A table au Moyen Age – Luce-Anne Drouart

À TABLE AU MOYEN ÂGE

 

Du 15 avril au 15 novembre 2015 s’est tenue à la Tour Jean Sans Peur une exposition intitulée « A table au Moyen Âge ». Moins de deux ans après une exposition consacrée à la cuisine médiévale[1], cette question est élargie pour présenter la table, objet et lieu de repas, nécessité vitale et pratique sociale essentielle. L’exposition s’organise autour d’une trentaine de panneaux thématiques explicatifs et illustrés par plusieurs dizaines d’enluminures médiévales, ainsi qu’un petit échantillon d’ustensiles de cuisine. Elle est située, comme toutes les expositions temporaires de la Tour, au sous-sol, dans deux petites pièces exiguës. Le visiteur est comme invité à parcourir les pages d’un grand livre ; mais d’un livre bien écrit. Tandis que l’historiographie ne s’est que très peu intéressée à cet aspect de la période médiévale avant les années 1980, l’alimentation est devenue l’un des grands champs de la recherche. Les ouvrages concernant l’alimentation, au Moyen Âge ou à toute autre époque se sont multipliés, mais l’exposition nous livre une étude synthétique et un axe nouveau pour aborder le sujet. Elle présente ainsi la table comme le lieu de rencontre de nombreuses sciences et l’occasion de découvertes et d’inventions qui subsistent toujours. On sait peu de chose de l’art de la table dans le Haut Moyen Âge, à part quelques témoignages des pratiques en Italie ou dans les pays du Nord. Mais les XIVe et XVe siècles offrent un foisonnement de témoignages variés de tous les espaces sociaux et culturels, et nous permettent par la même occasion de définir la table comme un réel outil de séparation entre ville et campagne, entre riches et pauvres, entre laïcs et ecclésiastiques.

L’exposition est ainsi organisée autour de cinq grands thèmes, qui placent la table comme un objet, entre mise en scène artistique et mise en scène de la hiérarchie du pouvoir. Le visiteur est invité à percevoir la table comme le marqueur de la séparation nette entre antiquité tardive et période médiévale, durant laquelle elle se fixe à une place définie et devient un meuble indispensable, quelle que soit la demeure. Elle est le lieu de l’art et de l’esthétique, particulièrement dans le milieu bourgeois urbain où la mise en scène du repas est soutenue par la beauté de la vaisselle et du linge de maison. L’exposition ne néglige pas les pratiques rurales plus modestes. Le travailleur célibataire dîne souvent dans une taverne à défaut de posséder lui-même une table, faute de place. C’est à cette occasion qu’il est possible de profiter de l’exposition de couverts, d’écuelles et d’ustensiles de cuisine, dressés sur une table dans un coin de la pièce. La seconde partie de la visite, qui donne son nom à l’exposition, est davantage tournée vers la table comme lieu de pratiques sociales, quand la place des invités est révélatrice du rang, et de la fonction de ces derniers dans la société. Les places sont aussi hiérarchiquement ordonnées dans la stricte intimité familiale : le père de famille s’assoit sur le haut bout, les plus jeunes filles sur le bas bout. La pratique des courtoisies qui comme le terme l’indique, étaient autrefois réservées à la cour, se propage dans le milieu urbain pour devenir civilités et fait l’objet d’un enseignement. Cela accroît le clivage social entre riches et pauvres, entre les civilisés et les vils. Les bonnes manières se développent ainsi particulièrement au XIIIe siècle, où il n’est plus uniquement question d’avoir une bonne hygiène et une posture convenable. Il est nécessaire également de se montrer respectueux envers l’hôte, envers les invités et de faire honneur gaiement au repas servi. C’est aussi ici que nous sont présentées les fonctions de service des plats par les serviteurs, dont le nombre varie bien évidemment en fonction du milieu social de la maison et de l’événement. À la suite de la présentation de cette organisation « horizontale », l’exposition nous oriente vers l’organisation « verticale » des repas, à savoir l’intervention de Dieu sur terre, à travers Mère Nature, qui régit les règles de l’alimentation quotidienne, en fonction des saisons, du lieu mais aussi du temps liturgique. C’est l’occasion de faire intervenir la science de la nutrition, l’étude de la culture des céréales, du maraîchage, de la chasse, qui introduisent un nouveau vocabulaire tels que le « dé-jeûner », c’est à dire « rompre le jeûne », le « compagnon », qui désigne celui avec qui « l’on partage son pain », déformations de termes culinaires rentrés dans le vocabulaire français courant… L’importance de l’invention d’un nouveau genre littéraire, les livres de cuisines et de règle de vie domestique, dont Le Ménagier de Paris est l’exemple le plus célèbre, se reflète dans la multitude de nourriture possible et l’abondance de la variété des plats. Ils doivent être servis dans un ordre précis et en tenant compte de toutes les particularités propres à chaque type d’aliment, qu’elles soient nutritionnelles ou symboliques. La table est aussi le lieu du voyage, grâce à l’utilisation des épices de lointaines contrées notamment, et de la mise en scène du spectacle, des entremets, qui doivent réjouir les convives et marquer les esprits pour figurer la puissance de l’hôte qui les offre. Puisque l’époque médiévale est empreinte de spiritualité et de recherche du Salut, la table est aussi un outil de sanctification. La gourmandise est le premier des péchés capitaux, il est nécessaire de garder une bonne contenance et de rappeler à l’ordre le gourmand qui succombe avec excès à l’alimentation, du moins dans les milieux aristocratiques et religieux, puisqu’à la campagne, il est conseillé d’être « en bon point ».

L’exposition réussit à faire de la table le lieu où se côtoient sciences, convivialité, convenances, enjeux politiques, médecines, influence de la nature et des saisons, traditions religieuses, art de l’esthétique. C’est l’indicateur idéal d’une rupture des pratiques du passé et des évolutions et révolutions qui s’y tiennent, particulièrement au Moyen Âge.

 

Luce-Anne Drouart

M2 Histoire

[1] « La Cuisine au Moyen Âge », exposition à la Tour Jean sans-Peur, du 21 Novembre 2012 au 3 Avril 2013. Elle présentait uniquement ce que l’on mangeait au Moyen Âge.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search