L’Europe des Vikings – Pierre Darras

 L’Europe des Vikings

 

  • GLOT, C. et LE BRIS, M. (dir.), L’Europe des Vikings, cat. expo., Daoulas (Finistère), Abbaye de Daoulas (14 mai – 14 novembre 2004), Paris, Hoëbeke / Centre culturel Abbaye de Daoulas, 2004, 192 p.

 

L’exposition intitulée L’Europe des Vikings a eu lieu du 14 mai au 14 novembre 2004 à l’abbaye de Daoulas (Finistère) et réunissait plusieurs centaines d’œuvres prêtées par une quarantaine de musées du monde. Le but de l’exposition était de présenter les Vikings au-delà de l’image populaire qui les dépeint comme un peuple violent et barbare, et de s’intéresser à la culture, au mode de vie, à l’histoire du peuple nordique, tantôt guerrier, tantôt législateur et commerçant, mais aussi à l’image que l’on a pu s’en faire du Moyen-Age à nos jours. L’exposition s’organisait ainsi en quatre parties distinctes traitant respectivement les thèmes suivants : « Les origines du peuple viking », en passant par leur culture, leur société et leurs croyances ; « Les Vikings en Europe » ou, en d’autres termes, l’élargissement des zones d’influence viking, des premiers raids du VIIIe siècle à la naissance de la Normandie au début du Xe siècle ; « Élargir les horizons du monde » ou les différentes expéditions vikings vers la Russie, l’Islande, leur possible découverte de l’Amérique, et la fondation de villes et de comptoirs commerciaux en Europe et, enfin, la vision moderne de « l’homme du nord » dans les arts, la culture et les consciences depuis XIXe siècle. C’est cette dernière partie de l’exposition, intitulée « Le Viking imaginaire », qui sera l’objet de ce compte-rendu.

« Le Viking imaginaire » s’étend sur une période allant de la seconde moitié du XVIIIe siècle à nos jours.

Cette partie montre dans un premier temps l’évolution de la vision des peuples « nordiques », qu’ils soient indifféremment Celtes, Norsemen (le terme « Viking » ne s’est généralisé qu’à partir du milieu du XIXe siècle), Saxons, etc., entre les XVIIIe et XIXe siècles, dans le monde, et principalement en Europe. Durant l’ultime partie du XVIIIe siècle, l’opinion et l’intérêt portés aux Vikings semblent avoir été très variés en Europe. En effet les nombreux aspects de ce qu’on peut appeler « mythe nordique », bien qu’assez étudié sous diverses formes dès les années 1750, faisaient osciller les consciences entre intérêt et rejet, l’homme du nord, le barbare des légendes, constituant une figure « dont on ne sait trop si elle fascine, d’abord, ou épouvante » (Michel le Bris), par ses pratiques, sa culture et ses traditions. En revanche, au cours du XIXe siècle, en réponse aux aspirations nationalistes naissantes, beaucoup d’artistes, surtout en Scandinavie, s’approprièrent les mythes médiévaux de leur peuple et se mirent à le glorifier. Ce fut le cas, entre autres, de peintres, exposés à Daoulas en 2004, tels que le norvégien Peter Nicolaï Arbo (Asgardreien (ou La Chasse sauvage d’Odin), 1872), ou le suédois Mårten Eskil Winge (Combat de Thor contre les Géants, 1872, National Museum, Stockholm), qui s’intéressèrent tout autant à l’homme viking qu’à ses mythes. Mais, peut-être dans une moindre mesure, les Vikings fascinèrent aussi dans le reste de l’Europe, comme par exemple en France (Alfred Didier, Les Rois des mers, seconde moitié du XIXe siècle, Musée des Beaux-Arts de Rouen) et en Angleterre (Frank Bernard Dicksee, Les Funérailles d’un chef viking, 1893, Manchester Art Gallery). On retrouve à cette époque des références à la Scandinavie médiévale dans d’autres arts, avec La Valkyrie (composée en 1856) de Richard Wagner, pour la musique, et, pour la littérature, Les Martyrs (1809), où François-René de Chateaubriand reprenait notamment quelques lignes du Chant de mort de Regner Lodbrog (857), poème mythologique en vingt-neuf strophe de dix vers écrit en caractères runiques et traduit par Olaus Wormius en 1636. La question de la littérature, et plus précisément celle de la survivance du mythe viking à travers la littérature nordique, notamment au XIXe siècle, est également l’objet d’une partie de cette section de l’exposition, résumée  par Régis Boyer, spécialiste de la Scandinavie, avec des auteurs tels que Adam Œhlensclæger, Esaias Tegnér, Bjørnstjerne Bjørnson, Gunnar Gunnarsson, et bien sûr Hans Christian Andersen.

