« Manuscrits de l’Extrême : prison, passion, péril, possession » – Alice Chevrinais

 

Du 9 avril au 7 juillet 2019, la Bibliothèque nationale de France présente sur le site François Mitterrand une exposition intitulée « Manuscrits de l’Extrême : prison, passion, péril, possession ». La commissaire de l’exposition, Laurence Le Bras, assistée par le service des expositions de la BNF sous la direction de Clémence Maillard, a relevé la difficile tâche de produire une exposition centrée uniquement autour de manuscrits. Toutefois, elle est aidée par le caractère extraordinaire de ces derniers, conçus dans des conditions qui le sont tout autant : en prison, à l’aube de la mort, sous la passion ou dans la folie…

1. Affiche de l’exposition

—————————————————————————————————

   Tous les manuscrits présentés ont un point commun, ils représentent la valeur de l’écrit pour l’être humain. Consacrant donc l’écriture comme « un réflexe de survie » face à des conditions extrêmes, le parcours est découpé en quatre parties : Prison, Passion, Péril et Possession.

 

   La première partie « Péril » regroupe, comme son nom l’indique, des manuscrits écrits à l’aube de la mort. Qu’ils soient malades, captifs ou à la veille d’une bataille, les auteurs expriment en quelques lignes ou quelques pages ce qu’ils pensent être leurs dernières pensées… C’est le cas de l’ultimatum adressé aux troupes de Bir Hakeim en Libye le 3 juin 1942 par le Général Rommel (1891-1944) qui ouvre l’exposition. On passe ensuite du brouillon de l’acte d’abdication de Napoléon Bonaparte, écrit à Fontainebleau le 4 avril 1814 sur une page de livre, aux derniers mots touchants de Marie-Antoinette laissés dans un livre d’heures à la veille de son exécution. Ensemble émouvant de lettres et de quelques lignes écrites avant la fin d’une vie, on ne peut que regretter que ces dernières ne soient pas présentées par ordre chronologique, en particulier lorsqu’il s’agit de personnages historiques.

   Cette partie de l’exposition se termine sur une section intitulée « enfermement en soi-même » avec les manuscrits et l’alphabet utilisés par le fameux Jean-Dominique Bauby (1952-1997), victime du syndrome de l’enfermement, pour son autobiographie Le Scaphandre et le Papillon (1997).

 

   La deuxième partie Prison réunit des textes produits en captivité. On le comprend assez rapidement, pour beaucoup « l’écriture, dans l’enfer de la guerre et l’angoisse de l’enfermement est (…) un moyen de ne pas sombrer totalement dans le désespoir »[1]. On découvre avec étonnement les conditions dans lesquelles ont été écrites ces quelques lignes : avec du sang comme encre, ou en pointillé avec une épingle pour stylo, sur des bouts de linges déchirés, en dessous de chaises, sur des écorces d’arbre… Des lettres du Marquis de Sade, du journal d’Alfred Dreyfus aux dessins d’enfants juifs déportés pendant la Seconde Guerre mondiale, on se plonge avec émotion dans la mémoire de ces personnes célèbres et anonymes qui n’avaient qu’en commun la captivité.

 

   La troisième partie du parcours, Possession, est volontairement dérangeante : drogues, alcool, hypnose, folie ou état de transe, les manuscrits sont visiblement différents des autres écrits, pourtant composés dans des conditions tout aussi extrêmes. On y découvre un Pascal dans un « moment d’une haute intensité mystique »[2] en 1651, mais aussi un démon, Asmodée, qui aurait pris contrôle du corps de Sœur Jeanne des Anges en 1634, ou encore un Jean Cocteau sous opium quelques siècles plus tard.

 

   Enfin la dernière partie, Passion, nous fait voyager dans des manuscrits exprimant à la fois désir érotique et amour tragique. Les deux derniers manuscrits de l’exposition sont particulièrement saisissants : une simple ligne dessinée de croix et de larmes dans les Mémoires de Saint-Simon, représentant les mois de deuil après la mort de sa femme en juillet 1743, et les larmes de Marie Curie dans son journal le jour de la mort de son mari le 19 avril 1906.

 

   On ressort de cette exposition inédite en ayant fait un voyage dans l’histoire et la mémoire humaines à travers ces cent-cinquante manuscrits de personnes anonymes ou célèbres. Ces quelques mots que l’on peut lire dans Le Carnet noir de l’Occupation résument tout à fait à la fois l’exposition et l’importance de ces manuscrits : « Mais je garde mon crayon et mon carnet que je défends au péril de ma vie. Ce petit carnet qui contient là une preuve de ma triste vie ».

Alice Chevrinais (Master 1 d’Histoire)

 

______________________________________________________________________________

Catalogue d’exposition : Laurence Le Bras (dir.), Manuscrits de l’extrême, Paris : Bibliothèque nationale de France, DL 2019, 199 p.

______________________________________________________________________________

Notes :

[1] Texte de présentation de l’exposition.

[2] Ibidem.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search