Europa / Eutopia – Charlotte Chapon

Europa / Eutopia

 

Une exposition –événement :

Le jeudi 23 octobre, à Baumwollspinnerei à Leipzig, dans une ancienne usine de textile abandonnée, Camille de Toledo inaugurait l’exposition Europa / Eutopia, sous le patronyme de CHTO. Derrière ce nom énigmatique, porteur du H de l’hêtre et de son négatif  «l’être », l’artiste à la renommée internationale, avance sans masque et répond sans la moindre méprise aux interrogations de son public qui, jonchant les feuilles mortes recouvrant le sol, déambule dans un espace saturé d’ « environ 60 troncs de bouleaux coupés en morceaux de tailles différentes, de la hauteur d’un enfant âgé de dix ou douze ans ». Au mur des miroirs brisés sont accrochés et lui reflètent les différents éléments de la pièce.  Les mots « utopie », « dystopie » et « espoir » surplombent cette scène forestière et mélancolique.  Plus loin, des troncs amassés et noués à leurs extrémités, forment l’invincible frontière qui semble sectionner l’espace et empêcher le passage d’un endroit à un autre, même si l’artiste permet son contournement, dans le but peut-être de nous emmener à repenser, sous l’influence de la poétique du lieu, les possibilités d’avenir de l’Europe.

Si l’exposition paraît compléter voir illustrer l’essai de Toledo sur ce qu’il appelle « la tristesse européenne » celui-ci affirme pourtant qu’elle peut être comprise sans même qu’il y ait eu besoin qu’on se penche sur ses œuvres antérieures. N’usant pas de la symbolique, le paysage « hanté » illustrant la hantise européenne identifiée et théorisée par l’artiste, paraît seulement faire appel aux références émotionnelles et intimes de chacun. Références contextualisées qui portent dans leur matérialisation l’espoir et le désespoir des peuples qui ne cessent de s’affronter au sein de territoires barbelés étant dans l’urgence de s’ouvrir. Ainsi, le public pressent les transfigurations auxquelles est appelée l’Europe, et selon qu’il est optimiste ou non, les juge positives ou négatives. Il lui est alors impossible durant son parcours, de ne pas repenser la vague migratoire actuelle, voyant les sacs de couchage dépliés à terre, et de ne pas réinvestir le champ poético-politique des interrogations concernant le croisement des identités, des cultures, et des langues.

Renverser le sentiment nationaliste et transformer l’apathie des peuples européens en dynamique de création au sein de ce lieu de passage qu’est la traduction, voilà ce à quoi nous exhorte Camille de Toledo. La traduction comme « lieu de passage » est ce projet que nourrit l’artiste et qui serait le seul à pouvoir expérimenter « la réversibilité », c’est-à-dire la métamorphose d’un espace jusqu’à lors fragmenté et délimité par les divers cultures et les langues qui l’habitent et qui semblent jusqu’ici retrouver leurs forces dans leur unité, refusant ainsi le métissage nécessaire à leur entente et à leur exhaussement.

Dans son exposition Camille de Toledo crée donc un non-lieu où la participation des enfants à son animation, superpose alors à la désillusion l’espoir,  et fait voir à l’intérieur d’une même image un passé statique, en dépérissement, l’être comme cet « hêtre aux feuilles caduques », et l’avenir ou ces « possibilités d’être » et ce pouvoir de création dont sont porteuses les nouvelles générations d’une Europe à reconstruire.

 

Enfant d’une pédagogie du vertige :

Dans sa Lettre aux nouvelles générations Camille de Toledo interpelle la jeunesse européenne et lui soumet son projet d’une Europe poétique, multilingue, multiculturelle, qui ne se cantonne plus aux simples limites que tracent les frontières, mais qui défie l’unité abstraite européenne, qui se positionne contre une Europe purement économique, une Europe dépourvue « d’imaginaire », « d’esprit », et qui combat l’idée « d’un peuple Européen absent » dans le but d’instaurer des « solidarité concrètes ». Toledo pense l’avenir de l’Europe par le prisme de la culture. Il appelle à une poétique européenne de « l’entre des langues » qui ne pourra prendre corps, être effective, que si elle est enseignée. Il appelle alors à une  « pédagogie du vertige » et  élabore un véritable programme éducatif ainsi que d’énergiques réformes institutionnelles :