On assiste également au XIXe siècle en Scandinavie à la naissance de ce qu’on appelle drakstyl, l’« art dragon », ou « style vieux nordique », que Jean-Marie Levesque définit comme « un mouvement éclectique de réinterprétation des modèles transmis par l’archéologie de la période viking ». Cet art est représenté principalement par des objets de mobilier (Fauteuil dessiné par G. Munthe, 1900, Musée de Bergen, Norvège ; Plateau de table en forme de navire viking par Alfred Ambrosius, 1882, Collections de Sa Majesté le Roi de Suède, Stockholm). Le style « vieux nordique » s’inspire aussi bien évidemment de thèmes de la mythologie païenne et des récits des Sagas et des Eddas, toujours dans l’idée scandinave de recherche de ses racines anciennes, en portant haut et fort l’argument qu’un retour au paganisme nordique est tout aussi légitime que celui au classicisme gréco-romain.

Dans un second temps, cette partie de l’exposition s’intéresse brièvement à la marque laissée par le passage des vikings en France, la plus importante étant la Normandie. Le terme « normand » était le terme utilisé communément à l’époque médiévale pour désigner ces « hommes du nord », et on fixe la création de la Normandie à l’an 911, année durant laquelle Charles le Simple, roi des francs, et Rollon (ou Hrólfr), chef viking, signent le traité de Saint-Clair-sur-Epte, qui concède aux Normands les territoires situés à l’embouchure de la Seine. Depuis cette époque, la Normandie conserve une grande quantité de noms et de toponymes d’origine scandinave, et on a pu constater, surtout vers la fin du XIXe et le début du XXe siècle, une forte revendication de cette appartenance à la culture viking. On le constate avec l’organisation d’événements et la grande quantité de publications aux alentours de 1911, à l’occasion du Millénaire de la Normandie, principalement à Rouen, comme on peut le voir dans cette section rédigée par Jean-Marie Levesque.

L’ultime partie de l’exposition s’intéresse aux vikings dans la culture populaire du XXe siècle et du début de XXIe siècle. Cette section s’intéresse notamment à la bande-dessinée, avec le Prince Valiant de Hal Foster, Hagar Dunor de Chris Browne, le Thor de l’univers des comics Marvel, mais aussi au cinéma avec par exemple les films The Vikings (1958) de Richard Fleisher et The Long Ships (1964) de Jack Cardiff. On constate parfois que l’image induite par le regain d’intérêt pour la culture scandinave survenu notamment au XIXe siècle dans l’art et l’archéologie, est parfois occultée par cette culture populaire moderne qui est en soi une manière inédite de voir le viking : un héros idéalisé, grand, fort et sans peur ; cela en mettant aussi parfois de côté la réalité historique au profit d’un héroïsme fantasmé.

L’exposition de l’Abbaye de Daoulas tente donc de mieux faire connaître un peuple malheureusement assez méconnu qui a pourtant eu une influence déterminante sur une grande partie de l’Europe, en se basant sur de nombreux documents historiques et objets archéologiques. « L’Europe des Vikings » montre une culture qui est, certes, païenne et marquée par la guerre, mais aussi pieuse, organisée, commerçante, et finalement assez avancée, notamment pour la navigation.

 

Pierre DARRAS

M1 Histoire de l’Art et Archéologie

Spécialité Arts du Moyen-Âge Occidental

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search