« “Sous les Cocardes” de Marcel Jeanjean » – Edouard Léon Bottarelli

 

   Marcel Jeanjean est à l’illustration ce que Jean Renoir est au cinéma. Tous deux sont d’anciens aviateurs ayant combattu pendant la Première Guerre mondiale. Leurs témoignages, à travers leurs arts respectifs, sont inestimables et nous offrent une opportunité unique de découvrir la vie d’escadrille qu’ils ont eux-mêmes connu. 


Dans son chef d’œuvre « La Grande Illusion », Renoir y développe la relation chevaleresque et courtoise entre aviateurs ennemis, transmettant un message de paix tout au long de son long-métrage, réalisé en 1936. Le cinéaste souhaitait mettre en avant un respect mutuel entre les Français et les Allemands à une époque où la montée du fascisme et les tensions entre les deux états laissaient présager la crainte d’un second conflit planétaire. Dans son ouvrage « Sous les Cocardes » parachevé en 1919, Jeanjean préfère quant à lui aborder le quotidien de l’escadrille durant la guerre, avec humour et légèreté. Les facéties de ses personnages et l’humeur joyeuse qui caractérisent ses dessins lui valurent un immense succès auprès du grand public. Le lecteur s’étant attaché à tous ces pilotes, observateurs et mécaniciens qui vivaient en parfaite harmonie.

   À travers les coups de crayon de l’illustrateur, on prend plaisir à suivre ces aviateurs au sein de l’escadrille où il y règne une ambiance joviale et de franches camaraderies. Jouissant d’un réel confort en comparaison au quotidien de leurs compatriotes vivant dans la boue des tranchées ; les aviateurs peuvent se retrouver immobilisés des journées entières à cause du mauvais temps. Ils jouent alors aux cartes, écrivent des lettres ou discutent ensemble autour du poêle. Des passes temps agréables qui accentuent cette séparation avec l’enfer des poilus.

Fig. 1. Aviateurs de l’escadrille se retrouvant autour du poêle durant les jours de mauvais temps.

 

   Le souvenir de la guerre, en 1919, est encore présent dans tous les esprits. Jeanjean préfère alors dépeindre ses protagonistes avec sincérité, accompagnée toutefois d’une touche de subjectivité. Ainsi, dans ses histoires courtes et réduites à une seule « planche », personne ne semble souffrir de la guerre. La tristesse et la douleur sont volontairement mises de côté par le dessinateur. En revanche, la joie de vivre du groupe est bien visible. Notamment lorsque tous ses personnages se retrouvent lors des rassemblements à la « popote », ou au bar de l’escadrille ; durant lesquels ils discutent des missions du jour autour de quelques verres.

Fig. 2

 

   On ne peut s’empêcher de remarquer l’hétérogénéité des uniformes des aviateurs. Ce n’est pourtant pas une plaisanterie de Marcel Jeanjean mais bien une représentation de la réalité. Comme l’aéroplane est encore une invention récente en 1914, l’aviation n’est pas encore reconnue comme une arme officielle et elle dépend – pendant toute la durée de la guerre – de l’armée de Terre (il faut attendre 1934 pour voir naître l’armée de l’Air). Elle ne possède donc pas de tenue réglementaire, et les aviateurs conservent les uniformes de leurs précédentes affectations. Ainsi, de nombreuses recrues sont issues de la cavalerie, mais l’escadrille se compose aussi d’artilleurs et de fantassins. Cela donne un garde à vous tout en couleurs, comme nous pouvons le voir sur l’image ci-dessous.

Fig. 2. Escadrille au garde à vous lors de la visite d’un haut personnage de l’Etat.

 

   Par ailleurs, la couleur rouge du sang est complètement absente de l’album. Jeanjean se refuse à représenter la mort des pilotes dans ses dessins. Les accidents et les chutes d’avions qui surviennent si régulièrement sur les terrains d’aviation sont les principales causes de décès chez les aviateurs. Pourtant, elles se terminent derrière le crayon de Jeanjean par quelques bobos et une grosse frayeur pour le pilote et l’observateur. Un choix assumé par l’illustrateur qui ne préfère retenir que le positif de son séjour dans l’escadrille et s’affranchit des horreurs les plus sombres de l’aviation.

 

   D’ailleurs, lorsque Jeanjean repose son crayon pour le troquer avec sa plume, il ajoute avec malice que ces déboires font partie du quotidien des aviateurs qui semblent s’en accommoder sans difficulté : « Dès lors, si par aventure, le pilote se retourne les pinceaux parmi les marguerites, l’observateur, bon enfant, saura trouver le pieux mensonge qui console : – Bien sûr, mon pauvre vieux, ce n’est pas de ta faute ! … Tu as atterri juste sur la bosse qui est au centre du terrain ! On va aller arroser le coup au bar pour nous remettre de nos émotions… C’est moi qui paye naturellement ! »

   On devine ici la complicité entre les membres d’un même équipage. Ce sont des frères d’armes qui partent à la guerre ensemble et dont le destin est lié aux qualités de pilotage de celui qui tient le manche à balai et à la précision au tir du passager. Chacun a besoin de l’autre pour survivre. Une fois dans les airs, il n’y a plus de séparations hiérarchiques. L’officier et le pilote font face au danger ensemble. Néanmoins, Jeanjean n’oublie pas le troisième personnage indispensable : le mécanicien. Celui qui reste à terre et attend nerveusement le retour de son « coucou » et surtout de « son » pilote. Pilote, observateur, mécanicien : chacun a le droit à sa petite présentation faisant l’éloge de sa fonction et qui accompagne allègrement ses dessins.

   L’aviateur de 14-18 ne cesse de fasciner depuis plus d’un siècle désormais, et ce beau témoignage de Marcel Jeanjean contribue sans aucun doute à façonner sa légende.

 

Edouard Leon Bottarelli (Master 1 Histoire)

 

______________________________________________________________________________

Bibliographie : Marcel JeanJean, Sous les Cocardes : scènes de l’aviation militaire, Paris, Librairie Hachette, 1919.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search