« J’ai exposé dans un livre, Le Hêtre et le Bouleau, essai sur la tristesse européenne, ce que serait pour moi cette « poétique de l’entre-des-langues ».  Il y a un programme à la fin du livre qui se déploie sur plus de trente ans : 1. La diffusion, en Europe, d’une pédagogie de la traduction et la création d’une « école du vertige » pour les enfants à naître, afin d’accorder l’enseignement à la réalité où ils sont appelés à vivre : une réalité hybride de « l’entre », des identités multiples. 2. La rédaction d’un « manuel d’histoire utopique » pour transmettre aux écoliers d’Europe, non plus une Histoire écrite du point de vue des nations, mais une Histoire de la perméabilité, des emprunts, des passages. 3. La création d’une Académie européenne des langues et de la traduction, afin de définir, ce qui serait l’embryon d’une politique culturelle européenne. Ici, des grandes figures des lettres, seraient appelées à définir des corpus d’œuvres à traduire vers les différentes langues européennes. 4. Un lien de citoyenneté redéfinie et inspirée de la figure  du traducteur : celui qui connait l’effort, le conflit, l’écartèlement de relier deux langues et deux cultures. 5. Enfin, la reconnaissance comme langues européennes des langues écrites et parlées dans les pays de l’Union par ceux qui choisissent d’y vivre. Cela ferait du chinois, de l’arabe, du russe, de nombreuses langues africaines, de l’hébreu, du japonais…des langues européennes ».

Dans Le Hêtre et le Bouleau, essai énoncé dans ce même paragraphe, les mots « hybridité », « déracinement » et « décentralisation » dessinent l’Europe de Toledo. Mais derrière ce projet quasi  messianique d’une Europe culturelle de la traduction, d’une Europe métissée, je conçois les différents risques de tomber à nouveau dans un fanatisme, celui d’une politique du déracinement.

Je pense en effet que l’enfant d’aujourd’hui et celui de demain, de quelque nationalité qu’il soit, se voit menacé d’une part par l’idéologie nationaliste, d’autre part par l’idéologie du déracinement. Comme si l’Europe interculturelle ne pouvait s’établir sans la création au préalable  du « nouvel homme » c’est-à-dire de l’homme au monde né page vierge, de l’homme sans identité culturelle immédiate, c’est-à-dire privé de cette compréhension du monde historiquement advenue.

De mon point de vue, l’identité culturelle, qui n’a jamais été un absolu en soi, est seulement un repère permettant cet ancrage consubstantiel à l’errance intellectuelle et physique de l’individu. Elle ne fait pas obstacle à ses possibilités de vies intérieures et extérieures, elle n’empêche nullement sa rencontre avec une langue et une culture étrangère, la communion du même et de l’autre.

Penser le déracinement au sein de l’entreprise de traduction, comme ce moyen politique de lutter contre le nationalisme prônant le renfermement sur soi, c’est aussi selon moi, prendre le risque de faire des nouvelles générations un peuple nomade dépouillé de tout savoir, de toute mémoire, de toute métaphysique, terminant son agonie sur la scène d’une Europe accidentelle, qui dès-lors n’existe plus au travers de la traduction. En effet, je pense que pour qu’il y est traduction, il doit y avoir maintient et reconnaissance des identités, qu’elles soient nationales, multiculturelles, métissées, singulières, personnelles ou représentatives d’un système de pensée etc.

Si l’Europe culturelle doit être construite elle ne doit pas léser l’héritage culturel de l’homme, elle doit constituer un enrichissement et non un appauvrissement. Cette Europe culturelle ne doit en aucun cas, de mon point de vue, être matérialiste.

C’est donc de cette double vision, celle d’une Europe utopique, multiculturelle et celle d’une Europe de la dissolution, qui met en danger les spécificités culturelles des peuples qui la composent au nom de l’idéologie du déracinement et à laquelle l’activité de traduction serait rattachée, dont je voulais témoigner par le biais de mes photographies.

J’ai profité du moment où les enfants envahissaient l’espace, l’animaient, pour prendre mes photos. En ralentissant le temps de pause de mon appareil, j’ai essayé de rendre compte d’une temporalité qui ne serait pas celle du présent, mais celle d’un ailleurs, afin que mes photos mettent en scène ce « non-lieu » dont nous parle Toledo. J’ai donc tenté d’influer à cette scène un caractère virtuel. De plus Je souhaitais capter cette énergie folle dégagée par les enfants afin de la mettre en relation avec la volonté de Camille de Toledo qui consiste à relancer la dynamique de création de l’Europe. D’autre part, je souhaitais que les enfants photographiés apparaissent comme des silhouettes éthérées, afin de leur donner un  aspect fantomatique, dans le but de les dépersonnaliser, de les rendre abstraits.

Ainsi je perçois l’enfant virevoltant sur les feuilles mortes d’une Europe déchirée entre deux tendances, qui ne sont pas pour moi celles que Toledo décrit, c’est-à-dire une tendance post-dramatique et pré-totalitaire, mais entre une tendance qui vise à l’immobilisme et une autre à l’égarement.  Et en même temps, la lumière de « l’espoir » éblouissante, vient auréoler la figure spectrale de l’enfant, qui dans sa volupté nous entraine à rêver l’événement d’une Europe de la traduction, ouverte et pleine de ses poétiques, qui ne se soumette à aucune instance politique nécessitant une quelconque orientation faisant tort à la raison humaine, mais au contraire, qui puisse nous ouvrir de nouveaux espacements.

 

Charlotte Chapon

M1 Lettres modernes

 

1 2

34


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search