Histoire)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.