La Mitteleuropa d’Olivier Barrot – Pauline Jagoury

La Mitteleuropa d’Olivier Barrot, ces baroudages de jeunesse

 

« Go East, young man, that’s were you belong ». Mitteleuropa, publié dans la collection Blanche de Gallimard au printemps 2015, s’ouvre sur l’extrême-ouest américain et nous invite, lecteurs, bien loin des paysages promis par Olivier Barrot. Les premiers mots de ce récit de voyage ne le quittent jamais vraiment et ronronnent en toile de fond, tout comme les rails de l’Harmonika-Zug, du Transsibérien ou de l’Orient-Express à bord desquels Larbaud, Cendrars, Morand et le jeune Olivier Barrot ont voyagé.

Les points cardinaux se colorent comme « le planisphère mural » qui « aura largement déterminé » (page 13) l’existence de l’auteur-explorateur et deviennent ses étoiles directrices. Après Je ne suis pas là (Editions de la Table Ronde, 2004), Mon Angleterre (Editions Perrin, 2005) ou encore Décalage horaire (Editions Gallimard, 2007), Olivier Barrot enfile ses bottes de globe-trotter et entreprend un nouveau voyage dans le temps. Si les paysages disparaissent et que les couleurs ternissent, que les anecdotes parfois s’entremêlent, seule l’atmosphère, elle, ne varie pas. « Le voyage, c’est bien davantage le mouvement lui-même que la destination » dirait-il, et comment ne pas lui donner raison ? Une mélancolie double émane de ces lignes, véritables chemins de fer de Mitteleuropa : celle de la jeunesse remémorée laissant bien vite place à une autre, plus vieille encore, vue ou entrevue entre deux valses viennoises ou deux checkpoints berlinois. Cette Mitteleuropa est celle de toutes les survivances, sorte de morte-vivante rêvant de son âge d’or, ce monde devenu éternel grâce à ces peuples qui nous enjoignent de le découvrir plutôt que de le fantasmer. Il y a ces deux étudiantes autrichiennes rencontrées sur la route de Vienne, ou encore ces artistes, sportifs, captateurs de Grâce comme le Kundera de Brno en Moravie, le Kafka et le Werfel, ces bohémiens de Prague ou le Slataper de la triculturelle Trieste, les Lang et Murnau de Berlin Est. Olivier Barrot nous propose un itinéraire culturel qui, sans conteste, transgresse les routes et les chemins anonymes.

Ce voyage dans le temps et dans le cœur même des espaces visités laisse au premier abord dubitatif tout lecteur méconnaissant les grands noms de cette Europe centrale. Un jugement trop hâtif ferait aisément de Mitteleuropa un ensemble de listes, de références parfois obscures car trop natio-centrées: à l’annonce d’un Kafka, d’un Freud ou d’un Haydn, tout doute semble se dissiper. Ce n’est en aucun cas une Europe connue de tous que nous présente Olivier Barrot mais celle de ses 20 ans, celle du régime socialiste soviétique et celle de ses propres sensibilités. Une « Zentraleuropa » qui attire tout être curieux d’un ailleurs, aussi voisin cet ailleurs puisse-t-il être ; une « Zentraleuropa » grandement bercée d’influences germaniques, aussi. L’Allemagne, pays qui « a façonné plus que toute autre civilisation » notre « continent vieil-européen » et à la langue revêtue des stigmates des deux grandes guerres, ouvre la carte et clôt cet espace comme ce récit, tel un cercle. Elle est, à travers les lignes de Barrot, l’élément central du continent lui-même au cœur du continent. L’Allemagne apparaît comme un cœur double : un cœur géographique et un cœur métaphorique, ce dernier l’assimilant à une nation sinon aux passions hypertrophiées, tout du moins à un territoire fait de courants inverses. « C’est que l’Allemagne s’entend à se couper du monde, à s’automutiler, à se défigurer » (page 103) déclare alors l’auteur considérant l’apport philosophique du pays ainsi que « la Catastrophe » hitlérienne où elle naquit. La Mitteleuropa qu’on nous donne ici à lire est sans conteste celle de toutes les fascinations.

Si toute comparaison avec le Danube de Claudio Magris (Editions Garzanti, 1986) paraît facile, elle n’en est pas moins légitime : comment ne pas considérer Mitteleuropa comme une méditation d’Ouest en Est et d’Est en Ouest, un hommage à ce monde déchu du raffinement, à cette porte de l’Orient, délaissée ? En ces temps de voisinage parfois houleux entre Européens et Orientaux, Mitteleuropa semble tomber à point nommé. Ni politique ni parti-pris dans ces quelque cent pages de baroudages pacifiques, une seule envie les anime : celle d’une profonde justesse, celle d’un combat contre l’oubli, l’inculture et, peut-être aussi, l’indifférence. Les origines juives et moraviennes de l’auteur, explicitées dès le premier paragraphe, n’alimentent pas – ou peu – l’intérêt qu’il porte à l’Europe centrale. Une nouvelle note de mélancolie teinte cet intérêt mais repousse tout schéma nostalgique. Cette mélancolie, c’est celle d’une curiosité – vraisemblablement empathique – et d’un goût inextinguible pour les causes perdues.

Olivier Barrot est homme de télévision, de radio, de lettres, de culture et de découverte mais aussi de parole et de partage. Autant de manière de désigner celui qui pourrait être sobrement nommé l’amoureux de l’ailleurs. Ce n’est pas la nostalgie de sa jeunesse et de ses voyages passés qu’Olivier Barrot ici dresse, mais une incitation à dessiner du bout de nos bottes la carte de nos propres sensibilités.

 

Pauline Jagoury

M1 Lettres modernes

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search