Delacroix et l’Antique – Luc Samson

Delacroix et l’Antique

 

  • Exposition Delacroix et l’Antique (9 décembre 2015 – 7 mars 2016)
    Musée national Eugène-Delacroix
    6, rue de Fürstenberg – 75006 Paris

 

Le 9 décembre 2015, le musée national Eugène-Delacroix a inauguré une nouvelle exposition : Delacroix et l’Antique, consacrée aux liens qu’entretenait le peintre romantique avec l’Antiquité. Elle a été réalisée par Dominique de Font-Réaulx (directrice du musée et commissaire de l’exposition), avec la collaboration de Jessica Watson (assistante de recherche et de conservation au musée Eugène-Delacroix), en lien avec le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée de Louvre. L’exposition doit se tenir jusqu’au 7 mars 2016.

Fondé à l’initiative de certains des plus grands artistes de la première moitié du XXe siècle, le musée se démarque par le choix de présenter non pas les œuvres les plus connues d’Eugène Delacroix (1798 – 1863), mais l’intimité de l’artiste. En effet, si le lieu atypique occupé par le musée (l’appartement et le dernier atelier du peintre) laisse peu d’espace aux grandes compositions dont Delacroix était familier, et que l’on peut par exemple admirer dans les salons du musée du Louvre, il nous rapproche au contraire de l’homme et de ses expériences. Ainsi l’appartement a gardé son agencement d’origine, et le jardin, restauré en 2012, se veut désormais tel que l’a connu Delacroix. Cette démarche, cette tentative de retrouver le quotidien de l’un des plus grands peintres français du XIXsiècle, est aussi à l’œuvre dans l’exposition qui se tient en ce moment dans le musée.

5

L’atelier et le jardin de Delacroix au 6, rue de Fürstenberg (Paris)

Le parcours de l’exposition propose ainsi de revenir aux sources de l’Antiquité de Delacroix, d’identifier comment et par quels médias le peintre eut accès aux dernières découvertes archéologiques de son époque pour, finalement, se construire sa propre vision de l’Antique. C’est donc tout naturellement que la visite commence avec les représentations visuelles de cette Antiquité. Au XIXsiècle, la plupart des collections des grands musées européens s’étoffent, acquérant de prestigieuses pièces. Ces acquisitions, et les découvertes archéologiques faites en Grèce à la fin du siècle, ne manquent pas d’aiguiser le goût du public pour l’Antique. La présentation des marbres du Parthénon à Paris et à Londres fut ainsi un événement, et une preuve du fort engouement populaire pour l’Antiquité. Delacroix ne fit pas exception, allant jusqu’en Grande-Bretagne pour admirer ces chefs-d’œuvre athéniens. Outre les musées, ce sont les peintures, planches et autres lithographies, rapportées de ces pays encore lointains, qui sont les principaux accès visuels à l’Antiquité pour un homme du XIXsiècle. Cette image de l’Antiquité est aussi fortement marquée par les débuts de la photographie, qui offre alors à l’Europe occidentale des représentations encore inédites de l’Orient méditerranéen. Delacroix n’eut ainsi jamais à voyager jusqu’en Grèce ou en Italie pour en découvrir les merveilles. Le visiteur est donc plongé dans l’imaginaire du peintre et de son époque, au travers des représentations qui l’ont nourri. La partie de la visite consacrée aux médailles antiques prend cependant un caractère plus personnel. Ce sont en effet des œuvres de jeunesse de l’artiste qui y sont présentées : lithographies et dessins de monnaies antiques dont le visiteur pourra admirer les modèles, prêtés par le cabinet des médailles de la BNF. Dans l’atelier de Delacroix, conservé à l’identique, l’exposition se concentre plus particulièrement sur la carrière du peintre, élu à l’Académie des Beaux-Arts en 1857. Entre une étude d’homme nu, indispensable à l’artiste du XIXsiècle, et des essais pour des fresques d’inspiration clairement antique, l’Antiquité se révèle pour Delacroix une source d’inspiration et non de simple imitation. Et si le peintre et ses contemporains furent marqués par la Grèce ancienne, ils furent tout aussi sensibles à son actualité. Delacroix prit ainsi pleinement part au mouvement philhellénique, réaction de l’Europe occidentale à la guerre d’indépendance grecque (1821-1829), comme nous le rappelle sa Scène de massacres à Scio, dont une reproduction en dessin est présentée. La visite pourra se poursuivre à l’extérieur, dans le jardin de Delacroix. La façade de l’atelier a en effet été décorée, sous la direction du peintre, de trois moulures d’œuvres antiques, dont une du fameux Sarcophage des Muses conservé au musée du Louvre. Le jardin voulu par Delacroix se trouve ainsi pleinement intégré à l’exposition, et la conclut de la plus agréable manière.

6

Eugène Delacroix, Scène de massacres à Scio (1824), musée du Louvre – Paris

L’exposition Delacroix et l’Antique nous présente ainsi le peintre bien connu sous un angle nouveau : un homme de son temps, partageant la soif d’Antique de ses contemporains. Elle a cependant le mérite de ne pas se concentrer uniquement sur Delacroix, mais de proposer aussi un panorama de son époque grâce aux œuvres, diverses et variées, qu’elle rassemble, s’adressant de ce fait tout autant à l’historien qu’à l’historien de l’Art. La visite proposée est également accessible à un public non spécialiste, adultes comme enfants. L’exposition profite aussi de l’atmosphère de lieu « hors du temps » propre au musée, aidant le visiteur à s’immerger dans cette Antiquité redécouverte. Ainsi, à travers la sensibilité particulière d’un artiste, c’est l’imaginaire d’un siècle qui nous est raconté.

Luc Samson

M1 Histoire

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search